Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 28 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Petite histoire du bronzage : de l’infamie de la peau mate à la folie du teint hâlé

Jusqu'au XIXe siècle, une peau blanche était symbole de réussite sociale. Aujourd'hui, le constat s'est inversé : impossible de revenir de ses congés - au ski ou à la mer - sans un bronzage réussi...

Brunissement

Publié le
Petite histoire du bronzage : de l’infamie de la peau mate à la folie du teint hâlé

Le bronzage est devenu une norme sociale, symbole d'une vie réussie. Crédit Reuters

Atlantico : Pourquoi, jusqu'à la fin du XIXe siècle, le fait d'être bronzé était-il mal vu ? De quoi un teint hâlé était-il le marqueur ?

Bernard Andrieu : Le bronzage devient la norme sociale de l’intégration solaire alimentant toutes les croyances mais sans devenir absolument noir afin de ne pas se confondre avec la peau de l’immigré. La stigmatisation du « bronzé », de l’arabe aux « roms », rassure le blanc toujours colon qui au nom de l’identité nationale voudrait blanchir les peaux pour constituer une patrie monocolore. L’ethnie et la race se trouvent confondues dans cette couleur marron évoquant l’impureté et la saleté des mœurs. Mais paradoxalement il ne faut pas rester trop blanc, signes de virginité effarouchée, de pudeur mal vécue et de pâleur maladie !

Rester bronzé pendant que les autres peaux deviennent blêmes de fatigue, de travail et de pollution serait la mise en scène d’une réussite sociale. Perdre son bronzage restaure la blancheur hivernale dont la reconquête au ski ou sur la plage devient un enjeu d’économie esthétique : ne pas revenir bronzé de sa RTT ne prouverait plus l’efficacité du congé lors de son retour dans le monde du travail.

A partir de quand le mépris à l'égard du bronzage a-t-il disparu ? Pourquoi ?

Chacun(e) a désormais une carte d’identité solaire avec un capital à gérer depuis sa naissance. L’adolescent, autant dire le citoyen de demain, doit trouver par lui-même son phototype en testant sa sensibilité au soleil par un questionnaire en cinq points. Trois phototypes de peaux sont distincts : la peau blanche, cheveux blonds ou roux, yeux clairs ; peaux claires, cheveux châtains, yeux bruns ; la peau mate ou noire, cheveux foncés, yeux foncés. Les phototypes ont remplacé la référence à la race, sans pour autant faire disparaître le racisme. Ainsi la démocratisation de la pratique du bronzage repose sur une spécialisation des populations par une classification des peaux et des produits. La catégorisation des peaux est une nouvelle anthropologie biologique qui viendrait légitimer les différences naturelles entre les êtres humains.

Face au soleil nous sommes fondamentalement inégaux, le grain et la texture de la peau définissent notre sensibilité solaire. En mettant l’accent sur le corps, sa physiologie et ses pratiques, nous découvrons que les représentations ne précèdent pas les pratiques : car les techniques, ici cosmétiques et esthétiques, proposent de nouvelles pratiques de nudité, d’image du corps. Le corps n’est pas défini et achevé par une représentation qui voudrait le contenir dans une série de disposition et d’habitudes. L’histoire du corps devrait partir des inventions techniques qui induisent des pratiques corporelles en organisant les nouvelles représentations sociales des sujets.

S'est-on immédiatement mis à se soucier de la « qualité » de son bronzage ? A partir de quand est-ce devenu une « activité » à part entière, et pour quelles raisons ?

La blancheur devient primitive là où la peau des bronzés, filmés en 1978 par Patrice Leconte, rend l’estivant Robinson dominateur qui éloigne, précise Jean Didier Urbain, les sauvages autochtones de nos plages. Si Plein Soleil avec Alain Delon en 1960 décrit comment le soleil peut brûler à la fois la peau et l’âme jusqu’au crime, le bronzage colore la peau en harmonisant les bruns par l’exposition au bain de soleil. Le soleil apporte la lumière, la chaleur et le bronzage, mais ces dimensions n’ont pas été découvertes en même temps. Etre bronzé devient un gage de succès et de réussite des vacances et du temps libre en allant finir sa retraite sous le soleil tropical.

Le néocolonialisme solaire sert désormais d’alibi au développement d’un tourisme blanc tout en maintenant, comme dermo-politique, la référence à l’exotisme économique. Derrière les discours et les motivations esthétiques, la pratique corporelle du bronzage néo-colonial maintient le Sud comme un territoire solairement rentable. Les pays de l’Union Méditerranéenne trouvent dans cette recherche du soleil les moyens d’un développement exceptionnel. Selon L'Organisation Mondiale du Tourisme, basés sur les données recueillies en 2006 par une agence spéciale auprès des Nations Unies et l'organisation mondiale de tourisme (UNWTO) la Tunisie a enregistré une évolution de 2.6% et le Maroc signalait une croissance de 9.6 % pour la même période avec un nombre de touristes en de 6.4 millions en 2005 et 6.5 millions en 2006 en Tunisie et de 5.8 millions en 2005 et 6,4 millions en 2006 au Maroc.

Depuis, comment notre rapport au bronzage a-t-il évolué au fil des décennies ? Est-ce désormais un marqueur de richesse, et pourquoi ?

Etre nu sous le soleil et bronzé de toutes parts est inutile pour le naturiste mais aussi pour le « textile ». Pour le naturiste, la nudité est un mode de vie dont la pudeur et la protection solaire ne fondent plus l’exposition de soi. Pour le « textile », le moindre string suffit encore à délimiter le corps privé de celui public que l’exposition met en scène. La stricte délimitation de la marque, si visible chez les cyclistes, différencie le corps exposé de sa partie cachée sous le vêtement utilitaire. Se déshabiller, même dans le strip-stease, est une technique de contraste visuel entre le bronzage apparent et l’intimité exposée ; l’effeuillage devient lui-même un débronzage progressif de la peau par le jeu des projecteurs qui éclaire l’intimité jusqu’à sa blancheur impudique. Le souci est de bronzer dans la figure géométrique de peau dessinée par le monokini, le bikini ou le maillot une pièce : l’ajustement précis des bretelles, le changement de positions au soleil, le décrochage puis le raccrochage du soutien-gorge, le jeu de glissement du maillot pour favoriser l’exposition des parties vierges sont autant de gestes d’ensoleillement liées au vécu charnel de sa peau.

Gratuit et disponible le soleil par le bronzage serait un moyen de changer de peau à moindres frais, sauf le risque cancérigène implicite, en exposant volontairement son corps : cette auto-coloration participe à la mutation identitaire et régulière du sujet contemporain ; le processus temporel du bronzage est auto-déclenché par l’auteur qui résiste plus ou moins aux normes sociales en transformant, croit-il naturellement, son corps. Cette confusion entre processus naturel de pigmentation et normalisation esthétique des peaux favorise la croyance que le bronzage serait volontaire et consenti. L’adolescence et le bronzage, à travers ce que Françoise Dolto a appelé le complexe du homard, utilise une mutation naturelle en développant une modification corporelle : si la mutation du bronzage se fonde sur des processus de régulations biochimiques, l’exposition est réglée par le mécanisme solaire de la peau mais selon des rites sociaux, comme la plage, bien stéréotypés.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 29/07/2013 - 15:05 - Signaler un abus Dommage, la photo du dos avec le tatouage de mauvais goût,

    car, sinon, elle en a une belle paire...et peut-être même deux, ne soyons pas avares de compliments!

  • Par sheldon - 29/07/2013 - 21:02 - Signaler un abus A t'on toujours envie d'avoir une peau "méditerranéenne" ?

    Le bronzage ne commencerait il pas à ne plus être représenter la jet set ? Une peau blanche ou un peu rosé, très fraichement hâlé ce n'est pas si laid !

  • Par ciceron - 29/07/2013 - 22:24 - Signaler un abus Face au soleil nous sommes fondamentalement inégaux

    Le soleil n'est pas socialiste ? Attention, Hollanderie va se fâcher tout rouge ! Vite une loi contre cette inacceptable bronzophobie ! Où sont les associations...............

  • Par jerem - 29/07/2013 - 22:33 - Signaler un abus tres discriminant le propos

    'Gratuit et disponible le soleil par le bronzage serait un moyen de changer de peau à moindres frais, sauf le risque cancérigène implicite, en exposant volontairement son corps' c'est un peu faire fi des peaux foncées qui ne changent pas au soleil et qui ne chopent meme pas de coups de soleil .... c'est discriminant dans les 2 sens ....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bernard Andrieu

Bernard Andrieu est philosophe du corps et publie des travaux d'histoire des pratiques corporelles (comme le bronzage, le toucher, le plein air, l'immersion, l'hybridation ou les cultes du corps) et établit une écologie corporelle.En 2008 il publie Bronzage : Une petite histoire du Soleil et de la peau (Paris, ed CNRS), a participé à l'ouvrage collectif Corps du monde ed Armand Colin 2013.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€