Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Petit rappel à tous ceux qui pensent encore que Trump a été uniquement élu pour ses idées sur l'immigration et contre les élites

Le vote Trump n’est pas simplement un vote de rejet d’Hillary Clinton et du système, c’est un vote d’adhésion à un projet économique, celui d’une Amérique à nouveau conquérante. Focalisés sur les bévues et les provocations du candidat, les média ont oblitéré cette question pourtant au cœur du succès de Donald Trump !

Trans-amérique Express

Publié le
Petit rappel à tous ceux qui pensent encore que Trump a été uniquement élu pour ses idées sur l'immigration et contre les élites

« C’est l’économie, idiot ! » Certains se souviennent sans doute de ce slogan de la campagne de Bill Clinton en 1992. En fait c’était un cri du cœur lancé en réponse à la question : « qu’est-ce qui compte le plus pour les électeurs américains?».

Aujourd'hui, presque vingt-cinq ans plus tard, les observateurs qui sont encore à se creuser la tête pour comprendre la victoire de Donald Trump, tiennent  leur réponse dans ces trois mots.

La principale raison qui a fait du milliardaire new-yorkais le  nouveau président des Etats-Unis tient à ses propositions économiques et à son statut d’homme d’affaires. Pas au fameux mur anti-Mexicains, pas aux « déportations » d’immigrés, pas à la suppression d’Obama care, pas à ses écarts de langage, ses propos sur les femmes, sur les handicapés, ou quiconque autre… rien de ces clips visuels ou sonores dont les média n’ont cessé de se repaître, ignorant, délibérément ou par négligence, le cœur du sujet.

La motivation première de la candidature de Donald Trump a été de stopper le déclin de l’Amérique et de rendre au pays sa fierté et sa richesse. « Make America great again ! ». Face à une croissance annuelle de 1% en moyenne depuis  l’an 2000, Donald Trump a proposé de relancer l’économie américaine, de créer vingt-cinq millions d’emplois, d’investir dans les infrastructures, de diversifier la production d’énergie, d’éliminer les réglementations qui paralysent les créations industrielles, de rapatrier les jobs perdus à la mondialisation, de baisser les impôts, et de permettre à toutes les familles, y compris celles de la classe moyenne de scolariser leurs enfants dans l’établissement de leur choix etc. Tout cela dans ses cent premiers jours. Et c’est à ce discours que l’électorat a répondu.

Les électeurs ont décidé de faire confiance à un homme qui ne vient pas du monde de la politique,parce qu’à leurs yeux, depuis des décennies les professionnels de la politique, le fameux « establishment » de  Washington, ne font plus rien. .

A  preuve de cette démarche  le succès remporté par le candidat républicain au cœur même du bastion démocrate de la « rustbelt », la « ceinture de rouille » américaine, cette région du quart nord-est,  où se concentrait jadis l’industrie américaine, et qui est tombée victime de la mondialisation sauvage… Le 8 novembre Donald Trump est arrivé en tête dans l’Ohio (52%) et dans l’Indiana (57%), terres républicaines, mais également en Pennsylvanie (49%) dans le Michigan (48%), et dans le Wisconsin (48%), trois Etats « bleus », c’est-à-dire votant démocrate aux élections présidentielles. Le Michigan et la Pennsylvanie n’avaient pas été remportés par le candidat présidentiel  républicain depuis Georges Bush père en 1988 ! Le Wisconsin, depuis Reagan en 1984 !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 10/11/2016 - 17:21 - Signaler un abus Si Trump a été élu

    Malgré le matraquage médiatique , gigantesques meetings, soutien des stars , soutien d'Obama et surtout de son épouse Michèle tres populaire, soutien des journaux , c'est évidemment qu'il y a eu un sursaut des Américains qui ont su faire la part des choses dans les provocations de Trump, il y a eu des Noirs et des Latinos qui ont votè pour lui , et c'est évidemment l'intelligence collective qui a fonctionné , ils ont compris que HClinton n'était pas celle qu'il fallait et que son projet était meilleur , c'est à dire un projet économique qui ne va pas dans le sens actuel .

  • Par ikaris - 10/11/2016 - 19:38 - Signaler un abus Un article de normalisation ?

    j'ai quand même du mal à imaginer qu'il ait été élu sur son programme économique alors qu'il a été copieusement flingué comme tout le reste chez lui. Bon, ok, le protectionnisme ça nous parle plus à nous, petites gens, que les traités de libre échange ... mais c'est tout de même un gros coup de pied dans la fourmilière du politiquement correct ce type ... il n'est qu'à voir un débat avec Clinton pour en juger. On va nous le normaliser après nous l'avoir vendu comme le diable pour bien nous faire comprendre que si on vote pour Marine c'est pas comparable ?

  • Par Anouman - 10/11/2016 - 19:39 - Signaler un abus Soutien

    Cloette vous commencez par "malgré..." Etes vous certaine que ce n'est pas "à cause de"? Parce qu'être soutenu par les Obama, Madonna et autres nullités du même style c'est quand même un handicap pour capter un électorat qui a plus de deux neurones...

  • Par cloette - 10/11/2016 - 20:12 - Signaler un abus Sociologie

    @anounan, oui pour certains nombreux, ce serait "â cause de " mais vous savez bien que ceux qui raffolent de nullités comme Madonna à moins de deux neurones, sont censés être pour les " experts " l'électorat de Trump .

  • Par joke ka - 10/11/2016 - 20:36 - Signaler un abus le peuple

    la presse, les médias et la propagande ne font plus la pluie et le beau temps ..la désinformation si grossière ne marche plus ! au contraire, le peuple pragmatique se méfie quand on veut lui dicter un candidat(e) choisi(e) par ces "zélites" parasites ...celles qui se croient si supérieurement intelligentes qui savent ce qui est bien ou mauvais,qui pensent avoir raison sur tout mieux que les autres ! le peuple s'en méfie et n'a pas voulu se faire voler son vote ...

  • Par Deudeuche - 10/11/2016 - 21:05 - Signaler un abus @joke ja

    correct; au prochain slogan "les bobos à la lanterne" on pourrait prendre des piques et des fourches! Cette aristocratie perclus de "progressisme" élitiste est vraiment insupportable!

  • Par vangog - 10/11/2016 - 22:21 - Signaler un abus 35 % de baisse des impôts pour les classes modestes...

    Ah quand même! Et le pire c'est qu'avec la conjonction de planètes favorables dont n'ont jamais su profiter ni Obama, ni les gauchistes français, Donald peut gagner son audacieux pari. Et les paris, l'Amérique adore ça!...entièrement d'accord avec Rimp à propos du canular écologiste qui nous pollue les méninges et stoppée la croissance. Trump: un mec qui en a...

  • Par jurgio - 10/11/2016 - 23:37 - Signaler un abus Le principal ne réside pas dans les promesses de Trump

    mais dans son état d'esprit qu'il a montré avec un langage direct. Le petit peuple l'a bien senti, qui serait incapable d'énumérer la plupart de ses propos. Un rejet et une soif de changement.

  • Par Liberte5 - 11/11/2016 - 00:06 - Signaler un abus G. Olivier toujours excellent dans ses analyses et explications

    et cela depuis le début de la campagne.Vous avez été le meilleur contributeur sur Atlantico pour cette campagne. D. Trump a un programme et il le réalisera au maximum. Le peuple Américain ne s'y est pas trompé. C'est un échec pour tout l’establishment et les médias, qui n'ont pas fini de manger leur chapeau.

  • Par Benvoyons - 11/11/2016 - 11:15 - Signaler un abus Analyse très pertinente

    Trump est un Libérale. L’État va intervenir pour relancer une dynamique et redonner du moral aux Américains. Mais il ne fera pas comme en France une relance formatée par une élite de Fonctionnaires qui en même temps qu'ils relancent bloquent par contrôles taxes etc.. et donc éteint de fait l'effort entrepris. La France est dans un blocage Socialiste depuis 1981. Donc aucune solution socialiste et donc pas de solution avec les Socialistes Nationalistes FN Philipot (ENA) & MLP. Pour que la France s'en sorte il faut une révolution libérale.

  • Par bolivar - 13/11/2016 - 11:42 - Signaler un abus ELECTIF??

    Et dire que l'on nous rabâche le fait qu'il faudrait avoir été élu pour obtenir un blanc-seing de virginité pour justifier une présence à la présidence!!! Encore de l'entre-soi! Que diable! Bougez les lignes, les politicards sortis par la portes, rentrés par la fenêtre, et donneur de leçons? Dehors!! Essayons autre chose.

  • Par spotter - 13/11/2016 - 16:06 - Signaler un abus Facile pour Trump

    Trump a quatre ans et demi d'expérience de ce qui ne marche pas en étudiant la façon dont Hollande dirige la France. Alors il fait tout le contraire: Baisse des impôts des particuliers et des sociétés. Suppression des droits de succession, relance des investissements dégraissement de la fonction publique fédérale et augmentation des dépenses militaires. Il veut s'allier à la Russie et garder le président syrien pour lutter contre Daesh. Bref tout le contraire de Hollande.

  • Par valencia77 - 06/12/2016 - 00:21 - Signaler un abus Finally

    No more P.C. It will be OK to call an idiot an ass hole, whatever his color.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérald Olivier

Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990, avant de rentrer en France pour  occuper le poste de rédacteur en chef au  mensuel Le Spectacle du Monde.  Aujourd’hui il est consultant en communications et médias et se consacre à son blog « France-Amérique ».

Il est l'auteur de Mitt Romney ou le renouveau du mythe américain, paru chez Picollec on Octobre 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€