Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Petit mémo chiffré à l'attention de ceux qui auraient entendu Michel Sapin affirmer que depuis 2014, le gouvernement rend aux Français le fruit de leur effort

Dans un entretien accordé à Jean-Jacques Bourdin, Michel Sapin a déclaré ce jeudi 1er septembre qu'entre 2010 et 2013, "on a utilisé l'impôt pour régler les problèmes. Depuis 2014, nous rendons aux Français le fruit de leurs efforts".

Docteur Michel et Mister Matraque Fiscale

Publié le
Petit mémo chiffré à l'attention de ceux qui auraient entendu Michel Sapin affirmer que depuis 2014, le gouvernement rend aux Français le fruit de leur effort

Atlantico : Dans quelle mesure le nouveau ministre de l'Économie est-il dans l'erreur ? Quelle est la pertinence du propos qu'il tient ? Les Français récupèrent-ils "le fruit de leurs efforts" ?

François Ecalle :  En 2009, le déficit public représentait 7,2 % du PIB et la France s’est engagée en janvier 2010 auprès de nos partenaires de l’Union européenne à le ramener au-dessous de 3,0 % du PIB en 2013. Un effort important de réduction de la composante structurelle du déficit (celle qui n’est pas liée aux fluctuations de l’activité économique) a été engagé à partir de 2011 pour respecter cet engagement. Contrairement à ce que les autres pays ont fait, il a porté essentiellement sur les prélèvements obligatoires, impôts et cotisations sociales, et non sur les dépenses publiques.

Les mesures nouvelles de hausse de ces prélèvements ont atteint 4 points de PIB, soit environ 90 Md€, sur les années 2011-2014 (22 Md€ en 2011, 24 Md€ en 2012 dont la responsabilité est partagée entre les gouvernements qui se sont succédées et 44 Md€ en 2013-2014). Il est donc malheureusement vrai qu’on a utilisé l’impôt pour régler les problèmes.

En revanche, les français n’ont pas encore récupéré le fruit de leurs efforts. En 2015 et 2016, l’impact global des mesures fiscales et sociales nouvelles a été quasiment nul. Les baisses des impôts sur le revenu et sur les sociétés ou de certaines cotisations sociales ont été à peu près compensées par les hausses des impôts locaux ou sur les produits énergétiques ou d’autres cotisations sociales. S’agissant de 2017, les mesures inscrites dans le pacte de responsabilité et de solidarité étant devenues caduques en juin dernier, il n’y a plus de certitude sur ce que le Parlement va finalement voter.

Récompenser les Français en 2017 par de fortes baisses d’impôts serait d’ailleurs une grave erreur de politique économique. Le déficit public est encore supérieur à 3 % du PIB et la dette approche 100 % du PIB. Dans ces conditions, la reprise de la croissance, certes limitée, doit permettre de réduire le déficit et non, comme la France l’a trop souvent fait dans le passé, de vider une illusoire cagnotte budgétaire.

Jean-Luc Bœuf : Tout d'abord, il est un peu surprenant de qualifier l'impôt comme outil propre à "régler les problèmes". L'impôt est la contrepartie des services rendus à la Nation. Il doit être juste et proportionné. Le Conseil constitutionnel le rappelle à l'occasion.

La question de l'impôt concerne les particuliers et les entreprises. A la question "paie-t-on moins d'impôt aujourd'hui qu'au début du quinquennat", la réponse est non. Depuis 2012, les recettes annuelles de l'impôt sur le revenu n'ont fait qu'augmenter, de plus de 10 milliards d'euros en 2016 par rapport à 2012.

Rappelons également que le taux normal de la TVA est passé dans le même temps de 19,6 % à 20 % et le taux réduit de 7 à 10 %.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 02/09/2016 - 12:44 - Signaler un abus Ils ne manquent pas de culot Sapin et le PS

    Apres avoir augmenté les impôts d'une 50 eme de milliard, les derniers dont le me souviens (depuis 2016) ; augmentation des taxes sur le carburant 2.5 cts, augmenté la CSG pour les retraités de 5%, augmenté les taxes sur les transactions immobilières, 2 nouvelles taxes sur les societes, ils se targue de diminuer les impots ( pour certains) . Ils affirment le plus naturellement du monde que la France va mieux àlors que la dette continue à s'envoler. Nos enfants vous remercient Mr Sapin.

  • Par Philippine - 03/09/2016 - 07:53 - Signaler un abus Mille excuses à mes compatriotes .......

    car je n'aime pas dire souvent des "gros mots", mais là ,trop c'est trop, alors : ho, hé, la gauche, ARRETEZ DE NOUS PRENDRE POUR DES CONS !!!

  • Par mili95 - 03/09/2016 - 11:03 - Signaler un abus Aucune pudeur

    Il prends vraiment les français pour ce qu'ils sont des ânes,.prêts à y retourner en 2017 Trio d'enfer Hollande,Sapin,Valls qui continue à dire que les impôts baissent,que le chômage recule et que la sécurité s'est améliorée.et bon nombre des français y croient.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Luc Boeuf

Jean-Luc Bœuf est directeur général des services de la ville et de la communauté d’agglomération de Quimper. Il vient de publier Un seul lit pour deux rêves, la France et ses régions  et anime le site www.jean-luc-boeuf.fr

Voir la bio en entier

François Ecalle

François Ecalle est ancien rapporteur général du rapport annuel de la Cour des comptes sur la situation et les perspectives des finances publiques ;  ancien membre du Haut Conseil des finances publiques, Président de FIPECO et fondateur du site www.fipeco.fr sur les finances publiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€