Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Petit historique (souvent déprimant) de ceux à qui profitent vraiment les grandes vagues de révélations d'affaires de corruption

Dans l'histoire de la République, nombreux ont été les hommes politiques à avoir été visé par des affaires. Mais tous n'ont pas vu leurs carrières réduites à l'échec pourtant. Alors comment expliquer que certains arrivent à s'en sortir dans l'opinion, pendant que d'autres voient leurs popularité chuter?

Mémoire courte

Publié le - Mis à jour le 24 Mars 2017
Petit historique (souvent déprimant) de ceux à qui profitent vraiment les grandes vagues de révélations d'affaires de corruption

Alors que la campagne présidentielle est largement perturbée par des "affaires", quel bilan politique peut-on faire, dans un cadre européen, sur les suites de telles séquences ?

Raul Magni-Berton : Par contre, l'impact négatif  des problèmes judiciaires des hommes politiques sur l'opinion publique n'est pas partout de même ampleur, et cela dépend de leur fréquence ainsi que de la situation générale du pays en termes de corruption. Lorsque tous les politiciens sont perçus comme corrompus, une affaire qui sort nuit relativement peu au responsable. A l'inverse, cela peut être particulièrement terrible dans les pays où cela est rare. L'indice de perception de corruption développé par Transparency International place l'Allemagne en 12ème position, la France en 26ème et l'Italie à la 69ème place.

Ces places indiquent assez bien le niveau d'acceptation par l'opinion des actions moralement ou légalement répréhensible des leurs élus.
Dans certains pays il est commun de démissionner avant toute mise en examen. Le cas du ministre de la défense Allemand, Karl Guttenberg est assez emblématique: la découverte d'un plagiat dans sa thèse de doctorat l'avait poussé à la démission. Dans d'autres pays, la démission n'est pas d'usage, comme cela a été le cas en Italie. En France, la situation est intermédiaire. Mais il reste que, aux yeux des électeurs et des alliés, traîner des affaires n'est certainement pas un atout.
De manière générale, les problèmes avec la justice sont un handicap important dans la perspective d'une élection. Cela renforce les concurrents et les adversaires politiques, et affaiblit les alliés. Et bien sûr, réduit le soutien de l'opinion publique.

De l'Italie de l'opération mains propres qui a permis l'émergence de Forza-Italia de Silvio Berlusconi, ou la victoire de Lionel Jospin en 1997, malgré les nombreuses affaires "Mitterrand", les cas de corruption profitent-ils réellement aux "plus vertueux" ?

Ces histoires montrent que, même si les affaires judiciaires ne bénéficient pas à l'image des hommes politiques, des configurations particulières peuvent faire que des personnes mêlées à ces affaires puissent en tirer profit.
La situation n'est pas la même pour Jospin, qui, personnellement, n'a pas été poursuivi pour sa conduite. Les affaires autour de Mitterrand n'ont pas coulé le Parti Socialiste parce que beaucoup de socialistes n'y étaient pas impliqués. En revanche, quelques années après, on peut dire que Chirac a même "bénéficié" de ses affaires.  Pourtant, en 2002, l'affaire des emplois fictifs à la mairie de Paris avait bien fait perdre des voix au président sortant. Cependant, une bonne partie de ces voix sont parties vers Le Pen, qui a pu ainsi disputer le deuxième tour. Face à ce dernier, Chirac a obtenu une victoire aussi confortable qu'inespérée. En effet, ses affaires ne lui offraient pas beaucoup d'espoir s'il avait eu à concourir contre un autre candidat.
L'affaire mains propres a avant tout détruit les partis qui ont été le plus impliqués dans la corruption généralisée. Le partis socialiste est passé de 14% à 2% en deux ans à peine. La démocratie chrétienne de 30% à 11%. Dans l'ensemble, les corrompus ont perdu. Il est vrai, cependant, que cela a entraîné le succès électoral de Berlusconi et des siens qui ont cumulé par la suite un grand nombre de procès et condamnations. Mais cette situation était particulière: il faut imaginer que la moitié des personnalités politiques les plus en vue sont condamnés à la prison ferme ou en état d'arrestation. Dans ces conditions d'exaspération, il arrive qu'un personnage comme Berlusconi ait du succès: au moins, lui, ne sera pas vu comme corrompu, parce qu'il appartient à la catégorie des corrupteurs.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Olivier K. - 23/03/2017 - 09:09 - Signaler un abus Aucun candidats propose la transparence!

    Car les élus qualifient la volonté de transparence de populisme! La population n'a pas idée de l'ampleur de la corruption et de la personnalité des homme politiques. Ce sont des mafieux, bien pire que ce qu'on voit dans les films, il suffit de rentrer dans leur petit cercle pour s'en rendre compte. S'ils veulent exercer le pouvoir, ce n'est que parce qu'ils croient que leur concitoyen sont à leur image. A l'extérieur du cercle, ils jouent les vertueux.

  • Par BOCE64 - 23/03/2017 - 13:44 - Signaler un abus LOL

    Et toi, Olivier tu connais bien leur petit cercle ... !? bien sur bien sur...

  • Par bd - 24/03/2017 - 11:53 - Signaler un abus Les électeurs du second tour à la pêche? Le rêve de Marine!

    François Fillon perdrait car avec lui, la gauche irait à la pêche. Hamon ou Mélenchon perdraient car avec eux, la droite irait à la pêche. ... Et s’abstenir, c’est aussi favoriser Marine Le Pen.
 Emmanuel Macron est le seul qui peut battre Marine Le Pen.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Raul Magni-Berton

Raul Magni-Berton est actuellement professeur de science politique à Sciences Po Grenoble.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€