Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Perquisition antiterroriste à Forest : comment s'articule la coopération entre services français et belges sur place

Selon le bourgmestre Marc-Jean Ghyssels (PS) peu emballé par ce coup de projecteur sur sa commune qui a voulu se montrer le plus rassurant possible, il s’agissait d’une perquisition « normale » qui s’est déroulée dans un quartier à forte « mixité » où il y a de nombreux marchés et écoles.

Entraide judiciaire

Publié le
Perquisition antiterroriste à Forest : comment s'articule la coopération entre services français et belges sur place

Une fois de plus, la Belgique s’invite au cœur de l’actualité antiterroriste. Cette fois, les caméras du monde sont braquées sur la commune bruxelloise de Forest où une fusillade a éclaté ce mardi après-midi à la suite d’une perquisition menée vers 15h dans le cadre d’une opération antiterroriste conjointe de la police belge et de la DGSI liée aux attentats du 13 novembre.

Selon le bourgmestre Marc-Jean Ghyssels (PS) peu emballé par ce coup de projecteur sur sa commune qui a voulu se montrer le plus rassurant possible, il s’agissait d’une perquisition « normale » qui s’est déroulée dans un quartier à forte « mixité » où il y a de nombreux marchés et écoles. Irrité par un journaliste qui lui demandait si Forest était « un autre Molenbeek », le maire s’est défendu en insistant sur le fait que ce type d’incidents pouvaient se dérouler « dans n’importe quelle ville », « partout dans le monde ».

En Belgique, on ne recule devant rien et on n’hésite plus à convoquer la planète entière et la fatalité pour nier toute responsabilité dans l’état de pourrissement de certains quartiers.

En réalité, il s’agit encore d’une poche urbaine au cœur de la capitale de l’Europe totalement en proie au communautarisme. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer l’hostilité manifestée par les riverains vis à vis de l’équipe télévisée de la RTBF déployée sur le terrain pour couvrir ce nouvel assaut qui aurait eu beaucoup de mal à terminer son duplex sans une présence policière rapprochée… Quant à la présence de membres de la DGSI, elle plaide plutôt pour une opération peu ordinaire, liée au démantèlement de la cellule djihadiste incriminée dans les attentats de Paris. Et si ce n’était pas le cas, il faudra conclure que le djihadisme a définitivement et durablement intégré la normalité de notre quotidien.

Le scénario d’aujourd’hui n’est pas sans rappeler les événements qui avaient secoué la ville de Verviers en janvier 2015 à la différence qu’ici, à Forest, l’assaut n’était pas planifié, mais simplement envisagé. Finalement, après plusieurs heures de confinement pour de nombreux enfants au sein des quatre bâtiments scolaires situés dans le périmètre de sécurité et un bouclage complet du quartier, un individu aurait finalement été abattu par la police vers 19h. En revanche, il semblerait que deux de ses complices aient réussi à prendre la fuite.

Du côté des forces de l’ordre, on dénombre quatre blessés. Trois belges et une française, précise le parquet. La présence de membres de la DGSI s’explique par la mission conjointe (Joint Investigation Team) mise en place entre la France et la Belgique au lendemain des attentats de Paris dont les auteurs présumés proviennent pour la plupart de Belgique.

La possibilité pour des Etats membres de mettre sur pied une équipe commune d’enquête a été introduite par la convention du 29 mai 2000 relative à l'entraide judiciaire en matière pénale entre les États membres de l'Union européenne. Le terrorisme, où les commissions rogatoires internationales sont fréquentes, est une des matières où ce mécanisme prouve toute son efficacité.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Dominique Dumont

Dominique Dumont est une journaliste belge.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€