Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pays-Bas en crise :
le début de la fin pour la zone euro ?

Les Pays-Bas sont dans une situation délicate, spécialement depuis la démission du gouvernement de Marc Rutte mardi. Une situation qui pourrait fragiliser le groupe de pays de la zone euro rassemblés autour de l'Allemagne.

Neverlands ?

Publié le

Atlantico : Le gouvernement de Marc Rutte a démissionné mardi faute de présenter un budget limitant les déficits publics. Depuis quand les Pays-Bas subissent la crise actuelle ?

Arnold Heertje : La situation économique dans notre pays est difficile. Pourtant, j’ai l’impression que nous allons parvenir à un accord qui sera présenté à Bruxelles afin de réduire le déficit budgétaire vers les 3%.

Je pense aussi que nous sommes sur le point d’organiser une coalition de plusieurs partis afin de former une majorité au Parlement à partir de laquelle nous pourrons présenter des propositions solides d’ici quelques jours.

Quelles sont les marges de manœuvre ?

Le gouvernement est dans un mauvais état. Il est nécessaire pour celui-ci, et pour le pays, de démontrer notre capacité à résoudre les problèmes. Hier, la situation était risquée car les partis avaient des opinions plus ou moins contradictoires mais le choix se porte désormais vers les partis les plus constructifs, c'est-à-dire ceux qui montrent l’on est dans la possibilité de réduire le déficit budgétaire.

Quels sont faiblesses de l’économie des Pays-Bas ?

Actuellement, les entreprises hésitent à investir et  les consommateurs à dépenser. Par exemple, beaucoup de maisons sont à vendre mais personne ne les achète. Cette situation traduit un manque de confiance. La meilleure façon de retrouver cette confiance,  l’investissement et les dépenses, est que le gouvernement, avec le Parlement, démontre sa capacité à résoudre les problèmes et à gérer la situation.

Je pense toutefois que nous sommes sur la bonne voie. Ainsi, sur le marché des actions, la situation s’améliore et les taux d’intérêt baissent ce qui indique que les marchés financiers ont repris une certaine confiance.

Beaucoup d’observateurs internationaux estiment que la situation aux Pays-Bas constitue un pas de plus vers l’éclatement de la zone euro. Quel est l’impact réel ?

Si les Pays-Bas ne sont pas capables de résoudre ce problème, c'est-à-dire de présenter un budget acceptable, cela aura une influence négative. Il a été exigé à la Grèce, à l’Espagne et au Portugal de réduire leurs budgets afin de réduire leurs déficits. Dès lors, si les Pays-Bas n’en sont plus aptes, il risque alors d’y avoir une amplification de la crise de confiance en zone euro.

 Ce sera donc un pas en arrière car il y avait une « alliance » forte entre la France et l’Allemagne. Les Pays-Bas faisant partie des pays de la zone d’influence allemande, l’Allemagne  se retrouverait alors en situation délicate vis-à-vis de ses partenaires européens, notamment la France et l’Espagne. De plus, si François Hollande remporte l’élection présidentielle française, son attitude plus sceptique à l’égard des politiques de rigueurs allemandes risque de renforcer ce phénomène.

 Cependant, je pense que notre pays va parvenir à présenter un budget acceptable. Une coalition de partis favorables à la discipline budgétaire est en train de se former au Parlement.

Propos recueillis par Priscilla Romain

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gégé Foufou - 29/04/2012 - 17:10 - Signaler un abus BLA BLA BLA

    L'Europe, l'Europe, l'Europe, c'est foutu depuis le début celà a été une hérésie de fabriquer ce grand barnum réunissant des pays, des peuples et des économies si disparates. Marine a raison de ne plus parler de revenir au franc, on va se faire virer de l'Euro mark comme des malpropres et celà sans avoir rien a faire sinon que de s'y préparer.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Arnold Heertje

Arnold Heertje est professeur d'économie politique à l'Université d'Amsterdam.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€