Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 04 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La Pauvrophobie, dernière invention en date de ceux qui s’attaquent aux symptômes et jamais aux causes

ATD Quart Monde propose d'introduire dans le langage commun le mot de "pauvreté", afin de lutter contre les discriminations que provoque l'état de misère. Si l'intention paraît bonne, on peut se demander si les effets seront aussi positifs en matière de lutte réelle contre la pauvreté.

Néologisme

Publié le
La Pauvrophobie, dernière invention en date de ceux qui s’attaquent aux symptômes et jamais aux causes

La pauvreté est bien une réalité effrayante lorsqu'elle n'est pas choisie. Cette banalisation du phénomène, cette façon de réclamer une tolérance vis-à-vis de la pauvreté et des pauvres me paraît à double tranchant et manquer un peu de réflexion. Crédit Reuters

Atlantico : L'association ATD Quart Monde, qui lutte contre la misère dans le monde, a mis en place un néologisme, "pauvrophobie", pour désigner la discrimination que subissent les populations du fait de leur situation sociale. Le terme de "pauvrophobie" venant s'ajouter à la longue liste des nouvelles "phobies", en quoi une telle vision du problème conduit à se détourner du problème réel de la pauvreté ?

Eric Verhaeghe : Il fut en effet une époque pas si lointaine où l'objectif collectif était de lutter contre la pauvreté. Les politiques publiques affichaient une ambition : éradiquer la misère. L'invention du mot "pauvrophobie" constitue un cap : on ne cherche désormais plus à combattre la misère, mais on l'accepte comme une donnée et on cherche simplement à aménager une coexistence satisfaisante avec elle.

Cette évolution en profondeur est un signe des temps. L'ambition sociale que nous avions à une époque, que la société dans son ensemble avait à une époque, est bel et bien passée. Il ne reste désormais plus qu'un horizon collectif : accepter la misère et ne plus en avoir peur. Il faut d'ailleurs ici mesurer ce qu'ATD Quart Monde nous fait passer comme message : il ne faut pas avoir peur de la pauvreté. C'est curieux. En soi, la pauvreté est bien une réalité effrayante lorsqu'elle n'est pas choisie. Cette banalisation du phénomène, cette façon de réclamer une tolérance vis-à-vis de la pauvreté et des pauvres me paraît à double tranchant et manquer un peu de réflexion. On se surprendra en tout cas à voir qu'ATD Quart Monde oeuvre aujourd'hui pour instaurer une sémantique qui vise à banaliser la misère et à l'intégrer à notre langage quotidien, même si c'est sous une forme bienveillante.

N'est-il pas également contre-productif d'enfermer la pauvreté, phénomène pouvant être temporaire, dans une notion de phobie bien plus structurelle, comme peut l'être la xénophobie, l'homophobie, etc. ? 

Là aussi, un peu de sémantique n'est pas inutile. La multiplication des "phobies" reconnues comme telles par la société française montre bien l'état d'hystérisation dans lequel nous vivons aujourd'hui. La société française est déboussolée et elle a peur. Disons même qu'elle a peur de tout. La phobie est devenue une sorte de pilier incontournable de notre organisation collective. La société française passe son temps à parler de ses phobies et à chercher à les maîtriser. C'est un peu comme si les Français étaient placés dans un processus de psychanalyse permanente, comme si nous étions tous sur un divan, à parler de nous, de notre moi, de notre surmoi, de nos peurs, de nos angoisses. Au fond, la France est entrée dans une phase étrange d'effondrement narcissique, qui la fait se détester et se mettre sous surveillance permanente. Progressivement, il ne sera plus possible d'exprimer la moindre pensée critique sans être accusé d'être phobique du fait ou de la personne dont on parle. Et vous avez raison de souligner le glissement de sens. D'ordinaire, la phobie désigne une structure psychique qui a peur de situations structurelles. La pauvrophobie est une extension de sens injuste. En réalité, elle laisse croire que la pauvreté est une trappe dont on ne sort jamais. Elle nourrit l'idée que la pauvreté est un état contre lequel on ne peut rien, et auquel on n'échappe jamais.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par adroitetoutemaintenant - 18/10/2016 - 09:58 - Signaler un abus La psychiatrisation des opposants politiques

    Une vieille technique bien connue des tyrannies communistes et socialo-nazi comme elle se pratique toujours à Cuba. En France elle resurgit sous cette forme d’accusation de phobie, c’est-à-dire de névroses, pour tous ceux qui dérogent à leur règle du politiquement ‘correcte’. Je publie quotidiennement des pamphlets politiquement ‘incorrects’, en fait tout à fait corrects car j’appelle un chat un chat. J’ai le secret espoir de me faire trainer devant les tribunaux pour pouvoir trainer dans la boue l’accusation qui ne manquerait pas de me traiter de phobique. En tant qu’expert auprès des tribunaux, je connais bien ce milieu et je n’aurai aucun mal à accuser les accusateurs d’exercice illégal de la médecine.

  • Par MIMINE 95 - 18/10/2016 - 11:12 - Signaler un abus TOUT EST DIT,

    rien à ajouter au commentaire lucide de adroitetoutemaintenant. Où peut-on lire vos pamphlets. merci.

  • Par mirin - 18/10/2016 - 12:53 - Signaler un abus misère et pauvreté.

    Ce sont deux états à ne pas confondre: l a misère est la pauvreté absolue telle que définie par l'ONU : un individu est dit en état de pauvreté absolue quand il n'a pas les moyens de se procurer un "panier" de biens considérés comme indispensables à sa survie. En France, en 2002, l'estimation était d'environ 10 euros par jour. la pauvreté relative est définie comme étant un niveau de revenu inférieur à 50 ou 60% du revenu médian (2000 Euro?); celà donne un taux de pauvreté de 8 ou 14% en 2013 'derniers chiffres disponibles. Je pense que cet article traite de la pauvreté absolue et non de la pauvreté relative

  • Par adroitetoutemaintenant - 19/10/2016 - 09:57 - Signaler un abus @MIMINE 95

    Merci de votre compliment. Tout ce que je publie est sous nom d’emprunt à tel point que pas un membre de ma famille ou un seul de mes amis ne sait quel nom et n’achète mes livres. Même mes livres de médecine sont publiés sous nom d’emprunt et sont édités par moi-même. Mais je sais qu’un jour le pouvoir politique et ses laquais mettront la pression sur un journal pour avoir accès a mes données.

  • Par Pig - 19/10/2016 - 17:44 - Signaler un abus Grec

    Surtout, on ne s'est pas donné la peine de chercher comment se dit pauvre en grec afin de former un néologisme moins abâtardi.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€