Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pakistan : "pays des purs" pour les musulmans, enfer sur terre pour les chrétiens

Au Pakistan, les lois "anti-blasphème" permettent depuis 1986 de faire condamner à mort chrétiens, hindous, ahmadis et autres minorités non-musulmanes, accusés de "blasphème".

"Terre promise"

Publié le
Pakistan : "pays des purs" pour les musulmans, enfer sur terre pour les chrétiens

Les articles 295 A, B et C de la Constitution pakistanaise permettent de condamner à mort les "infidèles" accusés de "blasphème". Crédit Reuters

Le 3 décembre dernier, un fait tragique parmi tant d’autres est passé sous silence dans les médias occidentaux : une sœur catholique d’origine suédoise, Bargetta Emmi, missionnaire depuis 40 ans au Pakistan, a été sauvagement assassinée par balles par des islamistes. Son seul crime était d’aider de jeunes pakistanaises à poursuivre leurs études... Autre événement passé sous silence par nos médias à l’indignation fort sélective : le 15 décembre dernier, une "Journée contre la persécution des chrétiens" a été organisée à Bergamo (Italie) à l’initiative de l’organisation pakistanaise SAMA (South Asian Minority Association).

A l’occasion de ce colloque, sponsorisé par le diocèse de Bergame, des prêtres et militants pakistanais des droits de l’Homme ont raconté la terrible situation des chrétiens et des minorités non-musulmanes dans ce pays où la charia est la source principale de la loi et où les lois "anti-blasphème" permettent, depuis 1986, de faire condamner à mort ceux qui "diffament l’islam".

Les articles 295 A, B et C de la Constitution pakistanaise permettent en effet de condamner à des peines capitales les chrétiens, hindous, ahmadis, chiites ou autres "infidèles" accusés de "blasphème". C’est en vertu de cette Constitution chariatique qu’Asia Bibi a été condamnée à mort, coupable d’avoir "profané l’islam" après avoir bu dans un "puits musulman". Et c’est juste pour avoir dénoncé cela que le gouverneur du Penjab, Salman Ka Taseer, musulman modéré de mère et de femme chrétienne, a été tué en janvier 2011. Son assassin, Mumtaz Qadri - en prison préventive - n’a quant à lui pas été condamné à mort : lors de la première audience de son procès, il a été accueilli triomphalement par des milliers d’islamistes qui menacent de tuer le fils du gouverneur martyre, kidnappé par les Talibans, si l’assassin n’est pas libéré...

Rappelons qu’après l’assassinat de Salman Ka Taseer, ce fut au tour de l’ex ministre - chrétien - des minorités, Shabbaz Bhatti, coupable lui aussi d’avoir défendu Asia Bibi et réclamé l’abolition de la loi sur le blasphème, d’être assassiné, le 2 mars 2012, par des islamistes. Ceux-ci menacent aujourd’hui toute sa famille, qui se cache. En juillet dernier, un autre cas aussi tragique, hélas banal au Pakistan, a secoué le village de Mahra Abad (Islamabad), lorsqu’une jeune fille chrétienne - handicapée mentale - Rimcha, âgée de 14 ans, a été condamnée pour "profanation" pour avoir brûlé des pages du Coran. Depuis, la justice a prouvé que les pages furent brûlées volontairement par l’imam accusateur, entre temps dénoncé par deux de ses ex-fidèles. Mais malgré cela, Rimcha est toujours menacée de mort par les organisations islamistes pakistanaises. Et sa famille a dû quitter son village, changer de nom, et vit cachée pour échapper à la mort. Plus inouï encore, aucun syndical d’avocats, aucun ministre, aucun média n’ose défendre Rimcha, de peur d’être tué. Pour dissuader tout éventuel Zola pakistanais, les islamistes ont averti le conseiller du premier ministre pour les minorités, frère de Shabbaz Bhatti, que s’il aidait Rimcha et les siens à trouver refuge à l’étranger, il serait immédiatement tué…

Etrange "allié" l’Occident, le Pakistan - pays parrain des Talibans et protecteur de Ben Laden - milite depuis 1990 au sein de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) et des Nations Unies pour faire adopter dans le monde entier des lois pénalisant  "l’islamophobie". Adepte de l’accusation-miroir, le Pakistan est pourtant lui-même dans le peloton de tête des pays où les minorités sont le plus persécutées. Exemple parmi tant d’autres, hélas passé sous silence par la presse européenne, en aout 2012, Zafar Ghatti, chrétien, a été condamné pour blasphème pour avoir envoyé un sms "blasphémateur" sur le portable d’un imam, sms en fait envoyé à partir d’une carte sim à son nom achetée à son insu. Zafar Ghatti croupit aujourd’hui en prison. Et sa famille, menacée de mort, a dû quitter la bourgade de New Town Rawalpindi (Islamabad) et vit cachée. Dans le "pays des purs", la haine envers les chrétiens est non seulement publique mais elle consolide une popularité.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Bara - 17/12/2012 - 12:24 - Signaler un abus Ces victimes-là sont inacceptables

    Pour les belles-âmes occidentales, alliées du Pakistan sauvage, de l'Arabie cruelle et de la Turquie fourbe, les coupables essentiels sont mâles, blancs, occidentaux, chrétiens, hétérosexuels. Les victimes essentielles sont tout l'inverse: si vous partagez une caractéristiques avec le paradigme du bourreau (en l'occurrence, le christianisme), vous ne POUVEZ PAS être considéré comme une victime acceptable. La bien-pensance occidentale défend à la fois le droit pour les homosexuels de se marier, et le droit pour les musulmans de régenter la société: observons jusqu'où ce grand écart va la mener....

  • Par letroll - 17/12/2012 - 12:35 - Signaler un abus les pakistanais ont raison

    ils n'ont aucune raison de se laisser emm.. par des gens n'ayant pas la même religion ou la même culture qu'eux ..

  • Par NicoLeFou - 17/12/2012 - 12:42 - Signaler un abus Tolérance?

    Bien sur que non, l'islam montre tout les jours qu'il est intolérant, quel que soit le discours de personnes chez nous! Quand il est laissé sans aucun contrôle, on trombe très rapidement dans l'extrême comme au Pakistan! Est ce que cela pourrait arriver en France? OUI, et cela a déjà commencé, aidé par la bienveillance de la gauche dans son intégralité!

  • Par laïcité - 17/12/2012 - 12:43 - Signaler un abus C'est toujours un réel plaisir

    de lires vos articles Mr Del Valle. Malheureusement la lâcheté des Occidentaux est telle devant la montée inexorable de ce nouveau fascisme du 21ème siècle que je ne vois pas comment on va pouvoir éviter un nouveau conflit mondial entre monde musulman et monde non musulman...Et plus le monde non musulman va tarder à mettre les musulmans devant leurs responsabilités, leur dire par exemple que certains de leurs préceptes sont incompatibles avec les droits de l'homme, et plus les non musulmans du monde entier vont persister dans leur lâcheté et plus le conflit final sera terrible.Les chances d'éviter ce conflit final diminuent d'année en année. Mes parents dans les années 30 ont connu la lâcheté dominante des français face à la montée du nazisme mais cette fois-ci la lâcheté affichée face à la montée de l'islamisme est mille fois pire hélas .

  • Par ISABLEUE - 17/12/2012 - 13:59 - Signaler un abus Eh oui M del Valle

    pour ces illletrés agressifs, seuls sont des victimes les musulmans..; les autres ils s'en fichent.. Et encore, leurs filles, mères et femmes ne font partie de leur monde;.. Que dire de ceux qui nient l'existence de la moitié de la planète...

  • Par Thomas Bishop-Garnier - 17/12/2012 - 15:16 - Signaler un abus Le pays le plus pourrie du monde !

    Le fondateur du Pakistan, Muhammad Ali Jinnah qui est d'ailleurs est decedé un ... 11 septembre 1948 mais de maladie, devrait se retourner de honte s'il voyait l'etat du pays de ses rèves, le Pakistan. Tous les successeurs de Ali Bhutto ( le "socialiste" ) à Pervez Musharraf en passant le general Zia ou encore Benazir Bhutto ont chacun à leurs tours rajouté une couche de cette islamo-fascisme calamiteux pour les Pakistanais et les pays voisins. Encore heureux que l'Union Indienne ai gagné toutes les guerres indo-pakistanaises et que le Bangladesh soit devenu indépendant en 1971. Le Pakistan est devenu la principale menace potentiel vis à vis de l'Iran et le fait nucléaire pakistanais est l'une des causes du programme nucléaire iranien. Quand aux persecutions religieuses, malheur à celui qui est chrétiens, hindouistes, sikhs, musulmans chiites ou ismaeliens ... vis à vis de la majorité sunnite dans ce pays. On peut aussi parler des destructions du patrimoine pre-islamique au nord du Pakistan dans ce qui fut ... le "Royaume du Gandhâra". Sans oublier la suprenante minorité animiste des Kalashs de l'Hindou-Koush, dont parlait R.Kypling.

  • Par zorglubb - 17/12/2012 - 19:33 - Signaler un abus Bond dans le temps

    Grâce à cette religion, qu'il ne faut bien sûr pas nommer, la machine à remonter le temps est en marche. On se croirait revenu aux pires heures de l'Inquisition et des indulgences, où l'obscurantisme le disputait à l'inculture, où l'ompnipotence des religieux légitimait la pire des terreurs. Quel contraste avec la religion "de paix et d'amour" qu'on nous serine en boucle en occident... de quoi méditer sur les beaux discours entendus ici.

  • Par slavkov - 17/12/2012 - 19:52 - Signaler un abus déjà vu

    ... alors réciprocité ...

  • Par Salvatore Migondis - 17/12/2012 - 20:28 - Signaler un abus Nos chers humanistes associés..

    et leurs complices risquent de constater très bientôt que Jean-Marie le Pen n'avait finalement pas tout à fait tort quand il déclarait que l'occupation allemande n'avait au fond pas été particulièrement inhumaine..

  • Par kettle - 17/12/2012 - 21:41 - Signaler un abus Comme dirait ma grand mere

    F****** P**** !

  • Par Monsegu - 18/12/2012 - 06:35 - Signaler un abus congénital

    Le Pakistan a été fondé par des musulmans qui ne voulaient pas vivre avec des membres d'autres religions. C'est un état tenu par la religion et certainement pas par la culture ou la langue. La tolérance envers quelques minorités reste toute relative puisque ces minorités sont par nature étrangère au projet national d'une religion unique. Je crois qu'il faudra attendre longtemps avant de voir se développer une tolérance plus ouverte...

  • Par Montalte - 18/12/2012 - 09:28 - Signaler un abus Liberté pour Asia Bibi, Rimsha

    Et justice pour Sr Bargetta, Shabbaz Bhatti et le gouverneur Taseer. Effectivement, personne ne parle de l'assassinat de Sr Bargetta et de l'enlèvement du malheureux fils de Taseer. Mais que les islamistes pakistanais regardent ce qui se passe en Algérie et en Iran. Les exactions islamistes les plus sanguinaires ont débouché sur des conversions massives de musulmans au christianisme. 70 000 en Algérie (c'est encore peu), 370 000 en Iran (contre une quarantaine de mille avant la Révolution islamique).

  • Par kenainturk - 18/12/2012 - 13:34 - Signaler un abus Les illletrés agressifs.

    Toute mes sincères condoléances aux familles des victimes du terrorisme au Pakistan. Cependant, Mr Del Valle ne sais (ou ne dira) probablement pas que des frappes drones(*), événements passés sous silence par les médias à l’indignation fort sélective, effectués depuis 2004. Certes, il est difficile d'évaluer les pertes civiles dues aux frappes. Mais selon des recoupements, entre 2 562 et 3 325 personnes ont été tuées au Pakistan entre juin 2004 et la mi-septembre 2012, dont entre 474 et 881 civils, incluant 176 enfants. Ce bilan montre que les effets collatéraux sont bien réels. Par ailleurs, la présence permanente de drones au-dessus du territoire pakistanais, qui agissent sans prévenir, "terrorise la population hommes, femmes et enfants, provoquant anxiété et séquelles psychologiques parmi les populations civiles". Par ailleurs, les frappes ont facilité le recrutement des groupes terroristes et ont motivé d'autres attaques de la part de ces illettrés agressifs assoiffés de sang. J'attendrais impatiemment (ou indéfiniment?) que Mr Del Valle nous régale d'une étude aussi pertinente, profonde et "zoomée" sur la persécution de la minorité Rohingha à Myanmar. Cordialement.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc), il intervient pour le groupe Sup de Co La Rochelle et des institutions patronales et européennes et est chercheur associé au CPFA (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment auteur des livres Le Chaos Syrien, printemps arabes et minorités face à l'islamisme (Editions Dhow 2014), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (Editions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (Editions du Toucan).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€