Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 23 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'Ordre et la Morale : quand Mathieu Kassovitz préfère la polémique à la vérité historique

Une projection prévue en Nouvelle Calédonie annulée, l'ancien ministre de l'Outre-mer Bernard Pons "indigné" : la polémique monte autour du prochain film de Mathieu Kassovitz qui revient sur la prise d'otages d'Ouvéa de 1988. Le blogueur Matthieu Creux a vu le film... et crie au scandale.

Ciné scandale

Publié le

Membre d'un panel de spectateurs retenus par une grande chaîne de distribution du cinéma, j'ai eu l'occasion de voir plus d'un mois avant sa sortie le dernier film de Mathieu Kassovitz.

L'Ordre et la Morale, annoncé comme le film événement de cette fin d'année, rejoue la prise d'otages en Nouvelle-Calédonie d'une trentaine de gendarmes enlevés par les militants indépendantistes Kanaks, en 1988, entre les deux tours de l'élection présidentielle. 

Autant le dire tout de suite, ce film est un véritable scandale ! Le réalisateur a d'ailleurs probablement tout fait pour aboutir à ce résultat puisqu'à l'ère de la communication moderne, les débats politiques qui vont avoir lieu ces prochaines semaines autour du film, vont inévitablement lui assurer la meilleure publicité possible.

Mathieu Kassovitz en avait probablement besoin : devant la qualité médiocre de l'interprétation et le scénario historiquement discutable, le jury de Cannes n'a pas tenu à retenir le film pour sa sélection officielle.  

Une adaptation filmique historiquement contestable...

Ce film retient une version pour le moins très contestable de l'échec des négociations menées par le GIGN sur l'ile d'Ouvéa. Si l'on s'en tient à la version du film, l'Opération Victor s'est conclue par la mort de 19 Kanaks et de deux militaires à cause d'un commandement opérationnel aveugle, en manque d'interventions d'envergure depuis la guerre d'Algérie. Sans oublier la mise sous pression par un gouvernement de droite qui a cherché, par cet épisode, à récupérer les voix du Front National entre les deux tours ; en montrant d'une part que toute manifestation politique séparatiste était inconcevable, et d'autre part, que s'attaquer aux forces de l'ordre (trois personnes avaient été tuées par les kanaks pendant l'assaut de la gendarmerie) se payait cher.

Le film va plus loin en essayant de montrer que ce carnage aurait pu être évité si les autorités politiques et militaires avaient suivi les conseils du négociateur en chef, Philippe Legorjus, le commandant du GIGN de l'époque envoyé sur place avec ses hommes.

Matthieu Kassovitz joue justement le rôle principal du chef du GIGN, et Philippe Legorjus, aujourd'hui reconverti dans la sécurité privée, a trouvé ce film "très beau" et très réaliste. Ce film lui rend en effet hommage, en quelque sorte, lui qui est présenté à contre-pieds de son entourage hiérarchique, comme le seul homme à l'écoute des Kanaks, et toujours mobilisé pour éviter une nouvelle effusion de sang.

... et intellectuellement malhonnête !

Première malhonnêteté intellectuelle : les crédits oublient de préciser que le film s'inspire d'un livre de Philippe Legorjus, justement, et que ce dernier fut le conseiller historique du réalisateur au moment de l'écriture du scénario. Ou comment se redonner une place au soleil après tant d'années, alors que tous les rapports et témoins de l'époque affirment clairement qu'aucun assaut n'aurait pu avoir lieu sans l'accord préalable du GIGN. Eux, les spécialistes des prises d'otages, d'ailleurs dépêchés sur place pour cette raison ! 

On a le sentiment que derrière l'excuse du point de vue retenu, on nous cache un film totalement impartial, complètement biaisé et politiquement instrumentalisé. Ce sentiment est d'ailleurs renforcé par un excipit en lettres blanches sur fond noir, musique lancinante, et sous-entendu explicite que l'armée française s'est livrée à des exactions. Notamment en tuant de dos des Kanaks innocents, naïfs et désarmés, qui auraient été ensuite déposés dans un charnier à ciel ouvert. Image poignante et évocatrice des génocides nazis (ou rwandais ?).

Un film aussi (et surtout) caricatural

C'est tout juste si on aura le temps de s'apercevoir que les images du film mettent en scène un nombre inimaginable de caricatures. Ainsi, on s'indignera que le ministre des Départements et des Territoires d'Outre-mer, Bernard Pons, sur place pendant la crise, soit constamment représenté comme un ministre bling-bling, recevant dans sa luxueuse maison en robe de chambre et cigare à la bouche. Et ce, alors que les Kanaks sont, quant à eux, constamment représentés comme des "joueurs de football sans chaussures ni maison".

L'armée, qui a refusé d'aider le tournage en ne prêtant aucun matériel militaire pour les reconstitutions, est ridiculisée. Alors qu'il s'agit de libérer 30 otages et de se battre contre autant de Kanaks pauvrement armés, on assiste à une surenchère peu crédible : les généraux proposent d'en finir au Napalm (sic) ou d'envoyer les lances-flammes (re-sic). Et vas-y que le soldat moyen donne du "sale nègre" aux habitants locaux, et ne s'en prennent exclusivement qu'aux vieux, aux femmes et aux enfants...

L'une des thèses gaguesques du film veut aussi démontrer que les Kanaks n'ont "pas fait exprès" de tuer quatre gendarmes au moment de la capture des otages. Un mort, à la limite... On aurait pu comprendre que dans un moment de panique, des hommes armés n'aient pas su se contrôler, mais quatre morts "sans faire exprès", c'est un peu gros quand même, non ? En réalité, il faut rappeler que les Kanaks ont bien mené une opération de nature militaire visant à s'emparer de la caserne de gendarmerie, qu'il y a eu plusieurs morts et blessés, qu'ils ont gardé en otage 27 gendarmes, et qu'au lieu de se rendre à l'arrivée des militaires, ils ont tiré avec des mitrailleuses et fusils d'assaut militaires de type FA-MAS. Bref, ce n'était pas des enfants de cœur !  

Un film sans but...

Au final, on ne sait pas bien quel était le but du film de Mathieu Kassovitz : voulait-il nous faire croire qu'on s'est mieux comporté en Algérie qu'en Nouvelle-Calédonie, ou souhaitait-il œuvrer à la réconciliation de la France avec cette île du bout du monde ? A priori, les Calédoniens n'ont pas voulu entendre sa version, puisque les associations mémorielles ont refusé qu'il tourne sur l'Ile, l'obligeant à se retrancher   en Polynésie française.

Mais c'est certain, les Germanopratins vont rouvrir le chapitre de l'affreuse France, celle qui assassine et qui spolie... Pas de quoi faire du bien à l'image de notre armée, de nos soldats et de nos relations avec les territoires d'Outre-mer. C'est bien dommage, c'est gratuit, c'est faible, et cela résume L'Ordre et la Morale à un film bruyant sans qualité intrinsèque.

La sortie de L'Ordre et la Morale de Mathieu Kassovitz est prévue pour le 16 novembre

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Rosine - 31/10/2011 - 07:52 - Signaler un abus tuant de dos?

    Véritable acrobatie ballistique! ce ne serait pas "dans le dos"? Vous voyez quand un article est écrit comme ça,et que moi je repère des conneries dans ce que je connais (la grammaire), alors je mets tout le reste (càd les choses que je ne connais pas) en doute.

  • Par noop - 31/10/2011 - 08:05 - Signaler un abus plutôt "ordre morale"

    Jusque dans le titre du film c'est malhonnête. En fait il s'agirait plus d' Ordre Moral, genre noir-blanc, gentil-méchant, que ce film chercherait à imposer. Pour la nuance et la compléxité adressez vous à des gens plus honnête. Kassovitz ? Un voyou d'opinion comme il y en a tant. En revanche je lui reconnais un talent certain dans ce qu'il entreprend.

  • Par gmilady - 31/10/2011 - 08:19 - Signaler un abus Oh là là

    Quel déchainement d'Atlantico contre ce film de Kasowtiz ! J'ai tendance à croire qu'il a mis le doigt là où ça fait mal et que relater cet évènement néo colonialiste ou la droite a cherché à gagner l'élection présidentielle de 1988 n'est pas du goût des gens de droite Heureusement du la gauche en 1988 a su rétablir la paix en Nouvelle Calédonie. Merci Mitterrand et Rocard.

  • Par Indigène Indigné - 31/10/2011 - 08:38 - Signaler un abus Le révisionisme gauchiste ambiant (ça gave grave !)

    Encore un film à la "vas-y petit français que j'me flagelle" dont sont friands les bobos gôchos. Dans leurs beaux appartements et leurs belles maisons, ils ne savent plus comment se comporter face aux personnes dites "de couleur". Alors, il est de bon ton de laisser penser que blanc c'est méchant et coloré c'est petit, gentil ... Quitte à fleurter avec le révisionnisme

  • Par zen aztec - 31/10/2011 - 09:03 - Signaler un abus évidemment!!

    "Le réalisateur a d'ailleurs probablement tout fait pour aboutir à ce résultat puisqu'à l'ère de la communication moderne, les débats politiques qui vont avoir lieu ces prochaines semaines autour du film, vont inévitablement lui assurer la meilleure publicité possible." Une grosse bouse de plus à la "hors la loi"ou "indigènes"que les enfants des écoles seront obligés d'aller voir pour faire des en

  • Par Ann O'nymous - 31/10/2011 - 11:27 - Signaler un abus Wikipedia

    Pour une présentation moins orientée de l'affaire: http://fr.wikipedia.org/wiki/Prise_d'otages_d'Ouv%C3%A9a

  • Par LeditGaga - 31/10/2011 - 11:39 - Signaler un abus Enfants de choeur, pas enfants de coeur !

    Quand j'ai vu cette faute grossière je me suis dit, comme Rosine, je vais voir ce film et puis j'ai lu le commentaire de Zen Aztec qui au demeurant ne commet pas d'impair orthographique comme Mr Creux (!) et là j'y ai vu plus clair : les deux films cités sont évidemment de grosses daubes et je ne vais pas mettre 5 kopeks pour ça !

  • Par Aie - 31/10/2011 - 11:39 - Signaler un abus un parvenu ce réalisateur

    .

  • Par bobocleaner - 31/10/2011 - 12:34 - Signaler un abus Kassovitz le parfait bobo

    Celui qui croit que la CIA a perpétré le 11 Septembre ? la voix off des documentaires colorisés ? Le Rappeur le People etc .... Peut on attendre autre chose de Kassovitz qu'un film à scandale , sanguinolent et anti-gendarmes ? Et puis si ca pouvait relancer les violences ca serait bon pour ses recettes . Kassovitz .... tout un programme.

  • Par kingfisher - 31/10/2011 - 13:41 - Signaler un abus du calme !!!

    eh bien dites moi ca en déclenche des reactions chez les gauchos et les reacs ... il serait peut etre bon de rappeler qu'il s'agit la d'une oeuvre de fiction et non pas d'un documentaire . celle ci decrit une verité, celle de mr Legorjus apres que le film ne soit pas de qualité c'est possible mais Mr Creux aurait du se contenter de cette consideration car la il participe du debat qu'il denonce ...

  • Par Indigène Indigné - 31/10/2011 - 15:24 - Signaler un abus Ne pas confondre oeuvre de

    Ne pas confondre oeuvre de fiction avec oeuvre de révision, tout comme voyou d'opinion avec manipulateur d'opinion. Le contraste est énorme, l'énormité des sommes d'argent de l'un pour principalement se placer au service de l'autre. Quand M.kasovitz veut de l'argent, comme tous les gens de gauche, il se place sur des thèmes polémiques, en cultive les ambiguïtés et passe à la caisse

  • Par Rosine - 31/10/2011 - 16:50 - Signaler un abus @leditgaga, choeur et coeur

    ah, bien vu! j'avais raté ça!

  • Par Carcajou - 31/10/2011 - 17:10 - Signaler un abus Pas boulouc, mon mec-là, tu connai!.

    @ Rosine et LeditGaga Notez également que cet article semble ne pas faire la différence entre partial et impartial. Sinon, les Kanaks sont des âmes simples, leurs barrières morales sont encore chancelantes, ils sont capables d'une grande gentillesse ou d'une sauvagerie extrême. A Ouvéa, ils ont tenté, ils ont perdu, ils le reconnaissent volontiers. Ite missa est, Kasowitz et Legorjus.

  • Par Chamaco - 31/10/2011 - 18:47 - Signaler un abus sans apprécier Kassowitz...

    "vérité historique" me fait déjà bien sourire tant cette vision va à l'encontre même de la science. Combien de films ont été "avalés" sans que cette "vérité" pose problème ? En vrac : Le Pianiste de Polanski, la Chute du faucon noir de Ridley Scott, le jour le plus long (mult. réal) etc. Quelle vérité ? écrite par qui ? Dans quel but ? documentée et validée comment ?

  • Par Karamba - 31/10/2011 - 18:56 - Signaler un abus La Haine...

    ... de son pays ne suffit pas à masquer les piètres qualités de son cinéma (oh l'adaptation épouvantable du roman de Dantec...)

  • Par Chamaco - 31/10/2011 - 19:01 - Signaler un abus et après j'arrête ça ferait trop ;-))

    je cite : "L'armée, qui a refusé d'aider le tournage en ne prêtant aucun matériel militaire pour les reconstitutions, est ridiculisée". - vous n'ignorez pas que lorsque l'armée est sollicitée elle demande à lire le scénario. L'armée n'étant pas plus bête qu'un critique de cinéma, n'a pas aimé être ridiculisée et n'a donc pas apporté son concours, Logique. ps : lance-flammes au pluriel.

  • Par sheldon - 31/10/2011 - 19:37 - Signaler un abus Que peut on attendre du révisionniste du 11 septembre ?

    Il aurait pu trouver un "meilleur sujet" : un révisionnisme de la guerre d'Algérie pour le cinquantenaire d'Evian ! Mis je sens que là ça va se bousculer dans l'autoflagellation : pas fini de baiser les couteaux à égorger !

  • Par revizor - 31/10/2011 - 21:40 - Signaler un abus Un navet

    Encore un film "engagé" que je n'irai pas voir.

  • Par Aie - 31/10/2011 - 23:30 - Signaler un abus que le réalisateur paie le prix s'il veut se servir des biens de

    je cite : "L'armée, qui a refusé d'aider le tournage en ne prêtant aucun matériel militaire pour les reconstitutions, est ridiculisée". - pourquoi l'armée devrait prêter son matériel ? que le réalisateur paie le prix s'il veut se servir des biens de l'état.

  • Par r.solidaire - 01/11/2011 - 08:53 - Signaler un abus Oh la la

    Je conseille à gmilady de se connecter sur Médiapart pour avoir des commentaires favoreables sur ce film.............

  • Par r.solidaire - 01/11/2011 - 08:53 - Signaler un abus Oh la la

    Je conseille à gmilady de se connecter sur Médiapart pour avoir des commentaires favoreables sur ce film.............

  • Par pifou76 - 01/11/2011 - 09:27 - Signaler un abus Normal

    Que peut on attendre de plus de la part de Mathieu Kassovitz ? Ce monsieur a pour fond de commerce la critique systématique de la France et de ses représentants (voir "la haine"). Le pire viendra ensuite, quand des obnubilés comme lui se serviront de ses films comme pseudo témoignage.

  • Par alain jugnon - 01/11/2011 - 09:48 - Signaler un abus Creux

    Quand Bébé Cadum s'appelle Creux, l'ordre et la morale sonnent bien...

  • Par ACL - 01/11/2011 - 10:17 - Signaler un abus "Totalement impartial"

    En gras au deuxième paragraphe ! Lapsus, faute de frappe ou sabotage ?

  • Par Rhytton - 01/11/2011 - 11:37 - Signaler un abus @ ACL et Carcajou: vous aussi, ca vous a choque

    J'ai bute un instant. Je me suis relu. Je me suis pose la question. Une erreur comme ca et on perd 50% de sa credibilite sur l'article. Moi qui ne connais rien a l'histoire, je me dis "encore un mal-pensant qui a ecrit tout seul dans son coin"... Voila bien un exercice difficile, perilleux, voire suicidaire.

  • Par alain jugnon - 01/11/2011 - 11:58 - Signaler un abus Blagueur politique (un nouvel abonné à Causeur)

    "Impartial" est le mot que l'anti-"bien pensance" post-moderne, l'antiantiracisme "causeur "et l'anti-"politiquement correct" utilise pour faire comprendre à ses lecteurs de blague politique qu'ils pensent le contraire de ce qu'ils disent et que Marine Le pen n'est pas d'extrême droite...

  • Par sevenofnine - 01/11/2011 - 13:28 - Signaler un abus L'Ordre et la Morale

    Joli papier mais ou sont les liens les références les faits.Ce monsieur fais du journalisme ??? . Aucun article ne peut être pris au sérieux sans exemple ni référence. Si non cela relève de commérage de basse cour

  • Par detotre - 04/11/2011 - 09:43 - Signaler un abus je vous soutiens

    Merci pour cet excellent article, M. Creux. Vous avez mon soutien et celui de la très grande majorité des Calédoniens. Je me charge d'ailleurs, via les réseaux sociaux, de le diffuser ici en NC. Que des Français prennent le parti de terroristes criminels est incompréhensible, scandaleux... Qu'ils s'informent donc, et que cette affaire leur montre, une fois de plus, à quoi mène l'idéologie...

  • Par labernerie - 04/11/2011 - 15:46 - Signaler un abus mepris

    le mepris

  • Par salsamix - 04/11/2011 - 19:11 - Signaler un abus de la logique pour les idiots

    Philippe Legorjus "commandant du GIGN" a une version, la gendarmerie a une version. Je pose la question : qui a intérêt à mentir ?? alors fermez là, et si vous ne voulez pas regarder le film, et bien ne regardez pas. La vérité n'a pas besoin de vous pour faire son chemin

  • Par jlek75 - 04/11/2011 - 19:42 - Signaler un abus Film pas plus scandaleux qu'il est polémique !

    J'ai vu le film, c'est un film beaucoup plus humaniste que polémique, qui fait la part des choses, qui n'accuse pas les gendarmes et qui ne blanchit pas les Kanaks. La polémique n'est pas voulue par Kassovitz. Par qui alors ? Pas mal de critiques, dont celle de Bernard Pons, sont basées sur rien hélas, Bernard Pons n'a pas pu voir le film à ce jour... Qui ment et pourquoi ?

  • Par jlek75 - 04/11/2011 - 20:12 - Signaler un abus Documentation

    Kassovitz ne s’est pas basé que sur le livre de Legorjus ou les témoignages des Kanaks. Il a (entre autres) interrogé les familles des gendarmes victimes de l’attaque, et leur a apparemment montré le film fini, avec un écho favorable.

  • Par 2012Dehorsladroite - 04/11/2011 - 21:05 - Signaler un abus l'auteur de cet article

    A la lecture de cet "article", je me dis que même les plus mauvais peuvent écrire n'importe quoi, sans raisonnement ni preuve de ce qu'ils avancent. Entre mauvaise odeur et mauvaise foi à peine dissimulée, il y a plus d'adjectifs qualificatifs péjoratifs que de preuves et de références dans cet écrit. Pire qu'un cancre, un auteur vomitif d'ignorance. Le pire, c'est qu'on le publie...

  • Par Vincennes - 05/11/2011 - 00:11 - Signaler un abus Encore ici on zappe le rôle de Mitterand qui voulait faire

    endosser à Chirac l'assaut de la grotte en lui envoyant une lettre que Chirac lui a retournée en lui précisant qu'il n'était pas OK. Ne racontez pas n'importe quoi et je veux croire que ce film aura au moins l'avantage de faire "SORTIR" la REALITE de cette triste affaire Alors je ne vois pas comment on peut remercier Mitterand comme le fait nopp qui doit absolument se renseigner.

  • Par merostral - 05/11/2011 - 19:05 - Signaler un abus Le fond du cinéma

    Le cinema est un commerce ce n'est ni de l'histoire, ni de la science Et la polémique rapporte beaucoup plus que l'histoire ! Elle a son fond de commerce assuré. Souvent bobo. Ce qui la transcende ! Gageons que cette nouvelle caricature de Kassovitz aura ses fans pour servir de document auprès de certains enseignants....

  • Par salsamix - 07/11/2011 - 01:59 - Signaler un abus les bobos ont bon dos

    Certains aiment à parler des bobos matin, midi et soir. Sincèrement ces personnes, qui aiment parler de "bobo" au sujet de tout et de n'importe quoi, on devrait les appeler comment ? des "concons" ??

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Matthieu Creux

Matthieu Creux est blogueur politique sur Le Mal Pensant.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€