Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Jean-Marie Rouart : "Omar Raddad mérite un nouveau procès !"

Il y a quelques jours, Atlantico publiait les bonnes feuilles de l'ouvrage choc de Guy Hugnet sur l'affaire « Omar m'a tuer ». L'académicien Jean-Marie Rouart, qui a toujours clamé l'innocence d'Omar Raddad, répond aux accusations du journaliste.

Omar m'a tuer

Publié le

Atlantico : Un nouvel ouvrage vient remettre en cause la thèse de l'innocence d'Omar Raddad que vous avez toujours soutenue, ainsi que l'honnêteté intellectuelle de votre engagement...

Jean-Marie Rouart : Je trouve triste qu'on puisse entreprendre un livre pour démontrer la culpabilité de quelqu'un qui est déjà condamné.

Je n'en vois pas l'intérêt. Autant je comprends des gens qui, à la suite de mon propre livre, ont tenté de venir en aide à quelqu'un qu'ils considéraient injustement condamné, mais je ne comprends pas ce qui motivent ceux qui veulent accabler quelqu'un qui est déjà condamné. Il y a tellement de belles causes à défendre : quel intérêt de dire que celui que la justice a condamné est coupable ? Il faut vraiment avoir un esprit tordu pour attaquer ceux qui, comme moi, n'ont eu que des déboires, et aucun intérêt à défendre Omar Raddad : j'ai été condamné en diffamation [en 2002, ndlr] et destitué du Cercle Littéraire. Quelle cible je représente pour lui ? Quelqu'un qui a trop d'idéal, qui s'est sacrifié pour une cause ? C'est du temps perdu.

Sur les détails, Guy Hugnet m'accuse d'avoir été aveuglé par la certitude de l'innocence d'Omar Raddad. Mais lui, il reprend la version de ceux qui l'accablent, à savoir la famille, le major Cenci, les gendarmes. Ce qui me paraît surtout criticable, c'est d'analyser de tout petits de détails dans l'optique qu'Omar Raddad est coupable, sans tenter à aucun moment de s'élever de ce principe d'accusation : et si Ghislaine Marchal n'avait pas pu écrire l'inscription ? Moi, j'ai la conviction que c'est impossible, car la lumière était éteinte [Guy Hugnet affirme le contraire, ndlr] et elle était mourante. J'ai essayé de tracer l'inscription dans le noir en plongeant mon doigt dans de la peinture : ce n'est pas possible !

Par ailleurs, comment expliquer que les gendarmes aient fait disparaître les photos de l'appareil de Mme Marchal au bout de quinze jours ? Cela ne s'est jamais vu !

Sur l'histoire des prostituées [qu'Omar Raddad aurait fréquentées, ndlr], jamais on n'a eu la preuve qu'ils en avaient vues, car elles n'ont jamais voulu témoigner [en réalité, une prostitué a bien témoigné, avant de se rétracter, ndlr].

On ne peut donc pas discuter sur des faits sur lesquels nous sommes en divergence. Moi, j'ai été critique par rapport à la version des faits présentée par les gendarmes, et lui, il n'est pas critique, il avale tout.

Avez-vous aujourd'hui le sentiment d'avoir toujours été complètement objectif par rapport aux faits ?

On peut faire le reproche à un avocat de jouer avec sa conscience. Mais pas à quelqu'un comme moi qui n'avait strictement aucun intérêt dans l'affaire. Ma seule motivation, c'était d'aider un innocent, qui n'avait pas la possibilité de se défendre.

J'ai eu cette intuition au départ, mais après mon enquête, et depuis lors, je suis à 100% convaincu de l'innocence d'Omar Raddad, et jamais je n'ai eu de doute ! Je ne change pas d'avis : on a construit un coupable, et la justice s'honorerait de lui offrir un nouveau procès, pour confronter les deux théories. Pourquoi les détracteurs d'Omar Raddad s'y opposent-ils ? Je trouve cela indigne. Grâce à la nouvelle loi Toubon, qui a été élaborée suite à l'affaire Raddad, il y a un appel en Cour d'Assises. Pourquoi Omar n'en bénéficie-t-il pas ?

_______________________________________

Sur Atlantico :

>> L'interview de Guy Hugnet, auteur de Affaire Raddad : le vrai coupable (L'Archipel, juin 2011)

>> Deux extraits de l'ouvrage : "Les méthodes de la défense en question" et "Le détail qui sème le doute"

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Beb'R - 20/06/2011 - 15:10 - Signaler un abus La culpabilité de Raddad n'est plus a démontrer Mr Rouart !

    Guy Hugnet (entre autres), essaye de montrer au public que l'on peut être académicien et borné. Georges Cenci, depuis ces évènements a été trainé dans la boue. Tenu par son devoir de réserve, il n'a jamais répondu à toutes vos attaques. Je pense qu'aujourd'hui ; pour lui et son propre entourage ; défendre son travail est tout à son honneur. Le votre est depuis longtemps sali.

  • Par Albert - 20/06/2011 - 16:25 - Signaler un abus Jean-Marie la colère...

    Et quel intérêt pour un journaliste de nager contre un concensus établi ? Cher académicien, vous faites là un joli caca nerveux...Parce qu'un nouveau procès ? Bien sûr ! Par contre, vous dites que les protituées se sont rétractées ? Dans quel autre film ? Et peut-être qu'Omar n'était pas un accroc au jeu ? Et dites nous la différence entre votre enquête et celles des Naranjo et Moreau ? Soit H2O ?

  • Par Aramis - 20/06/2011 - 18:30 - Signaler un abus Et des arguments ?

    Je suis sidéré de voir cette attaque sur JM Rouart. Pas un seul argument mais des attaques personnelles. Ma sympathie ira naturellement vers celui qui se mouille, prend des risques et va contre les idées toutes faites. Il y a trop d'anomalies dans ce dossier pour que le travail de JM Rouart soit ainsi balayé d'un revers de main.

  • Par lulu la nantaise - 20/06/2011 - 19:26 - Signaler un abus la culpabilité de Raddad reste toujours à démontrer

    attaques ad hominem et défense corporatiste n'apportent aucun élément sur la culpabilité de Raddad qui reste à démontrer; "accro au jeu" ou "client de prostituées"ça n'en fait pas un meurtrier; sous réserve de nouveaux éléments, Raddad c'est surtout l'arabe de service; on perçoit mal le "bénéfice" de JM Rouart, en revanche le journaliste pond un bouquin, les faits divers se vendent bien...

  • Par vangog - 21/06/2011 - 00:19 - Signaler un abus Les procès dans les journaux... dans les Républiques bananières?

    Que la Justice Française soit lente et inefficace ne change rien au fait que c'est la justice d'une démocratie, et elles sont plus rares qu'on ne croit . Les procès ne s'y déroulent, ni dans la presse, ni dans les romans de tel ou tel. Certains devraient vouer leur énergie à de vraies causes, et non à refaire cent fois des procès dont ils ne sont que de lointains arbitres.

  • Par Albert - 21/06/2011 - 06:48 - Signaler un abus A propos de ceux qui "pondent" des livres...

    Jean-Marie Rouart n'a rien écrit sur Omar ? Il n'a pas tapé dans les faits divers, lui ? Pourquoi reprocher le contradictoire du journaliste Hugnet qui a vraiment enquêté ? Le contradictoire existe, heureusement, même s'il dérange quelquefois. Ce qui semble être le cas...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marie Rouart

Jean-Marie Rouart est écrivain, essayiste et chroniqueur. Ancien directeur du Figaro Littéraire, il est membre de l'Académie Française depuis 1997. Très impliqué dans le comité pour la révision du procès d'Omar Raddad, il est l'auteur de Omar : la construction d'un coupable (Le Fallois, 1994).

 

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€