Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 19 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La France a t-elle les moyens du démantèlement de ses centrales ?

Près de huit Français sur dix se disent favorables à une sortie du nucléaire, selon un dernier sondage. Pour Corinne Lepage, le démantèlement de nos centrales nucléaires coûterait entre 150 et 200 milliards d'euros, et le processus pourrait s'étaler sur 30 ou 40 ans.

Nucléaire

Publié le
La France a t-elle les moyens du démantèlement de ses centrales ?

Pour Corinne Lepage, le démantèlement de nos centrales nucléaires coûterait entre 150 et 200 milliards d'euros...

Atlantico : Selon un sondage Ifop pour le JDD publié le 8 juin 2011, 77 % des Français seraient favorables à une sortie progressive du nucléaire. Si on les écoute, combien cela pourrait-il nous coûter ?

Corinne Lepage : Ça coûte d'abord les investissements nécessaires sur les énergies renouvelables et sur l’efficacité énergétique – un objectif communautaire que nous devrons satisfaire quoi qu’il advienne.
Mais il ne s’agit pas de savoir si le maintien de la filière nucléaire coûte plus ou moins cher que son abandon : la facture est lourde dans les deux cas.

Selon moi, l’intérêt général consiste, au-delà de toutes considérations dogmatiques, à sortir du nucléaire. S’orienter vers les énergies renouvelables est un choix bénéfique sur tous les plans : économique et financier d'abord, mais aussi pour la gestion du risque, la préservation des générations futures, le poids de la dette… etc.

Un bénéfice économique qu'il faut relativiser par le coût du démantèlement des centrales ?

La Cour des Comptes avait évalué le coût du démantèlement en 2003 à 39 milliards d’euros. La loi prévoyait que les opérateurs de la filière nucléaire donne de nouveaux chiffres d’ici à la fin de l’année 2011. Or, une nouvelle disposition de décembre 2010 a prorogé ce délai de 5 ans. Dans l'attente, on reste un peu dans le flou.

15 milliards d’euros ont d’ores et déjà été provisionnés, mais si on se base sur les chiffres britanniques et suédois qui ont été utilisés pour calculer le coût du démantèlement dans ces pays-là, nous atteignons une somme comprise entre 150 et 200 milliards d’euros pour la France. C’est énorme.
Si l’on considère maintenant le seul exemple de démantèlement concret en France, à Brennilis en Bretagne, on constate une augmentation de facteur 10 entre les estimations préalables et la réalité.

Comment imaginer financer de tels chantiers ?

C’est un vrai sujet. Nous avons décidé de maintenir un prix de l’électricité extrêmement bas, et de ne rien provisionner.Cela pose problème. Il est évident que le démantèlement va peser sur les contribuables ; moins sur EDF ou Aréva. On risque malgré tout de s’apercevoir qu’on n’a finalement plus les moyens de démanteler. Que faire, alors ? Maintenir des centrales qui vont devenir dangereuses, et nécessairement polluantes ? Léguer cette dette colossale à nos enfants et à nos petits enfants ?

Peut-on s'inspirer des Allemands, qui ont décidé de sortir du nucléaire, pour tenter de résoudre cette difficile équation ?

Les Allemands sont nettement moins dépendant que nous de l’énergie nucléaire. Nous avons fait le choix du « plus de nucléaire possible », ce qui est difficile à assumer aujourd’hui. Pour eux en revanche, l’énergie nucléaire ne représente que 22 % de leur consommation électrique. Et je suis personnellement convaincue qu’ils parviendront à s’en passer en développant les énergies renouvelables et en améliorant leur efficacité énergétique sur 10 ans. Je pense même que ce sera un formidable instrument pour doper l’économie allemande. J’observe d’ailleurs que des entreprises comme Siemens avaient annoncé, avant la décision de Madame Merkel, leur intention d’abandonner le nucléaire pour des raisons économiques et industrielles. J’observe aussi qu’une entreprise comme General Electric a annoncé il y a une quinzaine de jours qu’elle abandonnait le nucléaire pour le solaire qui allait devenir moins coûteux en terme de prix de revient d’ici à 5 ans.

Que faire des 100 000 Français qui travaillent, directement ou indirectement, pour l’industrie nucléaire ?

Il s’agit d’un nombre important, à comparer cependant aux 375 000 emplois créées en Allemagne dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. Parmi ces 100 000 Français employés chez EDF, Aréva ou leurs sous-traitants, certains n’péouvront aucune difficulté puisque EDF va continuer à produire de l’électricité d’une manière ou d’une autre.

Ce que je propose, c’est de se servir de l'incontestable savoir-faire français pour devenir les leaders mondiaux du démantèlement. 450 centrales nucléaires dans le monde devront être démantelées dans les 30 ans qui viennent. C’est un marché considérable.

Comment-on fait ensuite ?    

Je pense qu’il est impossible que la France sorte du nucléaire en 10 ans. Nous avons besoin d’une trentaine d’années, peut-être quarante. Il faut tout d’abord ne plus construire de centrales en France. Toute fermeture de site nucléaire devra donc impérativement être compensée par une augmentation de la production d’électricité par des énergies renouvelables et par une réduction de la consommation électrique. Comment faire ? Rien de plus simple, avec un peu de volontarisme : la France présente le plus fort potentiel européen en termes d’énergies renouvelables. Nous avons le meilleur potentiel si l'on compile le solaire, l’éolien, l’éolien offshore, la géothermie, la biomasse ou encore l’énergie liée aux marées. Les marges de progrès sont donc fantastiques, d’autant plus que notre progression reste très modeste (+ 2 % sur les 4 dernières années, ce qui reste inférieur la moyenne européenne située à 2,9 % - certains pays affichant une progression supérieure à 5 %) .
Nous avons également fait cette erreur historique, et volontaire, de favoriser le chauffage électrique. A partir du moment où l’on ne construit plus avec ce type de radiateurs, nous réduirons massivement nos besoins. (basse consommation)
Restons toutefois réalistes : il s’agit d’un vaste projet de reconstruction énergétique et industrielle de la France qui est aussi une formidable source d’innovation, de création d’activité économique et d’emplois dont on aurait tord de se priver.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par peps - 09/06/2011 - 11:38 - Signaler un abus economie d'energie

    nous sommes egalement de mauvais eleves pour les economies d'energie. Il y a en moyenne 20% de perte d'energie dans les logements francais ce qui est enorme. Isolons mieux et deja un grand pas. Que faisons nous des dechets? toujous pas clair. Que pense madame Lepage de l'EPR, est-ce un moyen de traiter les dechets?

  • Par LouisArmandCremet - 09/06/2011 - 12:54 - Signaler un abus Et le solaire ?

    Mme Lepage nous parle du colaire comme d'un miracle en l'opposant au coût de démentèlement du nucléaire. Soit mais, peut elle nous expliquer comment recycler les millions de paneaux solaires hors d'usage ? Il serait intéressant d'avoir une xplication sur le sujet, vu que jusqu'à présent ce point n'a jamais été abordé par les défenseurs des énergies dites renouvelables.

  • Par LouisArmandCremet - 09/06/2011 - 13:02 - Signaler un abus Et le solaire ? (suite 1)

    Quand les centaines de milliers de panneaus solaires chez les particuliers arriveront en fin de vie, comme tous produit, il faudra bien organiser le recyclage. Il faudra financer d'une part la collecte, la construction des installation nécessaire au recycylage et le coût de recyclage ne lui même.

  • Par LouisArmandCremet - 09/06/2011 - 13:07 - Signaler un abus Et le solaire ? (suite 2)

    Qui payera ? les particuliers ayant acheté les panneaux ? Ils les abandonneront par milliers dans la ntaure ! Les industriels ? Ils refuseront de le faire sans aide, et en plus je ne parle des français : les industriels chinois ne feront rien. Qui va payer au final ? je sens que ça va être encore le contribuable et pour un coût non négligeable mais compéltement occulté à l'heure actuelle !

  • Par benj117 - 09/06/2011 - 13:15 - Signaler un abus Corrine Lepage m'a l'air

    très pertinante et relativement objective!! Sortir du nucléaire petit à petit sur 30 ou 40 ans, et investir dans le renouvelables en masse, cela semble jouable!!! Quitte à garder 2 ou 3 centrales EPR... Je partage également l'avis de LouisArmand, pour la question du recyclage, mais bon, des problèmes sur le renouvelable, il y en aura en paguaille!! Recycler le nucleair, c'est déja un gros probléme

  • Par Helene L - 09/06/2011 - 13:44 - Signaler un abus Sortir du nucléaire et se tourner vers l'avenir

    Nouvelle page facebook : "Contre AREVA et le nucléaire en France et dans le Monde" http://www.facebook.com/pages/Contre-AREVA-et-le-nucl%C3%A9aire-en-France-et-dans-le-Monde/233757723304751?sk=wall Venez nombreux vous informer, réagir et exprimer votre refus du nucléaire ! Merci à Mme Lepage pour son action depuis des années sur ce sujet :-)

  • Par ddlinotte - 09/06/2011 - 14:09 - Signaler un abus ras le bol!

    Et pourquoi ne pas orienter la recherche pour recycler les déchets nucléaires? 80% veulent autre chose que du nucléaire? pourquoi aujorud'hui ils ne le font pas? C'est bien gentil de dire "ouh les centrales nucléaires", c'est pas bien, mais quand on dit aux agriculteurs qu'on va leur prendre 30% de leurs parcelles pour y construire un champ éolien, c'est lever de boucliers, quoi? on va détruire le

  • Par ddlinotte - 09/06/2011 - 14:08 - Signaler un abus ras le bol suite

    paysage? les écologistes montent au créneau pour éviter de construire en haut des montagnes. Que diriez vous si à côté du mont saint michel, se contruisait des éoliennes et des panneaux solaires? Dénaturé le paysage finalement ce n'est pas si grave, du moment qu'on a de l'énergie. Et puis le fait de démanteler les usines certes est un marché mais à court terme, ensuite on fait quoi?

  • Par ddlinotte - 09/06/2011 - 14:13 - Signaler un abus ras le bol suite

    on a perdu notre savoir faire français de leader mondial de l'électricité pour être leader mondial du démantèlement d'usine qu'on n'a plus le droit de construire??? Je me marre. Il y a certainement des solutions à trouver. JE pense que ce n'est pas le cas, et que les allemands d'ici 15 ans reviendront sur le nucléaire. D'ici là, nous aurons perdu tout savoir faire et nous serons encore là pour

  • Par ddlinotte - 09/06/2011 - 14:16 - Signaler un abus ras le bol (fin)

    devoir payer. Pff, madame lepage ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Nous ne sommes pas prêts à tourner la page du nucléaire et tant que les énergies renouvelables ne seront pas mieux encadrés, ni plus performants, nous ne pourrons nous passer du nucléaire.

  • Par peps - 09/06/2011 - 14:20 - Signaler un abus recyclage (part1)

    Comemnt comparer le recyclage de quelques panneaux solaires et celui de centrales nucleaires!!! Recycler quelqus panneaux pour 100 fois moins cher que le recyclage du nucleaire est facile.

  • Par peps - 09/06/2011 - 14:22 - Signaler un abus recyclage 2

    D'accord ce n'est pas encore parfait mais avec peu de moyens (un certain Nicolas Sarkosy a coupe las subventions de la recherche du solaire en 2006 je crois), les progres ont ete fulgurant en quelques annees. Le suniversites francaises sont en pointe, donc qu'elles continuent. Le probleme est aussi la fabrication qui n'est pas tres ecolo non plus, mais en net progres egalement. A suivre et a aider

  • Par LouisArmandCremet - 09/06/2011 - 15:57 - Signaler un abus @peps

    Je suis d'accord que le recyclage d'un panneau solaire n'a rien à voir avec celui d'une centrale. Le problème n'est aps là. Il est que 1. Les paneaux solaires ne sont aps une trentaines en France mais plusieurs centaines de milliers 2. Le recyclage sur une grande échelle de cette quantitée, dissiminiée à travers toute la France nécessite de mettre en palce des infstructures lourdes ainsi que

  • Par LouisArmandCremet - 09/06/2011 - 15:59 - Signaler un abus @peps 2

    des réseaux efficaces de collecte. Quand je parle de réseau, c'est un ensemble d'acteurs capable d'amener le panneaux solaire de la porte du particulier jusqu'au centre de traitement (où il arrivera par camions ou trains entiers). Donc ça veut des entres de stockages, des transposreurs, bref un vrai réseau logistique mais dans le sens inverse de la distribution. 3. Il va falloir investir dans des

  • Par LouisArmandCremet - 09/06/2011 - 16:04 - Signaler un abus @peps 3

    infrastructure, également, pour éviter que les matérieux polluants (métaux lourds notamment) ne soient dispsersés. La question est de savoir qui va payer la mise en place de tout ceci (plus le coût en soit de recyclage, qui existe au même titre qu'un prix de production). Et chacun sait que si la chose sera demandée aux particuliers, ils abandonneront leurs panneaux dans la nature (c'est humain !)

  • Par peps - 09/06/2011 - 17:00 - Signaler un abus @louis

    D'accord sur le principe. Contrairement a notre demarche pour le recyclage du nucleaire, il faut anticiper, ou plutot il faudrait anticiper. Je dis que la recherche va dans le bon sens mais je suis d'accord que les pouvoirs publiques ne travaillent pas sur le long terme. En effet, posons la question a madame Lepage?

  • Par le Gône - 09/06/2011 - 17:03 - Signaler un abus Ah oui...

    Celle qui dit "plus besoin de nucléaire y'a du soleil et du vent"..moi je lui dit plus besoin de vous ..votre disours est absurde et irréaliste

  • Par NOVY12 - 09/06/2011 - 17:28 - Signaler un abus Au 8 Français sur 10 qui se disent favorables

    au démantèlement des centrales faites leur une projection de leur prochaines factures !!! Coût du démantèlement Coût des nouveaux investissements de remplacement Côut pour le particulier Prix de la consommation Comme le souligne Mme Lepage ''Restons toutefois réalistes il faudra 30 ans'' dit Mme LEPAGE en substance.. Sans ce cas pourquoi en parler et faire un article !!

  • Par NOVY12 - 09/06/2011 - 17:27 - Signaler un abus Lire SVP Dans ce cas pourquoi en parler et faire un article

    Au prochain accident d'avion que proposeront les écolos !!!

  • Par zelectron - 10/06/2011 - 08:35 - Signaler un abus EDF est RESPONSABLE et COUPABLE !

    Pourquoi les PDG successifs d'EDF ne vont-ils pas en prison pour manquements graves à leurs obligations ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Corinne Lepage

Corinne Lepage est avocate, ancien maître de conférences et ancien professeur à Sciences Po (chaire de développement durable).

Ancienne ministre de l'Environnement, ancienne membre de Génération écologie, fondatrice et présidente du parti écologiste Cap21 depuis 1996, cofondatrice et ancienne vice-présidente du Mouvement démocrate jusqu'en mars 2010, elle est députée au Parlement européen de 2009 à 2014. En 2012, elle fonde l’association Essaim et l’année suivante, la coopérative politique du Rassemblement citoyen. En 2014, elle devient présidente du parti LRC - Cap21.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€