Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nouveau record de l'excédent commercial allemand : mais quelle est la recette du géant exportateur européen ?

Malgré une reprise de l'activité et une baisse effective du chômage, la France peine encore à afficher une balance commerciale favorable. Dans le même temps, l'Allemagne vient de publier un nouveau record de son excédent commercial, 234 milliards d'euros. La France peut-elle réellement imiter son voisin d'outre Rhin ?

Wunderbar

Publié le - Mis à jour le 13 Janvier 2017
Nouveau record de l'excédent commercial allemand : mais quelle est la recette du géant exportateur européen ?

Dans un article publié ce mardi 10 janvier, Les Échos indiquent "Commerce extérieur : le fossé se creuse encore entre l'Allemagne et la France". En effet, selon les chiffres publiés par Destatis (office national de statistiques local), l'excédent allemand des 11 premiers mois de l'année 2016 s'évaluerait à 234 milliards d'euros, alors que la France présente un déficit de 46 milliards d'euros sur la même période. L'Allemagne est donc "super" et la France est "nulle", du moins c'est ainsi que les positions commerciales sont habituellement traitées.

Dès lors, face à une telle situation, reste à savoir quelles sont les actions à entreprendre pour permettre l'émergence d'un excédent en France. Mais loin des idées reçues sur la notion de "compétitivité", le rétablissement du commerce extérieur dépend de bien d'autres éléments.

En toute logique, la notion d'excédent commercial résulte de l'état des exportations et de celui des importations. Lorsque les exportations sont supérieures aux importations, la différence est enregistrée comme un excédent commercial, et inversement. Mais il est également possible de voir les choses sous un autre angle. Car la balance commerciale représente également la différence entre l'épargne d'un pays et son niveau d'investissement. Il s'agit simplement d'une identité comptable. Une réalité qui peut être illustrée sans contestation par un livre de base de macroéconomie «  Cette condition affirme qu’à l’équilibre, la balance commerciale doit être égale à l’épargne privée et publique moins l’investissement. Il en découle qu’un surplus commercial doit correspondre à un excès de l’épargne par rapport à l’investissement ; un déficit commercial doit correspondre à un excès de l’investissement sur l’épargne ». (Macroéconomie 3e édition. Blanchard /Cohen. Pearsons).

Or, si un gouvernement n'a pas réellement la main pour doper ses exportations, puisqu'il ne maîtrise pas la croissance des autres pays susceptibles de lui acheter ses produits, il peut très bien orienter sa balance commerciale en usant les outils que sont l'épargne et l'investissement. Et c’est d’ailleurs comme cela que ça se passe.

En effet, si un pays parvient à faire progresser l'épargne nationale tout en réduisant son niveau d'investissement, il aura toutes les chances d'obtenir une balance commerciale excédentaire. Et il existe de très bons moyens pour en arriver là. Ainsi, et par exemple, un gouvernement peut faire ce qu’il faut pour mettre une grosse pression à la baisse sur les salaires, il peut tout aussi bien soutenir l’accroissement des inégalités, mais il peut encore réduire ses investissements publics, comme les infrastructures. Voici pourquoi.

La pression à la baisse sur les salaires permet de faire d’une pierre deux coups. Dans un tel cas, les ménages voient leur part de revenus diminuer dans le PIB, ce qui provoque une régression relative de la consommation.  Le deuxième effet d'une telle mesure est que l'argent qui a n’a pas été encaissé par les salariés va permettre d'améliorer les marges des entreprises. En effet, les nouvelles marges constituées risquent bien de ne pas être utilisées pour générer plus d'investissements dans le pays. Parce que les entreprises aiment investir dans des économies ou la consommation progresse, et si celle-ci est contrainte par des salaires qui stagnent, l’intérêt disparaît. Les marges réalisées deviennent donc de l'épargne. Elles peuvent être versées sous forme de dividendes, le plus souvent à des populations aisées ayant une moins forte propension à consommer, et une plus forte propension à épargner. Le résultat final de l’opération est de voir la production continuer à augmenter, et la population du pays se trouve incapable de consommer ce surplus de production. Le déséquilibre commence à apparaître.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par brennec - 10/01/2017 - 17:29 - Signaler un abus L'exception économique française

    "un déficit commercial doit correspondre à un excès de l’investissement sur l’épargne " Ah bon? Eh bien nous en france on est des originaux, on a un déficit commercial et un investissement des entreprises en panne. On rentre pas dans les cases prévues par monsieur Blanchard

  • Par D'AMATO - 10/01/2017 - 19:05 - Signaler un abus L'Europe a été construite pour favoriser l'Allemagne....

    ....c'est juste une escroquerie non avouée et non analysée par le crétinisme ambiant.

  • Par clint - 10/01/2017 - 19:29 - Signaler un abus Voter pour un Fillon qui a remis l'économie dans le monde !

    Donc tout ce que la France ne veut pas à priori de l'extrême gauche gauchiste à l'extrême gauche fasciste en passant par les centres mous! Arrêter enfin ce qui ne marche pas depuis Mitterand, Chirac, etc !

  • Par MIMINE 95 - 10/01/2017 - 20:44 - Signaler un abus A CLINT

    Fillon surement pas, on a déjà donné.

  • Par BOCE64 - 11/01/2017 - 08:03 - Signaler un abus si si

    si si Fillon

  • Par Anouman - 11/01/2017 - 08:45 - Signaler un abus Export

    Trop de ceci, pas assez de cela... Il vaudrait mieux commencer par voir quels sont les produits exportés par l'Allemagne et voir si on peut exporter les mêmes, ce qui n'a rien de certain. Pour vendre faut-il encore avoir quelque chose à vendre.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€