Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Non, la criminalité n'est pas forcément liée à la pauvreté

Laurent Obertone démontre, chiffres à l'appui, que les départements français à forte criminalité ne sont ni ceux qui présentent les PIB les plus bas, ni ceux où le taux de chômage est le plus élevé. Extrait de "La France orange mécanique" (2/2).

Fausse idée

Publié le

La criminalité est-elle liée à la pauvreté, à l’environnement ou au chômage ? La Creuse (96e), le Cantal (89e), et le Lot (71e), présentent les PIB les plus bas de France. Ce sont aussi les trois départements les moins criminels et délinquants. On peut les comparer avec trois départements parmi les plus criminels et délinquants, c’est à dire la Seine-Saint-Denis (15e), les Bouches-du-Rhône (11e) et le Rhône (3e).

Les départements à forte criminalité que sont le Rhône, l’Essonne, le Val-de-Marne, la Seine-et-Marne, ont des taux de chômage beaucoup plus bas que la Creuse, le Cantal, ou le Lot. Selon l’Apce, 8 000 entreprises se créent par an dans le « 9-3 », qui dispose de pôles économiques gigantesques, et où les investissements de rénovation urbaine sont fréquents et sans équivalent (Anru).
Le revenu moyen des ménages y est de 2 186 euros par mois, légèrement supérieur à la moyenne nationale. Saisissante est la comparaison avec la Creuse (1 777 euros par mois). Quant aux bénéficiaires du RSA, ils représentent la même proportion en Seine-Saint-Denis que dans l’Aude, les Ardennes ou encore les Pyrénées-Orientales (Insee, 2010). Au niveau régional, l’Île-de-France, région la plus touchée par la criminalité, présente le troisième taux de chômage le plus bas de France.
 
« L’exclusion », ce fut d’abord celle des habitants historiques des grands ensembles. Immigrés portugais, polonais, italiens ou manœuvres français, ce sont eux qui ont fui massivement le nouveau communautarisme qui s’installait dans les banlieues dès les années 60. Contrairement à ce qu’affirment certains sociologues, « l’exclusion » est endogame. Tous les plans de mixité sociale, de logements sociaux, de rénovation urbaine et d’aménagement de la ville n’empêcheront jamais les communautés de se regrouper. C’est humain, et on observe ces phénomènes dans tous les pays du monde, quelles que soient les communautés. L’individu n’existe pas sans son groupe. Il ne s’en éloignera que par la contrainte. Les gens ne sont pas figés ou « parqués » dans un environnement soi-disant responsable de leurs déprédations. Un observateur attentif remarquera qu’autour des banlieues il n’y a pas de miradors et de factionnaires prêts à tirer dans le dos des fuyards.
 
Qu’est-ce qui empêche ces habitants de partir, comme l’ont fait des milliers de Français, d’Italiens ou de Portugais tout aussi modestes ? Des barrages de police ? Le coût de l’immobilier ? À Bobigny, le mètre carré est à 3 200 euros. Il est en moyenne de 6 000 euros à Paris, mais à 1 700 euros à Brest, ou encore à 2 300 euros dans une ville dynamique comme Dijon. Un studio en Seine-Saint-Denis est beaucoup plus cher qu’en province. Les aides sociales permettent largement de s’y établir, d’autant que les logements sociaux provinciaux et ruraux sont plus accessibles. L’Insee, dans son enquête nationale logement 2006, nous apprend qu’après Paris, « c’est en Seine-Saint-Denis que les ménages consacrent la part la plus importante de leur revenu (13 %) à se loger », y compris en secteur HLM (12 %). Des chiffres comparables à ceux de la France métropolitaine pour la location classique et pour les hlm (12,8 % dans les deux cas). On ne peutdonc pas dire qu’un loyer excessivement avantageux les retientdans le « 9-3 ». Comment nos sociologues expliquent-ils que les parfois très modestes gens du voyage se déplacent et se sédentarisent où bon leur semble ?
 
Peut-être n’est-il pas question pour les communautés concernées de se disperser sur le territoire. Peut-être ne veulent-elles pas partir. La Cour des comptes a montré en 2012 que la fameuse mixité sociale n’existait pas, malgré dix années de dispositifs censés la favoriser. « Il ne suffit pas de modifier le visage des quartiers pour modifier les visages des quartiers, qui restent colorés », expliquait le sociologue Renaud Epstein (Le Point, 18/07/12). L’homme n’est pas mû seulement par l’argent ou l’amour de l’Autre. L’attachement de certaines communautés aux grands ensembles est réel. Les barres d’immeuble sont parfois considérées comme un territoire, le substitut d’une identité perdue, qui n’a jamais su se reconstruire.
 
Mais le discours médiatique ne veut pas de cette réalité. Lui n’évoque que l’exclusion pour expliquer, justifier, exorciser le communautarisme, et à travers lui les cahots d’une société devenue hétérogène. Comme les problèmes demeurent, s’aggravent, alors que les discours et les analyses restent les mêmes, les gens commencent à se poser des questions. Et si les experts se trompaient ? Et s’ils avaient renoncé à la vérité ? Et
s’ils incitaient tout le monde à y renoncer, sous peine de poursuites ? Pourquoi le feraient-ils ? Peut-être bien pour l’égalité républicaine, « âme de la France » selon François Hollande. Tout le monde est égal. Entendez, tout être humain a les mêmes capacités physiques et intellectuelles, tout un chacun peut s’adapter à tout environnement, devenir champion d’échecs, éboueur ou haltérophile, faire la même chose que n’importe qui, ressembler
à n’importe quoi, donc se constituer le même patrimoine, éprouver les mêmes satisfactions, vivre les mêmes aventures que celui que l’on choisira de jalouser.
 
Comme de tels décrets ont la fâcheuse tendance à ne pas se réaliser, les égalitaristes ont décidé de favoriser ceux qui n’y arrivaient pas, par l’éducation, l’accès à la culture, les aides sociales, l’invention de droits spécifiques. Et comme ça ne fonctionnait toujours pas, ils ont eu la brillante idée d’accuser ceux pour qui ça fonctionnait d’être de vils spoliateurs. Bien entendu, toute ressemblance avec des situations ayant existé est purement fortuite.
 
De favoriser les faibles on en vient tout naturellement à pénaliser les forts. Lorsque l’on prétend lutter « contre les inégalités », on lutte contre la réussite, c’est-à-dire contre la propriété, le pouvoir, le possédant, le méritant, le riche, l’héritier. Celui qui n’a pas été exclu ou volé, celui qui a été favorisé par sa roublardise, son état-civil, et sûrement ses atteintes aux droits de l’Homme. En clair, le Français qui rapporte de l’argent à la
société, qui peut se targuer de sa réussite, de son patrimoine, de son histoire, de sa civilisation occidentale. Pour rééquilibrer les choses, on a décidé de le grever d’un lourd handicap. On a fait en sorte qu’il devienne, par la magie des médias, un salaud de colonialiste, esclavagiste, un pillard trop riche, trop beauf, trop raciste, machiste, homophobe, exploiteur, stigmatisant, même pas de gauche, voilà la conséquence première de la logique de fraternité appliquée au droit. Ces dernières années, l’égalitarisme, un véritable culte de l’envie, a inondé tous les compartiments de la société. Jamais autant de Français ne se sont haïs eux-mêmes. Jamais autant d’esprits a priori normalement constitués ne se sont persuadés que « tout le monde était bon » à part eux, que c’était incroyable qu’il y ait « encore des guerres et des pauvres au xxie siècle », qu’il était urgent de « faire payer les riches », que la criminalité c’est « l’exclusion parce que l’immigration est une chance pour la France”.
___________________________________________________
 
La France orange mécanique (janvier 2013), Ed. Ring
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jlbaty - 20/01/2013 - 10:10 - Signaler un abus même pas drole

    Le plus grand holdup commis en France, celui ce chisarkorac, qui a endetté les générations futurs a raison de plus de 80/100 du pib avec des dizaines d'années pour rembourser Le deuxieme plus grand holdup celui de la pourriture de la finance internationle avec le soutien de chisarkorac qui ont continuer de déreglementer les controles bancaire ,commencé sous gispompicardou

  • Par laurentso - 20/01/2013 - 11:14 - Signaler un abus Encore une fois, une avalanche de statistiques

    mal fagotées, des confusions grossières entre liens et causalités. Vous êtes obligés de faire une telle publicité à ce bouquin qui, je le répète pour la millième fois, ne contient pas UNE seule information originale ? Comparer la délinquance dans les banlieues, les moyens mis en oeuvre, et la criminalité dans les départements ruraux est une totale débilité ! L'auteur s'est-il penché sur les taux de chômage, la mixité sociale, sur les inégalités sociales ? Les départements ruraux sont ceux où le taux de chômage est le plus fort, mais le plus diffus. Quand à son délire sur les "médias" "on ne peut plus rien dire" bla bla bla, quelle niaiserie! De la bouillie pour Zemmour, c'est tout ce que c'est.

  • Par laurentso - 20/01/2013 - 11:26 - Signaler un abus Cela fait trente ans que les associations sur le terrain

    combattent le communautarisme, dénoncent les pratiques des Gouvernements de "parquer" les populations dans les cités HLM selon leurs origines ethniques. J'ai vécu 15 ans dans une cité de banlieue -pas une des pires, pourtant-, j'ai constaté ce phénomène incroyable, tous les deux ans, c'était un type de populations différentes qui s'installait, créant des clans, des mini ghettos. De tout cela, pas un mot! Les communautés ne "se sont pas regroupées", ON les a regroupées! Et quel "discours médiatique" parle d'exclusion ? Vous parlez des émissions de TF1 ? Chaque semaine, dans les journaux télé, dans les magazines, on a des exemples de réussites par des jeunes issues des banlieues. Certains sont même devenus sous ministres de Sarkozy... Au lieu de fustiger les sociologues gauchistes, ce journaliste à calculette ferait mieux de les lire et d'aller sur le terrain voir ce que vivent les associations.

  • Par Jp Lejeune - 20/01/2013 - 12:23 - Signaler un abus Un autre extrait

    "Certains sont même devenus sous ministres de Sarkozy" :-D Excellent ! Sur le site de l'éditeur, les premières pages du bouquin. Faites-vous donc une idée : http://ring.fr/livre/extrait.php/livre/la-france-orange-mecanique Âmes sensibles s'abstenir...

  • Par parisien9999 - 20/01/2013 - 13:05 - Signaler un abus Evidences politiquement incorrectes

    Le travail des assistants sociaux gauchistes (pardon pour le pléonasme) a été double. Positif quand il ont essayé d'apprendre les rudiments de la vie en société à des populations culturellement différentes (égalité homme-femme, les différends peuvent se régler autrement qu'avec un couteau, etc.). Bien entendu il ont plutôt échoué de ce côté-là. Et négatif quand ils les ont endoctrinés avec leur vulgate anti-occidentale, ce qui les a conforté dans leur haine des Blancs. C'est pourquoi ces assistants sociaux et ces profs de banlieue ne m'émeuvent pas quand ils se font agresser par leur protégés qu'ils ont formés à la haine de l'Occident. Ils ne font que récolter ce qu'ils ont semé. D'autant que ces militants de gauche militent pour l'ouverture des frontières ! Je précise que j'ai de la famille dans le 93, que je connais très bien, mon père y est né, issu d'une famille immigrée honnête et pauvre. Mais les immigrés d'aujourd'hui ne sont plus aussi respectueux de la France et la repentance ainsi que la société de consommation n'arrangent rien.

  • Par aghiol - 20/01/2013 - 13:21 - Signaler un abus La France ,la mecque des délinquants

    Il est évident que la France est devenue depuis une vingtaine d'années un véritable refuge de tous les criminel L'angélisme et le politiquement correcte sans oublier l'humanisme idéologique ont beaucoup contribuer à cet état de fait .Dans les années 80 et 90 un grand nombre de délinquants de mon quartier en banlieue d'Oran ont émigré en France et ont obtenu avec tous les subterfuges les papiers français et c'était le mème cas des autres villes comme Alger etc En arrivant en France et après de longues recherches je me suis rendu compte que ce phénomène ne concernait pas uniquement l'Algerie mais tous les pays du Maghreb et l'Afrique sub saharienne Des délinquants notoires qui arrivent à obtenir facilement des papiers français ce qui a créé un appel d'air à d'autres délinquants qui sont convaincus qu'il vaut mieux vivre emprisonné en France que libre chez soi .....

  • Par carredas - 20/01/2013 - 13:35 - Signaler un abus Un journaliste à calculette...

    Mmmmm.... propos totalement politiquement incorrects et donc rejetés globalement comme de la bouillie pour Zemmour par les défenseurs des sociologues de gauche et des associations de terrain. :-)) Faut-il chanter avec Guy Béart " Laurent Obertone a dit la vérité, il doit être exécuté "

  • Par wolfgangamadp - 20/01/2013 - 13:44 - Signaler un abus Délinquance est liée à : -

    Délinquance est liée à : - l'alcool - la drogue, - la mauvaise éducation en générale (absence de moralité, absence de discipline à l'école) C'est à mon sens avant tout l'échec de l'Education nationale. Il faut remettre des cours de morale républicaine. Il y en avait même en URSS et les gens étaient bien éduqués. Mais en France, il n'y a plus de bien et de mal, tout se vaut. C'est le relativisme absolu. C'est de ça qu'on crève.

  • Par aghiol - 20/01/2013 - 15:02 - Signaler un abus "Parquer les populations !?

    La rengaine socialo bobo qui consiste à mettre tous les maux de la banlieue sur le dos de la "ghetoisation des populations relève d'une hypocrisie tenace Les gouvernements n'ont jamais "parqué " les population émigrées dans des cités hlm mais la situation socio économique de ces population qui fait qu'elles sont très demandeuses de logements hlm et vu les problèmes créés par certaines familles difficiles ,les Français de souche fuient ces cités et à présent ce sont des familles émigrées elles mème qui fuient l'incivisme et la délinquance de certains habitants . Mais pourquoi au fait voulez vous qu'il y ait de la mixité dans les cités n' est ce là une reconnaissance tacite de la "superiorité" des Français de souche messieurs les chantres du politiquement correct et de l'humanisme idéologique ? La mixité s'impose d'elle mème ,on ne l'impose pas !et puis accepteriez vous ,vous mème de vivre dans une cité à problèmes par exemple Mr Laurentso ?

  • Par laurentso - 20/01/2013 - 15:41 - Signaler un abus Aghiol, Vous êtes exactement dans le travers

    que je dénonce avec des propos "la situation socio économique de ces population qui fait qu'elles sont très demandeuses de logements hlm" qui vous font confondre "liens" et "causalités". Évidemment que les populations immigrés ne vont pas toutes demander un logement Avenue Foch ! Mais OUI, elles ont été regroupées par ethnies (parfois, parce qu'il y avait des flux migratoires provenant qui du Mali, qui de Somalie, qui du Vietnam, etc.). Sinon le reste est exact, les populations (on s'en fiche qu'elles soient françaises de souche, ou portugaises, ou algériennes...) installées depuis plus longtemps sont parties des cités HLM. Souvent, parce qu'elles ont acquis un statut social supérieur, d'ailleurs, pas parce qu'elles étaient chassées ou quoi que ce soit. Et c'est là que les problèmes de non mixités sont apparues. Renforcés par le désir des maires (de Droite, mais pas que...) de refuser des logements à certaines populations. Mais tout cela ne répond pas à la question essentielle : QUE FAIT-ON ? On essaye d'intégrer les migrants ou on les rejette à la mer ?

  • Par kettle - 20/01/2013 - 15:42 - Signaler un abus White flight

    @laurenso"Les communautés ne "se sont pas regroupées", ON les a regroupées!" --- Non. ON s'en est sauvé !

  • Par kettle - 20/01/2013 - 15:45 - Signaler un abus La criminalité est lié a un

    La criminalité est lié a un faible QI et peu d'education, d'ou la pauvreté.

  • Par Jp Lejeune - 20/01/2013 - 15:52 - Signaler un abus QI = pauvreté + comportements asociaux

    Kettle : en effet, la question du QI est abordée dans le livre d'Obertone. C'est à ma connaissance très rare de parler de l'importance du QI, dans notre beau pays de liberté.

  • Par kettle - 20/01/2013 - 16:02 - Signaler un abus @Jp Lejeune

    Rare parce qu'interdit.

  • Par Gérard Couvert - 20/01/2013 - 16:20 - Signaler un abus amusement

    superposez la carte de la criminalité et celle des mosquées ... et même mieux faites-le sur 10 ans, en comparant les augmentations. N'oubliez pas, la culture de la razzia.

  • Par Jp Lejeune - 20/01/2013 - 17:17 - Signaler un abus @kettle

    Ah ben c'est bien ce que je me disais : ce bouquin est hors-la-loi ! La vérité est hors-la-loi... S'il reste encore une semaine en librairie, c'est un miracle.

  • Par anticip - 20/01/2013 - 17:19 - Signaler un abus la criminalité

    est en partie liée a l'immigration ,il suffit de regarder qui est en prison en france ,mais les bien- pensants interdisent de regarder cela .quel en est la raison? mystère

  • Par Jp Lejeune - 20/01/2013 - 18:23 - Signaler un abus D'après l'auteur...

    Elle est même très largement (2/3) liée à l'immigration. Tous les chiffres interdits sont dans ce livre, qui ne va pas tarder, je me répête, à être interdit à son tour.

  • Par laurentso - 20/01/2013 - 19:29 - Signaler un abus @jp lejeune

    Ah bon, qu'en savez-vous ? Vous raisonnez sur des supputations ? Cela fait combien de décennies qu'un livre n'a pas été interdit en France? Et pourquoi interdire un livre qui, encore une fois, ne contient aucune information ? Cessez ce délire victimaire du petit facho de base répétant à l'envi qu'en France on ne peut plus rien dire bla bla bla. Le drame sur ces questions, ce n'est pas qu'on ne puisse pas dire qu'il y a beaucoup d'immigrés chez les délinquants, c'est qu'il y ait trop de gens qui ne savent dire que cela. Dont le seul délire est de compter le nombre de nègres et le nombre d'arabes en prison, comme leurs grands parents comptaient le nombre de juifs dans la banque... Le drame, c'est le politiquement correct zemmourien qui envahit nos médias de droite. Et pendant ce temps là, les mafias et les groupuscules violent prolifèrent.

  • Par vangog - 20/01/2013 - 19:44 - Signaler un abus Oui, oui, on peut encore dire en France...

    mais l'auto-censure des médias et grands corps d'état est telle, que tout n'est pas audible...

  • Par agepmi - 20/01/2013 - 21:13 - Signaler un abus @laurentso

    "Cela fait combien de décennies qu'un livre n'a pas été interdit en France? " Faux. Qui veut faire interdire un livre qui est sortie il y a peu et la concernant ? Mme Treirweller. Qui la soutient ? Le Président Hollande. Monsieur Valls. Il n'y a jamais eu autant de livres qui passent en justice pour être retirés de la vente.

  • Par Anonymous - 21/01/2013 - 08:18 - Signaler un abus Il a raison, le bougre!

    Les plus grands criminels sont riches: les faucons de l'administration américaine les grands patrons des firmes transnationales les apparatchiks chinois les milliardaires russes les généraux israéliens les mafieux japonais... C'est vrai, les grands criminels sont aussi des ordures capitalistiques, merci à Atlantico de nous le rappeler!

  • Par vangog - 21/01/2013 - 13:52 - Signaler un abus Mais non anonymous Ceux-la n'ont tué personne !

    Rien d'autre que l'intelligence de certains...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Obertone

Laurent Obertone est journaliste diplômé de l’ESJ de Lille. Après avoir travaillé pour un hebdomadaire français, il s'est consacré à l'écriture de "La France orange mécanique" (2013, Editions Ring). Il est l'auteur de "La France Big Brother" (2015, Editions Ring). Son dernier livre s'intitule Guerilla (2016, Editions Ring). 

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€