Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nicolas Dupont-Aignan : "Macron est au pouvoir parce qu'on a cédé à cette tyrannie que les électeurs Républicains, Debout la France ou FN n'auraient pas le droit de travailler ensemble"

Quelques mois après la séquence présidentielle, le président de Debout la France revient sur son alliance éphémère avec le Front national et livre un regard critique sur le début du quinquennat d’Emmanuel Macron.

Entretien politique

Publié le
Nicolas Dupont-Aignan : "Macron est au pouvoir parce qu'on a cédé à cette tyrannie que les électeurs Républicains, Debout la France ou FN n'auraient pas le droit de travailler ensemble"

Atlantico : Certains commentateurs vous avaient promis l'enfer après votre alliance avec Marine Le Pen lors de l'entre-deux tours de l'élection présidentielle. Dans vos rangs, certaines personnalités vous avaient d'ailleurs abandonné - tel votre vice-président Dominique Jamet. Quelques mois après cette alliance historique, qui pensez-vous avoir séduit par cette initiative ? Et qui pensez vous avoir éloigné ?

Nicolas Dupont Aignan : D'abord ce n'est sûrement pas l'enfer. Mais pour autant ce n'est pas pour autant paradis ! Ce qui est certain c'est qu'on a gagné des milliers d'adhérents et qu'on a perdu que 222 adhérents. C'est un fait. Je pense que nous avons séduit ceux qui nous demandait d'avoir la capacité demain de rassembler enfin des Français qui sont séparés artificiellement par la dictature de la pensée unique. C'est cela, l'enjeu principal. Je savais qu'il y aurait des conséquences. Mais Macron est au pouvoir, comme Hollande a été au pouvoir parce qu'on a cédé à cette tyrannie qu'un électeur républicain, un électeur Debout la France ou un électeur Front National n'auraient pas le droit de travailler ensemble.

Et bien ces électeurs, et j'en ai rencontré des milliers, ils partagent des valeurs communes : la défense de la nation, l'indépendance de la nation, le besoin de frontières, la dignité du travail, le respect des terroirs et des identités, une vision de la famille : leurs points communs sont plus nombreux que leurs différences. Je pense que ce j'ai fait à contribué à rassembler ces Français et peut leur permettre de gagner les élections. Parce que personne ne gagnera seul. C'est fini.

Quelle est votre place aujourd'hui, placé entre les Républicains, qui bientôt seront probablement dirigés par Laurent Wauquiez, et le Front National de Marine Le Pen, votre ancienne alliée ?

Il faut comprendre la recomposition politique après l'élection d'Emmanuel Macron. Le centre gauche et le centre droit qui gouvernaient à tours de rôle séparément mais qui menaient la même politique se sont regroupés. Cela a fait exploser et la gauche et la droite. La gauche radicale se regroupe aujourd'hui autour de Mélenchon. Et le parti socialiste disparaît. A droite les Républicains connaissent un schisme. Il y a ceux qui vont à la soupe avec Macron – mais qui ne vont pas seulement à la soupe, qui défendent en toute sincérité leur idéaux libéraux, européistes – et une autre partie plus gaulliste, plus patriote qui est orpheline. Et cette partie ne gagnera plus jamais seule. A ces côtés il y a quand même debout la France qui a fait 5% des voix, qui s'est inscrit dans le paysage politique et il y a le Front National qui est en crise de ligne politique. C'est une occasion historique : si on ne fait pas l'union, et comme je l'ai proposé dimanche un programme commun, on regardera éternellement passer les trains. Nous voulons être le trait d'union entre les deux car l'union fait la force, que l'union fait la France. Nos électeurs aspirent à cette union qui n'est pas celle de Marine Le Pen, de Laurent Wauquiez et Dupont-Aignan, mais l'union des amoureux de la France. Je suis convaincu que si on ne le fait pas, nous laisserons faire un face à face Macron-Mélenchon qui sera dramatique pour le pays.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Wortstein - 17/09/2017 - 12:24 - Signaler un abus Assez d'accord avec NDA

    Je n'ai pas bien compris son histoire de précariat garanti avec la loi travail mais la baisse des charges massives, la sécurité et la déchéance de nationalité à l'échelle industrielle pour toute cette racaille haineuse qui trahie la France de ses desseins meurtriers doit être éliminé physiquement et interdite de revenir ici. Qu'ils aillent crever ailleurs....

  • Par Yves3531 - 17/09/2017 - 14:03 - Signaler un abus Plutôt d'accord avec les principes et points de convergences

    énoncés par NDA. Cependant, si NDA s'était retiré en faveur de Fillon avant le second tour, il n'aurait pas ces regrets rétrospectifs sur l'absence d'union à droite ! Il charrie un peu quand même et pousse mémère dans les orties ...

  • Par zen-gzr-28 - 17/09/2017 - 15:25 - Signaler un abus tout à fait

    s'il s'exonère de sa responsabilité dans le fiasco de la droite à la présidentielle, en refusant de se désister en faveur de Fillon, on peut se poser des questions quant à ses assertions...!

  • Par vangog - 17/09/2017 - 19:23 - Signaler un abus Le désistement "en faveur" se pratique au 2D tour

    de la présidentielle. Si Fillon était passé au 2d tour, NDA se serait probablement désisté en sa faveur. Se désister avant le premier tour eut signifié un ralliement pur et simple. Or, Dupont Aignan a exprimé très clairement le souhait que les trois forces politiques conservent leurs spécificités, tout en se mettant d'accord sur un programme d'opposition et de convergence. Le gros avantage de NDA, dans cette convergence, c'est qu'il occupe une position centrale et peut servir de pont entre les deux formations qui s'opposent frontalement depuis trente ans. L'idée est de mettre en sourdine les positions trop tranchées qui échappent à tout compromis: les positions patriotes sur l'Euro, par exemple, ou les velléités sociétales d'une certaine droite...à l'inverse, les trois partis peuvent mettre l'accent sur leurs convictions communes pour une sécurité digne et assumée, contre l'immigration de peuplement, sur une réforme indispensable pour desidéologiser Justice et éducation, sur une libération du travail de ses charges sociales exorbitantes, sur la défense sans concessions des identités régionales et françaises. Et là, Dupont Aignan peut avoir un rôle fédérateur...

  • Par Beredan - 17/09/2017 - 20:32 - Signaler un abus Stratégie subtile mais vaine ....

    En fait , il ne s'agit pas pour NDA de prôner l'union de la Droite , mais de se positionner par rapport au flottement du FN qui pourrait lui Être profitable pour présenter sa formation comme une base de recueil plus respectable et porteuse d'avenir pour des électeurs frontistes déstabilisés... cela a toujours été sa raison d'être ...

  • Par clint - 17/09/2017 - 21:30 - Signaler un abus Je ne vois plus mon post !

    Où je disais en parlant de Dupont Aignan : "il est bien brave, le pauvre, va !"

  • Par Paul Emiste - 18/09/2017 - 08:39 - Signaler un abus Ce qu´il manque à la droite française?

    Un bonne paire entre les jambes. Tous à baisser le froc en face du terrorisme intellectuel de la gôche. "Non non, je ne veux pas être traité de raciste xénophobe homophobe facho etc..." même quand on ne l´est pas le moins du monde. prenez de la graine avec Donald Trump, il a certes ses faiblesses, mais sa force est qu´il se fout du politiquement correct et du q´en dira t on de la gôche démocrate americaine!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan préside Debout la France, parti politique se revendiquant du gaullisme et est l'auteur de France, lève-toi et marche aux éditions Fayard. 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€