Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ni Einstein, ni Zidane ? Comment élever un enfant moyen dans un monde obsédé par la performance

Obnubilés par la réussite de leur progéniture, certains parents peuvent être amenés à exercer une pression excessive et involontaire sur des enfants qui n'ont pas toujours les épaules taillées pour.

Savoir raison garder

Publié le - Mis à jour le 17 Octobre 2014
Ni Einstein, ni Zidane ? Comment élever un enfant moyen dans un monde obsédé par la performance

Image extrait du film "L’Élève Ducobu", adapté de la bande dessinée éponyme de Godi et Zidrou, dont le héros est un élève plus que moyen.  Crédit toutlecine

Atlantico : "Votre enfant ne parviendra probablement pas à intégrer l'une des meilleures universités du pays ou à obtenir une bourse d'étude de sport", rappelle dans un article du New York Times (voir ici) l'auteur du best-seller "Bébé made in France", Pamela Druckerman. Le fait d'admettre que son enfant n'est pas forcément le petit génie rêvé est-il l'une des choses les plus difficiles à admettre pour les parents d'aujourd'hui ?

Cette culture de l'excellence dès le berceau a-t-elle toujours existé, et sinon, d'où vient-elle ?

Pierre Duriot : Cette culture est en fait étroitement liée à la "fiabilité" des enfants modernes. Contrairement aux siècles passés où la mortalité infantile était galopante, on sait qu'un enfant qui naît aujourd'hui va vivre dans la très grande majorité des cas, donc on ne l'envisage plus comme "héritier", ou futur adulte brillant passé l'enfance, mais dès sa naissance. On appelle cela l'enfant "fantasmé", c'est à dire, celui qui correspond au désir du couple et aux espoirs que l'on place en lui. On conçoit bien que des parents peuvent avoir envie, quand ils sont inscrits dans un parcours d'excellence, que leur enfant ait la capacité de reprendre l'entreprise, l'étude, la fortune... mais également, de nombreux parents, et c'est légitime, souhaitent que leurs enfants s'élèvent plus haut qu'eux dans l'échelle sociale et cela passe en partie par un bon diplôme scolaire. Quelque part, cette pression scolaire est le revers de la médaille de l'enfant roi. On n'en a qu'un, ou deux, mais on les comble, on les stimule, on les sollicite et ils doivent réussir coûte que coûte, répondre aux attentes placées en eux, correspondre à l'enfant fantasmé, à la conception que l'on se fait de la réussite sociale dans le nouveau monde consumériste. Sinon, gare à lui. Un manque d'adéquation entre l'enfant réel et l'enfant fantasmé peut avoir des conséquences dramatiques. L'une des tâches essentielles des parents consiste bien à se faire une raison quand l'enfant rêvé n'est pas l'enfant réel et pas seulement sur le plan scolaire.

Anne Peymirat : Les parents d’aujourd’hui sont très exigeants vis à vis d’eux-même et de leurs enfants. Ils veulent travailler, faire du sport, sortir,… tout en ayant des enfants qui travaillent bien à l’école, sont engagés dans des activités extra scolaires, socialisent sans problème, dessinent, sont créatifs…

La culture de l’excellence a sans doute toujours existé dans certaines familles mais elle est maintenant certainement plus largement répandue. Elle peut être liée entre autres au temps que les parents ont avec leur enfant car, même si les parents sont toujours très occupés, ils passent en moyenne beaucoup plus d’heures chaque semaine avec leurs enfants que les générations précédentes (en moyenne 8 heures de plus que dans les années 1950). Ils ont donc plus de temps pour y penser.

IIs peuvent regarder de plus près ce que font leurs enfants et pour certains, cela peut être source de stress si les résultats ne sont pas à la hauteur de leurs attentes et/ou de l’investissement qu’ils y mettent.

Quels conseils donneriez-vous à des parents dont les enfants se trouvent "dans la moyenne", c'est-à-dire, ni mauvais, ni excellents en classe ? Comment convient-il d'accompagner ce genre d'enfant dans sa scolarité ?

Pierre Duriot : Ne pas s'affoler, être ni mauvais ni excellent n'augure rien en matière de réussite professionnelle future et ce pour plusieurs raisons. La première est en lien avec le système éducatif qui a tendance à sélectionner comme bons élèves les profils les plus conformes... en caricaturant, les meilleurs perroquets. N'être pas excellent comme "répétiteur" n'est donc pas forcément une mauvaise chose et la moyenne de la classe n'est alors pas dramatique. La seconde raison est que des études très sérieuses ont été menées sur le cheminement professionnel. Elles montrent que la réussite scolaire préalable n'intervient pas de manière outrageusement prépondérante. La capacité d'initiative ou à différer, les facultés d'adaptation au milieu, la sociabilité, les capacités de travail, de gestion du temps ou de la tâche, auraient tendance à être les plus recherchées et elles ne sont pas forcément corrélées à la réussite scolaire. En fait, des capacités de gestion des affects, une forme d'opiniâtreté et du courage, valent au moins autant qu'une mention très bien. Enfin, il faut également en parler, puisque de nombreux analystes du milieu du travail en ont fait état, les capacités négatives que sont le conformisme bêlant, la propension à mentir, à trahir, à poignarder dans le dos, à n'avoir pas de scrupules, à savoir avaler des couleuvres, ou plus simplement à coucher, sont des armes intéressantes pour réussir dans le milieu professionnel contemporain, au-delà des diplômes ou des compétences. L'école élémentaire, maternelle et primaire, l'âge où se constituent les capacités futures, entre 0 et 10 ans, est une phase de construction, pas de programmation professionnelle.

Anne Peymirat : Il est important d’accompagner tout enfant dans ses devoirs et sa scolarité. Il y a des façons de faire pour que ce suivi aide l’enfant à progresser sans le stresser et donc lui permette d’apprendre mieux et plus vite.

Mon dernier livre, "Je ne crie plus, je ne répète plus, je ne râle plus, je gère !" (Editions First, octobre 2014) donne les moyens aux parents d’y arriver. Un conseil simple et facile à mettre en œuvre consiste à toujours dire à l’enfant deux choses positives pour chaque point à améliorer dans un devoir. En cherchant un peu, il y a toujours des choses qui sont bonnes ou du moins "OK" dans un devoir. Si le parent commence par dire ce qui ne va pas, comment voulez vous que l’enfant prenne confiance en lui et soit motivé pour faire des efforts et s’améliorer?

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Duriot

Pierre Duriot est enseignant du primaire.

Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les familles.

Il est l'auteur de Ne portez pas son cartable (L'Harmattan, 2012) et de Comment l’éducation change la société (L’harmattan, 2013). Il a publié en septembre Haro sur un prof, du côté obscur de l'éducation (Godefroy de Bouillon, 2015).

Voir la bio en entier

Anne Peymirat

Anne Peymirat est coach parental et fondatrice de l'agence "Parentalité Conseil & Formation" ; diplômée d'HEC, certifiée sur une méthode de parentalité reconnue, "Calmer, Easier, Happier Parenting", elle a déjà aidé plus de 1000 parents à reprendre leur vie de famille en main et à mieux vivre avec leurs enfants. Elle est l'auteur de Je ne crie plus, je répète plus, je ne râle plus… je gère !, aux éditions First (octobre 2014) et membre de la structure Happy families.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€