Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 29 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Barre toi Barack !" Quand la Une de Newsweek sur le bilan économique du Président déclenche une guerre féroce dans les médias américains

Prix Nobel d'économie et éditorialiste au New York Times, Paul Krugman accuse l'historien et économiste Niall Ferguson d'avoir travesti la vérité concernant une réforme du président américain afin de tromper les lecteurs de l'un des principaux hebdomadaires américains.

Tare ta Une

Publié le
"Barre toi Barack !" Quand la Une de Newsweek sur le bilan économique du Président déclenche une guerre féroce dans les médias américains

Le magazine Newsweek explique pourquoi Barack Obama ne doit pas être réélu, ce qui provoque une guerre de médias. Crédit Reuters

Ce n'était qu'une couverture un peu provocante de plus pour Newsweek, mais c'est devenu l'objet d'une bataille entre deux économistes de renom, Niall Ferguson et Paul Krugman.

Tout commence le 19 août avec la publication d'un article titré "Hit the road, Barack", que l'on pourrait traduire par "Barre toi, Barack", écrit par l'économiste et historien Niall Ferguson pour le magazine Newsweek.

Dans sa tribune, l'Américain explique pourquoi Barack Obama ne doit pas être réélu pour un second mandat. Selon lui, le président démocrate "n'a pas tenu ses promesses, et il est donc clair que le ticket républicain est le seul espoir de revenir à la prospérité".

L'une des promesses auxquelles Ferguson fait référence : la non-augmentation du déficit américain par la réforme de santé du président. Pour argumenter son propos, l'économiste cite un rapport du bureau du Budget du Congrès américain (CBO). C'est bien-là que le bât blesse…

Le Prix Nobel Paul Krugman répond à la tribune de Ferguson sur son blog hébergé par le New York Times. Le titre de son article :  "Unethical Commentary", ou "Commentaire pas très éthique". Krugman estime en effet que ce qu'écrit Ferguson est loin d'être la vérité, qu'il travestit même.

"Quiconque a lu le rapport du CBO, ou même seulement feuilleté rapidement, sait qu'il indique que la loi sur les soins abordables (Affordable Care Act ACA) diminuera, et n'augmentera donc pas le déficit – les subventions à l'assurance étant complètement payées", écrit Paul Krugman, ajoutant que Niall Ferguson "trompe délibérément les lecteurs en leur donnant l'impression que le CBO a rejeté les déclarations d'Obama affirmant que la réforme de santé ne creusera pas le déficit, alors qu'au contraire, il les confirme".

Le rapport indique en effet clairement que la réforme de santé d'Obama n'augmentera pas le déficit.

Mais le mal est déjà fait, et Ferguson ne peut s'empêcher de répondre sur Newsweek à son meilleur ennemi. Passé les petites mesquineries – "Vous savez que vous avez atteint votre cible quand Paul Krugman fait une pause dans ses vacances pour vous reprocher de multiples erreurs" – Ferguson explique qu'il a bien pris connaissance du rapport en détail, et qu'il ne s'est pas trompé puisque son article précisait bien que "les provisions de la couverture-assurance", une petite partie de la loi, augmenteraient le déficit.  

C'est en effet bien ce que dit le rapport du CBO. Mais comme l'explique Paul Krugman, l'article publié originellement dans Newsweek "oublie" de parler de la réforme comme un tout, et donc des bénéfices que le gouvernement peut en tirer, pour se focaliser sur une seule partie de la réforme, et les dépenses entrainées.

Volontairement, Ferguson cherche donc à piéger son lecteur et à lui faire croire quelque chose de fallacieux. Ou quand un journaliste laisse de côté son éthique, ce que n'ont pas manqué de relever beaucoup d'autres reporters.

Comme l'explique un article du New York Times, l'économiste Brad DeLong a déclaré au sujet de Ferguson : "virez-le. Virez-le de Newsweek et du Daily Beast. Qu'un comité à Harvard examine son cas pour voir s'il a assez de moralité pour enseigner à l'université. Il y a une limite, et Ferguson l'a franchie".

Dans un article publié dans The Atlantic.com, Matthew O'Brien sur la critique de l'Obamacare faite par l'historien. "Tous les reproches qui sont fait à l'Obamacare sont ce que ne fait pas ce système", précise-t-il. Il permet notamment de réduire l'inflation des soins ou la nécessité d'avoir un travail pour avoir une assurance. Pour conclure ce long fact-checking, O'Brien affirme qu' "Il aurait été intéressant que Ferguson explique pourquoi Obama ne mérite pas d'être réélu dans le monde réel que nous vivons. Au lieu de cela, nous avons eu un exercice qui est une spécialité de Ferguson : l'histoire contrefactuelle."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par carredas - 22/08/2012 - 08:43 - Signaler un abus Ethique, vous avez dit éthique...

    J'ignore qui a écrit cet article pour Atlantico mais l'auteur affirme que Ferguson a trahi son éthique d'économiste en oubliant délibérément de donner toutes les informations à ses lecteurs. Les faits sont donc clairement présentés aux lecteurs, le bon et le méchant sont désignés. Puisqu'il est question d'éthique, celle des journalistes ne devrait-elle pas consister à présenter les faits en évitant de porter des jugements ? En publiant en caractères gras " Volontairement, Ferguson cherche donc à piéger son lecteur " le journaliste français accuse juge et condamne, ce n'est pas son rôle et les lecteurs sont en capacité de se faire eux-mêmes leur opinion. ( ne manque-t-il pas une phrase après le mot "fallacieux" ? la suite n'a pas vraiment de sens ) Ce qui est intéressant, c'est de voir que des économistes demandent que d'autres économistes soient censurés par la presse qui deviendrait ainsi le juge suprême de la vérité et du mensonge à travers un département de vérification d'informations... le droit de réponse ne suffit-il pas ?

  • Par Mandos - 22/08/2012 - 08:44 - Signaler un abus Tiens

    On n'avait pas été prévenus qu'Atlantico était devenu une annexe du QG de campagne d'Obama. Il suffit donc qu'un type avec un statut un peu respecté par l'intelligentsia, comme professeur à Harvard par exemple, s'autorise une critique sur le bilan de Sa Sainteté pour déchaîner l'anathème, faire instruire son procès en blasphème et réclamer l'excommunication. Elle a bon dos l'Amérique paradis de l'ultralibéralisme incontrôlable tiens.

  • Par Balyre - 22/08/2012 - 09:52 - Signaler un abus Gagner par la terreur intellectuelle...

    Une manière bien de gauche ! On fait ça chez nous, ça se fait aussi aux USA. Obama et ses troupes sont des experts dans la matière. La façon dont Herman Cain a été, il y a six mois, éjecté de la campagne présidentielle par une grappe d'accusations de harcèlement sexuel sans le moindre début de fondement en est un bon exemple : Noir, et même plus noir qu'Obama car non métisse, Cain était un danger pour le président actuel. Un bon lynchage médiatique sur la base d'allégations non vérifiées l'a mis à terre avant même qu'il ne commence à être dangereux. Aujourd'hui, Obama ne s'occupe que de pourrir Romney. Pour un type qui était censé "faire rêver" le monde et l'Amérique, c'est court. Et voilà maintenant que même Atlantico sombre dans l'Obamania...

  • Par De France et de plus loin - 22/08/2012 - 12:16 - Signaler un abus Les républicains sont

    Les républicains sont tellement extrêmes dans leurs positions fiscales, sociales et religieuses que leur défaite est déjà acquise. Les américains ont appris à se méfier des ultras libéraux républicains (enfin libéraux en économie parce que pour les mœurs..) Obama va créer une sécurité sociale aux USA et entrera ainsi dans l'histoire en tant que président qui a fait autre chose pour son pays que de lancer des guerres et réduire les impôts des plus riches.

  • Par josephyne1 - 22/08/2012 - 15:11 - Signaler un abus Ah, bon.....

    @De France et de .... "un président qui fait autre chose que de lancer des guerres...." En êtes-vous si sûr ? Cela a pourtant l'air de le démanger sérieusement.

  • Par Boris - 22/08/2012 - 17:05 - Signaler un abus Ethique, vous avez dit éthique...

    @carredas "Puisqu'il est question d'éthique, celle des journalistes ne devrait-elle pas consister à présenter les faits en évitant de porter des jugements ?" Je ne sais pas comment vous définissez l'éthique (ni le journalisme d'ailleurs), mais je pense qu'il y a un monde entre volontairement induire le public en erreur et porter un jugement sur une situation. Maintenant, l'intérêt des commentaires est de proposer d'autres grilles de lectures ; si vous estimez que ce jugement est infondé, n'hésitez pas à argumenter sur le bienfondé de l'article de Ferguson. Aussi, il est de la responsabilité d'une publication de proposer un contenu qui ne soit pas fallacieux ; cela signifie être certain que ce que l'on publie, tribunes comprises, est conforme à la vérité. Ce n'est donc pas un appel à la censure, mais au respect des devoirs de la rédaction vis-à-vis de son public.

  • Par Dunorcaille - 22/08/2012 - 20:37 - Signaler un abus Les vraies raisons...

    Il faut bien comprendre une chose: des millions d'Américains n'ont jamais digéré le fait qu'un noir (ou métis) occupe la Maison Blanche. Beaucoup vont donc l'attaquer en prenant toutes sortes de biais, y compris des biais les plus malhonnêtes de façon à éviter lâchement de dire les vraies raisons profondes de leur rejet d'Obama. Et c'est le cas de cet économiste de "Newsweek", Ferguson. Chez nous, Nicolas Sarkozy fut victime du même type de bassesses et d'opprobre à son égard, mais bien évidemment pour des raisons différentes.

  • Par Mandos - 23/08/2012 - 02:53 - Signaler un abus Résumé

    Les arguments des pro-Obama sont les suivants : - Obama est critiqué parce qu’il est noir et que les Américains sont tous des rednecks racistes et incultes. - Obama a un bon bilan parce que les autres sont des cosmo-libéraux qui rêvent chaque nuit d’affamer davantage le pauvre et l’orphelin. - Le jugement d’Atlantico est bon, puisqu’il part du principe que la critique d’Obama a tort. Chacun se fera une idée, hein. Oh et sinon, Ferguson n’est pas "économiste de Newsweek" mais professeur à Harvard et Senior Fellow à Stanford. C’est d’ailleurs pour ça que tout le monde lui tombe dessus, il a autorité pour parler lui, et c’est bien ce qui est encombrant dans cette affaire.

  • Par carredas - 23/08/2012 - 08:48 - Signaler un abus @Boris

    Vous semblez convaincu que M.Ferguson a volontairement cherché à piéger son lecteur, sans doute avez-vous lus les différents articles publiés par les deux économistes en question dans Newsweek et le N.Y.Times, moi pas et je parie que 99,99% des lecteurs d'Atlantico non plus. Je serais donc bien en peine d'argumenter sur le bienfondé de l'article de M.Ferguson ou sur le bienfondé de la réaction de M.Krugman et ce n'est pas là dessus que j'ai réagi, mais sur la manière dont la presse, au cas présent le journaliste qui écrit pour Atlantico, prend parti dans cette "guerre féroce entre économistes". Pas plus que les économistes, les journalistes n'ont à mettre leur pouvoir et leurs compétences au service de leurs préférences politiques, mais il faut bien reconnaître que la réalité est beaucoup moins idéale, y compris en France... Pour moi, le rôle du journaliste est d'informer au mieux, pas de convaincre, sauf si au préalable, il exprime clairement son orientation politique.

  • Par carredas - 23/08/2012 - 08:50 - Signaler un abus Tsssss.....!

    "sans doute avez-vous lu..."

  • Par CN13 - 23/08/2012 - 11:03 - Signaler un abus Il n'y a pas QUE les médias américains...

    les médias français ne sont pas mieux ! pire, ils savent manipuler les gens bêtes et crédules et ils sont nombreux. Leur devise, c'est : Vénération - Destruction... Il n'y a qu'à suivre les actualités et les commentaires...

  • Par CN13 - 23/08/2012 - 11:04 - Signaler un abus Il n'y a pas QUE les médias américains...

    les médias français ne sont pas mieux ! pire, ils savent manipuler les gens bêtes et crédules et ils sont nombreux. Leur devise, c'est : Vénération - Destruction... Il n'y a qu'à suivre les actualités et les commentaires...

  • Par CN13 - 23/08/2012 - 11:05 - Signaler un abus Il n'y a pas QUE les médias américains...

    les médias français ne sont pas mieux ! pire, ils savent manipuler les gens bêtes et crédules et ils sont nombreux. Leur devise, c'est : Vénération - Destruction... Il n'y a qu'à suivre les actualités et les commentaires...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€