Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 21 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La mystérieuse chute du nombre de migrants qui traversent la Méditerranée pendant l'été 2017

De janvier à mi-août 2017, 121 000 arrivées de migrants ont été enregistrées, principalement en Italie, contre 273 000 sur la même période en 2016.

Changement de trajectoire

Publié le
La mystérieuse chute du nombre de migrants qui traversent la Méditerranée pendant l'été 2017

Atlantico : L'International Organization for Migration (IOM) des Nations-Unies a dévoilé mardi les chiffres des arrivées récentes de migrants en Europe et c'est une surprise.  De janvier à mi-août 2017, on a enregistré 121 000 arrivées (principalement en Italie) alors qu'on en enregistrait  273 000 sur la même période en 2016. Comment expliquer ce phénomène  qui est encore plus visible en août alors que c'est le moment le plus propice aux traversées ?

Guillaume Lagane : Il y a probablement deux raisons. La première, c'est effectivement que les pays européens ont agi pour réduire la demande de départ. Il y a eu un accord en 2016 entre l'UE et la Turquie qui a eu pour effet de dérouter de la route des Balkans vers la Libye et on a un peu le même phénomène avec des accords conclus entre l'UE et des pays africains comme le Niger, le Tchad ou le Soudan. Et puis des accords bilatéraux entre l'Italie et la Libye. Elle est allée jusqu'à signer des accords avec des tribus du sud conditionnant une aide si elles retiennent les migrants.

Deuxième facteur, qui est plus d'ordre technique, c'est qu'on voit bien qu'avec tout le battage médiatique autour de ces migrations qu'elles sont dangereuses. Cela peut freiner les migrants d'aller en Libye car ils savent les risques qu'ils encourent. Il ne faut pas oublier que dans ces migrants, une moitié vient d'Afrique de l'Est, certainement de régimes répressifs comme l'Erythrée, et l'autre moitié vient d'Afrique de l'Ouest, dont peut-être pour une majorité des migrants économiques attirés par l'idée d'une vie meilleure.

A cela il faut encore ajouter la diversification des routes et l'explosion, même si les chiffres restent bien moindres, du nombre de migrants arrivant depuis l'Espagne.

Pour autant, qu'est-ce que ces chiffres ne disent pas ? 

La statistique est la forme moderne du mensonge. On ne sait pas vraiment comment elles sont compilées mais ce qui est sûr c'est qu'elles sont difficiles à obtenir. La situation politique en Libye étant très confuse, avec deux forces politiques rivales incarnées par Haftar et el-Sarraj. Du point de vue des Nations unies, il n'est pas facile d'avoir des statistiques officielles. Ce que l'on a, et ce qui est précis, ce sont les chiffres que l'on peut tirer des garde-côtes italiens.

En dehors des statistiques, il faut compter les migrants qui sont encore en Libye, extrêmement nombreux, et qui n'ont pas encore franchi le pas de la traversée. Pour rappel, même avant la guerre de 2011, la Libye accueillait pratiquement deux millions de travailleurs étrangers. Enfin, il faudrait rajouter le nombre de migrants qui sont arrivés illégalement et qui sont "passés entre les mailles du filet", mais sur eux il n'y a pas de chiffres précis.

Est-ce que cette baisse signifie pour autant que le phénomène va décliner de manière durable ? Surtout lorsque l'on voit que les arrivées en Espagne, même si elles restent bien inférieures, ont quand même triplé en 2017 par rapport à 2016  ?

Objectivement, rien n'indique que le phénomène migratoire devrait décroitre. S'agissant des réfugiés politique, de nombreux conflits qui ont lieu dans leur pays d'origine comme par exemple la Somalie ou le Sud Soudan, ne sont pas prêts de se dissiper tout comme le problème de persécution envers les populations locales.

Il faut rajouter le sempiternel problème du développement de l'Afrique qui est toujours très lent. Et à ces deux problèmes de fond, il faut rajouter le fait que l'Afrique est une bombe démographique à retardement. On estime aujourd'hui que le nombre d'Africains au Sud du Sahara passera de un milliard aujourd'hui à deux milliards en 2050 et quatre milliards en 2100. Le Nigéria seul passera de 182 millions d'habitants aujourd'hui à plus de 400 millions d'ici 2050. Les défis à venir pour ces pays en matière de santé par exemple ou même de capacité à nourrir les populations sont gigantesques.

Dans ce contexte il est difficile d'imaginer qu'ils ne trouveront pas d'intérêt à venir en Europe. L'accalmie apparente ne s'éternisera pas. A plus court terme, elle peut durer, on verra cela en fonction de l'efficacité des mesures prises par les pays européens comme celle voulue par Emmanuel Macron d'instaurer des "hotspots" sur le continent Africain pour traiter les demandes. Une méthode qui n'est pas sans rappeler ce qu'a fait l'Australie et qui semble efficace, toute proportion gardée.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vauban - 03/09/2017 - 15:25 - Signaler un abus Ebola

    Ebola

  • Par vangog - 03/09/2017 - 23:58 - Signaler un abus Quel intérêt pour un Africain à venir en Europe?...

    Excepté pour alimenter l'électorat gauchiste, il n'y a aucun intérêt ni pour lui, ni pour personne! Si les gauchistes comprenaient enfin que le bonheur n'est pas dépendant du niveau d'allocation, mais de la faculté à s'épanouir dans son propre pays, en contribuant à l'économie, notamment quand on est un homme jeune dans la fleur de l'âge...la seule solution pour l'Afrique est la solution de Marine Le Pen: coopération en échange d'une maîtrise de l'émigration vers l'UE laxiste! C'est à ce seul prix que se développera l'Afrique, en conservant sa jeunesse, et en maîtrisant ses naissances par le développement économique. Les solutions gauchistes (ou Macronistes) ne font qu'apauvrir l'Afrique et l'UE, par la même occasion...

  • Par tubixray - 04/09/2017 - 13:46 - Signaler un abus Bombe démographique

    Voilà l'expression qu'il faut garder à l'esprit.... Aucune raison que cette bombe explose au nord de la Méditerranée .... Après des décennies d'indépendance la plupart des états africains ont été manipulés par des chefs d'état corrompus, dictateurs ou prétentieux .......Le "printemps" arabe a déstabilisé quelques états du nord qui, à défaut d'être démocratiques, étaient maintenus en marche .... Nous n'avons aucune raison de ressentir un sentiment de culpabilité .... Quant à François (le pape) qu'il s'occupe de ses ouailles et de personne d'autre.

  • Par Tassendar - 04/09/2017 - 14:03 - Signaler un abus La raison du tarissement du flux est plus simple

    Le général Haftar et ses troupes ne laisserait plus les immigrés clandestins partir depuis la Libye. Etonnant que cette information ne soit jamais évoquée..

  • Par vangog - 04/09/2017 - 21:01 - Signaler un abus @Tassandar Si ce que vous déclarez est vrai...

    alors cela signifie que le General Haftar a eu raison de refuser les hots spots réclamés par Macron-Rothschild, car il a enfin compris que toute Nation doit garder ses forces vives et sa jeunesse afin de survivre. Et Haftar a ainsi pris un très fort ascendant sur le faux pouvoir lybien subventionné par l'union européiste à Tripoli. Cette UE, qui n'en est plus à une erreur prêt, croyait qu'un pouvoir bicéphale, un à Tobrouk et un à Tripoli, serait opportun pour gouverner la Lybie, la condamnant ainsi à une éternelle errance. Mais Haftar semble avoir décidé opportunément que le pouvoir ne se partage pas.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guillaume Lagane

Guillaume Lagane est spécialiste des questions de défense.

Il est également maître de conférences à Science-Po Paris. 

Il est l'auteur de  Questions internationales en fiches (Ellipses, 2013 (deuxième édition)) et de Premiers pas en géopolitique (Ellipses, 2012). il est également l'auteur de Théories des relations internationales (Ellipses, février 2016). Il participe au blog Eurasia Prospective.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€