Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 30 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les musulmans et l'Occident : les leçons de la grande enquête du Pew Research Center

Une forte croissance combinée aux actes de violences commis au nom de l'islam par des groupes extrémistes ont mis les musulmans au premier plan du débat politique. Quelques éléments de réponses pour comprendre l'impact de cette religion dans le monde et en France.

Mise au point

Publié le
Les musulmans et l'Occident : les leçons de la grande enquête du Pew Research Center

Atlantico : Les musulmans s'avèrent être le groupe religieux dont la croissance est la plus rapide au monde. Comment expliquer cette croissance et qu'en est-il vraiment lorsqu'on la compare aux autres religions ?

Guylain Chevrier : Selon une étude récente du Pew Research Center, il est effectivement constaté que dans le monde, les musulmans ont la démographie la plus forte. L'islam est la seconde religion au monde avec 1,6 milliards de croyants, 23% de la population mondiale, après le christianisme. Rappelons que la région Moyen-Orient-Afrique du Nord, où l’islam est né au VIIe siècle, fortement islamisée, abrite seulement environ 20% des musulmans du monde. La majorité des musulmans, 62%, vivent dans la région Asie-Pacifique, en Indonésie, en Inde, au Pakistan, au Bangladesh, en Iran et en Turquie.

Cette croissance la plus rapide tient à deux facteurs qui se combinent. D’une part, les musulmans ont plus d'enfants que les membres d'autres groupes religieux. Le taux de fécondité est de 3,1 enfants par femme, dans le monde musulman, contre 2,3 pour tous les autres groupes combinés. Les musulmans sont aussi les plus jeunes (âge médian de 23 ans en 2010) de tous les principaux groupes religieux, sept ans plus jeunes qu’au regard de l'âge médian des non-musulmans. A être plus jeunes, les musulmans seront plus nombreux à atteindre l’âge où on commence à avoir des enfants, par rapport aux autres groupes plus âgés, qui donc en auront moins. Ceci, combiné avec des taux de fécondité élevés, va alimenter la croissance de la population musulmane. Le facteur culturel est aussi à prendre en compte, qui influe sur les comportements, et la tradition reste forte dans la répartition des rôles entre les sexes chez les musulmans, la femme étant prédestinée à être avant tout une mère. Même s’il existe une certaine évolution ici, elle reste à la marge d’un courant dominant patriarcale, favorable à cette natalité élevée.  

Dans cette étude on souligne qu’à la fin du siècle, si les choses continuent à ce rythme, l’islam sera la première religion au monde. Cela est aussi à mettre en rapport avec un christianisme qui dans les pays développés est en net recul, alors que l’islam à la faveur d’une immigration musulmane importante est plutôt en phase d’installation et de diffusion dans ces pays.

L’islam progresse d’ailleurs dans les pays européens, spécialement dans les quartiers sensibles à la faveur de l’influence que cette religion y exerce en raison de la concentration de population d’origine immigrée des pays extra-européens. Une religion de conversion très active qui sait se saisir de la déshérence de certains jeunes dans ces quartiers, qui la rejoignent, pour lesquels elle est un des trop rares repères. On considère ainsi dans l’étude, que d’ici à 2050, on devrait compter 10% de musulmans dans l’ensemble de l’Europe.

A combien peut-on estimer le nombre de musulmans en France ? 

Guylain Chevrier : C'est une question presque plus politique que démographique, très sensible, car différents chiffres s'affrontent, derrière lesquels des courants d'idées s'opposent. L’islam est considéré comme la deuxième religion en France après le christianisme. Le nombre de musulmans est estimé entre 4,7 et 6 millions, chiffres que l‘on trouve sur Wikipédia, avec en référence une étude de l’INED et de l’Insee publiée en octobre 2010.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par adroitetoutemaintenant - 20/03/2017 - 11:57 - Signaler un abus Un problème de QI ?

    L’attraction de l’islam réside surtout sur le fait qu’il s’agit de la légalisation pseudo-religieuse de tous les mauvais instincts de l’homme. Prééminence de l’homme sur la femme, du fort sur le faible, de l’adulte sur l’enfant, du musulman sur tous les autres. Bref, un système mafieux où l’assassinat, le viol, la pédophilie, la zoophilie, le vol, l’esclavagisme, l’avilissement, le mensonge et l’abrutissement deviennent des qualités et des lettres de noblesse. Tout ce qui attire les faibles du QI. Et ils sont légions dans notre pays où l’éducation se vautre dans la fange et a fait reculer le QI.

  • Par ISABLEUE - 20/03/2017 - 13:27 - Signaler un abus HAHAHA

    adroitetoutemaintenant !!! Le truc du QI, et les faibles d'esprit , j'adhère..

  • Par bherry - 20/03/2017 - 17:26 - Signaler un abus Il n'y a pas de statistiques

    Il n'y a pas de statistiques ethniques ou religieuses mais les chiffres de l'insee permettent d'avoir une idée sur le nombre de musulmans en France (français ou étrangers) Le chiffre donné dans cet article est absurde. Le vrai chiffre se situe entre 10 et 15% de la population soit de 7 à 10 millions au total avec une croissance beaucoup plus rapide que l'ensemble de la population.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 21/03/2017 - 00:11 - Signaler un abus Ces chiffres sont faux..!

    Au lendemain de l'attentat de Charlie Hebdo, notre ministre de l'intérieur "Bernard le Terrible" nous demanda sur une radio nationale de ne pas faire d'amalgame vis à vis des musulmans de France qui d'après lui représentaient une population de 1,5 million de personnes........ Le même jour sur la même radio le recteur de la grande mosquée de Paris revendiquait 9 millions de fidèles..... Il serait peut-être temps de disposer de statistiques crédibles... Autres que celles sorties du cerveau de nos politiques , toujours embrumé par la bienpensance....

  • Par toupoilu - 21/03/2017 - 06:50 - Signaler un abus Les éstimations de Michele Tribalat sont les plus proches

    De la vérité, entre 5 à 7 millions de musulmans légaux, français et immigrés légaux, plus les clandestins par principe non dénombrables mais qu'il ne faut pas surestimer non plus, car les régularisations sont massives et vident régulièrement le stock. Peu importe le chiffre, la réalité est la, ils sont déjà presque trop nombreux pour s’intégrer dans la société française, et il est urgent d’arrêter le flux si on ne veut pas subir le sort du Kosovo.

  • Par Thyme - 21/03/2017 - 08:28 - Signaler un abus au final c'est vrai

    adroitetoutemaintenant, j'adhère aussi !!!

  • Par MIMINE 95 - 21/03/2017 - 09:46 - Signaler un abus LA TARTE A LA CREME DE LA "SECULARISATION" DE L'ISLAM, M D R!

    " 47% des musulmans souhaitent une société où chacun puisse exprimer publiquement son appartenance religieuse ; ils sont 56% à trouver complètement normal qu’on suive d’abord les règles de sa religion avant les règles de la société dans laquelle on vit ". Exprimer publiquement son appartenance religieuse, Il suffit de voir de quelle façon "chacun" est traité dans les pays musulmans, y compris dit "modérés", lorsqu'il exprime "publiquement" son appartenance religieuse non islamique, pour savoir ce qu'il adviendrait du "chacun" si l'islam devient majoritaire en occident. Ils réclament une tolérance que leur pays d'origine se gardent bien d'appliquer de quel point de vue que ce soit religieux ou culturels .Maroc, Algerie Tunisie, Turquie... tous font partie de l'OCI (organisation de la conférence islamique), tous ont signé la déclaration des droits de l'homme EN ISLAM", qui exige la primauté de l'islam, et de la charia, la limitation de la liberté de choisir sa religion et d'en changer, l'inégalité des droits, la criminalisation de l'homosexualité et etc. Le "chacun" étant dans cette phrase le mot valise pour cacher le "nous seul" futur.

  • Par legeorgenri - 21/03/2017 - 09:58 - Signaler un abus SOS Ils sont là !

    Demain , ils seront tous là. ...si dans 2 mois nous ne réagissons pas ! Macron , Fillon , Hamon , Melanchon ...avec eux , sûr , nous l'aurons profond ! Bah , nous irons en Syrie pour la reconstruction .

  • Par Gloubi - 21/03/2017 - 14:09 - Signaler un abus Islam : effet cliquet

    L'Islam ne progresse pas que par la fécondité. D'autres phénomènes entrent en jeu : 1 - Dans les pays à majorité musulmane, les autres communautés sont brimées, pour pratiquer leur culte, pour accéder à certaines fonctions, pour bénéficier d'une éducation non musulmane, ..., ou sont même attaqués physiquement, d'où une émigration ou des conversions. 2 - De véritables génocides ont aussi lieu dans ces pays. La Turquie en est un cas typique. Au début du 20ème siècle, ce pays comptait 30% de chétiens. Ils ne sont plus que 0,1% n 3 - Dans tous les pays, il est interdit à un musulman de se convertir vers une autre religion (apostat puni de mort), il lui est interdit d'épouser un ou une musulmane, sauf si ce dernier devient musulman, et bien sûr les enfants doivent être musulmans. Donc, mécaniquement, la proportion de musulmans ne peut que s'accroître !

  • Par jerome69 - 21/03/2017 - 15:05 - Signaler un abus Im manque une statistique

    Ils représentent 80% e de la population carcérale

  • Par lafronde - 22/03/2017 - 00:08 - Signaler un abus La République ne nous protégera pas de l'islamisation.

    L'Union européenne a repris de la République française son progressisme, sa manie de la table rase, son parti pris de l'Egalité réelle, et sa manie de l'universalisme. Pas de racines chrétiennes ou européennes, pas de préférence nationale ou européenne, égal accès aux prestations sociales pour les non-européens, droit d'asile universel, droit d'immigrer en groupe, mais procédure judiciaire obligatoire pour une expulsion. Dans cet Etat de Droit dont sont si fiers les Magistrats rien n'a été fait pour préserver les droits et les intérêts des peuples autochtones d'Europe. Tous sont asservis à cette immigration CEDH, une immigration de créanciers. Fort de leur Droit que nos dirigeant sont posé, ces opportunistes en profitent, comme nos ancêtres colonisateurs ont profité de leur supériorité militaire et technique. Mais aujourd'hui nos colonisateurs musulmans s'ils n'ont pas la supériorité militaire, ont le Droit européen et français pour eux, et si nous laissons perdurer cette situation sont en passe d'obtenir la supériorité des effectifs mâles dans la tranche d'age militaire. C'est déjà le cas en Allemagne ou en Suède. Macron veut comme là bas accueillir autant de migrants.

  • Par Fredja - 22/03/2017 - 12:53 - Signaler un abus Tout est dit dans cette article...

    A partir du moment où les tenant de l'Islam pensent que la religion prime sur les règles de la société (ce qui est quand même le fondement de notre démocratie), on est foutus. La seule solution : créer un islam de France qui soit respectueux des lois française... Un bon exemple à suivre, la Russie : financement étrangers interdits, clergé islamique en règle avec la loi Russe, expulsion immédiate de tous les imams étrangers. Parce qu'on peut comprendre que des Français musulmans souhaitent pratiquer leur religion, tout en respectant notre démocratie (et il y en a, mais ils sont très discrets...). Au passage, seul François Fillon propose cette solution...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guylain Chevrier

Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.

Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€