Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Moi, méchant Blanc, demander pardon à pauvre Noir souffrant

Moi parler petit nègre. Pour expier d'avoir stigmatisé les Noirs avec "Y a bon banania".

Booooooouuuuuhhhhhhooooouuuuuuuuu

Publié le

Moi y'en a pas aller au camp d'été "décolonial" organisé par Sihame Assbague, porte-parole du collectif "Contre le contrôle au faciès". Moi y'en a pas y aller car elle contrôler mon faciès et pas vouloir de moi. Moi être Blanc et elle refuser moi car moi pas être victime du "racisme d'État". Moi pas être Noir ou Arabe et moi donc être exclu du séminaire. En plus moi être Juif et moi manger tous les matins un enfant palestinien au petit-déjeuner.

Sihame Assbague vouloir développement séparé des races : en Afrique du Sud on appelait ça apartheid… Moi être pour.

Moi aimer. Sihame Assbague pas vouloir de moi ? Mais moi pas vouloir, mais pas du tout, d'elle. Si moi décider de me séparer de Sihame Assbague moi être appelé raciste. Si elle décider de se séparer de moi, elle être appelé militante anticolonialiste. Peu importe : à l'arrivée moi content.

Car moi pas vouloir être mélangé à des milliers de Sihame Assbague qui crachent sur moi. Moi être heureux dans mon jardin. À me prélasser dans mon hamac. Moi fumer cigare. Moi lire Tintin au Congo. Moi rêver d'être dans un palanquin porté par des Noirs. Moi peut-être avoir eu un ancêtre négrier. Mais moi pas vouloir le renier ou demander pardon.

Moi être fautif quand même d'avoir colonisé l'Afrique. Mais moi y'en avoir marre de baisser la tête pour ça. Moi avoir quitté l'Afrique. Et Sihame Assbague être venue chez moi. Moi vouloir être libre. Libre de Sihame Assbague. Libre de Christiane Taubira. Libre du CRAN. Moi aimer ma couleur de peau. Sihame Assbague et les siens penser qu'elle est moche ! Leucoderme c'est pas beau… Black is beautiful… 

Moi être Blanc. Et moi avoir longtemps milité pour la mixité. La mixité hommes-femmes s'entend. La seule qui vaille. Celle qui permet de s'aimer et de faire des enfants. Hommes et femmes de toutes les races, de toutes les couleurs, de toutes les religions, aimez-vous ! Moi avoir une fille un peu noire sur les bords. Moi pas vouloir que Sihame Assbague s'approche d'elle. Elle serait capable de lui faire du mal en la considérant comme le fruit criminel de la domination d'un mâle colonial.

Moi y'en a pas en vouloir vraiment à Sihame Assbague et aux prêtresses du "décolonial". Moi penser que elles bien faire en s'installant dans un camp interdit aux Blancs. Moi content d'éviter toute promiscuité avec elles. Et moi être très heureux si elle, les siens, les siennes élire durablement domicile dans ce camp.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par essentimo - 25/08/2016 - 09:22 - Signaler un abus (Bien) dit

    comme d'habitude.

  • Par Olivier62 - 25/08/2016 - 10:08 - Signaler un abus l'anti-racisme, nouvel avatar du racisme

    Ce phénomène que l'on constate de plus en plus (notamment aux USA) montre la vraie nature de "l'anti-racisme" : un racisme anti-blancs, qui utilise sans vergogne et hypocritement la mauvaise conscience et la bien-pensance comme arme de guerre contre les populations d'origine européenne. Un exemple en est la lutte contre les "discriminations" qui a fini en "discrimination positive" au profit des non-blancs et au détriment des blancs, ou le métissage promu comme idéal par Sarkozy en 2008. "L'anti-racisme" est en fait un moyen de délégitimer la réaction de défense raciale des blancs, de manière à faciliter leur liquidation ethnique par immigration de remplacement.

  • Par Jardidi - 25/08/2016 - 10:52 - Signaler un abus Le racisme mène à un contre

    Le racisme mène à un contre-racisme et la gauche lui fournit son armature idéologique. La droite a trahi les Français et la gauche empêchera le FN d'arriver au pouvoir. Nous ne résoudrons pas ce problème par la politique. Les Français réagissent mal à cette volonté de séparation et cela pourrait ne faire que la renforcer. Ce sont donc les Allemands qui vont décider de l'avenir des Français de couleur.

  • Par Paul Emiste - 25/08/2016 - 11:27 - Signaler un abus Kif kif (si je peux me permettre).

    Anti raciste, capitaliste,nucléaire, fa, et ne pas oublier le plus long, constitutionnellement, tout cela va ensemble dans la même direction: le totalitarisme rouge (pardon à mes frères indiens).

  • Par LouisArmandCremet - 25/08/2016 - 13:49 - Signaler un abus Ah aha ah !

    Je constate encore une fois que vous n'hésitez pas à parler des sujets qui fâchent et plus est, sans s'encombrer le moins du monde du politiquement correct ! Excellent !

  • Par Eolian - 25/08/2016 - 22:30 - Signaler un abus excellent

    Moi bien aimé article très juste.

  • Par calinou - 25/08/2016 - 23:34 - Signaler un abus Moi méchant blanc aussi

    Moi on plus pas demander pardon, moi fier d'être blanc !!!

  • Par Joly Maurice - 25/08/2016 - 23:49 - Signaler un abus Ha ha...

    Moi beaucoup aimer lire toi! Moi rigoler à me faire mal au nombril! Toi être bon pour moral à moi! Moi aimer vieux films de Tarzan, et toi parler comme lui!

  • Par pale rider - 26/08/2016 - 00:34 - Signaler un abus Tordant !

    Merci!!!!

  • Par karbo - 26/08/2016 - 17:43 - Signaler un abus Joli prétexte pour rester

    Joli prétexte pour rester bien posé sur son cul à pleurnicher sur la méchanceté des autres. C'est plus facile que de se retrousser les manches et de vivre.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€