Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 29 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mieux informer sur le nucléaire :
la clef pour en faire accepter les risques ?

Henri Prévot explique que le risque nucléaire peut être accepté plus facilement, à condition qu'il soit connu et assumé, non seulement par l’État mais par chaque citoyen. Extraits de "Avec le nucléaire, un choix réfléchi et responsable" (2/2).

La vérité en face

Publié le

L’information peut-elle être parfaite ?

Les opposants reprochent à la technostructure nucléaire de cacher des informations. Ce reproche a été fondé. Pour éviter les anachronismes il serait plus juste de dire que les informations qui étaient données naguère ne répondraient pas au besoin d’information tel qu’il s’exprime aujourd’hui. La difficulté rencontrée par les organes officiels est double :

d’une part, l’attente du public évolue avec le temps et, d’autre part, ce public est extrêmement varié, tout le monde n’ayant pas le même degré de connaissance, ni les mêmes préoccupations, ni le même désir de savoir. Cependant le message est unique.

Ce qui répond à l’attente des uns peut être insuffisant pour d’autres qui crieront à l’« opacité », semant ainsi l’inquiétude chez les premiers. Il suffit d’une maladresse commise par un organe officiel ou d’une plaisanterie lancée par quelqu’un qui n’y connaît pas grand-chose mais fait un bon mot sans y mettre malice pour que la rumeur s’étende, s’incruste de façon presque indélébile.

Aujourd’hui l’opinion demande en général beaucoup plus d’information qu’il y a une trentaine d’années. Celle qui est publiée par l’ASN, l’IRSN, l’ANDRA, EDF et AREVA est beaucoup plus abondante qu’il y a trente ans. On ne dira pas que tout est publié, car il est impossible de le faire. Mais, pour ne donner qu’un exemple, les centrales nucléaires signalent tous les écarts qui ont suscité une action correctrice, aussi ténus soient-ils et même sans aucune incidence sur la sécurité. Tous ces « événements » sont publiés sur Internet, de même que les rapports d’inspection de l’ASN et les rapports de l’IRSN et de l’ASN sur l’accident de Fukushima. Localement, près des centrales, les CLI, commissions locales d’information, sont des lieux d’échange qui fonctionnent bien.

Le grand public n’est pas toujours en mesure de comprendre les informations délivrées par les entreprises et les institutions, ni de porter un jugement sur les commentaires qu’elles suscitent. Pour que l’information soit de qualité et soit comprise, il faut donc améliorer les connaissances de base du plus grand nombre de nos concitoyens. Cela relève de la responsabilité non seulement de l’État, de l’Éducation nationale et des organismes officiels tels que l’IRSN et l’ASN dont l’action est unanimement saluée, mais aussi des scientifiques, des experts et des journalistes : certains mènent une action absolument remarquable.

Assumer et gérer le risque, au plan collectif et au plan individuel

L’État n’a jamais caché que le risque de rejets radioactifs existe. La demande de sécurité s’est faite tellement forte que l’EPR a été conçu pour supprimer ce risque. En cas de panne totale, la réaction en chaîne s’arrête toute seule et de nouveaux dispositifs de sécurité passive refroidiront le cœur du réacteur pendant quelques heures, même après qu’il sera entré en fusion, laissant le temps d’une intervention extérieure. Il a donc été décidé que l’enceinte de confinement serait complètement étanche sans avoir recours à des évents qui, lorsque la pression devient trop grande, permettent de l’abaisser en laissant partir des produits radioactifs. Ne serait-il pas préférable d’être cohérent avec l’affirmation selon laquelle le risque d’accident grave avec émissions de radioactivité à l’extérieur ne peut pas être absolument exclu ? En 2012, il n’est sans doute pas trop tard pour que cette enceinte soit équipée d’évents munis de filtres, comme l’est celle du réacteur finlandais.

La population acceptera plus volontiers le risque nucléaire si elle le connaît et si elle prend sa part dans la gestion de la crise, en cas d’accident.

Après un accident, l’éloignement de la population est une décision de prudence prise par l’autorité publique pour éviter la radioactivité de l’iode, qui s’épuise en quelques semaines, et tant que la situation n’est pas stabilisée. À Tchernobyl comme à Fukushima, la radioactivité est retombée sur le sol de façon hétérogène, par taches. Il est facile de s’en préserver lorsqu’on sait où elle se trouve et elle est très facile à détecter avec des instruments de la taille d’un téléphone portable. Pourquoi les personnes qui le souhaitent, en connaissant les risques et les précautions à prendre, ne pourraient-elles pas revenir chez elles ? Comme on l’a vu à Tchernobyl et comme on commence à le voir à Fukushima, le stress psychique et la désorganisation sociale créent beaucoup plus de dommages que la radioactivité.

______________________________________________

Extrait de "Avec le nucléaire" chez Seuil (7 juin 2012)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par bobo - 17/08/2012 - 09:48 - Signaler un abus Comme d'habitude

    Comme d'habitude, cet article pour minimiser les risques, les conséquences des catastrophes, la non maitrise de la technologie, les couts faramineux du nucléaire si on "sécurise" et si on prend en compte le démantèlement. Pourquoi toujours parlé de l'iode, à durée de radioactivité limitée, et ne jamais parler des particules moins nombreuses mais des millions de fois plus dangereux, disséminés un peu partout dans le monde suite à Tchernobyl et Fukushima ? Votre sélection d'information, pour dixit s'accorder avec le niveau d'intelligence des gens, est juste une jolie façon d'enfumer tout le monde, et de faire croire que le nucléaire est sur, maitrisé, peu couteux et d'avenir. Les gens ne sont plus dupes, et malgré le loobying, la supercherie nucléaire va décliner avec la perte de rentabilité qu'engendre la prise en compte RÉELLE des couts de la sécurité, du démantèlement, des assurances, de l'approvisionnement en matière première de plus en plus couteux.

  • Par RcommeRobert - 17/08/2012 - 10:40 - Signaler un abus Arrogance.

    Selon l'article, il n'est pas envisageable d'être à la fois bien informé et contre le nucléaire, ce qui sous entend que les opposants au nucléaire sont des ignorants.

  • Par luc.b - 17/08/2012 - 11:50 - Signaler un abus En occident, le potentiel d'économie d'énergie est immense.

    En Europe, dans le résidentiel et le tertiaire, l'éclairage, le chauffage et la réfrigération ont représenté 870 TWh d'électricité en 2007. (source Eurostat). Aux U.S.A. dans le résidentiel et le tertiaire, l'éclairage, le chauffage et la réfrigération ont représenté 1400 TWh d'électricité en 2008 (source Energy Information Administration). Soit au total 2270 TWh par an. Avec l'éclairage LED, l'éclairage ESL (Electron Stimulated Luminescence), l'isolation, les chauffe-ea­u solaires, les pompes à chaleur valorisant­s la chaleur des eaux usées, la géothermie­, les chaudières biomasse, les centrales à trigénération, la réfrigération par stockage de froid la nuit, les puits canadiens.. l'Europe et les USA pourraient économiser 1 500 TWh d'électricité dans le résidentiel et le tertiaire par an. Soit presque autant que la production des centrales nucléaires en Europe et aux USA.

  • Par Saturne92 - 18/08/2012 - 00:58 - Signaler un abus Economies ... de bouts de chandelles !

    Luc.b, comment croire que les mesures coûteuses que vous préconisez vont permettre d'économiser les 2/3 de la consommation actuelle et qu'elles parviendront à alimenter une grande agglomération comme la région parisienne par un mois de décembre ou janvier glacial ? L'électricité ne se stocke pas et vous aurez beau isoler les immeubles, je ne vois pas comment vous pourrez assurer une température acceptable avec -15°C dehors. Les pays qui ont abandonné le nucléaire brûlent du charbon et du gaz Il n'y a pas de miracle ! Cette peur du nucléaire est irrationnelle et repose pour une bonne part sur l'ignorance. La télévision joue un grand rôle dans ces peurs irraisonnées.

  • Par thymthym711 - 18/08/2012 - 01:21 - Signaler un abus Mémoire défaillante ? 1/2

    "Aujourd’hui l’opinion demande en général beaucoup plus d’information qu’il y a une trentaine d’années." Ce n'est pas sérieux. Je n'ai pas les mêmes souvenirs. Par exemple voici une information emprunté au site de l'Express : "31 juillet 1977: manifestation contre la centrale Superphénix En avril 1976, Jacques Chirac, Premier ministre d'alors, lance la nouvelle génération de centrales. Le chantier est baptisé Superphénix, et s'installera à Creys-Malville, dans l'Isère. Plus d'un an après, la contestation est à son comble. Plus de 60 000 manifestants marchent sur le site, jusqu'à ce que les forces de l'ordre répliquent. Bilan: un mort du côté des contestataires. " A l'époque les pouvoirs publics ont fait taire les contestataires et les personnes qui se posaient des questions. Poser aujourd'hui la question de faire accepter les risques par les populations alors que 58 réacteurs sont en activité c'est se moquer du monde. La population a été mise devant le fait accompli. La phrase très utilisée "le risque zéro n'existe pas" ne justifie pas que l'on prenne le risque d'une technologie qui par accident peut tuer d'immenses espaces et porter atteinte aux êtres vivants et aux hommes.

  • Par thymthym711 - 18/08/2012 - 01:42 - Signaler un abus Mémoire défaillante ? 2/2

    Si lorsque l'accident, qui va interdire de vivre dans une région durant des décennies, n'est qu'une question de temps (déjà 3 accidents majeurs : USA, Ukraine, Japon) alors nul n'a le droit de prendre le risque d'une telle technologie ni de le faire courir aux autres. En plus des accidents il faut aussi envisager le terrorisme ou la guerre. Le mal est fait, nous avons 19 centrales nucléaires. Il serait raisonnable de penser à l'après-nucléaire dès aujourd'hui. Cela ne va pas se faire du jour au lendemain. Ne plus en construire de nouvelles et faire tout ce qui est possible (donc gros investissements) pour finir de les exploiter en réduisant les risques et en prévoyant leur démantèlement et les coûts qui vont avec serait la moindre des choses. "L’État n’a jamais caché que le risque de rejets radioactifs existe." Oui l'Etat dit toujours la vérité comme en 1986 quand "le nuage radioactif" en provenance de Tchernobyl s'est arrêté à notre frontière. Il est difficile d'être cru une fois que l'on a menti, même s'il est vrai qu'aujourd'hui nous avons accès à beaucoup d'informations. Handicap supplémentaire pour le nucléaire : il s'est fait connaître par Hiroshima et Nagasaki.

  • Par luc.b - 18/08/2012 - 10:42 - Signaler un abus @ Saturne92 , ces technologies existent déjà.

    - Les ampoules LED consomment 8 fois moins que les ampoules incandescences. - Une pompe à chaleur valorisant la chaleur des eaux usées consomme 6 fois moins qu'un chauffage électrique. - Avec le stockage de froid la nuit, le Centre Hospitalier de Valenciennes a réduit de 50% sa consommation d'énergie pour la climatisation. - Au Centre Hospitalier Sud Francilien, avec 70 tonnes de biomasse par jour, la centrale à Trigénération peut produir 500 kW d'électricité et soit 3,2 MW de chaleur ou 2 MW de froid et 450 kW de chaleur. 2 MW de froid, c'est ce que pourraient fournir 600 climatiseurs consommant 1000 W chacun.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Henri Prévot

Henri Prévot est ingénieur général des Mines. Spécialiste des questions de sécurité économique et de politique de l'énergie, il tient un site Internet consacré à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.

Il est l'auteur du livre "Avec le nucléaire" paru chez Seuil.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€