Lundi 21 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Menace sur la liberté de la presse en Géorgie : "non, la télévision publique ne subit pas la censure du gouvernement"

Atlantico a publié mardi le manifeste de plusieurs journalistes qui alertent contre la campagne orchestrée par le gouvernement géorgien dans le but de faire taire toute velléité de prise de parole indépendante dans le pays. Une situation que réfute Sébastien Couderc, consultant en stratégies publiques pour le gouvernement de Géorgie.

Big Brother is (not) watching you

Publié le 6 octobre 2012
 

A (re)lire sur ce sujet : Menace sur la liberté de la presse en Géorgie : des journalistes du monde entier signent un manifeste

"Le comité consultatif de la chaîne télévisée indépendante géorgienne TV9 pousse un cri d'alerte contre la campagne orchestrée par le gouvernement géorgien dans le but de faire taire toute velléité de prise de parole indépendante dans le pays."

C'est par cette phrase que commence le manifeste publié sur Atlantico mardi 2 octobre. Les signataires décrivent la chaîne TV9 comme un "média indépendant et digne de confiance" et imperméable "à tout favoritisme". Un tel objectif ne peut paraître que louable, mais malheureusement ne correspond en rien à la réalité des objectifs de cette chaîne. TV9 appartient en effet à l'épouse de M. Ivanishvili, leader de la coalition "Rêve Géorgien" qui vient de remporter les élections législatives et qui est en passe de devenir le Premier ministre du pays. Tous les rapports d'observation des médias au cours de la campagne, dont ceux de l'Union européenne et de l'OSCE, ont mis en avant le fait que seule la télévision publique avait fourni une couverture équilibrée de la campagne. Ils ont également mis en avant le parti pris de TV9 en faveur du parti de M. Ivanishvili, tant dans les commentaires que dans le contexte général et le discours des journalistes. Il a également été noté que dans plusieurs cas les propos des journalistes ne correspondaient pas aux faits. Il s’agit également de la chaîne qui, le jour des élections, a publié, en violation de la loi et de l’éthique journalistique, des sondages plusieurs heures avant la fin du vote.

Malgré cela, TV9 a été diffusée dans tout le pays grâce à la loi dite du "Must carry, must offer", votée par l’ancienne majorité, obligeant tous les câblo-opérateurs à diffuser toutes les chaînes au cours de la campagne à travers tout le pays.

Les signataires de ce manifeste vont même jusqu'à faire une comparaison avec "les usages du régime de Poutine en matière d'intimidation et de harcèlement". Cela se passe de commentaire.

Le gouvernement est également accusé d'avoir entravé l'activité de TV9 et de Global TV. Cette entreprise, qui appartient au frère de M. Ivanishvili, a tenté de distribuer gratuitement des antennes paraboliques afin de permettre la réception de la chaîne de l'épouse de M. Ivanishvili, en flagrante violation du droit électoral.

Au-delà de ces questions spécifiques, le gouvernement est accusé de sacrifier les idéaux de la Révolution des Roses. Les signataires affirment que "ces idéaux ne peuvent ni doivent être sacrifiés". Sur ce deuxième point, je ne peux que soutenir cette affirmation. En effet il est crucial pour ce pays de sauvegarder les idéaux de la Révolution des Roses. Le meilleur exemple de cet idéal a été la reconnaissance par le Président Saakashvili de la défaite de son parti. Celui qui a sans cesse été attaqué par ses opposants, M. Ivanishvili en tête, comme étant un dictateur, a, par cet acte, prouvé qu'il était réellement un démocrate. Transmettre le pouvoir à une opposition avec laquelle il a une profonde divergence sur la vision du pays, selon ses mots, illustre parfaitement les idéaux de la Révolution des Roses qui ont été portés par son gouvernement.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par titine - 06/10/2012 - 22:37 - Signaler un abus Quelle révolution des roses ?

    Ce n'était pas la révolution des roses qui a permis à Saakachvili d'être au pouvoir en Géorgie, mais les américains et les sous de G.Soros. Saakachvili a été importé des états unis.. La situation géostratégique et géopolitique de ce pays (enclave entre l'asie et l'occident dite "route de la soie" -, la sortie sur la mer noire de surcroit avec un terminal pétrolier...) balaie tous les prétendus et soi-disant idéaux pour les remplacer par le terme "intérêts" !! Ce ne sont pas les russes, mais les américains qui avaient déjà foutu le merdier sous Gamsakourdia, puis Chavardnazé ensuite, bien que ce dernier avait été soutenu par son ami Baker... Saakachvili est un psychopate qui arrange bien ceux qui l'ont mis en place. Le pays de toute façon n'est pas sortie de l'auberge parce que la main billet vert le tient. Tout le reste est littérature...

Sébastien Couderc

Sébastien Couderc est consultant en stratégies publiques. Il travaille pour le gouvernement de Géorgie.

Voir la bio en entier

Fermer