Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 22 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Meeting de la dernière chance : Hamon, Hollande, Valls, électeurs de la primaire, qui sont les plus responsables du ratage de la campagne du candidat PS ?

Ce dimanche, Benoît Hamon organise un meeting à Bercy après une semaine particulièrement rude pour le candidat PS, marquée notamment par des velléités de départs dans son propre camp, notamment de la part de l'aile social-démocrate incarnée par Manuel Valls.

A qui la faute ?

Publié le - Mis à jour le 24 Mars 2017
Meeting de la dernière chance : Hamon, Hollande, Valls, électeurs de la primaire, qui sont les plus responsables du ratage de la campagne du candidat PS ?

Atlantico : En quoi le meeting de ce dimanche à Bercy représent-t-il un enjeu pour Benoît Hamon ? Que peut-il espérer, sur le plan politique, d'un succès de cet évènement ?

Pierre Brechon : Les meetings indiquent le degré de mobilisation militante derrière un candidat. Ce meeting est donc un enjeu, mais quand même relatif. Les militants ne représentent qu’une toute partie des votants. On peut avoir beaucoup de militants enthousiastes derrière soi et ne pas être très suivi par les électeurs. L’enjeu est moins dans le nombre de personnes présentes que dans les messages délivrés par le candidat. Fera-t-il entendre une voix de rassemblement de son camp en étant plus positif que précédemment sur le bilan du dernier quinquennat, ou restera-t-il ferme dans une position d’opposition aux politiques mises en oeuvre ?

Un certain nombre d’élus et de militants socialistes sont encore dans l’expectative sur leur choix entre Benoît Hamon et Emmanuel Macron et sur leur investissement dans la campagne du candidat.

Le débat télévisé du lendemain, le lundi 20 mars au soir, entre les principaux candidats, sera au moins aussi important pour Benoît Hamon. Ce sera une occasion de développer son programme face aux autres candidats et de faire ressortir ses spécificités par rapport à Jean-Luc Mélenchon sur sa gauche et Emmanuel Macron sur sa droite.

Une partie importante de l'électorat du PS, les vallsistes, ne semblent toujours pas s'accorder avec le candidat socialiste. Si ce dernier parvenait à relancer sa campagne, dans quelle mesure les fractures idéologiques au sein du Parti pourraient-elles s'apaiser ?

Pierre Brechon : Les fractures idéologiques au sein du PS sont devenues très profondes et on voit mal comment elles peuvent s’apaiser à court terme. Pour relancer sa campagne, il faudrait que Benoît Hamon bouge sur ses propositions, ce qu’il ne semble pas avoir envie de faire. Les enquêtes montrent pourtant que parmi les personnes ayant l’intention actuelle de voter pour Benoît Hamon ou Emmanuel Macron, la moitié dit que leur vote peut encore changer. Ces deux électorats sont nettement moins stabilisés que les autres. C’est bien sur sa droite que le candidat Hamon peut espérer gagner des voix, l’électorat Mélenchon étant beaucoup plus déterminé que celui d’Emmanuel Macron. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par toupoilu - 19/03/2017 - 10:45 - Signaler un abus Mon avis complotiste à moi,

    C'est que Hamon a bénéficié d'un soutien très fort des médias et sondeurs probablement sur instruction hollandaise lors des primaires pour faire gagner ce candidat médiocre dont on pouvait être sur qu'il ne ferait pas d'ombre à Macron, et que sitôt la primaire achevé, le soutien s’étant retiré, le candidat s'effondre. Plan réussi. Mais je reconnais que j'ai pas l'ombre du début du commencement d'une preuve. :D

  • Par g16 - 19/03/2017 - 17:21 - Signaler un abus Pour les électeurs

    Mais aussi les journalistes qui ont encensés Hamon comme un grand travailleur ayant approfondis ses sujets, normalement on aurait dû avoir Valls contre Montebourg et il aurait resté Valls

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Bréchon

Pierre Bréchon est professeur émérite de science politique à l’IEP de Grenoble, chercheur au laboratoire PACTE, directeur honoraire de l’IEP de Grenoble, et auteur notamment de Comportements et attitudes politiques aux Presses universitaires Grenoble. Il a également dirigé l'ouvrage Les élections présidentielles sous la Ve République (Documentation française). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€