Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 09 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

MasterCard va protéger vos transactions en ligne... grâce à vos selfies

MasterCard Identity Check, qui utilise la reconnaissance faciale pour authentifier les transactions, est déjà appelée "selfie pay".

Enfin une bonne raison de prendre un selfie

Publié le
MasterCard va protéger vos transactions en ligne... grâce à vos selfies

Comment sécuriser l'identité des transactions en ligne, et savoir que c'est bien vous qui payez avec votre carte de crédit ? On a tous sans doute déjà utilisé le système où la banque vous envoie un code par texto pour confirmer que c'est bien vous. MasterCard propose également un système où on peut créer un mot de passe en ligne. Mais Mastercard est en train de tester un service d'identification par reconnaissance faciale, MasterCard Identity Check, qui est déjà surnommé "selfie pay", comme le rapporte Andrea Peterson du Washington Post.

Le système est relativement simple : vous payez en ligne comme aujourd'hui, mais avec une étape supplémentaire. MasterCard envoie une notification sur une application de votre smartphone, qui vous demandera de vérifier votre identité. Vous pourrez le faire avec votre empreinte digitale, ou avec votre visage. L'application vous demandera de cligner des yeux pour vérifier que vous êtes bien devant votre téléphone et qu'il ne s'agit pas d'une photo. MasterCard expérimente déjà le système avec un millier de clients aux Etats-Unis et aux Pays-Bas, et prévoit de le diffuser cette année à travers des partenariats avec des banques, d'abord aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et au Canada. 

L'idée d'identification biométrique pour les transactions financières n'est pas nouvelle. Apple Pay, l'application de paiement d'Apple, utilise déjà vos empreintes digitales. HSBC prévoit de diffuser une application qui permet de sécuriser les transactions avec la reconnaissance par la voix. 

La biométrie est une nouvelle tendance dans la sécurité, et semble prometteuse. En effet, les consommateurs n'utilisent pas les meilleures pratiques lorsqu'il s'agit de mots de passe : ils les oublient, ils les recyclent, ils ne les changent pas, ils les écrivent sur des bouts de papier... Mais la biométrie pose le problème du stockage et de l'utilisation des données, comme le rappelle Rafe Needleman de Yahoo Tech. Il serait à la limite préférable d'avoir son mot de passe aux mains de hackers plutôt que ses empreintes digitales ou ses données faciales... 

Dans l'application de MasterCard, l'empreinte digitale ne sera stockée que localement sur le téléphone des utilisateurs, et pas dans les serveurs de MasterCard. Et pour les selfies, les photos ne seront pas stockées - les photos seront converties en données biométriques qui seront stockées, cryptées, et la photo elle-même effacée. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 25/02/2016 - 14:20 - Signaler un abus Identification Master Card

    Voilà qui va imposer l'usage généralisé du smart-phone. Apple, Samsung et autres ont de quoi se réjouir, pas les clients.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€