Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 16 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Martine Aubry, le 49.3 et la démocratie : charité bien ordonnée commence par soi-même

Alors que la motion de censure déposée par des députés de gauche suite au 49.3 utilisé par Manuel Valls sur le vote de la loi El Khomri n'a pas pu aboutir, l'attitude de Martine Aubry sur ce dossier interpelle.

Démocratie aubryste

Publié le
Martine Aubry, le 49.3 et la démocratie : charité bien ordonnée commence par soi-même

Martine Aubry n'a rien perdu de son sens de l'humour très "pince-sans-rire" - tellement à froid qu'on se demande si elle a conscience d'être hilarante. Elle a notamment déclaré vendredi : "Il était donc possible de trouver une majorité parlementaire de gauche. Le choix d’utiliser l’article 49-3 n’est pas, dans ce contexte, acceptable. Il prive le Parlement du nécessaire débat démocratique auquel les Français avaient droit".

Oh ! Les belles déclarations de Martine Aubry en faveur du débat démocratique ! Pousser aussi loin le comique de situation relève d'un exploit qui mérite d'être salué.

Aubry et la démocratie : une mémoire courte

Le plus plaisant, dans les discours de Martine Aubry sur la démocratie, tient évidemment à l'espèce d'ironie anti-phrastique dont ils sont forcément revêtus.

Il suffit de se souvenir de la loi sur les 35 heures : certains parmi nous l'ont gardé en mémoire... Car si cette loi paraît sortie toute droite de la préhistoire, elle ne fut adoptée qu'en 1999, et les dinosaures, contrairement à ce que croient nos enfants, avaient disparu depuis longtemps lorsque Martine faisait adopter sa loi éponyme.

À l'époque, Martine Aubry s'était assez peu préoccupée de "démocratie" au sens où nous l'entendons. Elle avait même allègrement berné le CNPF de l'époque en approuvant face à ses partenaires le principe d'une négociation par entreprise et en annonçant, à la sortie de la réunion à Matignon, une mesure d'autorité imposée par la loi. Ce bel exemple de démocratie en est un parmi d'autres qui légitime totalement et indéfectiblement Martine Aubry dans tout éloge de la concertation et du débat transparent.

Au passage, dix-sept ans plus tard, le débat sur la négociation du temps de travail en entreprise n'a pas évolué d'un pouce. Le marqueur est utile pour rappeler que la France aura perdu une génération (et de nombreux points de PIB) dans l'impossible adaptation de son droit du travail et dans la toujours inaccessible réparation des dégâts causés par l'expérience Jospin.

Les aubrystes ne sont pas en reste

Dans la secte aubryste, Martine n'est pas la seule à pratiquer des incantations en faveur de la démocratie, avec des airs de gourou halluciné, un couteau à la main et le coeur d'un boeuf arraché vivant dans l'autre.

Jean-Marc Germain, son VRP multi-cartes quasi-officiel à l'Assemblée Nationale, avait déjà donné un aperçu de son talent en 2013 en rapportant avec une fidélité variable la loi sur la sécurisation de l'emploi. Alors que les partenaires sociaux avaient signé un accord interprofessionnel garantissant aux entreprises la liberté de mettre en place leur régime de protection sociale complémentaire, Jean-Marc Germain avait tenté de faire passer, pour satisfaire quelques organisations syndicales, une mise en place réglementée. Le Conseil constitutionnel avait finalement "cassé" son dispositif.

La méthode Germain avait à l'époque laissé des traces. Le député aubryste n'avait reçu en audition que les partisans de système réglementé et avait fait la sourde oreille aux partisans de la liberté. Cette divertissante conception de la "démocratie", et de ce qui est acceptable ou inacceptable en son sein ne manquait décidément pas de piment.

Les aubrystes ont bloqué la motion de censure

"Fais ce que je dis, mais ne fais pas ce que je fais" semble être la devise immortelle du camp Aubry. Le recours de Valls au 49-3 l'a démontré une fois de plus.

Admettons que le recours au 49-3 n'était pas "acceptable". Beaucoup pencheront plutôt pour l'idée que le Premier ministre a utilisé des forceps pour arracher une cacahuète coincée dans la gorge. Les "amendements" pratiqués avant la présentation du texte en Conseil des Ministres l'ont en effet tellement affadi que l'arme du 49-3 est disproportionnée par rapport à l'enjeu réel que constitue encore cette loi. Mais supposons...

Pourquoi les aubrystes n'ont-ils pas alors rejoint la motion de censure que 56 de leurs petits camarades avaient déposé pour faire tomber le gouvernement ? Cette façon de baisser sa culotte au moment de passer à l'acte, tout en tempêtant sur le caractère inacceptable de la ligne gouvernementale, reste quand même difficile à comprendre.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vauban - 15/05/2016 - 09:51 - Signaler un abus Aubry,Julie DRAY

    Les HAS BEEN de gooôooooche a l'honneur aujourd'hui sur,ATLANTICO !

  • Par pasdesp - 15/05/2016 - 11:34 - Signaler un abus Cotiser mais nous le faisons déjà!

    dernières cotises versées: Huchon (bon pas celle escomptée mais quand meme) Lepaon en attente d'un poste fourni par le gouvernement (mais malgré la fin du mandat d'élu toujours, à 4000euros mois nouveau ça des cotisations versées à un "plus" élu mais toujours copain.

  • Par Didier Goux - 15/05/2016 - 11:39 - Signaler un abus Éponyme toi-même !

    « avaient disparu depuis longtemps lorsque Martine faisait adopter sa loi éponyme. » Dans la mesure où ce n'est sûrement pas la loi qui a donné son nom à Mme Aubry, mais plutôt l'inverse, cette loi ne peut donc en aucun cas être "éponyme". Un gentil et tout simple "homonyme" aurait suffi.

  • Par l'enclume - 15/05/2016 - 16:20 - Signaler un abus Ne pas se tromper

    https://www.youtube.com/embed/3i6d_KzN6pA

  • Par brennec - 15/05/2016 - 18:46 - Signaler un abus Modernité

    Cher monsieur Verhaeghe, le sans culotte moderne est un sans dents, ce qui ne veut pas dire qu'il a récupéré sa culotte.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€