Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 25 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Manuel Valls, l'homme pour qui la politique est communication

Présent sur le plateau d'On n'est pas couché samedi soir, Manuel Valls a confirmé une fois de plus son appétence et sa maîtrise de la communication politique. Homme politique ancré dans son temps, celui de l'immédiateté, du buzz et de la toute-puissance des médias, le Premier ministre ne cesse jamais de penser à son image de marque personnelle. Au risque de vider la parole politique de son sens.

On n'est pas couché

Publié le - Mis à jour le 22 Janvier 2016
Manuel Valls, l'homme pour qui la politique est communication

Atlantico : D'une manière générale, comment pourrait-on qualifier la communication de Manuel Valls ?

François Belley : Je dirais que la communication de Manuel Valls est avant tout cohérente. Elle était déjà cohérente lorsqu’il était au ministère de l’Intérieur. Elle est aujourd’hui cohérente à Matignon. Quelles que soient ses responsabilités, Manuel Valls reste en effet raccord avec son positionnement de "Monsieur Sécurité" à la droite de la gauche avec ce sourire quasi inexistant, cette mâchoire serrée, ce sourcil froncé, ce poing serré et ce regard parfois noir. Cette posture propre à Manuel Valls doit pouvoir nourrir cette image qui le rend si singulier dans "les linéaires politiques".

Dans sa stratégie de présidentialisation, Manuel Valls cultive donc en permanence les 3 postures importantes d’un leader : celles de la gravité d’Etat, de la fermeté du chef et de la détermination politique.

Manuel Valls est un vrai communicant. C’est ce qui le distingue des autres ministres. Il a l'expérience, celles notamment de directeur de la communication de Lionel Jospin et de directeur de la campagne de François Hollande. Il connaît donc la force de l’image. Fait nouveau par rapport à la génération précédente, qui plus est à gauche, Manuel Valls assume complètement cette communication décomplexée, un peu comme Ségolène Royal dans sa version 2006/2007. Comme elle à l'époque, chez Manuel Valls, tout est politique, à commencer par sa communication. L'axe de la sécurité au sein du PS, le changement de nom du parti, c'est lui. A l’instar de Nicolas Sarkozy lors de son passage au ministère de l’Intérieur, le Premier ministre sait donc attirer l'attention et créer sur lui la visibilité nécessaire pour nourrir son statut de personnage présidentiable.

Pour Manuel Valls, la politique est communication et la manière de dire les choses importe autant que le discours lui-même. A quoi cela mène-t-il selon vous ? Y a-t-il un risque de voir l'action politique vidée de son sens ?

Manuel Valls a compris que nous vivons dans une société d’image où le signe l’emporte sur le sens. Et contrairement à Lionel Jospin dont il était le chargé de communication, Manuel Valls a bien intégré l’importance de cette image médiatique dans l’action politique. Chez Manuel Valls, la forme est donc tout aussi importante que le fond. Il a intégré la twitterisation de la vie politique où il faut exister en continu. Et vite. Alors Manuel Valls occupe l'espace. Mais ce phénomène est visible partout ailleurs, surtout dans l’univers des marques commerciales. C’est le syndrôme des réseaux sociaux. Pour exister, il faut être vu. Selon moi, il y a urgence de réhabiliter l'homme politique. Pour cela, il faut de l’action, du courage, du terrain, de l’engagement. Au sein des états-majors des partis politiques, on devrait pouvoir écrire partout sur les murs : "moins de parole, plus d'actes". Le risque, on le connait. On le vit aujourd’hui : désintérêt, discrédit, défiance, abstention…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gilly - 17/01/2016 - 11:47 - Signaler un abus M. Belley, planneur

    Enlevez un "n" à planteur, Monsieur, vous serez plus proche de la réalité....

  • Par Gilly - 17/01/2016 - 11:48 - Signaler un abus Oups, sacré correcteur !

    lire : enlevez un "n" à planneur.

  • Par Fran6 - 17/01/2016 - 12:19 - Signaler un abus et voilà

    le show-biz politique s'impose à nous de plus en plus

  • Par zouk - 17/01/2016 - 12:23 - Signaler un abus M. Valls

    Avec le dévoiement de nous institutions: un Président chef de parti qui se mêle de tout, que lui reste-t-il pour avoir l'air d'exister?

  • Par zouk - 17/01/2016 - 12:23 - Signaler un abus M. Valls

    Avec le dévoiement de nous institutions: un Président chef de parti qui se mêle de tout, que lui reste-t-il pour avoir l'air d'exister?

  • Par Phlt1 - 17/01/2016 - 14:01 - Signaler un abus Pour faire court

    c'est très simple: Manuel Valls est une posture ou le signe (du vide) l'emporte sur le sens. Tout simplement. Manuel Valls fait de la politique comme on la faisait au 20ème siècle. Manuel Valls se trompe mais ne s'en rend pas compte. Ma grand mère, elle, s'en rend compte.

  • Par Vincennes - 17/01/2016 - 17:05 - Signaler un abus Je viens de regarder en différé (j'enregistre afin de ne pas

    donner d'audimat à la clique/ Ruquier) et BRAVO à J.D'ORMESSON d'avoir balancé à VALLS : "que toute cette agitation ressemblait à de l'ENFUMAGE" BRAVO, également, à J.FERRARRI qui a balancé que les HUMORISTES ne pouvaient plus s'exprimer librement et qu'on lui avait refusé plusieurs plateaux car il refusait de "montrer patte blanche".....faisant remarquer, également, qu'on lui avait coupé la parole mais qu'il dirait ce qu'il avait envie de dire!!! Bravo, également, pour avoir fait perdre sa SUPERBE à Valls........qu

  • Par Vincennes - 17/01/2016 - 17:08 - Signaler un abus suite......parti trop vite

    quant aux autres, DE VRAIS CARPETTES "aux ordres" qui "se sont faits tout petits" devant ce colérique........moment pathétique

  • Par clint - 17/01/2016 - 19:29 - Signaler un abus C'est un catalan "de souche" !!

    Que de grands discours grandiloquents il a du y avoir en Espagne avant guerre !

  • Par gerint - 17/01/2016 - 20:33 - Signaler un abus Matadore à la mâchoire serrée

    Mais de pacotille pour les vrais durs et violent contre les citoyens sans histoire dont il contribue à travers un état d'urgence prétexte à limiter la liberté d'expression et les libertés publiques avec l'aide du président le plus falot de la cinquième République qui ne se donne même plus la peine de masquer ses enfumages et mensonges par une rhétorique de qualité dont il est il est vrai incapable

  • Par cloette - 17/01/2016 - 22:25 - Signaler un abus entre Hollande Valls et

    entre Hollande Valls et Taubira , c'est encore cette dernière qui m'est la moins antipathique , et pourtant j'en ai dit plein de mal, c'est dire pour les deux autres !

  • Par mymi - 18/01/2016 - 11:36 - Signaler un abus Merci à tous les commentateurs

    Comme je l'ai dit dans un précédent post aucun gaucho ne pourra un jour bénéficier de mon audimat. Et les compte-rendu sont bien le reflet de ce que j'avais largement subodoré. ONPC outil de propagande...si seulement les veaux français pouvaient s'en rendre compte !! Pas sûr, les différents sites d'infos ne font que s'étendre en louanges sur la qualité du débat et la magnifique prestation de vall's la führer. J'enrage...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Belley

François Belley est publicitaire. Il est l’auteur du roman « le je de trop », de l’essai « Ségolène la femme marque » et du blog « La politique spectacle décryptée par un fils de pub ! »

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€