Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Manifestations en plein cœur de Téhéran : la déstabilisation du régime iranien recherchée par les sanctions de l'administration américaine a-t-elle commencé ?

Les protestations depuis le Grand Bazar de Téhéran - qui reflète le pouls de l’économie iranienne - révèlent l'ampleur des difficultés économiques traversées par le pays.

Turbulences

Publié le
Manifestations en plein cœur de Téhéran : la déstabilisation du régime iranien recherchée par les sanctions de l'administration américaine a-t-elle commencé ?

 Crédit ATTA KENARE / AFP

Atlantico : Selon plusieurs médias internationaux, comme la BBC, d'importantes manifestations ont eu lieu ce 25 juin à Téhéran, notamment pour protester contre la vie chère. Comment mesurer le risque de déstabilisation du régime par de tels mouvements ? 

Ardavan Amir-Aslani : Le retrait américain de l’accord nucléaire du 14 juillet 2015 a eu pour effet d’éteindre l’espoir de tout un peuple que leur sort au quotidien allait changer. Que le pays allait s’ouvrir aux investissements internationaux et que l’industrie pétrolière, une fois modernisée, allait permettre à l’Iran de retrouver sa place de deuxième producteur de l’OPEP. En somme, que les jours meilleurs succéderaient à des années de sanctions et d’ostracisme. Or, tout cet espoir est demeuré lettre morte. Déjà quand l’accord produisait ses pleins effets avec les Etats-Unis qui en faisaient partis, l’accord était déjà mort-né du fait du maintien des sanctions américaines non liées au nucléaire qui bloquaient aussi bien les flux financiers vers l’Iran que le financement des projets.

Ainsi, au lieu des 150 Milliards de dollars d’investissements espérés, le pays n‘a reçu au mieux qu’une faible fraction des milliards annoncés, 10 milliards au maximum et probablement moitié moins. Aujourd’hui avec le retrait américain, la quasi-totalité des entreprises étrangères d’importance ont quitté le pays. La monnaie iranienne ne cesse d’être chahutée sur le marché libre ayant déjà perdu quasiment 100% de sa valeur par rapport aux cours d’il y a un an. Cette instabilité des cours a entrainé d’une part une radicale augmentation du prix des biens et denrées d’importation mais a également freiné aussi bien les consommations que les ventes.

Le Bazar de Téhéran reflète le pouls de l’économie iranienne. Sa fermeture traduit outre le mécontentement des commerçants qui fournissent le marché, l’absence d’espoir à court terme dans la stabilité économique du pays. La dévaluation de la monnaie iranienne a poussé la population à se ruer vers les devises étrangères de plus en plus rares, vers l’or et l’immobilier, les valeurs refuges traditionnelles entrainant un sentiment de panique dans le pays. Après le 6 août, date de la transposition des premières sanctions américaines, viendront celles frappant le secteur pétrolier le 4 novembre prochain. Les Etats-Unis ont déjà exhorté les pays acheteurs à cesser de s’approvisionner en pétrole iranien. La transposition de cette deuxième série de sanction privera l’Iran de ses principales sources de revenus et mettra une pression extrême sur le budget de l’Etat. Le gouvernement n’aura d’autres choix que de pallier au manque à gagner en ayant recours à la planche à billet ce qui entrainera une explosion de l’inflation.

L’heure des troubles est devant le gouvernement iranien et pas derrière. Des jours difficiles sont à prévoir.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 27/06/2018 - 10:29 - Signaler un abus cela me semble

    évident

  • Par vangog - 27/06/2018 - 10:51 - Signaler un abus Il y a une autre solution...

    L’Iran stoppe totalement son programme nucleaire militaire, sous le contrôle des américains, et non plus sous le contrôle de l‘AIEA onusienne, qui a merdé totalement...en quelques semaines, fin de l’embago pétrolier et des sanctions, et l’Iran retrouve sa prospérité. Donald gagne encore et Hidalgomygode est verte de rage...

  • Par kelenborn - 27/06/2018 - 11:26 - Signaler un abus Hidalgomygode

    eh eh... à force d'enfoncer le clou, Vangode s'est trouvé une copine! J'ai toujours pensé que j'aurais pu être une bonne mère maquerelle! En fait, il suffirait de remplacer les actuels imams et autres ayatollahs par des imams gauchistes ou socialauds ( les deux même) , comme ça on peut envoyer un corps expéditionnaire pour les exterminer et Vangode devient chat d'Iran ! C'est les souris qui vont paniquer!

  • Par Marie-E - 27/06/2018 - 12:02 - Signaler un abus et non ce n'est pas la faute des USA

    la preuve c'est qu'hier deuxieme jour de fermeture du bazar, les manifestants s'en prenaient a la Palestine et surtout aux ayatollahs qui dilapident l'argent necessaire au peuple en le donnant pour armer le Hamas, Jihad islamique, Hezbollah, Houtis, suppletifs pakistanais et afghans pour mettre le bazar en Syrie et Irak et s'approcher des frontieres israeliennes. Enfin tout le monde n'est pas a la meme enseigne par exemple le Guide Supreme deja en 2013 : https://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20131112trib000795268/iran-la-fortune-du-guide-supreme-ali-khamenei-evaluee-a-95-milliards-de-dollars.html

  • Par cloette - 27/06/2018 - 14:34 - Signaler un abus @marie-E

    Sac de noeuds, je n'y comprend rien à cet orient compliqué .

  • Par philippe de commynes - 27/06/2018 - 18:50 - Signaler un abus @marie-E

    Comme souvent le corps de l'article ne dit pas la même chose que le titre : 95 milliards, c'est la valorisation (d'alors) d'un organisme religieux avec à sa tête khamenei, c'est comme si on confondait la fortune de l'église catholique et celle du pape François et qu'on en faisait un des hommes les plus riches du monde ...

  • Par philippe de commynes - 27/06/2018 - 18:59 - Signaler un abus Valeur de la parole de l'Amérique : bullshit ?

    Les Iraniens sont réputés être de fins diplomates, d'excellents joueurs d'échecs et pourtant ils se sont bien fait avoir, ils arrêtent le développement de leur bombe contre la fin des sanctions, l'AEIA témoigne de leur bonne foi, et en récompense ils vont être sanctionnés plus que jamais, et les kim qui se sont engagés plusieurs fois à arrêter le développement de leur bombe, ont triché et ont finalement réussi à l'achever sont récompensés en étant élevés au rang de "grand" auxquels Trump va faire des mamours à Singapour.

  • Par Marie-E - 28/06/2018 - 10:36 - Signaler un abus a Philippe de Commynes

    C'est beau la naivete.En ce qui concerne le nucleaire' c'est bien lIran qui a trompe les occidentaux qui voulaient a tout prix un accord. Quand l'AIEA veut controler des sites' deja elle n'a pas le droit de visiter les sites miliitaires et pour les autres sites elle doit demander l'autorisation au prealable et la date laissee au bon vouloir des ayatollahs. : donc jamais de controle surprise...tu parles d'un controle et s'il n'y avait que cela. Enfin desolee mais les plus grosses fortunes sont bien aujourd'hui dans la nouvelle caste des ayatollahs et de leurs familles... rien a voir avec le Vatican

  • Par philippe de commynes - 28/06/2018 - 16:10 - Signaler un abus @marie-E

    Mais bien sur, tout le monde sait que l'AEIA n'est pas crédible, il y a 15 ans déja ce tocard de Baradei n'avait même pas été capable de trouver les armes de destruction massive irakienne dont tout le monde (ou presque) avait la connaissance ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Ardavan Amir-Aslani

Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€