Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 25 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Le Maître et Marguerite" : Ça fait du bien, du grand théâtre !

Une grande pièce interprétée avec autant de respect et de talent que de créativité, ça devient une denrée rare. Raison de plus pour apprécier la version théâtrale du chef d'oeuvre de Boulgakov présentée à la Cartoucherie de Vincennes.

Atlanti-culture

Publié le
"Le Maître et Marguerite" : Ça fait du bien, du grand théâtre !

THEATRE

 

LE MAITRE ET MARGUERITE 

de Mikhaïl Boulgakov

Adaptation et Mise en scène : Igor Mendjisky

Avec : Marc Arnaud ou Adrien Melin, Romain Cottard, Pierre Hiessler, Igor Mendjisky

Pauline Murris, Alexandre Soulié, Esther Van den Driessche ou Marion Desjardin, Yuriy Zavalnyouk

 

INFORMATIONS

 

Théâtre de la Tempête

La Cartoucherie

route du champs de Manoeuvre 75012 Paris

Jusqu'au 10 juin 

Salle Serreau

du mardi au samedi à 20 h,  dimanche à 16 h

Durée 1 h 50

Réservations : 01 48 08 39 74/www.epeedebois.com

 

RECOMMANDATION : EN PRIORITE

          

THEME 

 

Entre le prologue et l’épilogue, trente tableaux vont se dérouler dans la chambre d’Ivan, qui n’est autre que l’auteur lui-même, interné pour folie.  Ce lieu devient un théâtre hanté par de mystérieux personnages.

Trois histoires s’entremêlent sur un fond de réflexion sur le Bien et le Mal. Le Diable lui-même, en magicien séduisant et humoristique dans le Moscou des années 30; puis le Maître, auteur humilié et désespéré; et sa rencontre avec Marguerite. 

Le temps et l’espace se bousculent puisque le sujet du livre du Maître est Ponce-Pilate à Jérusalem en l’an 33, qui ne peut se remettre de sa rencontre avec Jésus.

 

POINTS FORTS

 

1 – J’ai aimé l’adaptation forte et fluide qui permet de suivre facilement les trois histoires et surtout le questionnement permanent sur le Bien et le Mal. Ivan, capable de percevoir des choses que la réalité soviétique et bureaucratique n’admet pas, passe pour fou; et pourtant…                             

 

2 –L’idée de faire dialoguer Ponce Pilate et le Christ en Grec ancien - traduit je vous rassure - est particulièrement judicieuse; elle apporte une dimension poétique et musicale avec un fond coloré qui évoque la Judée.

 

3 – La prise de pouvoir du Diable sur Moscou avec une sorte d’humour dévastateur, au sens propre comme au sens figuré, est jubilatoire. Sous les traits de Woland (Romain Cottard, excellent), il fait des tours de magie noire, accompagné par une étrange clique, dont un chat qui chante et danse. Il est résolument charmeur et sympathique envers ceux qu’il entraîne invariablement vers la mort.

 

4 – J’ai aimé le caractère dépouillé de la mise en scène qui traite l’œuvre comme une pièce de Shakespeare, la rendant abordable dans ses multiples symboles que chacun peut apprécier selon  sa propre perception. Il y a une sorte de grâce sur ce spectacle.

 

5 – Belle équipe d’acteurs. Je salue particulièrement Igor Mendjinsky qui apporte une fraîcheur au rôle d’Ivan qui est l’auteur lui-même, Marc Arnaud dans le rôle du Maître; et enfin, comment ne pas être touché  par Esther Van Den Driessche, émouvante et sensible, qui, par amour, pactisera avec le Diable ?

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Danielle Mathieu-Bouillon pour Culture-Tops

Danielle Mathieu-Bouillon est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€