Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 05 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mais quand l’Europe se rendra-t-elle compte qu’elle a un problème avec Erdogan au moins aussi grave qu’avec Bachar el-Assad ?

Les conditions troubles de la victoire du parti de Recep Tayyip Erdogan aux récentes élections législatives en Turquie ont fait des remous en Europe. Pourtant, le Président turc continue de donner le tempo à l'Union européenne et à la communauté internationale.

Tête de Turc

Publié le
Mais quand l’Europe se rendra-t-elle compte qu’elle a un problème avec Erdogan au moins aussi grave qu’avec Bachar el-Assad ?

Atlantico : Les conditions troubles de la victoire du parti de Recep Tayyip Erdogan aux récentes élections législatives en Turquie ont fait des remous en Europe. Pourtant le Président turc semble continuer à donner le tempo à l'Union européenne (sur la question des migrants par exemple) et plus largement à la communauté internationale (le prochain G20 aura lieu à Antalya). Pourquoi ? Qu'est-ce qui fait du Président turc un interlocuteur apparemment incontournable ?

Roland Hureaux : La victoire du parti d'Erdogan apparaît d'autant plus surprenante qu'il était devenu très impopulaire dans son pays et que les pronostics ne lui étaient pas favorables. On peut donc soupçonner que l'élection a été irrégulière, ou à tout le moins que l'appareil d'Etat et l'appareil religieux qui en dépend ont été massivement mobilisés pour renverser le résultat. Dans la mesure où Erdogan est un des grands obstacles à la paix dans cette région, on peut en effet être choqué et surtout inquiet de ce résultat.

Mais une partie du peuple turc qui s'apprêtait à fêter sa défaite l'est également.

Ce résultat présente par ailleurs des risques pour la Turquie : un vieux turc d'Anatolie nous disait récemment que, avec cette élection, la Turquie allait devenir l'Arabie saoudite ! Mais je suis pour ma part encore plus choqué que le coup de pouce décisif à la victoire ait été apporté par Angela Merkel qui, quelques jours avant le scrutin, est allée à Ankara promettre à M. Erdogan toutes sortes de choses : reprise des négations pour l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne, libre circulation des Turcs dans l'espace Schengen, aide financière renforcée. Cet appui est ahurissant quand on sait le rôle pernicieux joué par la Turquie dans les conflits du Proche-Orient: en bref, le sud de la Turquie voit passer deux flux contraires mais également dangereux. De l'Ouest vers l'Est, passent les milliers de djihadistes qui viennent du monde entier et qui s'en vont renforcer Daesh. De l'Est vers l'Ouest vont des milliers de réfugiés syriens ou irakiens qui rejoignent la côte d'Asie Mineure pour tenter de passer en bateau en Grèce. Non seulement M. Erdogan les laisse passer mais on a de sérieuses raisons de croire qu'il encourage ces passages. Le Sud de la Turquie, disait récemment un journaliste turc critique d'Erdogan, est devenu un "boulevard pour djihadistes". Si le premier flux, celui des djihadistes se tarissait, la paix reviendrait vite en Syrie.

Et si le second flux se tarissait, l'Europe ne serait plus confrontée à l'immense problème des réfugiés. C'est dire combien M. Erdogan est un personnage toxique. Et Mme Merkel va l'aider à se faire réélire ! Je précise que ce ne sont pas les 2 millions de syriens réfugiés à la frontière turco-syrienne qui viennent chez nous car ceux-là, parqués dans de vrais camps de concentration, n'ont pas le premier sou à donner aux passeurs, sauf à être passeurs eux-mêmes comme l'était, semble-t-il, le père du petit Aylan. Les Syriens qui viennent en Europe sont issus pour une partie de la petite bourgeoisie de Damas : ils vont  prendre un bus à la frontière syrienne (des lignes spéciales sont organisées) pour le port de Tripoli au Liban et ensuite, ils prennent un bateau pour la Turquie occidentale et tentent après cela de passer en Europe. Cela leur coûte entre 5 000 et 10 000 euros alors que si Mme Merkel, qui semble demandeuse, levait les sanctions à l'encontre de la Syrie et leur accordait des visas, les Syriens pourraient prendre sans risques pour 300 € un avion direct pour Berlin. C'est dire combien derrière la prétendue ouverture de la chancelière, se cache d'inhumanité. Ce flux n'existait pas avant l'été. Il a démarré cet été : il est organisé par des mafias de passeurs mais protégé, dit-on, par les services secrets turcs- et d'autres.

Au passif du président turc on peut aussi mette les discours injurieux qu'il est venu faire sur le territoire français à ses compatriotes émigrés à Strasbourg et à Bruxelles; injurieux pour la France et injurieux pour l'Europe. Pourquoi le président turc semble-t-il, malgré son hostilité viscérale à notre égard, donner le tempo à l'Europe et même à l'OTAN ? Il faut faire bien sûr la part de la lâcheté européenne dont les effets sont en tous domaines  de plus en plus graves. Vous avez vu l'inconséquence de Merkel, vous connaissez la mollesse de Hollande. Il faut le dire: il n'y a plus de pilote dans l'avion en Europe occidentale. Mais Erdogan n'aurait pas tant d'assurance s'il n'avait l'appui discret mais, semble t-il, déterminé des Etats-Unis. Ses intérêts convergent avec ceux de Washington : il est (pas toujours mais le plus souvent) contre les Russes, il est contre la Syrie de Bachar el Assad. Il joue aussi contre l'Europe, mais croyez-vous que les Etats-Unis  veuillent  tant de bien à celle-ci ? Les ambassadeurs américains prêchent pour que l'Europe assume sa diversité religieuse et culturelle : Erdogan est un bon instrument de cette politique. Ajoutons que Washington tient à garder La Turquie dans l'OTAN et, pour cela, le ménage. Que le sommet du G20 se tienne en Turquie est un signe fort de l'appui que Washington apporte à Erdogan. L'alliance de la Turquie et d'Israël a longtemps été solide, même si au fond de lui-même Erdogan déteste l'Etat hébreu et qu'elle a pris du plomb dans l'aile. Mais il se peut qu'il en reste quelque chose. Erdogan a aussi l'appui des monarchies du golfe. 

Quels sont les risques à court, moyen et long terme pour l'Europe de maintenir son alliance avec une personnalité comme M.Erdogan. Est-ce outrancier de considérer que l'Europe a au moins autant de contradictions avec M. Erdogan qu'avec Bachar Al-Assad ?

Il est évident que Bachar Al Assad nous pose beaucoup moins de problèmes que Recep Erdogan. Certes le régime de Bachar Al-Assad, comme jadis celui de Saddam Hussein  ou comme aujourd'hui celui de maréchal Al-Sissi en Egypte est une dictature ; mais il y en a d'autres et je ne suis pas sûr qu'elle soit pire que les autres, notamment par le respect des minorités religieuses qui a toujours existé en Syrie. Surtout, depuis que la Syrie a retiré ses troupes du Liban, Bachar Al-Assad n'a pas d'ambitions hors de ses frontières. Il ne prétend pas à l'empire du monde. Dans la période récente, il ne nous a jamais créé le moindre problème (ce nous inclut Israël), c'est au contraire nous qui lui en avons créés, en premier lieu Washington mais Paris aussi. M. Erdogan a au contraire des visées impérialistes affichées.

Avant d'être au pouvoir, en 1999, il avait repris ces déclarations d'un poète turc : « Les minarets seront nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées seront nos casernes et les croyants nos soldats ». Cela pour partir à la reconquête de l'Europe. Erdogan a le vif sentiment de l'humiliation qu'avaient subie les sultans de Turquie partis à la conquête de l'Europe après la prise de Constantinople (1453) , aux XVIe et XVIIe siècles, quand ils avaient été arrêtés à Lépante (1571) puis devant les remparts de Vienne (1683) . C'était la deuxième tentative d'islamisation de l'Europe après celle de 732 qui avait échoué à Poitiers.

Erdogan veut mener une troisième tentative : en entrant dans l'Union européenne et en encourageant l'entrée massive de musulmans, et en comptant sur notre décadence qui n'a pas de secret pour lui, il espère que l'Islam sera dominant en Europe. Le Turcs ne s'étaient pas seulement répandus en Europe, ils tenaient aussi une grande partie du monde arabe: renverser Assad et placer un protégé à Damas, serait pour Erdogan une manière de venger la défaite infligée aux Trucs en 1917, quand le colonel Lawrence et le chérif de la Mecque Hussein ont reconquis Damas au bénéfice des arabes...

Mais ce ne serait pas la première fois que l'Europe se trompera d'ennemi. Savoir reconnaitre son vrai ennemi, c'est l'art politique par excellence. Ceux qui se trompent sur leur ennemi se préparent à de singuliers malheurs.  

L'Europe a-t-elle le choix ? Y-a-t-il une autre stratégie possible que celle qui consiste à s'en remettre à M. Erdogan ?

Bien sûr qu'il y a une autre stratégie possible. Cela suppose de la part des Européens un plus grand courage pour regarder en face les agissements du personnage et aussi de ne pas se laisser aller aux actions de corruption qui sont menées dans certaines capitales occidentales. Cela suppose également surtout une émancipation vis à vis des Etats-Unis qui sont sans aucun doute complices de M. Erdogan. Mais là aussi il faut du courage. On peut imaginer que pour contrer les menées d'Erdogan, l'Europe s'appuie un peu plus sur Vladimir Poutine qui, malgré les tentatives avortées de rapprochement Moscou-Ankara qui ont eu lieu l'an dernier, a toute les raisons de se méfier de la Turquie, ennemi séculaire de la Russie.

Que faire ? C'est simple. Au lieu de promettre comme Mme Merkel (en échange d'autres promesses d'Erdogan comme celle de combattre Daesh, qui ne seront évidemment pas tenues), il faut menacer. Dire simplement : si vous n'arrêtez pas les deux flux, de djihadistes d'un côté, de réfugiés de l'autre et nous savons que vous en avez les moyens, nous suspendrons tous les avantages que votre situation de pays en préadhésion vous ont valus de la part de l'Union européenne : tarifs préférentiels, subventions abondantes etc.

Mais pour tenir ce langage, encore faudrait-il que ceux qui dirigent l'Europe, à Bruxelles, Berlin et à Paris, ainsi que les dirigeants de Washington ne soient pas secrètement en phase avec les visées de M.Erdogan: soutenir Daesh et Al Nosra (alias Al Qaida) en Syrie pour renverser Bachar Al-Assad, faire venir une main d'œuvre pas chère en Europe et singulièrement en Allemagne. Or  je ne suis pas sûr du tout qu'ils ne le soient pas. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par evy - 13/11/2015 - 08:34 - Signaler un abus C'est un problème plus dangereux

    Erdogan est bien plus maléfique et plus dangereux que Bachar car c'est un religieux fanatique

  • Par evy - 13/11/2015 - 08:39 - Signaler un abus Angela n'est pas Angela Davis

    Ça n'est que Merkel et elle commence à débloquer sérieusement. Je crois que ça sonne le glas pour elle. Les allemands attendent juste un successeur qui puisse prendre la relève. Alors ce sera très dur pour Hollande

  • Par bjorn borg - 13/11/2015 - 09:17 - Signaler un abus @ evy

    Très juste mais hollande est en campagne et espère gagner. Rappelez-vous les 3 % !

  • Par vangog - 13/11/2015 - 09:25 - Signaler un abus Le Front National l'a répété cent fois!

    La Turquie joue le trouble-jeu de l'islamisme et de l'alliance avec l'OTAN. Erdogan est un agent-double, empruntant à tour de rôle et à chacun de ses complices, les armes de son impérialisme islamiste: Merkel-verraterin est l'oie blanche qu'il convoite dans le poulailler européen, prête à être croquée par le prédateur, tout en croyant s'accoupler avec lui...éternelle naïveté féminine! Les partis patriotes et Nationaux vont balayer les vieux partis dhimmis et collabos avec l'ennemi islamiste, réduisant leur influence à peau-de-chagrin...puis nous jugerons les traîtres à l'Europe!

  • Par tubixray - 13/11/2015 - 10:27 - Signaler un abus L'Europe est devenue folle

    Remarquable article qui synthétise tout ce qui se dit au sujet de cet individu depuis des années. Un quasi dictateur islamiste qui utilise sa position géostratégique comme un élément de chantage vis à vis d'A. Merkel prête à tout pour maitriser le flux d'immigrés clandestins qu'elle a favorisé .... Rappel des concessions prévues (ou consenties?) par l'UE à la Turquie = 3 milliards de dollars d’aide financière, reprise de négociations d’adhésion avec l'UE et possibilité pour les Turcs de voyager sans visa dans les pays de l'espace Schengen à partir de 2016 ...... Un vrai cauchemar que l'on doit à Mme Merkel il va falloir que l'on se réveille pour éviter cette catastrophe.

  • Par MIMINE 95 - 13/11/2015 - 10:28 - Signaler un abus ENFIN UN ARTICLE REALISTE

    On se rendra compte de la toxicité d'Erdogan lorsqu'il déclarera la guerre à l'Europe avec pour allié le Qatar et autres .

  • Par Olivier62 - 13/11/2015 - 10:31 - Signaler un abus Europe : les traîtres au pouvoir

    Très bon article. Mais s'agissant des élites européennes, il faut rappeler qu'elles sont totalement inféodées au mondialisme, dont l'objectif passe par la liquidation ethnique et culturelle de l'occident chrétien. Favoriser l'Islam et l'immigration de masse est un moyen puissant de parvenir à cet objectif. Mais le principal coupable, c'est nous-mêmes, qui laissons faire et qui continuons élection après élection à donner le pouvoir à une clique d'ordures corrompues.

  • Par borissm - 13/11/2015 - 11:53 - Signaler un abus Excellent article

    Les dirigeants européens vendent leurs peuples comme on vend du poisson dans les supermarchés. Nous devons reprendre notre destin de la main de ces gens -- qu'il faudra bien un jour traîner devant les tribunaux pour haute trahison.

  • Par von straffenberg - 13/11/2015 - 14:16 - Signaler un abus Connaitre ses amis et ennemis

    Erdogan n'est pas un ami en attendant d'être un ennemi .Le peuple turc s'est laissé dupé , il risque de perdre 90 ans d'avancée démocratique ,un califat en Turquie serait une catastrophe pour toute l' Europe et pour les turcs eux mêmes .

  • Par zouk - 13/11/2015 - 15:16 - Signaler un abus ERDOGAN

    Il ya en effet vraiment de quoi se demander pourquoi l'Europe est-elle aussi aveugle sur ce très dangereux personnage. J'ai du mal à imaginer que ce soit le seul résultat de la corruption, ou alors tout est vraiment pourri dans nos royaumes européens, ou bien est-ce une illustration de plus de l'observation d'Helmut Schmidt: ne sous- estimez pas le rôle de la bêtise dans les décision des gouvernements. En l'occurence, c'est A. Merkel qui remporte la palme de la bêtise aveugle.

  • Par tubixray - 13/11/2015 - 15:31 - Signaler un abus J'avais oublié les arméniens

    Que représentent ils pour Erdogan, une parenthèse historique malencontreuse ????

  • Par Gré - 13/11/2015 - 20:25 - Signaler un abus Les Etats-Unis jouent un double jeu envers nous aussi

    " Erdogan n'aurait pas tant d'assurance s'il n'avait l'appui discret mais, semble t-il, déterminé des Etats-Unis." ---- C'est une évidence. C'est pourquoi désormais c'est avec la Russie que nous devons nous allier si nous voulons garder ce qui nous reste de souveraineté. Sous aucun prétexte nous ne devons nous laisser entraîner dans une guerre avec la Russie pour complaire à ceux qui, après nous avoir libérés il y a 75 ans, se croient aujourd'hui le droit de nous vendre. C'est une des raisons pour lesquelles je ne crois plus à l'UE telle qu'elle est devenue : une dictature soft dirigée par des politiques non-élus prenant leurs ordres d'une puissance étrangère, soit un danger pour les peuples d'Europe.

  • Par Gordion - 14/11/2015 - 07:02 - Signaler un abus L'Internationale des Frères Musulmans

    Bon article. Rappelons que ce dictateur est membre de la Confrérie des Fères Musulmans, fondée en Egypte, et financée en grande partie par le Qatar. Rappelons-nous le soutien affiché par Erdogan à Morsi, élu en Egypte avant qu'il ne soit chassé par le coup 'Etat de El Sissi. Erdogan soutient donc les 2 fronts anti-Assad - al Qaida et associés, financés par les Saoudiens, et soutenus logistiquement par la Turquie (traffic de pétrole, livraisons d'armes, transit de combattants islamistes) - et l'EI. La Turquie, membre de l'Organisation de la Communauté Islamique (OCI), bénéficie de la générosité des monarchies pétrolières arabes, et Erdogan a accéléré les dons en provenance de la Oumma, qui ont quitté les banques occidentales après 2001. On remarquera qu'il joue habilement sur tous les fronts, de par la situation géostratégique exceptionnelle de ce pays: L'OTAN, l'UE - la Turquie en tant que candidat à l'UE bénéficie des fameux IPA qui représentent beaucoup d'argent (allez voir sur le site de l'UE), l'OCI, la Oumma et, jusqu'à ce que les Russes n'interviennent, des projets pétro-gaziers avec la Russie (South Stream). Para kokusuz (l'argent n'a pas d'odeur). Merci M.Hureaux!!

  • Par Bretondesouche - 14/11/2015 - 08:58 - Signaler un abus Les turcs

    Sont aux portes de l Europe. Une seule solution la soumission a dit houellebech

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes ainsi que de L'actualité du Gaullisme, Les hauteurs béantes de l'Europe, Les nouveaux féodaux, Gnose et gnostiques des origines à nos jours.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€