Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Loi Pacte : le gouvernement peut-il parvenir à changer les comportements des Français en matière d’épargne retraite ?

Dans le cadre de la loi pacte portée par Bruno Le Maire, le gouvernement souhaite flexibiliser l'épargne retraite, tout en la rendant plus attractive sur le plan fiscal.

Economie

Publié le
Loi Pacte : le gouvernement peut-il parvenir à changer les comportements des Français en matière d’épargne retraite ?

Dans le cadre de la loi pacte portée par Bruno Le Maire, le gouvernement souhaite flexibiliser l'épargne retraite, tout en la rendant plus attractive sur le plan fiscal. Au regard des propositions faites dans le cadre de cette loi, quels sont les éléments susceptibles de modifier le comportement des français dans leurs choix d'épargne ? 

Philippe Crevel : Les suppléments de retraite par capitalisation ne représentent, actuellement en France, qu’à peine 3 % du total des pensions versées aux retraités contre de 10 à 15 % chez nos voisins. L’encours des produits d’épargne retraite s’élève à environ 200 milliards d’euros, contre 1700 milliards d’euros pour la seule assurance vie. Or, d’ici le milieu du siècle, la population retraitée passera de 15 à 20 millions. Selon le Conseil d’Orientation des Retraites, le taux de remplacement sera amené à baisser dans les prochaines années tout comme le niveau de vie des futurs retraités.

Les entreprises françaises, faute de pouvoir s’appuyer sur des fonds de pension, doivent faire appel à des investisseurs étrangers ce qui est plus coûteux. Par ailleurs, la logique de ces investisseurs ne les portera à privilégier obligatoirement les intérêts nationaux.

Dans le cadre du projet de loi PACTE, le gouvernement entend rationaliser l’épargne retraite qui ressemble à un beau maquis corse avec son grand nombre de produits obéissant à des règles diverses et variées. Dans le cadre de cette rationalisation, il a prévu d’améliorer la portabilité des 4 produits d’épargne retraite, PERCO, article 83, PERP et Madelin. Cette portabilité permettra les transferts de l’épargne d’un produit vers un autre. Elle répond à la mobilité croissante des actifs. Il veut également inciter les Français à réaliser des versements volontaires des ménages donneront droit à une déduction fiscale dans la limite de l’enveloppe fiscale de l’épargne retraite individuelle (environ 30 000 euros par an).  Les différents produits comporteront enfin, au nom de leur harmonisation, des sorties en rente et capital.

Avec cette réforme, le gouvernement a pour objectif d’accroître l’encours de l’épargne retraite de 100 milliards d’euros d’ici 2022 (contre 200 actuellement) mais en la matière les prévisions sont rarement atteintes.

Aujourd’hui, l’épargne retraite est un mille-feuille de produits, demain, chaque produit sera un mille-feuille.

Sur la réorientation de l’épargne, il y a un risque de télescopage avec la mesure permettant des sorties en capital pour acheter sa résidence qui serait possible avant même la cessation d’activité. Pour placer sur le long terme en actions, les assureurs doivent avoir une certaine visibilité en ce qui concerne la sortie. Or, avec les sorties en capital, ils auront une épée de Damoclès au-dessus de leur tête et seront tentés de réduire leurs risques en optant pour des placements obligataires.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gerint - 04/05/2018 - 13:01 - Signaler un abus Bruno Le Maire est une planche pourrie

    Rien de ce qui vient de lui ne peut plus m'inspirer confiance.

  • Par zen-gzr-28 - 04/05/2018 - 13:59 - Signaler un abus Ce gouvernement n'est pas crédible :

    Le suivre est risqué. On propose des réformes en pagaille. Meilleur exemple...la taxe d'habitation doit être supprimée mais Darmanin ne sait pas du tout comment la financer. Les élites se permettre de gérer en dépit du bon sens, de dépenser à l'aveugle, de gaspiller des sommes folles : qu'importe, en cas de soucis...qui paye ?

  • Par assougoudrel - 04/05/2018 - 14:03 - Signaler un abus Dans les cours de piégeages, on apprend

    aux démineurs qu'un piège ou une mine est très souvent piégé. Il ne faut pas oublier que Macron prend 30% sur les intérêts de tous les placements (sauf le livret A qui ne rapporte rien).

  • Par zen-gzr-28 - 04/05/2018 - 14:10 - Signaler un abus il faut lire

    les élites se permettent

  • Par J'accuse - 04/05/2018 - 17:37 - Signaler un abus Non, il ne peut pas le changer, et encore heureux

    Les épargnants voudront toujours une épargne sûre et liquide: vouloir changer leur comportement est donc une totale ineptie. Les incitations fiscales n'inciteront pas à prendre des risques en capital: on n'est pas fou. C'est l'utilisation de l'épargne par les organismes financiers qu'il faut réformer, pas le comportement des épargnants.

  • Par Anouman - 04/05/2018 - 17:47 - Signaler un abus Epargne

    Il n'a qu'à diminuer les prélèvements obligatoires (social, impôts, taxes diverses...) et les gens auront plus de possibilité d'épargne. Mais ça je ne suis pas certain qu'il soit capable de le comprendre, alors le faire...

  • Par ajm - 04/05/2018 - 20:40 - Signaler un abus La CSG , cancer de l'epargne.

    Les épargnants épargnent et à la fin c'est l'Etat grâce à la CSG en croissance permanente qui ramassera la mise.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€