Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 19 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Loi asile et immigration : là où nous mène la mauvaise conscience française

Le débat parlementaire sur le projet de loi asile et immigration a donné lieu à des passes d’arme tout à fait intéressantes et instructives sur la perception de l’identité française aujourd’hui dans la vie politique.

Politiquement correct

Publié le
Loi asile et immigration : là où nous mène la mauvaise conscience française

 Crédit STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Donc, le gouvernement commet une loi « pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie ». Le rapprochement des concepts vaut en lui-même éclairage programmatique.

Jusqu’ici, les gouvernements qui se sont succédé (depuis trente ans, puisque l’immigration fait l’objet d’une loi environ tous les dix-huit mois depuis 1986) n’avaient pas osé confondre dans un même chapeau légistique l’immigration et l’asile. Depuis 1793, la France distingue son devoir sacré de donner asile à des persécutés, et la question économique de l’immigration. D’un côté, la protection contre la tyrannie partout dans le monde, qui avait guidé la Révolution Française. De l’autre, le partage des richesses.

À Emmanuel Macron revient le mérite, ou l’audace, ou la naïveté, d’avoir suggéré fortement l’idée qu’un immigré économique est un exilé qui s’ignore. La demande d’asile est ici considérée comme un moment, une étape, un épisode possible de l’immigration économique. 

Ce faisant, Emmanuel Macron donne une réalité politique à un constat factuel. La fameuse crise des réfugiés qui frappe l’Europe depuis plusieurs années est avant tout une crise des migrations économiques. Autant, lorsque les arrivées se faisaient par la Turquie et la Grèce, il était possible de faire vivre la fiction selon laquelle ces vastes mouvements de population étaient majoritairement dus à la guerre en Syrie. Autant, depuis l’accord passé avec la Turquie pour juguler ces flux, la fake news du réfugié ne tient plus. 

Ceux qui traversent la Méditerranée depuis la Libye ne fuient pas la guerre en Syrie. Ce sont des immigrés économiques venus d’Afrique subsaharienne et encadrés par des réseaux de passeurs mafieux. Leur accorder le droit d’asile relève du détournement de sens et de la mauvaise foi.

Asile et immigration font mauvais ménage

Celle-ci ne décourage pas les idéologues « bienveillants » de tous bords. Progressivement, le politiquement correct consensuel a transformé la figure de l’immigré en figure de réfugié emblématique. Le tour de passe-passe a été parfaitement décrit par le député insoumis Éric Coquerel lors du débat du 16 avril:

Pour autant, ce texte est vraiment extrême parce qu’il est inhumain en durcissant toutes les conditions d’accueil et de séjour des migrants. Et il est inefficace parce qu’il ne dit mot des raisons pour lesquelles des gens partent de chez eux au risque de leur vie : rien sur les causes climatiques, rien sur les causes liées au libre-échange, rien sur les causes de guerre, rien sur les accords du Touquet qui nous font servir de garde-frontière aux Anglais.

Un Africain quitte son pays (et devient « migrant ») pour tout un tas de raisons qui justifient la demande d’asile: à cause du risque climatique, du libre-échange, de la guerre ou des accords du Touquet. Donc, le droit d’asile ne doit pas seulement être accordé à ceux qui fuient leur pays parce que leur sécurité y est menacée pour des raisons politiques. Il doit aussi l’être à toutes les victimes du libre-échange ou du réchauffement climatique. Et bien entendu, depuis la signature des accords du Touquet, tous les humains sont des demandeurs d’asile en puissance, puisqu’ils sont tous victimes de cet accord scélérat.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 24/04/2018 - 14:33 - Signaler un abus Espèce humaine, sûr et les espèces d’imbéciles

    Aussi.

  • Par lasenorita - 24/04/2018 - 14:42 - Signaler un abus La loi asile et immigration:minage médiatique..

    La ''loi asile et immigration'' a donné lieu à un minage médiatique...voir https://www.breizh-info.com/2018/04/22/94254/loi-asile-immigration-minage-mediatique..et ''l'attaque chimique'' à Douma n'a pas eu lieu voir https://www.youtube.com/watch?v=5YDwcQTrDgg et voir https://www.youtube.com/watch?v=time_continue=2&v=GlwArR1Qb2g Macron est moins empressé de défendre les Yéménites bombardés par son ''copain'' d'Arabie Saoudite... qui a reçu la ''Légion d'honneur'' de la France malgré les meurtres et assassinats qu'il a commis! Ce n'est pas compliqué d'EXPULSER les clandestins entrés illégalement sur notre territoire! Les musulmans, eux, ont moins de scrupules que les non-musulmans.. Ces musulmans à qui Macron lèche les babouches...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€