Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Non-material Girl : cette Allemande qui vit sans argent depuis 16 ans...

C'est le pari d'Heidemarie Schwermer, 69 ans : subsister uniquement grâce au troc de biens et de services, sans aucune aide sociale. Un film, "Living without money", retrace le parcours de cette ancienne prof, mère de deux enfants, qui a un jour décidé de se débarrasser du matériel et de faire de sa vie une expérience étonnante.

Système D

Publié le - Mis à jour le 11 Mars 2012
Non-material Girl : cette Allemande qui vit sans argent depuis 16 ans...

Jamais Heidemarie Schwermer n'aurait crû pouvoir tenir si longtemps sans argent.  Crédit Flickr/Berliner Büchertisch

Vivre sans argent ? Impossible direz vous. Et pourtant. Il y a 16 ans, Heidemarie Schwermer a fait ce choix. Ce qui ne devait être qu'une expérience de douze mois est devenu pour cette Allemande, aujourd'hui âgée de 69 ans, un véritable mode de vie.

Un film, Living without money, de la Norvégienne Line Halvorsen, retrace d'ailleurs le parcours de cette ancienne institutrice, mère de deux enfants, qui a un jour décidé de s’alléger du matériel, rapporte le site Business Insider.

Jamais Heidemarie Schwermer n'aurait crû pouvoir tenir si longtemps sans argent. "Abandonner l'argent m'a apporté une qualité de vie, une richesse intérieure et la liberté", témoignait-elle en août dernier.

Les prémices de cette idée un peu folle remontent au mois de mai 1996. Après un divorce douloureux, Heidemarie Schwermer, s’installe avec ses deux enfants à Dortmund dans le nord-ouest de l’Allemagne, où elle ouvre un cabinet de psychologue. Les chocs pétroliers ont frappé de plein fouet la région très industrielle de la Ruhr, précipitant de nombreuses personnes dans la pauvreté.

Un constat qui choque cette femme, convaincue qu’il ne s’agit pas fondamentalement d’un manque de ressources, mais de leur mauvaise répartition. Quelle absurdité, se dit-elle, que certains ne sachent plus quoi faire de leur argent quand d’autres meurent de faim.

La pauvreté et l'exclusion, Heidemarie Schwermer connaît Née pendant la Seconde guerre mondiale en Prusse orientale (ancien territoire allemand séparé du reste du pays par le couloir de Dantzig) elle s'est retrouvée à deux ans dans le flot des expulsés par les troupes russes. Arrivée en Allemagne, la famille démunie fait l’objet de moqueries, une prise de conscience brutale pour la petite fille qu’elle était à l’époque, du pouvoir de l’argent sur le jugement des hommes. "J'ai vu comment on était considéré comme des moins que rien quand on n'avait ni possessions ni argent", raconte-t-elle alors à l'AFP.

Cette femme énergique refuse de se résigner à cette situation de fait. Elle est intimement persuadée que les petits gestes de chacun comptent. Naît alors en 1994 l'idée de créer un réseau de troc, une originalité pour l'époque, qu'elle destine aux gens qui n'ont rien. Elle monte un projet appelé "Gib und Nimm" ("donne et prends" en français). Des retraités et des étudiants répondent à l'appel.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kronfi - 07/03/2012 - 09:33 - Signaler un abus l'argent aussi c'est du troc...

    lorsque qq échange un service ou un bien contre autre chose.. que ce soit de l'argent ou un bien par exemple c'est tjrs equivalent a la valeur du bien. le troc nécessite de donner une valeur aux choses ou aux biens. si ce n'est pas la valeur que l'on a donne au bien, le debiteur reste redevable aupres du cessionnaire du bien ou du service.. rien de neuf.. chez les tares... c'est pas l'argent qu'il faut condamner, mais l'usage qu'on en fait éventuellement selon ses affinites...

  • Par yoda - 07/03/2012 - 18:18 - Signaler un abus c'est bien beau cela mais.....

    il faut avoir la santé... moi qui suis en invalidité suite à un accident de travail je me vois pas faire cela... je ne le pourrai pas !

  • Par Redmonde - 07/03/2012 - 21:50 - Signaler un abus PARASITE

    Elle troque des objets, mais ces objets ont une valeur, le troc ou l'argent liquide, ça revient au même. Et elle ne produit rien. Si tout le monde faisait comme elle, nous n"aurions rien dans notre assiette, rien dans les magasins, pas de voitures, pas de maisons. De maison, elle n'en a pas, mais elle se fait héberger droite et à gauche chez des gens qui en ont une. Elle me fait penser au proverbe du Sud Ouest: "seigneur, ne me donnez pas d'argent mais donnez moi des amis qui en ont".

  • Par toutestvrai - 08/03/2012 - 12:30 - Signaler un abus elle donne à réfléchir

    elle offre des services elle donne l'exemple réfléchissons à une vie sans magasins (si nous en sommes encore capables...) sans la sacro-sainte loi du "se faire plaisir en consommant... "le premier qui dit la vérité.... il faudra l'exécuter" L'argent est un moyen que certains ont aujourd'hui de s'assurer qu'ils ont de l'importance, de la VALEUR, ainsi on regarde son compte en banque, sa voiture et on est satisfait... un métier n'est un bon métier que si il rapporte et on n'a réussi que si l'on est riche... puis on dit que mère thérésa est formidable et bravo l'abbé pierre, un petit chèque au téléthon et le compte y est... on s'est acheté une conscience :-) Mieux vaut en rire...

  • Par plplalbe - 11/03/2012 - 14:06 - Signaler un abus curieux !!!

    l'argent est un outil qui a été inventé pour améliorer ou faciliter le troc bien sur il a été perverti par la finance qui fait de l'argent pour lui même mais la nous nous tirons une balle dans pied comme nous disons chez les gardiens de vaches

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€