Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Lettre au Cardinal Barbarin : “Éminence, voici une ligne de défense possible”

Alors que des révélations ne cessent d'être faites ces derniers jours concernant des affaires de pédophilie survenues dans la région lyonnaise, que le Cardinal Barbarin aurait couvertes, certains demandent sa démission. Dans cette lettre, Pascal Avot lui donne des arguments pour se défendre.

Tribune

Publié le
Lettre au Cardinal Barbarin : “Éminence, voici une ligne de défense possible”

À l'attention expresse du Cardinal Barbarin

Monseigneur,

Si vous n'avez plus d'autre choix que de vous rendre au Golgotha, suivez le mode d'emploi laissé par le Seigneur toute sa vie : dites le Bien. Le scandale en cours est LA fenêtre de tir médiatique de votre vie. Prêchez. C'est le moment. C'est le pic de votre vocation. Ne faites plus de déclarations, mais des homélies. Renversez la table et l'échiquier en parlant notre langage, et non celui de vos avocats. Dites que l'Église est pécheresse, oui, dites-le, et dites qu'aucune autre ONG dans le monde ne sauve, soigne, éduque, nourrit, héberge, fait grandir autant d'enfants, très malades ou bien portants, très pauvres ou bourgeois, avec une dignité universellement reconnue.

Sur les cinq continents, des parents non-chrétiens préfèrent placer leurs enfants dans une école catholique. Rappelez que ces parents-là ne pensent pas "pédophilie" quand on leur dit "éducation catholique". Ils pensent "morale", "vie saine", "respect de l'autre". Brandissez nos vertus, et non votre prudence ! Exposez calmement notre beauté et la laideur de l'adversaire, et précisez que sa laideur est la nôtre, l'humaine laideur, contre laquelle il convient de combattre ensemble. Affirmez qu'elle est votre ennemie depuis toujours et que vous la combattrez autant chez vos contradicteurs qu'en vous-même. Noyez-les dans la vérité et la fermeté. Et, s'il doit se dresser devant vous, va pour le Golgotha que voulez-vous.

Debout, Monseigneur. Soyez un pécheur et soyez un saint. Nous n'avons que faire de l'enquête. Tout à fait innocent ou un peu coupable, évangélisez. Vous pouvez vous permettre de perdre le procès terrestre, vous n'en mourrez pas, contrairement au Christ. En revanche, vous ne pouvez pas vous permettre de perdre le procès spirituel. Ne vous défendez pas : défendez l'école catholique, ses innombrables serviteurs si doux, ses innombrables élèves si chanceux, son rôle inouï dans l'Histoire et aujourd'hui encore. Dites que si l'on fermait demain matin toutes les écoles catholiques dans le monde, le niveau d'éducation de l'humanité - et de la France en particulier - chuterait d'un coup, comme un avion dans un trou d'air mortel. De cette manière, vous pouvez, au pire, être vaincu en tant que citoyen et vaincre en tant qu'apôtre. Nous ne vous demandons pas plus que cette victoire-là, et nous l'espérons avec force. 

Si vous avez besoin d'éléments chiffrés, en voici quelques-uns (source : site officiel de l'Église catholique de France) : 

9 956 orphelinats.
12 387 jardins d'enfants.
68 119 écoles maternelles.
92 971 écoles primaires.
42 495 instituts d'enseignement secondaire.
36 933 centres d'éducation ou de rééducation sociale (sachant que d'autres institutions catholiques s'occupent également d'enfants).
5 558 hôpitaux.
17 763 dispensaires. 
561 léproseries.
16 073 maisons pour malades chroniques, handicapés et personnes âgées.

 

Respectueusement.

Pascal Avot, conseiller en communication

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par py_c - 19/03/2016 - 11:31 - Signaler un abus bravo

    rien à redire

  • Par cloette - 19/03/2016 - 11:33 - Signaler un abus eh bien

    C'est dit !

  • Par Septentrionale - 19/03/2016 - 11:42 - Signaler un abus Une superbe lettre

    Un communicant non clientèlisé par le politique peut faire preuve d'intelligence.

  • Par jmf46 - 19/03/2016 - 12:33 - Signaler un abus très bien dit

    mais cependant incomplet: il me semble que monsieur Barbarin a aussi le droit (et le devoir) de se défendre sur le terrain juridique: les accusations de non dénonciation de crime sont on ne peut plus douteuses sur le plan du droit (pour ce que j'en sais) et si la justice fonctionne correctement (à voir...) cela devrait se conclure par un non lieu, ni plus ni moins...alors certes, se battre sur le terrain de la morale, comme c'est parfaitement exposé ici, mais ne pas négliger le terrain juridique, dans la mesure ou la victoire sur ce terrain est possible, et c'est encore cela qui enragerait le plus ses adversaires...on pourrait également leur suggérer de balayer devant leur porte, et pointer leur manque de réactivité par rapport aux cas de pédophilie dans l'éducation nationale, ou même au sein de leur parti :l'affaire Tristane Banon- Strauss Kahn, c'était limite de la tentative de viol pour rester poli et çà été limite (idem) étouffé par les dirigeants dudit parti, dont certains occupent actuellement de très hautes fonctions, suivez mon regard...

  • Par paddy1170 - 19/03/2016 - 17:31 - Signaler un abus Valls n'arrive pas à faire démissionner Guérini

    Il s"est dit: Essayons donc sur un honnête homme, on va voir si ça marche mieux!

  • Par padam - 19/03/2016 - 18:49 - Signaler un abus l'anticléricalisme, c.a.d. la cathophobie: encore et toujours..

    Rappel à l'attention de monsieur Valls et de ses larbin(e)s: "Que celui qui n'a pas pêché jette la première pierre"... Comme le souligne fort justement monsieur Avot, Monseigneur Barbarin inspirez-vous de l'exemple et de la seule parole du Seigneur. Le reste, c'est à dire le sordide piège ourdi par le petit monde médiatico-politique dans lequel on cherche à vous faire tomber, n'est qu'insignifiance.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal Avot

Pascal Avot est conseiller en communication. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€