Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 26 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Leçons sur la croissance : pourquoi les 30 glorieuses devaient presque tout à la Reconstruction

Bien que la France vive encore dans la nostalgie des 30 glorieuses, cette période de l'histoire économique n'est rien d'autre que le produit de la reconstruction. Elle doit ainsi être considérée comme non représentative. A l'inverse, la crise que connaît le pays depuis 2008 en est le miroir, et ne doit pas plus servir de base à des projections toujours plus pessimistes.

Potentiel économique de la France

Publié le - Mis à jour le 22 Janvier 2016
Leçons sur la croissance : pourquoi les 30 glorieuses devaient presque tout à la Reconstruction

Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, l'histoire économique française peut se diviser en deux phases que tout semble opposer. Entre 1945 et 1975, l'ensemble des pays développés connaît croissance et prospérité sur fond de plein emploi, aucune limite ne peut alors être fixée. Puis, depuis 1975, la naissance du chômage, la croissance faible, et l'accroissement des inégalités ont laissé le pays dans un état de nostalgie perpétuelle des 30 glorieuses. Mais cette période est révolue depuis maintenant 40 ans, il est temps de faire une croix dessus, définitive.

Parce que cette heureuse parenthèse de croissance forte doit tout à la reconstruction. Puisque sans cette dernière, la France, comme les autres, n'aurait pas fait mieux que la période allant de 1975 à 2000, soit une croissance modérée.

Ceci est le résultat d'une étude réalisée par deux économistes, Petros Milionis, de l'Université de Groningen et de Tamas Vonyo, de l'Université Bocconi de Milan qui ont estimé les taux de croissance d'un large panel de pays afin d'en extirper l'impact de la reconstruction. Et selon les deux auteurs :

"Les taux de croissance élevés observés durant cette période sont le résultat d'un processus de reconstruction et de réorganisation économique qui a suivi le conflit armé le plus destructeur de l'histoire humaine". 

"Nos résultats démontrent que ce processus de reconstruction a été un moteur important de la croissance au cours des décennies qui ont suivi la guerre, pas seulement en Europe mais globalement, et son impact sur les taux de croissance a duré jusqu'au milieu des années 70."

Ainsi, en traitant les données sur l'ensemble de la période couverte, tout en tenant compte de la disparité des efforts de reconstruction à produire, mais également des divergences démographiques des zones considérées, et ce, pour 73 pays, les deux économistes parviennent à une conclusion claire :

"Cette analyse arrive à la conclusion frappante que la dynamique de reconstruction, à elle seule, a élevé le taux de croissance économique durant les trois décennies qui ont suivi la fin de la deuxième guerre mondiale et ce, avec une magnitude sans précédent à une large échelle. En l'absence du choc induit par la guerre, les taux de croissance auraient été en moyenne inférieurs de 40%, et seulement légèrement supérieurs à ceux qui ont été observés entre les années 1975 à 2000."

Ce qui signifie que les 30 glorieuses doivent tout à la reconstruction et que cette période, par définition, est donc une "anomalie" économique. Toute projection de croissance basée sur les données des 30 glorieuses aura ainsi vocation à se heurter à une autre réalité. Le potentiel de progression du PIB par habitant est voisin de 2%, et non de 4%. Dès lors, la moyenne observée en France entre 1975 et 2000, soit une croissance par habitant de 1.88%, reste sans doute un résultat perfectible pour le pays, mais n'est finalement pas très éloigné de ce potentiel.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gordion - 17/01/2016 - 09:57 - Signaler un abus Politiques économiques coordonnées

    ..en Europe? Tant que la BCE n'aura pas tordu le cou à l'Allemagne, ce n'est pas demain la veille! Or, les Allemands votant en 2017, pourquoi fâcherait-on les épargnants allemands qui détiennent le clés d'un victoire CDU/CSU?

  • Par Pourquoi-pas31 - 17/01/2016 - 10:14 - Signaler un abus C'est oublier un peu vite

    la mondialisation avec l'émergence de nouvelles puissances économique. La construction navale japonaise attaque dés 1975/76 les chantiers européens. La France passe de 5 chantiers majeurs à 1 seul aujourd'hui. Singapour capte la réparation navale dès cette époque. Dès 1965, le jouet japonais envahit les magasins européens. Etc. il ne faudrait pas oublier non plus la décolonisation qui petit à petit rend les anciennes colonies perméables à la concurrence d'autres pays. Fin de l'exclusivité française ! Le saut de progression de 1968 à 1970 s'explique aussi par l'augmentation générale des salaires de près de 10% obtenue en mai 1968 et qui s'est amorti par la suite car les prix ont rattrapé les salaires.

  • Par Pourquoi-pas31 - 17/01/2016 - 10:17 - Signaler un abus Sommairement on peut dire

    que les compétences partent à l'étranger. On oublie la phobie des japonais qui photographiaient tout et partout pour copier nos savoirs !

  • Par zouk - 17/01/2016 - 12:37 - Signaler un abus 30 glorieuses er reconstruction

    Une évidence. Cela valait-il une page de blog? Je ferai remarquer à Pourquoi-pas 31 que ses excuses accordées à nos gouvernements ne valent que pour les décennies postérieures aux 30 Glorieuses,nous ne pouvons que constater la plongée et l'entêtement dans la démagogie.

  • Par Pourquoi-pas31 - 17/01/2016 - 13:09 - Signaler un abus Ce ne sont pas des excuses

    pour nos gouvernements, mais simplement le constat d'une amorce de changement, amorce qui n'a pas été corrigée, mais bien au contraire accentuée involontairement par la crise pétrolière en1973 et ensuite volontairement avec les années Mitterrand (on rase gratis). On peut par ailleurs remarquer, dans un autre domaine, que l'immigration a commencé à croitre à cette époque, d'une part avec le regroupement familial et d'autre part avec la déception des populations des colonies devenues indépendantes et mal gérées. C’est un autre domaine qu’il conviendrait d’analyser plus en détail.

  • Par Leucate - 17/01/2016 - 14:11 - Signaler un abus Jacques Tati

    Trois films de Jacques Tati retracent très bien l'état de la France au début et durant le plus grand bouleversement que la France ait connu de toute son Histoire, bien plus profond et de plus grande ampleur que la révolution industrielle de la fin du XIX° siècle. Le sociologue disparu Henri Mendras avait étudié cette période et en avait tiré un livre devenu un classique, "La seconde Révolution française : 1965-1984". Les trois films de Jacques Tati sont "Jour de Fête", la France rurale en 1947", "Mon Oncle" de 1957, la modernisation se met en route, des vieux quartiers disparaissent, on voit encore les "fortifes" de Paris, et enfin le troisième qui est "Playtime" de 1967, le triomphe du modernisme, Orly, la mise en chantier de la Défense etc.. Sauf dans quelques endroits touchés par la guerre, les Trente Glorieuses ne furent pas une "reconstruction" (de quoi ?) mais une révolution de grande ampleur ayant pour conséquence la modernisation vitesse grand V des infrastructures, industries etc "à l'américaine" comme aurait dit le facteur Tati de 1947 et parallèlement, la plus grande migration de la campagne vers les villes-métropoles couplée à la "moyennisation" de la société.

  • Par cloette - 17/01/2016 - 21:43 - Signaler un abus l'exemple des films de Tati est bon

    Il y en a des passages sur YouTube ( mon oncle Tati YouTube , etc ) , on comprend très bien le bouleversement et l'origine des 30 glorieuses , on voit aussi un monde qui n'existe plus qu'en cartes postales ! Un autre monde est né qui à son tour est en train de muter dans un sens contraire à celui si joyeux et énergique de Tati , on dit que c'est le progrès , l'innovation, mais c'est sinistre , un monde de zombies est apparu , quelle angoisse !

  • Par Ganesha - 18/01/2016 - 07:12 - Signaler un abus Surpopulation

    Mr Goetzmann oublie de citer l'action bénéfique des ''réductions de population'' ! Au Moyen-Age, on avait l'habitude de constater qu'après une bonne épidémie de Peste, qui avait causé la disparition d'une bonne partie des citoyens d'une ville ou d'un pays, les survivants connaissaient ensuite quelques décennies de bonheur et de prospérité ! Mais mr Goetzmann est malhonnête en essayant de nous faire croire que dans une planète en surpopulation, comme aujourd'hui, la ''Croissance'' est possible ! Surtout si des criminelles comme mme Merkel fait exactement le contraire de notre seule chance de nous en sortir !

  • Par MONEO98 - 18/01/2016 - 10:13 - Signaler un abus conclusion ?

    si mr Goetzmann avait raison vivement la prochaine guerre.-:( on en revient toujours à la même question qui crée la richesse? l'individu libre de ses choix ou l'Etat cad la fiction qui permet à certains hommes d'imposer aux autres leurs choix pas nécessairement plus pertinents et sauf miracle toujours intéressés.... accessoirement l'Etat peut il distribuer de la richesse avant de l'avoir créé? c'est ce que nos gouvernants ont fait depuis toujours , distribuant de la monnaie de singe quand ils pouvaient dévaluer et aujourd'hui accentuant les déficits puisqu'ils ne peuvent dévaluer.. nationalement....( d'ou les programmes nationalistes en cours) remarque :on fait des études pour rien...le plein emploi à cause de la reconstruction ? quelle trouvaille.l'étude a t elle noté que la fin du financement des guerres coloniale"s a permis à De Gaulle d'avoir des finances plus saines nonobstant les kolossales" erreurs économiques nationalistes de l'époque afin de ne pas froisser le PC? La mondialisation causée par l'effondrement rouge a tout changé.Faut s'adapter ou disparaitre... ça suppose déprogrammer les cervelles des français et de leurs dirigeants .

  • Par elvin - 18/01/2016 - 12:00 - Signaler un abus rapprochement

    Intéressant de rapprocher cet article de celui-ci http://www.contrepoints.org/2016/01/16/235574-la-vraie-croissance-ne-depasse-jamais-2 En résumé, la croissance "naturelle" d'une économie libre moderne oscille autour de 1.5 à 2 %, et ce en l'absence de toute manipulation monétaire chère à Nicolas Goetzmann, qui peut provisoirement l'accélérer artificiellement, tout en créant les conditions d'une crise inéluctable à terme. Le croissance peut être plus rapide en situation de rattrapage, par exemple après une guerre. Mais en conclure que la guerre est bénéfique est absurde, puisque la croissance consiste alors seulement à reconstruire ce que la guerre a détruit.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€