Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Laissons parler les imbéciles : pourquoi il est urgent de rétablir la liberté d’expression

Le nouveau rapport de GenerationLibre, "Pour rétablir la liberté d'expression - Laissons parler les imbéciles", met en lumière toutes les lois, plus ou moins pernicieuses, qui restreignent la liberté d'expression en France. Celles-ci, si elles étaient appliquées à la lettre, constitueraient une réelle menace pour le débat public.

Liberté chérie

Publié le
Laissons parler les imbéciles : pourquoi il est urgent de rétablir la liberté d’expression

Le nouveau rapport de GenerationLibre met en lumière toutes les lois qui restreignent la liberté d'expression en France. Crédit Reuters

Personne n’est plus embastillé pour ses opinions, et le temps où Voltaire écrivait que "sans l'agrément du Roi, vous ne pouvez penser" semble bien révolu. L’avalanche de sottises postées chaque jour sur le web conduit parfois à penser que, s’il y a un problème avec la liberté d’expression, il réside plutôt dans son abus.

Pourquoi alors des artistes aussi divers que Michel Houellebecq, Christian Clavier ou Karl Lagerfeld se sont-ils inquiétés récemment d’un retour rampant de la censure ?

Depuis quarante ans, nos gouvernants se sont mis en tête d’éradiquer la bêtise. La loi Pleven de 1972 condamnant les propos discriminatoires peut être considérée comme le point de départ de cette évolution.

Bien d’autres lois ont suivi, toutes rédigées avec les meilleures intentions du monde, mais qui ont considérablement limité le champ de la liberté d’expression (voir leur liste complète en annexe de ce rapport, avec des exemples de "propos interdits"). Ce corpus juridique est aujourd’hui heureusement peu utilisé, hormis par quelques associations spécialisées et personnalités procédurières, mais il définit un cadre potentiellement très dangereux, qui explique à la fois la judiciarisation du débat public en France, et le développement des phénomènes d’auto-censure. Si ces lois étaient appliquées à la lettre, rares sont les écrits ou les paroles qui échapperaient à la justice.

Nous nous sommes tournés vers John Stuart Mill et son essai On Liberty (1859) pour retrouver les principes fondateurs de la liberté d’expression. Nous en avons tiré la conviction que tout ce qui a trait à la définition de la "vérité" ou de la "morale" doit être ouvertement autorisé. Nous faisons le pari, à la base de nos démocraties, que l’individu est rationnel, et que l’opinion, correctement informée, est mieux à même de trancher le bien et le mal que les tribunaux. Comme le dit Jamel Debbouze, "laissons les imbéciles dire tout et n'importe quoi". Seul le souci de ne pas faire de mal à autrui doit pouvoir restreindre la liberté d’expression – ce qui peut justifier, par exemple, des lois protégeant la vie privée et la réputation, ou condamnant l’incitation à la violence.

Munis de ces principes solides, nous avons passé en revue la législation française. Si l’on peut sourire du délit "d’outrage à Ambassadeur", "d’opinions contraires à la décence" ou de "diffamation à l’encontre des administrations publiques", comment tolérer qu’un véritable délit de blasphème ait été réintroduit par la Cour de Cassation ? que les lois mémorielles empêchent les historiens de faire leur travail (si elles avaient existé dans les années 60, jamais on aurait pu montrer que le massacre de Katyn avait été perpétré par les Russes et non par les Nazis) ? que chaque communauté se dote de son association spécialisée traquant toute critique (une plainte pour "discrimination envers la communauté des femmes rondes" a récemment été déposée) ? que l’on ne puisse pas montrer, dans un reportage, un vigneron qui prend plaisir à boire son vin ? que l’usage trop aisé de la diffamation soit devenu une arme politique ? qu’un simple "retweet" puisse valoir une mise en examen ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par laurentso - 19/12/2013 - 08:48 - Signaler un abus "Les lois mémorielles

    empêchent les historiens de travailler". Pas été plus loin que ce propos imbécile. Encore de généreux anonymes qui veulent exciter la meute avec leur connerie.

  • Par Imragen - 19/12/2013 - 08:58 - Signaler un abus Libérer la parole ? Non merci

    J'avais le sentiment que la connerie s'exprimait déjà assez librement !!! Quant à protéger les journalistes, c'est assez étrange de prétendre qu'ils sont actuellement menacés. Ils confondent avec autorité leurs opinions avec les faits et nous délivrent une soupe pré-mâchée. Compte tenu de la tendance générale, les "sanctuariser" serait leur permettre encore plus de formater le pays à la pensée unique. . C'est qui ce think tank ? Une blague ou des anarchistes ?

  • Par ヒナゲシ - 19/12/2013 - 09:03 - Signaler un abus Riche idée !

    Nos libérateurs de parole souhaitent donc que — par exemple — des prédicateurs puissent s'installer au coin d'une rue, et bramer dans un mégaphone tous les bienfaits de la lapidation des femmes ? Ou pourquoi il convient de décapiter le mécréant.

  • Par Ravidelacreche - 19/12/2013 - 10:02 - Signaler un abus Laissons parler les imbéciles

    Je constate que Génération libre s'applique déjà la règle ! :o))

  • Par vangog - 19/12/2013 - 10:08 - Signaler un abus La dictature de la pensée unique vehiculée par les minorités

    de pression a colonisé la France; Les gauchistes ne sont pas assez forts électoralement (et de moins en moins...) pour vaincre seuls... Aussi n'ont-ils aucun scrupule à utiliser toutes les armes des propagandes idéologiques: Colonisation des écoles de journalisme et des Médias par leurs minorités de pression, homosexuelles, féministes, écologistes (les pires, les activistes), immigrationnistes... Mais tout cela ne suffit pas, et les lois issues de ces minorités sont l'arsenal supplémentaire à la dictature de la pensée unique qui envahit tout; Le résultat à court terme? Amalgames, caricatures et mensonges par ommission deviennent la règle. Le résultat à long terme? La désintégration de nos valeurs républicaines qui seront très difficiles à reconstruire derrière le saccage gauchiste...

  • Par Michel. - 19/12/2013 - 10:36 - Signaler un abus La liberté d'opinion donc d'expression ...

    ... ne devrait pas être un objet de loi mais de principe constitutionnel. Or le droit à la propriété et la liberté individuelle ne sont inclus "que" dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de1789 citée dans le préambule de la constitution française. Ces droits ne sont donc garantis que par des lois qui fluctuent selon la majorité en place, et par la jurisprudence. C'est – étonnamment pour ceux qui se targuent être la Patrie des Droits de l'Homme – très insuffisant!

  • Par KiriNan - 19/12/2013 - 10:43 - Signaler un abus OK sur tout, sauf sur le titre

    Oui il faut libérer la parole et les opinions, car pour l'instant, il n'aura échappé à personne que seuls les imbéciles, de préférences obscurantistes et violemment sectaires, ont le droit de s'exprimer

  • Par KiriNan - 19/12/2013 - 10:45 - Signaler un abus En France on punit la parole, mais on excuse le crime

    ... Soit le contraire de ce qui se passe aux USA, où l'opinion est absolument libre - mais si vous tuez, violez ou volez, vous allez en taule (ou pire). En France vous allez en taule uniquement si vous exprimez une opinion incompatible avec la "pensée" socialiste ; mais tuez, violez, et vous ne risquez rien de la loi. (Sauf en cas d'auto défense bien sûr, car vous n'avez pas le droit de vous défendre en faisant du mal à ceux qui veulent vous tuer).

  • Par Equilibre - 19/12/2013 - 10:52 - Signaler un abus Pas convaincu par la "démonstration",

    "Depuis quarante ans, nos gouvernants se sont mis en tête d’éradiquer la bêtise". Nous parlons bien des mêmes gouvernants qui mentent à longueur de journée et qui se servent de ces lois à des fins politiques, non? Si cette phrase était vraie, alors, leur temps de parole devrait être considérablement réduit... Mais étant convaincu par la principe, va pour le principe. Pour la réalisation, à voir.

  • Par gliocyte - 19/12/2013 - 10:59 - Signaler un abus Think-thank

    C'est anglais? Ca veut dire quoi?: Groupe de réflexion littéralement mais traduit en français par laboratoire d'idées. Vous noterez déjà l'injection via le mot laboratoire d'une dose de "sérieux" par référence aux laboratoires qu'on associe à la science.. Ah la force de l'onomatopée: Think Thank, Ying yang, Bing bang, ça en jette pas vrai? Il y a un laboratoire d'idées qui nourrit la gauche depuis 2008 qui s'appelle Terra Nova. Ce laboratoire produit des virus psychologiques accueillis à bras ouverts par tous les Ministères, virus pourtant extrêmement dangereux puisqu'ils ont comme destinée finale de détruire toutes nos références. Mais enfin derrière Terra Nova qui était aux mains du numéro un de la CFDT, se cachent de basses manoeuvres politiques et la course à la députation européenne. Les intérêts financiers ne sauraient être mis de côté. et la croûte alors!. http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20131101.OBS3637/crise-ouverte-a-terra-nova.html Vous remarquerez que cet article provient du nouvel obs. On ne saurait m'accuser de parti pris (Hi hi hi) Somme toute, ces think thank résonner pour moi avec le "hi han" des ânes, allez savoir pourquoi.

  • Par Blanche Debasenhaut - 19/12/2013 - 11:23 - Signaler un abus En démocratie, la liberté d'expression ne se mesure pas

    Elle ne doit donc avoir aucune limite légale, AUCUNE ! Si un citoyen estime avoir subi un préjudice du fait de cette absence de limite, il peut toujours ester en justice pour obtenir réparation. S'ils sont plusieurs, je suis tout à fait favorable à une "class action", mais aucune ligue de vertu, aucune association subventionnée ne devrait avoir le droit de se substituer aux citoyens et de parler à leur place. Voilà pourquoi la France n'est plus, depuis quarante ans, une vraie démocratie...

  • Par mich2pains - 19/12/2013 - 11:25 - Signaler un abus Liberté d'expression : une arme à double tranchants !

    Deux " principes "(?) sont ici énoncés : ..." S'il y a un problème avec la Liberté d' Expression , il réside plutôt dans son abus " (sic) ! Mais quelle autorité compétente et dument mandatée sera à même de fixer les limites , de définir ce qu'est un "ABUS" ? ...." Seul le souci de ne pas faire mal à autrui doit pouvoir restreindre la Liberté d'Expression" (sic) ! Mais qui devrait se soucier de "ne pas faire du mal à autrui " quand cet "autrui" a commis les pires horreurs ? Staline , Mao , HITLER , le CHIE gue vara , etc....) A mon avis , la réponse ne doit pas être apportée par un quelconque " Groupe de paroles " ni par un " Tink-Tank " aussi représentatif des citoyens que le sont nos syndicats .... Dans une DEMOCRATIE qui se prétend l'être , ç'est uniquement à travers un REFERENDUM que LA réponse sera donnée ! D'avoir à rappeler une telle évidence pose déjà un sérieux doute sur la démocratie à la Française !

  • Par casanova - 19/12/2013 - 13:17 - Signaler un abus Abrogeons toutes les lois liberticides,

    Loi Peven, loi gayssot, loi taubira, enfin toutes ces lois mémorielles qui sont autant d'entraves à l'analyse et à la critique historique. En revanche la loi de juillet 1881 sur la liberté de la presse est amplement suffisante.

  • Par CN13 - 19/12/2013 - 13:17 - Signaler un abus et le fameux "MUR DES CONS" du syndicat des magistrats !!!

    et les insultes gratuites de Guy Bedos !!! Le titre est : "laissons parler les imbéciles", c'est exactement çà !

  • Par casanova - 19/12/2013 - 13:26 - Signaler un abus La France bloquée, la France asphyxiée.

    Notre nation est mise sous la tutelle des minorités organisées, par la grâce des politiques (là-dessus on pourrait s'expliquer longuement) , lesquelles exercent une véritable police de la pensée par voie judiciaire Même les noms de Faurisson ou Garaudy sont tabous, les dire relèverait de la justice.

  • Par vangog - 19/12/2013 - 14:59 - Signaler un abus Oui, d'accord avec toutes les propositions, mais

    uniquement si les citoyens se posent la question: "Comment la patrie des droits de l'homme a pu se transformer en une telle dictature rampante depuis les lois Perben de 1972?" Car il faudra éviter à de tels délires psychotiques, lois Perben, Gayssot, Taubira, de se rééditer! Une piste de solutions pour ce think-tank: Les minorités de pression qui ont colonisé les corps d'état et intermédiaires, depuis cette date, et transformé la Justice, l'éducation, les syndicats, associations et Médias en bras armés de l'idéologie gauchiste... Rien ne servira d'abroger des lois liberticides, si les hommes chargés de les faire appliquer et de les véhiculer, restent les mêmes petits soldats formatés à la pensée unique.

  • Par Terranostra - 19/12/2013 - 16:03 - Signaler un abus La Liberté en général,

    C'est comme la Vérité, ça fait toujours peur à ceux qui détiennent les pouvoirs et entendent maintenir leur domination. En France, la liberté d'expression ne fait que régresser, mais nous n'en pensons pas moins.

  • Par Rosine - 19/12/2013 - 17:41 - Signaler un abus Merci...

    de donner l'exemple!

  • Par rudi11 - 19/12/2013 - 19:19 - Signaler un abus il va falloir abolir des lois

    scelerates pour libérer les français, à commencer par celle de gayssot et toutes les suivantes 5000 euros d amende à le pen pour dire une anerie d apres déjeuner arrosé, que reste t il de nos libertés ? l inquisition a bel et bien repris pied en france !!!

  • Par Anemone - 19/12/2013 - 20:32 - Signaler un abus Faux

    "Personne n’est plus embastillé pour ses opinions" . Demandez donc à Nicolas, premier embastillé politique depuis des lustres; . Demandez aux mères veilleuses.. . Pour les autres, amendes sur amendes, conduites au poste, garde à vue prolongées.. . Il faudrait commencer par dire la vérité avant de théoriser. Merci

  • Par Democrator - 19/12/2013 - 20:59 - Signaler un abus Pas très grave tout ça...

    Plus on interdit de parler librement... Plus on vote librement ! Je pense à ce pauvre Laurentso, sorte de perroquet de la bienpensance, qui va évidemment s'effrayer si j'ose dire à un noir qu'il est con (alors qu'il l'est, comme un blanc peut l'être..). De fait, je ne le dis pas, tellement j'ai peur d'être taxé de raciste... Désormais quand quelqu"un me marche sur le pied, je regarde d'abord... S'il est blanc, je lui demande de bien vouloir s'excuser (peu de risque)... S'il est noir ou magrébin, je lui dit merci, car si je dis autre chose... Quel drame ! Mais enfin, moins vous avez le droit de vous exprimer librement du fait de ces trous du culs de bienpensants, plus vous votez convenablement : c'est à dire pour des gens qui partagent un peu votre lassitude face à cette bienpensance légalement imposée...

  • Par ccourouve - 20/12/2013 - 13:34 - Signaler un abus Anomalie

    La vérité ou la qualité des propos tenus ne sont pas davantage le critère du droit à la parole que l'innocence du mis en examen n'est le critère du droit à un avocat ET à un jugement en contradictoire. On n'invoque jamais l'horreur du crime pour supprimer ou limiter ces droits de la défense et le droit non seulement à un procès en bonne et due forme, mais aussi à un appel et à un recours en cassation, voire un recours à la C. E. D. H. . Mais dans le domaine médiatico-politico-intellectuel, il suffit que des propos soient déclarés "inacceptables" par une caste qui trépigne son indignation, pour que toute argumentation soit abandonnée.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

GenerationLibre

GenerationLibre est un think-tank d’orientation libérale avec comme objectif de concevoir et de promouvoir des politiques publiques reposant sur la responsabilité individuelle et les mécanismes de marché. S’appuyant sur une tradition intellectuelle bien établie, d’Alexis de Tocqueville à Jean-François Revel, GenerationLibre a vocation à aborder l’ensemble des sujets d’intérêt général, qu’ils soient économiques, sociaux ou institutionnels.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€