Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 10 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Koz / Erwan le Morhedec : "Les Chrétiens n'ont plus peur de prendre la parole et d'affirmer haut et fort quelles sont leurs valeurs et leur foi"

Dans un livre chronique publié le 25 septembre, le blogueur Koz revient sur ses dix années d'existence et explore la société à travers des débats qui l'ont marquée et sur lesquels il exprime franchement son avis. Provocateur, agitateur de la toile, Koz nous partage sa vision de la société, de la diversité catholique d'aujourd'hui, du rôle du Web et du pape François pour maintenir l'unité chrétienne.

Grand entretien

Publié le - Mis à jour le 2 Octobre 2015
Koz / Erwan le Morhedec : "Les Chrétiens n'ont plus peur de prendre la parole et d'affirmer haut et fort quelles sont leurs valeurs et leur foi"

Erwan le Morhedec vient de publier "Koz toujours. ça ira mieux demain" aux éditions du Cerf.  Crédit Reuters

Atlantico : Dans "Koz toujours. ça ira mieux demain", que vous venez de publier aux éditions du Cerf, vous revenez sur votre blog, sur ces dix années d’existence, sur les grands sujets qui vous ont interrogés ou marqués. Pendant 10 ans, vous avez agité la toile en réagissant à l’actualité politique, sociale et religieuse. Comment êtes-vous devenu un des blogger les plus influents chez les catholiques, et pourtant paradoxalement peu reconnu par les grands médias ?

Koz / Erwan Le Morhedec : A l’origine de mon blog, j’ai commencé à écrire sur des sujets qui n’étaient pas du tout liés à la foi.

Je me suis fait connaître en étant un blogger politique. Pendant trois ans, j’ai écrit tous les jours en n’abordant que très peu - voire pas - les sujets qui pouvaient toucher au religieux. J’ai rapidement été lassé, trouvant le jeu politique trop insatisfaisant par ses aspects caricaturaux et binaires. J’ai ainsi fini par aborder les sujets en rapport avec la religion.

>>> Lire aussi : "Koz toujours, ça ira mieux demain" : pourquoi le dénigrement systématique de l'Histoire de la France freine l'intégration

Commencer à me faire ma place sur un autre domaine a été une véritable chance. Cela m’a permis de ne pas plonger dans le syndrome du "catho qui parle aux cathos". Même si cela n’est pas évident, j’ai toujours essayé de m’adresser à l’ensemble de la société. Ma motivation est née du sentiment que les Français se faisaient une image du catholique qui n’était pas celle que je voyais dans mon entourage. Une image d’un catholique compassé, qui ne débat pas et applique comme un mouton ce que le Vatican lui demande de faire. J’avais envie de contribuer à montrer que non, ce n’est pas cela être catholique, et à donner une image qui m’apparaissait plus juste.

En France, nous avons un rapport très névrosé à la religion. Dès lors que nous adoptons un point de vue religieux, nous sommes mis de côté, au nom de cette "laïcité". Il y a cette espèce de fantasme, d’une société laïque dans laquelle, à partir du moment où nous serions inspirés d’une option métaphysique, nous n’avons plus à discuter. Cela complique la possibilité d’exister et se faire sa place en tant que blogger.

Vous décrivez, à travers les différents chapitres de votre livre, l’évolution de l'église et de ses différentes tendances. Vous évoquez d’une part les catholiques "zélateurs d’une foi cantonnée à l’intime, qui ne s’échapperaient brièvement que pour rejoindre précipitamment l’église le dimanche", un "certain nombre de chrétiens qui s’interdisent de s’exprimer au nom d’une laïcité qui exigerait le silence", et d’autre part, les chrétiens qui n’ont pas peur de mettre en avant leur foi, de s’impliquer corps et âme pour la défense de leurs valeurs… Avec l’actualité de ces dernières années (Manif pour tous, GPA/PMA, débat sur l’euthanasie …) comment ces différentes tendances ont-elle évoluées ? 

Les manifs pour tous ont servi de catalyseur à une tendance qui était en cours, et que le pouvoir, par une réponse bêtement autoritaire, a fortement contribué à accélérer. Cette évolution est née avec le concile Vatican II, puisque ce dernier appelait les laïques à prendre la parole dans la société. La réception et l’intégration d’un concile est un travail long, mais avec l’actualité de ces dernières années, une bonne partie des chrétiens l’ont intégré. D’autres plus conservateurs en sont restés à "l’avant le concile" et un écart s’est crée. 

Il y a également d’autres explications à l’engagement des laïques. Notamment, celle d’un sentiment d’urgence. La crainte immédiate pour un bon nombre de catholique est la disparition. Ainsi, la pudeur qu’avaient certain, ou l’auto-censure ne semblent plus de rigueur. 

Tout cela cède sous la nécessité de redire quelles sont nos valeurs, notre foi, et ce qu’elles apportent à notre pays. Il faut malgré tout rester prudent avec nos impressions. Le numérique a le défaut d’être parfois déformant. Sur Internet, nous avons tendance à voir une certaine radicalisation politique des catholiques. Je pense qu’elle traduit une réalité. Il faut cependant analyser sa mesure avec prudence : Internet n’est pas toute la population française.

Il est certain que ce que nous pourrions désigner comme les ultra-progressistes ont perdu une visibilité. Au fur et à mesure, ils se sont dilués car ils sont partisans d'une approche discrète voire silencieuse dans laquelle on ne fait pas état de sa foi. Ils agissent en conformité avec leur foi, mais ne l’expriment ou ne la revendiquent pas. Le bilan n'est pas très favorable pour cette stratégie. Cela ne veut pas dire qu’il n’est pas légitime de la tenter, mais la réalité actuelle est que la transmission ne réside pas de ce côté.

Dans votre livre, vous mettez en lumière l’importance du web aujourd’hui pour les catholiques. Vous y consacrez un chapitre entier. Vous précisez que c’est sur ce média que les manifs pour tous ont permis de se mobiliser, et que c’est également là où vous avez découvert les différentes alternatives de l’Eglise. En quoi est-il un réel outil pour les catholiques et met-il en lumière l’écart des tendances ?

Je pense qu’il a l’avantage d’accompagner une réalité. Le numérique ne peut certes pas remplacer la pratique ou la rencontre. En revanche, il peut aider à créer une relation avec certaines personnes qui ne sortent pas de leur milieu. En France, nombreux sont ceux qui ne connaissent pas de chrétiens autour d’eux. Ils ont tendance à penser qu’ils sont les derniers des Mohicans. 

D’autre part, pour d’autres, Internet présente une possibilité pour nourrir sa foi.

Par définition, le web à une nature alternative. C’est-à-dire qu’il sera toujours plus présent lorsqu’il se trouve en opposition. Quand le gouvernement est à droite, les blogs ou discours de gauche sont plus présents, et inversement. Pour les catholiques, il en est de même. Dans les médias, il n’est pas de bon ton de partager son appartenance religieuse. Il est même plutôt de bon ton de a cacher. Ainsi, le web permet de faire vivre cette parole.

Certaines tendances catholiques ne s’estiment pas représentées par l’Eglise ou l’épiscopat français. Elles utilisent le web en moyen de communication alternatif.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 27/09/2015 - 11:10 - Signaler un abus KOZ et les catholiques

    Un catholique devrait-il donc se taire totalement? Je trouve au contraire que les catholiques continuent de s'imposer une grosse dose d'autocensure. Malheureusement, car leur contribution sur les sujets délicats enrichirait certainement le débat, il ne s'agit pas de juger mais de tenter de faire réfléchir, avec respect de l'autre et même de ses opinions

  • Par clint - 27/09/2015 - 21:23 - Signaler un abus Ne serait il pas le temps de (re)devenir chrétien ?

    Il faudrait certainement "toiletter" la religion que les "pères de l' église" ont écrite et nous ont laissé : Jésus et les apôtres reconnaitraient ils leurs messages ? Les catholiques se replient trop sur eux même et se radicalisent. Il y a eu le travail de la Réforme qui a retravaillé sur la Bible : en contre partie ça a permis aussi au catholicisme de se recentrer. Mais pourquoi aller encore plus en profondeur quitte à affronter le "merveilleux" ajouté au cours des siècles (ex. infaillibilité du pape, les "saints" qui sont priés à la place du Père et du Fils, etc, etc !)

  • Par l'enclume - 28/09/2015 - 10:59 - Signaler un abus A chacun sa superstition

    clint - 27/09/2015 - 21:23 - Pourquoi se compliquer la vie alors que tout est écrit dans la Bible, particulièrement dans le nouveau Testament. Tout le reste frise la superstition, ce n'est plus Jésus qui est mis en avant, mais le "Saint Père, Sainte de Lisieux, de Lourdes, etc.." Alors que la Bible dit : "Il n'y a de Saint que Dieu".

  • Par jurgio - 28/09/2015 - 16:45 - Signaler un abus La laïcité, une bombe à retardement

    À contempler l'hypocrisie immonde des athéistes et des laïcards, il me paraît naturel que le bon sens revienne à la surface. La Laïcité n'a jamais été que des lois pour mieux asseoir une autorité politique contraire, à l'époque, aux mœurs séculaires établies. Plus justement, un ressort qu'on se force à comprimer. Les religions à vocation universelle ne peuvent rester ni silencieuses ni inactives (déjà une prend les devants...) Ce serait un non-sens que la république à la française ne pourra pleinement assumer. C'est une occasion pour les chrétiens (encore les plus nombreux dans ce pays) de revenir aux fondamentaux : respecter, aimer son prochain (ce qu'on ne ressent plus du tout aujourd'hui) Les différends sur le clergé, les dévotions, le pontificat, le rituel, l'organisation ecclésiale, etc. au regard de ce principe ne sont que des prétextes pour se défiler.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Koz

Koz est le pseudonyme d'Erwan Le Morhedec, avocat à la Cour. Il tient le blog koztoujours.fr depuis 2005, sur lequel il partage ses analyses sur l'actualité politique et religieuse.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€