Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"King Kong Theorie": un choc théâtral: le meilleur et le presque pire

Atlanti-culture

Publié le
"King Kong Theorie": un choc théâtral: le meilleur et le presque pire

THEATRE

King Kong Theorie

de Virginie Despentes 

Adaptation de Valérie de DIETRICH et Vanessa LARRÉ

Avec Anne AZOULAY, Marie DENARNAUD et Valérie de  DIETRICH

 

INFORMATIONS

JUSQU'AU 7 JUILLET

À 21h, du mardi au samedi

Durée : 1h15

Théâtre de l’Atelier

1 place Charles Dullin

75018 Paris

Réservations: 01 46 06 49 24,

                        www.theatre-atelier.com

 

RECOMMANDATION                      

          BON

 

THEME

            Paru en 2006, King Kong Theorie est un essai autobiographique de l’écrivain punk Virginie Despentes, dans lequel cette dernière dynamite l’idée de féminité telle qu’elle est couramment entendue dans notre société, tributaire selon elle d’une vision bourgeoise et normée de la sexualité. 

Le spectacle de Vanessa Larré suit la construction du texte, qui a pour point de départ l’expérience aussi traumatisante que fondatrice du viol que Virginie Despentes a subi dans l’adolescence.

Du récit de cet épisode naît l’exploration d’autres expériences de l’auteur qui façonnent sa vision de la sexualité et sa réflexion sur le sort réservé aux femmes. Prostitution, pornographie sont autant de thèmes dont l’exploration culmine dans la référence au personnage de King Kong, cette bête androgyne, métaphore d’une sexualité libérée du carcan du genre, mais qui finit par être capturée...

 

POINTS FORTS

1/ Une expérience de théâtre comme on en voit trop rarement. La force du texte est admirablement assumée par les trois comédiennes qui le colorent chacune d’une manière particulière, à mesure qu’elles prennent la parole. 

 

2/ Un spectacle intense qui ne souffre aucun baisse de régime : une prouesse qui doit beaucoup au rythme soutenu de l’ensemble, sur un plateau sobre. Quelques costumes, accessoires, perruques soutiennent les changements de situation, mais c’est avant tout la mise en scène du texte, tantôt dialogue qui rejoue la violence des rapports humains, tantôt monologue puissant, qui force à la réflexion. 

 

3/ Une scénographie réglée au millimètre, assez spectaculaire, grâce notamment à l’utilisation d’une caméra sur la scène. Les actrices se filment à tour de rôle, démultipliant les personnages en scène et les situations.

 

POINTS FAIBLES

 1/ Le parti pris étonnant de prendre en otage le public par l’utilisation de ladite caméra contre lui… Difficile d’interpréter autrement, en effet, ces moments où les visages composant la salle se retrouvent projetés sur le mur de fond, offrant à tous le secret des réactions personnelles lisibles sur les physionomies… 

 

2/ Parfois, la limite entre provocation et vulgarité est franchie de manière assez gratuite... et force à la distance critique.

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alyette de Beru

Alyette de Beru est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Shows.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€