Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : L’Etat ne peut pas tout, c’est aussi aux entreprises de se mobiliser

Le 25 novembre 2017 est la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Un jour qui a un signification toute particulière après l'affaire Weinstein.

Self-control

Publié le
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : L’Etat ne peut pas tout, c’est aussi aux entreprises de se mobiliser

Un vent a soufflé sur le monde provoquant un raz de marée sans précédant. L’affaire Weinstein a-t-elle été salutaire ? Cette affaire est une bombe qui n’en finit pas de provoquer des réactions en chaine. Les témoignages de femmes victimes de harcèlement sexuel se multiplient. La parole se libère partout, dans la presse, sur les réseaux sociaux, dans les diners en ville, dans les pauses café au bureau. Les harceleurs n’ont qu’à bien se tenir ! Les femmes victimes d’agression doivent se sentir moins seules même si ces délits ne peuvent pas se régler que par média interposé.

L’opinion publique a demandé aux politiques de durcir les lois, aux juges d’être moins laxistes, aux policiers et aux gendarmes de faire preuve de plus d’humanité dans le recueil de la parole des victimes… et aux hommes de défendre leurs femmes, leurs filles, leurs voisines … Ils sont souvent témoins aveugles !  Bref, Il était important d’interpeller tous les maillons de la chaine. Mais il y a un maillon oublié. 

A la veille du lancement par le Président de le République de la grande cause du quinquennat pour l’égalité femme-homme, le débat doit être ouvert partout et sans tabous  

Les agressions sexuelles, les harcèlements de tous ordres sur les femmes se produisent majoritairement sur le lieu de travail. 

Les victimes de violences sexuelles dans les entreprises ont-elles toujours une oreille attentive, tant auprès de leurs supérieurs hiérarchiques, majoritairement des hommes, que de leur Directeur des ressources humaines et surtout de leurs collègues qui jouent la loi du silence. Comment et où se plaindre, comment dénoncer des gestes ou de paroles déplacées dans l’entreprise ? Difficile de répondre et difficile de savoir vers qui se tourner.

A qui peut-on faire confiance sans avoir honte et sans se faire entendre dire : « Allez, ce n’est pas grave, prends un peu de recul … ou tu l’as un peu cherché en rigolant avec lui au pot de départ de la semaine dernière. Ou encore mais regarde comme tu es jolie et jeune c’est normal !! Et puis mets des pantalons au lieu de tes jupes courtes et ça se passera mieux …. »  

Les entreprises doivent aussi prendre leurs responsabilités et agir au plus haut niveau de la hiérarchie. 

Je voudrais que tous les entrepreuneur(e)s responsables, bienveillants ce qu’ils sont sûrement, écrivent à l’ensemble de leurs salariés femmes et hommes, qu’ils expriment CLAIREMENT leur souhait que ces problèmes ne doivent pas exister dans leur société. 

Qu’ils disent clairement, que dans leur entreprise, le bien-être au travail doit régner partout, à tous les étages, dans les sites de production, dans toutes les filiales. 

Que soient nommés des référents facilement accessibles et former à écouter toutes les personnes qui signaleraient un harcèlement ou pire une agression sexuelle.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 24/11/2017 - 10:50 - Signaler un abus Juste une journée et

    dès demain Tarik Ramadan et d'autres pourront recommencer les bastons.

  • Par francoise34 - 24/11/2017 - 23:15 - Signaler un abus Apprendre a se faire respecter

    Il faut aussi apprendre a se defendre et a se faire respecter Parfois c'est efficace pour arrêter ces messieurs Les vexer et le humilier est parfois une bonne solution, ils sont imbus d'eux même mais aussi très vexables et pas tres courageux

  • Par Raymond75 - 25/11/2017 - 11:59 - Signaler un abus Etape nécessaire

    C'est une étape nécessaire ; après on pourra aborder sereinement la violence féminine.

  • Par Raymond75 - 25/11/2017 - 11:59 - Signaler un abus Un oubli ?

    Toujours aucun mot sur le port du voile et ce qu'il représente, sur les mariages forcés, sur l'excision, sur l'enfermement des femmes arabes et africaines ?

  • Par Raymond75 - 26/11/2017 - 09:47 - Signaler un abus 2 000 manifestantes !

    La manifestation féministe d'hier a réuni 2 000 personnes, dans une ville qui compte environ 1 400 000 femmes et une région qui en compte environ 6 000 000 !!! Chiffre dérisoire comparé à la 'déferlante' de dénonciations sur Twitter. Ce chiffre montre le décalage entre la réalité : très peu d'hommes se comportent mal avec les femmes, et le buzz que permet l'anonymat d'Internet. Oui, il y a des hommes qui se comportent mal, oui le viol est un crime, mais non, les hommes ne sont pas tous des porcs !!! On dénonce une carence d'éducation. Qui éduque en France ? à 100% chez les 'nounous', dans les crèches et les maternelles : des femmes. A 85 ou 90% dans les écoles primaires : des femmes. A 60 ou 70% dans les collèges : des femmes. De façon majoritaire dans les lycées : des femmes. Qui s'approprie à 100% la petite enfance : les mères. Qui est majoritaire dans les professions de justice, dans les service sociaux, dans les professions médicales ? les femmes. A qui les féministes s'adressent elles quand elles 'exigent' une évolution de l'éducation des enfants et des jeunes ? aux hommes probablement, car les femmes ont échoué.

  • Par Raymond75 - 26/11/2017 - 09:47 - Signaler un abus Violence féminine

    Partisan de l'égalité des 'genres', il est temps d 'aborder, aussi, la violence féminine, sujet tabou dans notre société du chacun pour soi : https://fr.wikipedia.org/wiki/Violence_f%C3%A9minine

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€