Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 13 Novembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

JO 2024 oui, Exposition universelle 2025 non. Comment expliquer ce bien mauvais choix du gouvernement ?

Edouard Philippe a pris la décision de retirer la candidature tricolore pourtant déposée par l’Etat en septembre avec le soutien d’Emmanuel Macron. Un choix qui fait débat... et qui s'inscrit dans une longue litanie des renoncements français.

Hasardeux

Publié le
JO 2024 oui, Exposition universelle 2025 non. Comment expliquer ce bien mauvais choix du gouvernement ?

Atlantico : Edouard Philippe a pu annoncer le retrait de la candidature française à l'Exposition Universelle de 2025 : "J'ai décidé de ne pas donner suite à la candidature de la France à l'exposition universelle, qui sera retirée", tout en pointant les "faiblesses structurelles" du dossier et en les liant à la problématique posée par le "redressement de nos finances publiques", et ce, alors que le projet ne reposait pas sur des financements publics. Comment interpréter ce retrait français alors que la France organisera les Jeux Olympiques de 2024 ?

Que révèle cet arbitrage ?

Edouard Husson : Il y a un précédent. En juillet 1983, le gouvernement avait annoncé que la France renonçait à accueillir l’exposition universelle de 1989. A l’époque, il y avait deux facteurs: d’une part Jacques Chirac, s’ébrouant comme toujours dans la petite politique, avait décidé d’embêter Mitterrand, président de la République, et mis son veto à l’organisation de l’Exposition dans Paris. Une proposition de transfert du projet à Marne-la-Vallée échoua cependant du fait d’un deuxième veto, celui de Bercy: la France avait pris le tournant de la « rigueur » au nom de la stabilisation du franc et de l’alignement sur l’Allemagne. Jacques Delors s’était chargé d’enterrer le projet. Un air de déjà-vu. L’émotion et la réprobation, à l’époque, avaient été très semblables à ce que nous observons aujourd’hui. En ce qui concerne le projet d’exposition de 2025, il est évident que l’argument des « faiblesses structurelles » du dossier ne tient pas: qui veut noyer son chien l’accuse de la rage. Il tient d’autant moins que le projet de 2018, à la différence de celui de 1983, a été pensé en pouvant se passer de l’argent public. Il s’appuyait, bien entendu, sur un grand projet national, le développement du plateau de Saclay et de son université. Pour cela, il fallait que les nouveaux moyens de transport soient en place. Mais les finances publiques ne permettent pas d’avoir fini à temps. Un exemple de plus dans la longue litanie des renoncements français depuis que le pays a tourné le dos au pragmatisme monétaire anglo-saxon pour adopter le dogmatisme allemand.

Le député En Marche, Cedric Villani s'était engagé dans ce projet en indiquant notamment que le choix du site du pôle scientifique de Saclay "symbolise les deux faces du projet basé sur le savoir et la préservation de notre planète, si fragile". Au regard de ces arguments, ne peut-on pas considérer que ce choix va en contradiction avec les "valeurs" que souhaite porter Emmanuel Macron, et ce, alors même que le Président s'était engagé lui-même sur ce projet ? 

C’est l’un des aspects les plus terribles de cette démission des pouvoirs publics. Nicolas Sarkozy a lancé, en 2009, l’un des plus beaux chantiers nationaux: l’organisation et le développement des forces de recherche, d’enseignement et d’innovation sur le plateau de Saclay. Le pays a les moyens de faire émerger une université qui se situe dans les vingt meilleures du monde à cet endroit. 5 milliards ont déjà été investis. L’université en formation est en train de se battre pour obtenir définitivement le label « initiative d’excellence » décerné par un jury international. Notre pays a les moyens de faire la course en tête dans l’économie de la connaissance et de la créativité. Et Cédric Villani, élu député du Plateau de Saclay, portait cet espoir multiple. Alors, oui, il y a un décalage énorme entre l’ambition affichée, de faire du pays un géant de l’industrie 4.0 et la soumission, finalement, à une politique monétaire, budgétaire, qui relève du XXè siècle, qui est à contresens de l’histoire. La Chine a fait de l’Exposition de Shanghai un énorme tremplin. On nous ramène la fréquentation décevante de l’Exposition Universelle de Milan, en 2015; mais les retombées positives ont été considérables: alors qu’elle est elle-même asphyxiée par l’absurde politique monétaire à laquelle une partie de l’Europe se soumet, l’Italie a puisé dans l’exposition, une nouvelle énergie: l’événement est contemporain du grand mouvement de relocalisation que connaissent la Lombardie et le Piémont. On avance aussi le fait que les expositions universelles sont d’une autre époque, qu’il faut miser aujourd’hui sur des événements récurrents et spécialisés comme le CES de Las Vegas. Je constate surtout qu’on renonce à l’Exposition Universelle mais non aux Jeux Olympiques, gabegie financière, mise en scène du dopage universalisé et version moderne du « panem et circenses ».

Quels sont les secteurs qui avaient le plus à espérer d'un tel projet ? A quoi renonce la France en renonçant à l'exposition universelle ? 

Nous sommes au début d’un grand mouvement de relocalisation de l’industrie, j’y faisais allusion à propos de l’Italie du Nord. Mais c’est un mouvement que la France connaît aussi depuis quelques années. Plus on avance dans la troisième révolution industrielle, plus le processus de fabrication est automatisé mais plus il dépend, aussi, de la valeur ajoutée en amont (conception complexe) et en aval (suivi de clientèles de plus en plus précisément ciblées); l’intérêt d’une entreprise est de regrouper l’ensemble de ses activités dans un espace territorial resserré, pour pouvoir tenir les deux bouts de la chaîne et s’adapter rapidement, grâce à une main d’oeuvre hautement qualifiée. La France avait l’occasion de montrer son savoir-faire; de mettre en valeur ses capacités d’innovation, de faire connaître ses start-ups mais aussi la mutation de ses grandes entreprises installées sur le plateau de Saclay ou ailleurs sur le territoire. L’innovation mondiale vit de mythes mobilisateurs, dont la Silicon Valley est le plus célèbre. Eh bien, nous avions l’occasion de faire connaître universellement Saclay. Les retombées auraient été immenses et durables. Non! L’argumentation avancée pour tuer le projet d’exposition ne tient pas une minute. Elle est celle d’un pays qui renonce. La République a porté, au XIXè et au XXè siècle une grande ambition scientifique. L’abandon de la science et de l’innovation est un mauvais coup porté au rayonnement de la France.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par hermet - 23/01/2018 - 09:38 - Signaler un abus ridicule

    L'argumentaire du gouvernement ne tient pas, quand on organise les JO qui sont autrement plus couteux et inutile, à choisir il n'y a pas photo, en plus l'exposition universelle elle ne dure pas que 3 semaines... du gaspillage d'argent publique en pure perte ces JO, au passage plus personne n'en veut il doit y avoir une raison !

  • Par vangog - 23/01/2018 - 10:24 - Signaler un abus Oui, parfaitement d’accord avec Husson!

    Par idéologie gauchiste, et pour promouvoir la future candidature présidentielle d’Hidalgomygode, « candidate des diversités », la France macroniste a encore fait le mauvais choix...decidemment, ça fait beaucoup d’erreurs pour les socialauds masqués, alors que Donald, la Chine, l’Allemagne font un sans fautes économiques...

  • Par Bobby Watson - 23/01/2018 - 14:58 - Signaler un abus Inculture

    Ce choix stupide de privilégier les JO, spectacle dispendieux qui va enrichir les multinationales qui gravitent autour du sport, aux dépens du rayonnement technologique de notre pays, révèle les ressorts profonds du macronisme: l'apparence avant la réalité, l’image plutôt que les intérêts vitaux de notre économie. En fait , une inculture crasse.

  • Par ajm - 23/01/2018 - 22:11 - Signaler un abus Choix qui illustre notre abaissement national.

    Il fallait choisir entre le spectacle pour les ploucs ( je reconnais que c'est très réducteur et que le sport dans son ambition olympique originelle a sa grandeur) et une ambition pour la France. Dans la France de maintenant et de la communication facile, la priorité n'est clairement pas la France de Marie Curie ou de Pasteur dont, d'ailleurs, la grande bêtise ambiante renie l'héritage avec la peur ridicule et criminelle des vaccins.

  • Par Anouman - 23/01/2018 - 22:37 - Signaler un abus Universel?

    Macron a du se dire que ça allait coûter assez cher les JO (mais il a du aussi se dire que son électorat y était favorable ou qu'il allait séduire un autre électorat) et qu'il n'était pas nécessaire d'en rajouter. On pourrait dire que ce n'est pas idiot. Mais s'il n'était pas idiot il n'y aurait ni l'un ni l'autre, sauf à ce que ce soient des projets entièrement autofinancés par le privé et sans aucune mise de fond publique. Mais je rêve...pas en France.

  • Par padam - 24/01/2018 - 11:28 - Signaler un abus décision "logique"

    Qu'est-ce qui est le plus payant pour 2022? Les JO ou une exposition universelle dont les banlieues n'ont que faire...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Edouard Husson

Edouard Husson est spécialiste d’histoire politique contemporaine, en particulier de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne. Il est professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (Université de Cergy-Pontoise). Il a été membre du cabinet de Valérie Pécresse, avant d’être vice-chancelier des universités de Paris puis directeur général d’ESCP Europe et, enfin, vice-président de l’université Paris Sciences et Lettres. Il est membre du conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€