Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Jeux vidéo : ces héros qui durent… et ceux qu’on a déjà oubliés

"Sonic Generations", "The Legend of Zelda : Skyward Sword", et plus récemment "Mario Kart 7" : trois jeux vidéo sortis récemment, avec trois héros historiques. Mais comment font-ils pour durer ?

Same player, shoot again

Publié le
Jeux vidéo : ces héros qui durent… et ceux qu’on a déjà oubliés

Ces héros qui résistent au temps... Crédit Flickr/schrierc

Les sorties successives de Sonic Generations, de The Legend of Zelda : Skyward Sword, et plus récemment de Mario Kart 7 démontrent indéniablement la longévité de certains héros de jeux vidéo. Et pourtant, si certains héros tels que Mario et Sonic traversent les époques, on ne peut s’empêcher de constater que certains ont fini par être définitivement relégués aux oubliettes.

 

Ces héros qui résistent au temps : Mario, Sonic et Zelda

 

Comment expliquer le succès intarissable de ce petit plombier moustachu, mascotte incontournable du géant nippon Nintendo depuis déjà 30 ans ?

Ce qu’il faut dire, c’est que Mario est l'un des rares héros de plate-forme à être aussi polyvalent. On le voit ainsi concourir à des courses de karting, pratiquer le golf, endosser le rôle de maître de cérémonie dans un jeu de tennis, etc. Mario évolue également dans un monde imaginaire très riche. Son frère Luigi, la princesse Peach qu’il doit souvent délivrer des griffes de Browser, son rival Wario et les nombreux ennemis rencontrés tels que les Koopas ou les Goombas participent au succès de Mario. A cela, il faut ajouter aussi un gameplay original et simple qui permet d’entrer facilement dans le jeu.

 

Il en va de même pour Sonic, le hérisson bleu, mascotte de Sega depuis 1991. Tout comme Mario, Sonic est entouré d’alliés, Tails ou encore Knuckles, et doit combattre à chaque niveau son ennemi juré, le docteur Robotnick. Il peut également se transformer, mais à la différence de Mario, Sonic possède la capacité de courir à la vitesse du son, soit 1224 km/h. Ceci offre un gameplay tout à fait inédit dans l’histoire du jeu vidéo et rend Sonic particulièrement attrayant.

 

L’univers de Zelda perpétue quant à lui l’imaginaire chevaleresque tant célébré par les romans arthuriens. Link, le personnage principal, répète en effet le geste héroïque de Saint-Georges tuant le dragon. Il est ce héros solaire, ce chevalier armé de son épée qui traduit symboliquement le « geste diaïrétique » éradiquant monstres et ténèbres (Gilbert Durand).

 

 

Ces héros du passé : Pac-Man, Alex Kidd et les autres

 

Ils ont connu la gloire et sont devenus des légendes. Alors que certains restent néanmoins immortalisés dans les musées du jeu vidéo, d’autres ont été complètement oubliés. Pac-Man demeure le premier héros de l’histoire du jeu vidéo. Crée par Namco, le jeu consiste à incarner un personnage en forme de camembert tout coloré de jaune et à évoluer dans un labyrinthe tout en ramassant des pac-gommes et en évitant d’être touché par des fantômes. Certaines pac-gommes spéciales rendent les fantômes vulnérables et permettent à Pac-Man de les engloutir pendant un court laps de temps. Le jeu est sorti en 1979 dans les salles d’arcade au Japon et à remporter tout de suite un grand succès. Pac-Man reste effectivement l’un des jeux les plus connus au monde et fût même adapté en dessin animé dans les années 80. De nouvelles versions du jeu sont encore aujourd’hui créées pour le plus grand plaisir des fans.


Si Pac-Man demeure un symbole dans l’histoire du jeu vidéo, il n’en va pas de même pour d’autres moins chanceux. C’est le cas d’Alex Kidd qui fut la première mascotte de Sega et qui a vite laissé sa place à Sonic. Néanmoins cinq jeux se succèderont entre 1986 et 1990. Le joueur devait y incarner un petit garçon au look très nippon mais l’aspect trop enfantin et ciblé du personnage a certainement poussé Sega à créer à un héros plus universel.

 

Captain Commando, première mascotte de Capcom, connût également le même sort qu’Alex Kidd. Sortie en 1985 dans les salles d’arcade, le jeu Section Z permettait d’incarner Captain Commando, une sorte de super flic futuriste. Capcom délaissera pourtant Captain Commando pour des personnages plus convaincants comme Megaman ou Ken et Ryu, les héros de Street Fighter.

 

Les héros sont éternels

 

Finalement, la durée de vie d’un héros de jeu vidéo, comme celle d’un simple mortel, est assez variable à la différence près que le héros peut se métamorphoser, mourir et puis renaître. Gilbert Durand et Mircea Eliade n’ont pas manqué de souligner la perdurance des mythes dans nos sociétés contemporaines. Depuis des millénaires, mythes et héros habitent l’esprit de l’homo sapiens, et c’est précisément grâce à ses rêveries qu’il est parvenu à survivre jusqu’ici. De fait, il n’y a réellement de "mythes nouveaux" pour Gilbert Durand que dans la mesure où ils ne cessent de se relayer les uns les autres depuis toujours. C’est en ce sens que l’anthropologue américain Joseph Campbell nous dit que les "héros sont éternels". Car si les héros meurent, ils finissent toujours par renaître sous de nouvelles formes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Spirale - 05/12/2011 - 18:27 - Signaler un abus L'irréel dans le réel

    Merci de contribuer à faire connaître la pensée de l'imaginaire.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Frédéric Vincent

Frédéric Vincent est philosophe, docteur en sociologie, chercheur au CeaQ (Centre d’Etudes sur l’Actuel et le Quotidien) à l’Université Paris V René Descartes.

 

En 2009, il a reçu le prix littéraire de l’Institut Maçonnique de France dans la catégorie essais-symbolisme pour son ouvrage Le voyage initiatique du corps aux éditions Detrad.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€