Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les jeux de société font leur grand retour. Et voilà ceux que vous devriez essayer pendant les vacances de février

Comeback

Publié le
Les jeux de société font leur grand retour. Et voilà ceux que vous devriez essayer pendant les vacances de février

Atlantico : Le jeu de société revient en force aujourd'hui : comment expliquez-vous cette bonne santé ? Qui sont les adeptes du jeu de société aujourd'hui ? Des enfants ?

Nadine Seul : Notre festival des jeux, à Cannes, qui se tient sur 30.000 mètres carrés au cœur du Palais des Festivals et des Congrès est là pour démontrer que le jeu de société s'adresse à tous les publics, à toutes les tranches d'âge, à toutes les catégories socio-professionnelles. Au fil des ans, on voit une clientèle de plus en plus large, diverse et nombreuse venir découvrir nos nouveaux jeux. Ce n'est donc plus réservé aux enfants. Et je crois, contrairement à ce que beaucoup pensent, que le jeu-vidéo y est un peu pour quelque chose.

Car au départ de ce qui allait devenir la première "industrie culturelle", on a beaucoup craint pour le jeu de société.

En fait, le jeu-vidéo a vraiment contribué à la déculpabilisation des loisirs avec l'arrivée d'une génération d'adultes pour lesquels le jeu est une culture à part entière et donc qui aujourd'hui se tourne aussi bien vers les jeux-vidéo que les jeux de société. Les ados qui, à la fin des années 1980-90 ont commencé à jouer aux jeux-vidéo considèrent le jeu comme quelque chose de tout à fait naturel. Ils sont devenus adultes, souvent des parents et donc transmettent cette passion à leurs enfants, à leurs environnements, à leurs amis. C'est pour cela, je pense, que nous avons de plus en plus d'adultes joueurs. Le jeu-vidéo a contribué au développement de cette culture ludique en général.

Ensuite, il faut mettre en avant le travail des éditeurs, des auteurs et des dessinateurs. On a vu une génération d'éditeurs qui sont arrivés sur le marché dès les années 1990 avec Gigamic ou Asmodee par exemple, et qui maintenant sont tous des success stories. D'autres les ont suivis, de jeunes éditeurs passionnés qui ont abordé ce métier parce qu'au début ils étaient avant tout des amateurs de jeu.  Ils faisaient donc souvent de leur passion leur métier. Ils ont beaucoup travaillé, notamment sur l'écriture des règles, sur la présentation des jeux, pour que les règles soient moins rébarbatives. Ils ont beaucoup travaillé sur la qualité, le packaging, ont travaillé avec des illustrateurs, et nous avons la chance d'avoir en France de très bons illustrateurs. Nous mettons une quinzaine d'entre eux en avant lors du Festival dans une exposition de leurs œuvres. C'est un bon moyen de se rendre compte de la richesse de ce milieu chez nous.

Ont émergé aussi des auteurs, de plus en plus nombreux. Bien sûr, il y a des stars, comme Bruno Cathala (Queendomino), Antoine Bauza (7 Wonders), mais aussi bien d'autres.

Le monde du jeu de société a donc connu une forte émulation créatrice ces dernières années ?

Exactement. Et on a vu apparaître des jeux très accessibles, qui facilitent la démocratisation, pratiques à déplacer et à des prix modiques. Le public s'est élargi. On a donc d'un côté des jeux aux règles simples qui demandent peu de matériel, des parties rapides, comme ceux de Cocktail Games. De l'autre, il existe des jeux plus complexes, aux parties longues et au matériel abondant.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nadine Seul

Nadine Seul est Commissaire du Festival international des jeux de Cannes, organisé par la Direction de l'Événementiel du Palais des Festivals et des Congrès de la Ville de Cannes.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€