Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 30 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Jérôme Chartier : "La force de François Fillon est d'expliquer comment il sera en mesure de faire ce qu'il propose"

Le député du Val-d'Oise, Jérôme Chartier a quitté lundi son poste de maire de Domont pour s'attacher à sa nouvelle fonction de premier vice-président du conseil régional d'Ile-de-France. Fidèle filloniste, il défend avec convictions le projet du candidat aux primaires des Républicains.

Cap sur les primaires

Publié le
Jérôme Chartier : "La force de François Fillon est d'expliquer comment il sera en mesure de faire ce qu'il propose"

Atlantico : Dans son interview accordée au Point, François Fillon, que vous soutenez dans le cadre des primaires des Républicains, dit : "Je reste le seul à offrir une vraie rupture avec un projet complet de transformation de mon pays autour d'un concept puissant qui est la liberté. Les Français auront le choix. Alain Juppé propose une stratégie de rassemblement sans rupture." Alain Juppé parle de réforme, François Fillon parle de rupture : quelle est la différence ?

Jérôme Chartier : La différence majeure entre François Fillon et tous les autres candidats à la primaire est incontestablement sa détermination à transformer profondément la France. Depuis 30 ans, toutes les majorités ont esquivé les réformes vraiment nécessaires et ont entrainé à des degrés divers la France sur la pente du déclin. François Fillon a souvent su poser avant les autres le juste diagnostic et a tiré depuis 3 ans les enseignements des insuffisances et des erreurs passées pour construire au contact des Français un projet inédit de transformation complet de la France autour de l’idée de liberté.

Évolutionnaire par ses solutions, évolutionnaire par la méthode, évolutionnaire par le concept de liberté, la démarche de François Fillon l'est aussi par sa détermination avec un mot qui la symbolise : FAIRE. Si je devais d'ailleurs caractériser François Fillon aujourd’hui à travers trois substantifs, je dirais : lucidité, liberté, volonté, celle de "faire" bien entendu. Enfin, l'incontestable succès du livre de François - 100 000 tirages déjà dépassés - comme sa position de deuxième personnalité préférée des sympathisants de la droite et du centre confirmée par toutes les enquêtes d'opinion montrent qu'il est plus que jamais dans la course et dispose en plus de l'avantage de la position du challenger.    

Qu'est-ce qui fait penser à Fillon que la France et les Français ont besoin de rupture plus que de la vision de Juppé, proche de celle de Chirac qui pensait qu'il ne fallait pas brusquer la France ? Les tensions sont-elles si fortes qu'il est nécessaire pour le Français d'aller à la rupture ?

Le terme de rupture parle effectivement aux Français puisqu'il a été régulièrement utilisé dans le vocabulaire politique et démontre l'envie d'un changement profond qui est nécessaire si on a de l'ambition pour la France. Mais je ne veux pas m'enfermer avec ce mot. Avec Valérie Pécresse qui vient d'emporter la Région Ile-de-France, nous avons parlé d'un projet fait de "solutions radicales" parce que nous avions perçu l'attente forte pour du "vrai" et du "concret". C'est ce projet construit pour aboutir à des solutions travaillées et immédiatement opérationnelles qui a porté sa victoire, associé bien sur à la personnalité de Valérie faite d'une capacité de travail hors-norme, d'intelligence et d'empathie. Le projet a été omniprésent pendant toute la campagne et les premières décisions que Valérie Pécresse a prises comme présidente y font directement référence. C'est la crédibilité du politique qui est de retour avec cette façon de faire qui respecte les français - en l'occurence les franciliens. Dans ce que François Fillon propose aux français depuis trois ans, je ressens cette construction de propositions qui allie le travail, l'originalité et si je puis dire "l'opérationnalité" et vous me pardonnerez ce néologisme que je risque néanmoins de beaucoup prononcer cette année. Les Français ne se contentent plus de promesses. Ils veulent des solutions originales dont ils ressentent qu'elles seront réellement, vraiment mises en oeuvre. En cela, il s'agit bien d'une rupture complète avec le passé. Et pour satisfaire cette attente nouvelle, François Fillon présente des propositions travaillées de façon différente et qui intègrent la dimension du "comment". Autrement dit, la façon dont il procédera pour faire lorsqu'il sera aux responsabilités, est désormais omniprésente dans son argumentation. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Jean-Benoist - 10/01/2016 - 11:09 - Signaler un abus Bonne analyse

    Et bonnes idées mais il faudrait un savant cocktail fillon sarko wauquiez pour appliquer les reformes

  • Par Deudeuche - 10/01/2016 - 11:10 - Signaler un abus proposer pas grand chose

    permet de réaliser son programme

  • Par zouk - 10/01/2016 - 11:25 - Signaler un abus Fr. Fillon

    Le seul à avoir publié un livre, Faire, détaillant un programme courageux, équilibré et complet non seulement de réformes, mais de redressement. Oui, Sarkozy l'avait promis, il n'a même pas tenté de le faire. Oui, Fr. Fillon était son Premier Ministre, mais notre système institutionnel est tel que le Premier Ministre ne peut presque rien faire de sa propre initiative: regardez M. Valls aujourd'hui dans sa relation avec le Président alors que RIEN n'a été changé au système institutionnel.

  • Par Borgowrio - 10/01/2016 - 11:27 - Signaler un abus Bras de fer , comme la dame du même nom

    C'est sur , la droite sait très bien ce qu'il "faut " faire , le vrai problème est, comment ... ... sans que tous les privilégiés du système descendent dans la rue pour défendre leur rente de situation . Et paralysent la France sans vergogne . Juppé , droit dans ses bottes en a fait l'amer expérience . Fillon une Margaret Tatcher ? pourquoi pas

  • Par Gilly - 10/01/2016 - 11:49 - Signaler un abus @ zouk

    Bridé, le Fillon ? Mais il n'a pourtant pas laissé sa place... C'est tout Fillon ! Pourquoi ne s'est-il pas présenté aux législatives dans la Sarthe en 2012 ? Parce qu'il savait qu'il allait perdre ,... Pourquoi s'est-il présenté contre Coppé en 2012 ? Parce que les sondages le disait gagnant dans un fauteuil... Pourquoi ne s'est-il pas présenté à la Présidence de l'UMP contre Sarkozy en 2014 ? Parce qu'il savait qu'il allait perdre... Fillon a des convictions seulement lorsqu'il est sûr de gagner, et là, il compte sur la justice pour empêcher Sarkozy de se présenter.... Il reste en embuscade, propose un programme qu'il faut payer pour lire, se tient en retrait du Parti mais compte sur les voix des adhérents...... Sans moi même si Sarkozy renonce.

  • Par J'accuse - 10/01/2016 - 13:30 - Signaler un abus OK Corral

    Certes on apprend de ses échecs, mais le problème est que justement Fillon n'a reconnu aucun échec personnel, et a tout mis sur le dos de Sarkozy. Malheureusement, les Primaires ne sont pas faites pour permettre un choix, mais pour éliminer des rivaux dans un grand règlement de comptes. L'UMP est morte parce que l'union dans le parti est morte avec la défaite de son leader, et LR n'est qu'une appellation aussi mensongère que prétentieuse, aussi arrogante qu'imméritée: la Ve ne méritait pas ça de ses héritiers. Quand on a besoin d'expliquer quelque chose, c'est foutu : il faut que ça se voit tout seul, et devoir s'échiner à expliquer que Fillon est le plus crédible ne changera rien.

  • Par von straffenberg - 10/01/2016 - 15:10 - Signaler un abus La vraie différence

    Ce qui différencie Fillon Juppé c'est que le second mais sa personnalité en avant bien avant son programme ,alors que notre ancien premier ministre place le destin de la France avant tout . C'est une différence primordiale ,il nous faut une personnalité qui rompe avec la politique du passé et non un homme de compromis .Ceux qui tirent à boulets rouge F Fillon ne doivent pas oublier que notre constitution fait du premier ministre l'homme de main du président avec sous jacent un risque de désaccord profond avec le chef de l'exécutif et une forme de "dictature" républicaine installée. Manuel Valls doit en savoir quelque chose .

  • Par von straffenberg - 10/01/2016 - 17:32 - Signaler un abus rectification

    J'ai honte....il faut lire met sa personnalité

  • Par Orchidee31 - 10/01/2016 - 18:33 - Signaler un abus D'accord avec Gilly

    Tout est dit - Fillon comme Juppe n'ont aucun courage (pour rester polie) Sinon j'aurais dit autre chose....

  • Par patamoto - 11/01/2016 - 18:38 - Signaler un abus "Pour réussir il faut d'abord

    "Pour réussir il faut d'abord avoir connu l'échec" nous dit Mr Chartier mais dans d'autres corps de métiers si l'on commet autant d'erreurs on ne retrouve plus de boulot et on laisse la place à d'autres!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Chartier

Jérôme Chartier est un homme politique français, actuel maire de Domont et député de la 7ème circonscription du Val d'Oise.

Il est notamment l'auteur d'un rapport sur la convergence fiscale franco-allemande.

 

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€