Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Jean-François Copé : “La priorité pour moi est la lutte contre le communautarisme islamiste, qui prend en otage des millions de nos compatriotes, qu'ils soient de confession musulmane ou non”

Avec le dépôt récent des 250 signatures d'élus LR, le Maire de Meaux se rapproche de la candidature à la primaire de la droite. Selon lui, peu importe l'écart de voix qu'il y aura au second tour : le duel qui l'opposait à François Fillon en 2012 devra servir comme une jurisprudence afin que tous les candidats se rangent derrière le vainqueur.

Grand entretien

Publié le - Mis à jour le 29 Juillet 2016
Info Atlantico
Jean-François Copé : “La priorité pour moi est la lutte contre le communautarisme islamiste, qui prend en otage des millions de nos compatriotes, qu'ils soient de confession musulmane ou non”

Atlantico : Lors de son discours d'investiture, Donald Trump a axé sa candidature sur le rétablissement de l'ordre public, avec un retour à la sécurité alors que les Etats-Unis ont vécu plusieurs fusillades dans un contexte de tensions communautaires. En Europe aussi, le respect de l'autorité des Etats est un sujet important dans les opinions. A partir de quand l'Occident a-t-il pu cesser de maintenir l'ordre public, que ce soit réel ou ressenti ? A quoi cela est-il dû ?

Jean-François Copé : La thèse que je défends depuis des années et que j'ai exprimée dans mon livre Le sursaut français est la suivante : pendant des décennies, et spécialement la dernière, ceux qui ont gouverné la France n'ont pas vu ou pas voulu voir que le monde était en train de changer et qu’il nous fallait entrer dans le XXIème siècle.

Nos gouvernements successifs se sont montrés hyper interventionnistes sur les questions économiques, augmentant sans cesse les taxes, les charges, ou encore la masse de réglementations. Et, dans le même temps, nos gouvernants, de gauche comme de droite, ont fait le choix de se retirer des fonctions régaliennes, de sécurité, de justice et d'autorité, conduisant à ce que l’Etat se désinvestisse de ce qui est sa raison d’être. Un chiffre l’illustre de manière brutale et cruelle : la part des dépenses sociales représente 33% du PIB alors que les dépenses de sécurité s’élèvent à peine à 3% du PIB. Et pour des résultats extrêmement médiocres dans les deux domaines. Il faut inverser le cours des choses.

Il est absolument capital de réduire de manière assumée l'interventionnisme de l’État dans l'économie pour lui permettre de se recentrer vers ce qui n’aurait jamais du cesser d’être son cœur de métier : la sécurité, la justice et, de manière générale, l'autorité publique. C'est le projet que je porte dans le cadre de la campagne de la primaire et celui que je mettrai en œuvre si je suis élu président de la République. Le projet d’une droite que j’ai appelée la droite décomplexée : une droite qui n’est ni excessive, ni extrémiste, mais une droite qui a des valeurs, comme la liberté économique ou la famille, et qui en est fière. Et surtout une droite qui propose une méthode et qui s’engage à ne pas avoir la main qui tremble quand elle doit décider. Car ce que les Français reprochent à juste titre à leurs gouvernements, aujourd’hui comme hier, c’est d’avoir reculé sur les réformes essentielles.

Vous souhaitez diminuer les dépenses sociales. Pourtant, la fracture entre gagnants et perdants de la mondialisation semble façonner de plus en plus la vie politique. Comment faire tenir la cohésion de la société dans ce contexte ?

Ma vision n'a rien de libérale : on est bien loin du libéralisme lorsque l'on a 56% de dépenses publiques, 47% de prélèvement obligatoires sur le PIB... Mais surtout, je pense que la question n’est pas là. Ce qui compte pour moi ce n'est pas de rattacher le projet économique que je porte à tel ou tel courant idéologique, mais d'avoir des résultats. Le procès qui est fait à nos gouvernants est un procès en absence de résultat. C'est ce qui explique que beaucoup de nos compatriotes votent pour le Front national. Depuis des années ils constatent qu'il y a une hausse du chômage, une hausse des déficits en même temps que des hausses d'impôts et une hausse de la délinquance et de l'insécurité. Comment voulez-vous qu'ils soient satisfaits de leurs gouvernants ? 

Nous en sommes arrivés là parce que nous avons une méthode de gouvernement dépassée, obsolète. On cherche à réformer le pays par la voie législative, qui en moyenne demande 18 mois de débats et procédure par texte, alors qu'il faut quelques secondes à peine pour faire un tweet... Et alors surtout que nous devons procéder à des changements profonds tout de suite. On s'est trompé de siècle ! Mon projet est de changer radicalement cette méthode de gouvernement, en recourant aux ordonnances pour adopter dès les premières semaines du quinquennat les 15 décisions que la gauche n'a pas prises et pour lesquelles, hélas, la droite a elle aussi reculé lorsqu’elle était au pouvoir. 

En parallèle, la France est menacée d'après plusieurs sources, dont les résultats d'une enquête parlementaire, par une guerre civile. Quelle est votre lecture de cette situation ? Comment aborder la question de l'intégration sans rajouter de l'huile sur le feu par exemple ?

Ne nous trompons pas de combat : qu'il faille être ferme, c'est une évidence, mais la priorité pour moi est la lutte contre le communautarisme islamiste, qui prend en otage des millions de nos compatriotes, qu'ils soient de confession musulmane ou non. 

Pour moi, la feuille de route est claire : il est indispensable d'organiser le culte musulman qui est le seul culte monothéiste à ne pas l'avoir été en 1905. Là encore, il faut le faire par ordonnance pour se donner les moyens d’agir rapidement. Cette ordonnance posera des règles très claires. Par exemple, l’obligation pour les imams d’obtenir un diplôme de laïcité délivré par les universités et de parler correctement français. De même, l'interdiction du voile dans tous les établissements publics, qui est absolument nécessaire, ou encore, la transparence complète du financement de ce culte via une fondation. Il faut aussi, par exemple, introduire dans le code du travail le principe selon lequel le chef d’entreprise peut empêcher par le règlement intérieur toute dérive communautariste dans l’entreprise. C'est en ce sens que j'ai fait supprimer le fameux article 6 de la loi El Khomri, qui permettait aux salariés d’imposer des revendications en lien avec leur culte. Enfin, il est grand temps pour notre pays d’introduire dans le code pénal un article permettant de sanctionner les propos islamistes radicaux.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par quesako - 24/07/2016 - 13:06 - Signaler un abus OK, c'est Copé ! mais son approche est intéressante

    A vrai dire je suis d'accord avec ce qu'il propose, notamment les ordonnances car les référendums seront a priori tous perdus quelque soit la question ("êtes vous d'accord que la couleur du cheval blanc d' Henri IV était blanche" - réponse majoritaire : NON ! - mais qu'elle était la question ???). Tout ça va lui permettre de négocier pour le 2ème tour de la primaire.

  • Par Marie-E - 24/07/2016 - 14:12 - Signaler un abus et bien moi

    j'aime bien ce discours. Evidemment c'est un politique mais les autres n'ont pas le courage de parler ainsi. Autant lui laisser une chance de faire ce qu'il dit plutôt que de croire aux fantômes du passé qui ne savent dire que pas d'amalgame. Ce qui est vrai mais qui les empêche de prendre une seule décision. Qu'il ait le plus de voix possible pour peser sur la politique française

  • Par vangog - 24/07/2016 - 14:32 - Signaler un abus Quel interventionnisme de l'état en manière économique?

    Comment réduire un interventionnisme qui n'existe pas? L'interventionnisme, depuis quarante ans, est social ( 33% du budget étatique y est consacré) et il aboutit à des résultats catastrophiques: 6 millions de chômeurs, 9 millions de Français sous le seuil de pauvreté, car il est conduit par des incompétents. Il suffit de voir comment Xavier Bertrand a conduit la réforme du RSA ou de pôle-emploi pour s'en rendre compte...idem pour Christian Estrosi, qui avait fortement endetté sa ville et la communauté urbaine de Nice (sans même évoquer son rôle dans l'islamisation de Nice...), avant d'être réélu triomphalement! tant que les Français voteront pour ceux que les médias leurs désignent, ils choisiront les verges pour se faire battre...si ils choisissent le FN, ils comprendront enfin ce que signifie "efficacité sociale", basée essentiellement sur la préférence nationale! C'est alors que ces 33% de prélèvements serviront vraiment à quelque chose. Et l'état pourra dégager des budgets pour réaliser un grand plan industriel, afin de reindustrialiser la France, ce qui semble faire très peur à Copé...

  • Par Wortstein - 24/07/2016 - 19:42 - Signaler un abus assez d'accord avec Coppé

    sur les transpositions incomplètes ou dénaturées des directives européennes par les gouvernements français. Ou même les agissements scandaleux du "gouvernement profond"(hauts fonctionnaires, frères 3 points) pour les rendre caduques. Exemple: la modification in extremis en 2005 du statut des caisses de sécu pour faire disparaitre leur nature d mutuelle et mettre en échec les directives européenne de 92 permettant la mise en concurrence et la libéralisation des mutuelles travaillant pour la sécu. Il me semble que c'était Xavier Bertrand (encore lui!) qui au nom de la modernisation a fait ce toilettage dont on imagine bien qu'il a été téléguidé par tous les acteurs qui mangent à ce fromage de 600 milliards d'euros. La soupe est trop bonne pour que les prix baissent... Je suis aussi d'accord sur le reste finalement. Copé est intéressant et va plus loin que tous les autres.

  • Par lafronde - 25/07/2016 - 09:59 - Signaler un abus Rentes politiques

    J.F. Copé dénonce à juste titre un Etat social qui a bouffé l'Etat régalien. Je rappelle qu'il a aussi saigné l'économie marchande, la seule qui apporte des richesses. Cette fuite en avant du déficit et de la dette est le résultat d'une dérive budgétaire remontant à 1981 et d'une dérive des prélèvements obligatoires remontant à 1974 ! Comme chaque enfant les peuples font des expériences (le socialisme en 1981). La raison pour laquelle la République française ne revient jamais en arrière après une "avancée" des "droits" sociaux ou sociétaux est la rente électorale qu'offre le politiquement correct. Si nous n'avions que la presse militante de Gauche à combattre, le peuple français se serait libéré du socialisme depuis longtemps. Mais la Presse d'Etat voit ses dirigeants nommé par une institution partisane le CSA, cache-sexe du P.R. De plus la Presse privée est aux mains de grands groupes industriels ou de services qui sont en affaires avec le Gouvernement. (armement, ports de la france-afrique, licence téléphonie mobile, fréquence TV) Vous même Mr Copé venez sur Atlantico, car le militant de Droite a déserté la presse mainstream, devenue la Presse menteuse, comme en Allemagne.

  • Par lafronde - 25/07/2016 - 10:34 - Signaler un abus Rente électorale

    Alors Ministre du Budget de Chirac, Président de la Chambre sous Sarkozy, JF Copé devrait être en mesure de démonter les avancées que permettait une décennie UMP au pouvoir. J'attendais une avancée vers la Liberté. Liberté d'entreprendre, liberté sociale (libre choix de sa prévoyance) garantir le pluralisme de la Presse, liberté scolaire, liberté politique (y compris sur le sujet immigration), Sûreté accrue, exécution des décisions de justice pour les criminels, parc pénitenciaire adapté à la croissance de la délinquance. Bref une politique de Liberté et de Responsabilité. Rien de tout cela, et pourquoi ? A cause d'une Gauche favorisée par la mise à l'écart de 10 à 20 % de l'électorat qui vote FN. Ce vote retranché, une rente électorale a favorisé depuis 30 ans la Gauche; elle même tirée vers l'ultra-gauche et l'islamo-complaisance. Le Front républicain est la nouvelle étape pour empêcher 25% des français qui votent FN d'avoir une représentation au Parlement. Ce cartel du politiquement correct est une offense au principe de la Démocratie représentative, puisque l'Opposition parlementaire s'allie alors au Gouvernement ! Est-ce pourquoi l'Opposition est inaudible depuis 2012

  • Par lafronde - 25/07/2016 - 11:01 - Signaler un abus Les fautes du Président Sarkozy

    Bénéficiant d'une large confiance populaire, Sarkozy a déçu. Comme Giscard il méconnaissait les vertus de l'économie de marché et de la concurrence, comme lui il a haussé la dépense publique et la fiscalité, et da obtenu le chômage, pour finalement payer ses erreurs. Dans sa dernière année, se sachant battu par une Gauche sectaire, il n'a pas défendu la liberté des français. L'UMP n'avait pas de Président sous son quinquennat, on a vu les dégâts ultérieurs des luttes pour sa Présidence. Les français ont donc été et sont toujours privés d'une Opposition parlementaire pugnace, comme l'avait été l'Opposition RPR-UDF en 1981-1986. Aucun media de Droite ni aucun media libéral ne fut constitué en 2011 pour contrer le tropisme gauchiste des rédactions. La Droite et l'Opposition ont été désarmée politiquement et mediatiquement, alors que la Gauche démagogique prenait l'ascendant. Faute majeure du Président Sarkozy, dont les français payent encore le prix dans tous les domaines (sûreté, chômage, école...)

  • Par Yves3531 - 25/07/2016 - 11:58 - Signaler un abus Ce qu'il faut abattre...

    autant que Nomenklatura gauchiste, j'aime bien la notion de Mr Verhaegue de gouvernement profond constitué de toux ceux élus mais surtout non-élus qui de facto contrôlent, bloquent ou font pressions sur les manettes et courroies de transmission de l'exécutif. La liste de toutes ces catégories d'apparatchiks toujours plus nombreux, toujours bien pensants, toujours bénéficiaires de largesses pour "collaboration" qui bloquent, manipulent et parasitent le pays depuis si longtemps est bien longue. C'est contre ces métastases qu'il faudra lutter... Ce n'est pas gagné ! NS pour avoir tenté de mettre au pas à vu ses ailes carbonisées ...

  • Par zouk - 25/07/2016 - 12:02 - Signaler un abus F. Copé

    Beaucoup d'idées intéressantes, mais je persiste à préférer le programme de FR. Fillon, publié il y a près d'un an. Il est complet ( ce que n'est pas le programme le F.Copé), équilibré et courageux. Il est très possible qu'en cas de difficultés majeures au Parlement, Fillon passe aux ordonnances, il l'a d'ailleurs envisagé.

  • Par Geolion - 25/07/2016 - 20:08 - Signaler un abus Condamnation de l'attentat de Nice par les musulmans ?

    En France, cette condamnation par les musulmans et responsables musulmans est passée inaperçue tellement timide...Au Caire, la mosquée Al-Azhar, autorité la plus respectée de l'islam sunnite, a appelé à l'unité pour « débarrasser le monde du terrorisme ».« Ces attaques terroristes abominables contredisent les enseignements de l'islam », poursuit le communiqué de l'institution. Malheureusement, cette dernière affirmation entendue en d'autres occasions à maintes reprises comme un leitmotiv est totalement fausse si on lit les sourates violentes du coran (il suffit de taper "sourates violentes" dans Google pour être servi !!). Dès lors, ces affirmations relèveraient de la takia ou dissimulation, technique prônée également par le coran ! La seule solution, la seule, pour éradiquer le terrorisme islamiste a été indiquée par le président égyptien en 2014. Ecoutez-le sur la vidéo du site : https://www.youtube.com/watch?v=NJfnquV7MHM EDIFIANT !!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-François Copé

Jean-François Copé est député de Seine-et-Marne et Maire de Meaux. 

Il est candidat à la primaire présidentielle des Républicains de 2016.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€