Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Israël : "brûlé vif" ou "tué dans l’incendie de sa maison" ?

Les journaux ont la liberté de choisir tel ou tel mot pour qualifier un événement. Le choix fait par les médias français est lourd de sens.

La guerre des mots

Publié le
Israël : "brûlé vif" ou "tué dans l’incendie de sa maison" ?

Manifestation en Palestine suite à la mort de l'enfant.  Crédit Reuters

Jeanne d'Arc fut brûlée vive à Rouen. Michel Servet fut brûlé vif à Genève. La Voisin, dite l’empoisonneuse, fut brûlée vive à Paris. Des milliers de sorcières connurent le même sort pendant des siècles en Europe. Tous et toutes périrent sur le bûcher.

En Cisjordanie un bébé palestinien de 18 mois, Ali Dawabsha, est mort dans l’incendie de sa maison. Une maison incendiée par des extrémistes juifs.

Ce décès a révolté, à juste titre, des milliers de Palestiniens qui ont crié leur colère et leur dégoût. La mort du petit Ali a aussi déclenché une réaction immédiate du gouvernement israélien : “les terroristes juifs seront châtiés”. Voilà les faits.

Et maintenant regardons les mots. Les médias français (journaux, radios, télévisions) reprennent en boucle la même expression pour nommer la fin tragique du petit Palestinien : “brûlé vif” ! C’est rajouter de l’horreur à l’horreur... C’est utiliser une expression incandescente, si l’on peut dire, pour rendre encore plus abominable l’acte des incendiaires. S’agissant d’Israël, aucun mot n’est jamais trop fort !

En anglais “brûlé vif” se dit “burned alive”. Pas de trace de cette formule dans la presse britannique ou américaine. “Ali Dawabsha killed in house fire” (“Ali Dawabsha tué dans l’incendie de sa maison”) écrit le Guardian. “Burned to death” (“brûlé à mort”) écrit le New York Times. Aucun de ces journaux n’a eu recourt au “burned alive” (“brûlé vif”).

La presse française a ses préférences. Plus de compassion pour les Palestiniens que les médias d’expression anglaise ? Même pas. Simplement, car c’est dans l’air du temps, plus, beaucoup plus, d’animosité à l‘égard des Israéliens. La compassion relève d’un sentiment humain parfaitement honorable. L'hystérie anti-israélienne, elle, n’est qu’une caricature grimaçante.

Dans un autre domaine, très proche géographiquement, on peut observer beaucoup plus de pudeur et de retenue. Daesh diffuse régulièrement des vidéos avec des prisonniers à qui l’on tranche la gorge. “Décapités” lisons-nous. Non, pas décapités : “égorgés” ! Un mot très connoté,  qui pourrait peut-être choquer certains chez nous. Avec les Israéliens pas besoin de se gêner : ils sont si loin...

PS : Et avec les Israéliens, on ne s'embarrasse pas non plus à la Mairie de Paris. Celle-ci a eu l'affreuse idée (sans doute sous l'influence de quelques horribles sionistes infiltrés) d'organiser le 13 août à Paris-Plages une journée "Tel-Aviv -sur- Seine". Elle s'en mord les doigts aujourd'hui, inondée qu'elle est par des tweets antisémites. Danielle Simonnet du Front de Gauche, élue de la majorité municipale, crie au scandale : "cynique, indécent".

Bruno Julliard, adjoint d'Anne Hidalgo, se défend comme il peut : "Nous faisons la différence entre les Israéliens pacifiques et la politique colonisatrice de leur gouvernement". A y regarder de plus près, y a-t-il vraiment une différence entre Melle Simonet et M. Julliard ? Mais le chroniqueur Claude Askolovitch a trouvé un argument imparable pour défendre le projet : "Tel-Aviv est une ville gay !" Un bon Israélien est donc un Israélien gay. Quant aux autres…

Et n'oubliez pas : le A-book de Benoît Rayski, Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme, est toujours disponible à la vente sur Atlantico éditions : 

Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Bulldozer - 10/08/2015 - 09:13 - Signaler un abus Bel enculage de mouches

    D'ailleurs quand on incendie volontairement une habitation, brûler vifs ses occupants n'est qu'un accident regrettable. PS : les expressions "burnt alive" et "burnt to death" sont reprises massivement dans la presse anglophone, même dans Haaretz, vous avez dû mal chercher.

  • Par Benoit 2011 - 10/08/2015 - 09:27 - Signaler un abus Bulldozer

    Nous ne lisons pas les mêmes journaux ! Et surtout nous n'avons pas les mêmes valeurs..La haine est mauvaise conseillère.

  • Par adroitetoutemaintenant - 10/08/2015 - 09:36 - Signaler un abus @ bull

    Vos mouches sont aussi de Tel-Aviv ou de Pourries-Plages? Elles aussi ont fait leur coming-out?

  • Par Bulldozer - 10/08/2015 - 09:36 - Signaler un abus "La haine est mauvaise conseillère"

    Ben voyons. Pour quelqu'un qui prétend pointer le manque de rigueur dans le langage utilisé vous avec la déduction bien facile. Pas très sérieux tout ça.

  • Par Benoit 2011 - 10/08/2015 - 09:46 - Signaler un abus Bulldozer

    Vous êtes un angliciste distingué.Je suis sur donc que vous faites la distinction entre "burned alive"et "burned to death ". Seule cette dernière expression ( citée d'ailleurs dans mon article ) est utilisée par la presse anglo-saxone et israelienne. Ne perdez pas votre temps : je suis abonné à Haaretz...Vous aussi ?

  • Par Bulldozer - 10/08/2015 - 10:06 - Signaler un abus @Benoit

    Pas si distingué il faut croire car je ne vois pas de différence extravagante entre burnt "alive" et "to death", et quand bien même, "alive" est bien repris dans la presse anglophone (Independent, New York Times, AFP via Yahoo News, par exemple, c'est accessible depuis Google). Je ne vois pas pourquoi ça vous chagrine tant, même si on avait envie d'accabler Israël avec toute l’opiniâtreté du monde et la malhonnêteté du monde, je vois mal comment on pourrait rendre cette attaque encore plus atroce qu'elle l'est déjà. Il a bien brûlé vif cet enfant non ?

  • Par tiopere 1 - 10/08/2015 - 10:40 - Signaler un abus accidents de la route

    des gamins palestiniens se postent régulièrement sur des collines surplombant des précipices et lancent quelques cailloux sur les pare-brises des voitures immatriculées en Israèl , ce qui a pour conséquence la perte de controle des véhicules et souvent la mort des passagers . Dans ces cas comme dant l'incendie d'une maison ayant entrainé la mort d'un bébé , il s'agit de de petits jeux innocents , mais qui ont eu des conséquences dramatiques .

  • Par Camtom - 10/08/2015 - 10:44 - Signaler un abus Mr Rayski

    je ne suis ni juive, ni pro-palestinienne, ni pro-israélienne, j'ai donc un regard dépassionné sur cette question. Mais difficile de penser neutre quand cette expression "brûlé vif" revient systématiquement pour évoquer cette horreur. Merci encore une fois d'avoir clarifié ce que je soupçonnais et d'avoir parlé de ce bébé par son nom (je ne l'ai lu que dans votre article!). Quant à "Tel-Aviv sur Seine", bien contente que Madame Hidalgo se prenne les pieds dans le tapis mais encore une fois stupefaite par la bêtise de ces gens...ne réfléchissent ils jamais aux conséquences de leurs actes? Merci pour vos contributions qui font que je me sens moins seule à penser ce que je pense...

  • Par Gilly - 10/08/2015 - 10:49 - Signaler un abus @ Bulldozer

    Ces décès n'auraient jamais du arriver, on est d'accord. Mais en France aussi, on a eu droit à des incendies criminels qui ont fait des victimes, trop de victimes. La France et tous les Français sont-ils mis pour autant au ban de l'humanité. Parle-t-on de brûlés vifs ? Non . Les médias titrent : "xxx morts dans un incendie criminel". Point.

  • Par Galilée.H - 10/08/2015 - 10:59 - Signaler un abus La rue Pasdamalgame, voie à sens unique?

    D'abord un énorme merci à Benoit Rayski pour m'avoir permis de proclamer que je puis être une israélienne ordinaire, de gauche, kibboutznik, et non condamnable moralement sans être "gay" Ne vous méprenez pas je n'appartiens pas aux anti-gay ( il ne manquerait plus que ça) mais j'ai tout de même été surprise d'apprendre qu'il était recommandé d'être "gay' pour faire la preuve qu'on était un citoyen "éclairé" et "kasher" ( la cacherout des rabins bobos sans doute..s'il y en a) Mais le sujet du traitement de l'info des deux personnes (le père et le fils) est trop grave pour rester sur la"galejade" de Claude Ascot . Nous , les israéliens, dans notre immense majorité pour ne pas dire quasi totalité avons été bouleversés, et horrifiés devant cet acte ignoble. Et pour une fois ce gouvernement, pour lequel je n'ai pas voté, s'est comporté de manière responsable.Et vous avez raison, , la manière dont on dit les choses est certain le reflet d'un "air du temps". Et c'est alors que se pose la question concernant la polémique de Tel Aviv Plage:où sont les riverains de la rue Pasdamalgamme qui vocifèrent sans répit pour dénoncer l'islamophobie? Pasdamalgamme est-elle une voie à sens unique?

  • Par Bulldozer - 10/08/2015 - 11:31 - Signaler un abus @Gilly

    Mais les Israéliens ne sont pas mis au ban de l'humanité à cause de ces incendies. Les antisionistes ont exploité le fait, les sionistes et les Israéliens ont fait un peu d'introspection et les autres ont compris qu'il s'agissait d'extrémisme, dont aucune idéologie ou religion n'a le monopole ni n'est épargnée. La preuve.

  • Par sna-hyper - 10/08/2015 - 11:50 - Signaler un abus vif .. pas vif

    Oui pourquoi brûlé vif? Brûlé mort c'est pas vraiment de l'info. Alors, brûlé tout court serait suffisant. Maintenant lorsque quelqu'un se noiera dans sa piscine on pourra titrer "noyé vif "

  • Par cloette - 10/08/2015 - 12:27 - Signaler un abus @Cantom, votre remarque sur

    @Cantom, votre remarque sur la précision du nom de l'enfant est juste, elle trahit chez Benoit une profonde humanité , pour le petit Rom écrasé l;autre jour personne n'a cité son nom ! mais pour faire une remarque sur le sujet de tel Aviv- sur -Seine et cette fête, il faut rappeler que la France étant une et indivisible le communautarisme n'est pas dans sa tradition : prenons l'exemple de la fête de la musique, les bretons jouent du biniou dans le coin et dans un autre les Antillais zoukent etc ce n'est pas trop communautaire (sauf pour ceux qui n'aiment pas les fonds sonores) , une fête spécial ramadan à la mairie l'est, et celle là de Tel Aviv et le très laid Paris-Plage l'est aussi contexte oblige . La crèche à la mairie de Bezier a fait du buzz aussi, A Hidalgo ne comprend pas ce qu'est la France qui a une histoire plus assimilationniste que celle des Anglo saxons , et surtout elle méprise son origine chrétienne ( je crois me souvenir -à vérifier-qu'au lendemain de la provocation indécente des Femen dans l'eglise de la Madeleine elle a accéléré la naturalisation de la fémen du timbre ) ce qui veut dire les communautés sauf pour certains , cela s'appelle de l'idéologie.

  • Par pasdesp - 10/08/2015 - 13:22 - Signaler un abus Se souvient on du bebe

    Se souvient on du bebe explosé par l'etat islamique? comme il y avait peu de reactions devant cet acte abominable commis par un soi disant etat. Le meutre commis par l'extremiste israelien est l'acte d'un individu arrete du reste par l'etat hebreu.

  • Par Outre-Vosges - 10/08/2015 - 15:57 - Signaler un abus Presse amnésique

    Merci à @pasdesp de rappeler ce crime abominable (mais politiquement correct) par lequel l’EI a fait exploser un bébé. La presse en a parlé mais l’a vite oublié ; gageons d’ailleurs que, si elle avait été sûre que c’était un bébé chrétien, elle aurait plutôt félicité les assassins.

  • Par Hugues001001 - 10/08/2015 - 17:49 - Signaler un abus Bah

    Qui est Danielle Simmonet, sinon une pauvre folle hystérique frontiste de gauche ? Comme Jean-Pierre Baylet dans son département, la notoriété et "l'influence" de Simmonet ne dépassent pas le périphérique. Qu'elle bavasse, vomisse sa haine antisémite, on s'en balance. Parce que la crédibilité de cette personne est proche de zéro: celle qui manifeste dès qu'on parle de Gaza pour faire parler s'en balance comme de sa première chemise de l'occupation du Tibet par la Chine - communiste - et du Sahara occidental par le Maroc - musulman. Il y a des occupations qui sont plus égales que d'autres au Front.

  • Par sam9sans9 - 11/08/2015 - 04:43 - Signaler un abus Erreur de compréhension.

    Mr. Benoit Rayski: Si je comprends bien les colons impurs et durs n'ont jamais chassé les palestiniens de leurs maisons. Si je poursuis je suis donc antisémite. Pourtant je vous aime bien et je vous lis presque chaque jour et j'invite mon entourage a faire pareil donc je suis islamophobe. Comme je n'aime pas les religions il me reste peu de gens a aimer et pourtant je me sens bien libéré et sans fixettes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€