Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Interdire l’accès de l’immobilier aux étrangers : mais que donnerait en France cette réforme née en Nouvelle-Zélande ?

Les prix de l'immobilier Néo-Zélandais ont atteints de nouveaux records, la faute en particulier aux non-résidents étrangers. Le gouvernement a donc interdit aux non-résidents d'acquérir des biens immobiliers dans l'archipel.

Les Français d'abord ?

Publié le
Interdire l’accès de l’immobilier aux étrangers : mais que donnerait en France cette réforme née en Nouvelle-Zélande ?

 Crédit PHILIPPE LOPEZ / AFP

Atlantico : La Nouvelle-Zélande a interdit l'achat de biens immobiliers pour les non-résidents dans le but de limiter l'inflation. En effet, à Auckland par exemple, 22%des biens ont été vendus à des étrangers. Est-ce une idée qu'il pourrait être intéressant d'importer en France ?

Philippe Crevel : Non car cela ne serait pas conforme au droit français et surtout au droit européen qui prévoit la libre circulation des capitaux des biens, des services et in extenso la possibilité pour tout résident européen d'acheter un bien immobilier dans le pays de son choix au sein de l'UE. Ce serait la remise en cause d'un des principes fondateurs de l'Union européenne. On pourrait l'interdire à des non résidents européens mais dans ces cas là cela n'aurait pas une réelle incidence sur le cours de l'immobilier en France puisque le marché est dominé par les investisseurs nationaux, viennent ensuite les investisseurs issus de pays de l'UE et marginalement les investisseurs étrangers à cette dernière.

Cela n'aurait donc pas un effet majeur.

Les pays du golf dont on entend beaucoup parler ne représentent qu'une part marginale des investisseurs, tout comme la Chine ou la Russie par rapport aux Français ou Européens. On en entend beaucoup parler car ils achètent souvent des biens emblématiques comme dans le 8e arrondissement mais ils n'ont pas une influence majeure sur le cours de l'immobilier en dehors de certaines parties d'arrondissements parisiens.

Quels sont les autres moyens de lutter contre le gonflement des prix ?

Le problème de l'immobilier c'est que tout le monde veut la même chose au même endroit au même moment. Ce qui explique les prix dans certaines grandes villes comme Paris ou plus récemment le boom de l'immobilier à Bordeaux. Il y a une vraie inadéquation entre offre et demande. La solution serait d'augmenter l'offre. Pour se faire il faudrait construire un peu plus haut, ce qui pose un problème certain et engendre des oppositions diverses comme celle entre ceux qui souhaitent préserver le passé, l'histoire des villes françaises et ceux qui veulent augmenter l'offre disponible.

On pourrait aussi réduire les contraintes qui pèsent sur les bailleurs. Le nombre de logements vacants augmente en France du fait des impôts, de la complexité de la location… Il y a là une vraie nécessité d'un choc de simplification.

Enfin on pourrait lutter contre les plateformes comme AirBNB et adopter une législation plus stricte envers ces dernières pour éviter que des immeubles entiers deviennent des résidences hôtelières par défaut. Cela réduit évidemment l'offre disponible pour les locataires mais qui gèle le marché immobilier dans sa globalité.

Dès lors, que penser des propositions politiques, notamment en Corse, qui prévoient la même chose qu'en Nouvelle-Zélande ?

Les nationalistes corses demandent que seuls les résidents corses puissent acquérir des biens immobiliers. C'est une idée identitaire contraire au droit français et européen. C'est une vision très malthusienne de l'économie qui en plus poserait beaucoup de questions sur le "comment déterminer qui est résident et qui ne l'est pas". Combien de temps faut-il habiter sur place, faut-il payer les impôts ? Cette idée si elle était appliquée ne ferait que freiner la croissance, freiner le secteur du bâtiment ou encore l'activité touristique. Même si l'idée peut paraître bonne, il faut se rendre compte qu'elle serait contreproductive.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 19/08/2018 - 13:00 - Signaler un abus Construire plus haut????

    Non! Les solutions gauchistes, consistant à adapter l’offre à la demande sont une aberration écologique (j’évoque l’idéologie intelligente, non pas l’idéologie à la Hulot...), qui sature les centres des grandes métropoles, sans leur offrir les axes de circulation-respiration nécessaires! le retard pris par la France gauchiste est trop important pour pouvoir être rattrapé. Il faut donc suivre l’exemple de la Nouvelle-Zélande, beaucoup plus réactive (au sens libéral intelligent) que la France gauchiste, et réserver les logements des grandes villes universitaires aux nationaux, notamment aux jeunes qui ne peuvent plus rivaliser avec les étrangers. Et s’il faut moderniser les droits français et européens pour cela, faisons-le! Il n’y a plus à tortiller...

  • Par moneo - 19/08/2018 - 19:11 - Signaler un abus A Paris ?

    empêcher Anne Hidalgo de préempter à tour de bras pour d eslogemnts sociaux qui coûtent bien trop chers 1/ les dizaines de milliers d'appartements disparus du marché libre ont raréfié l'offre 2/ avec les mêmes somme d'argent les HLM auraient couté bien moins chers à construire et donc seraient plus nombreux 3/ arrêter les interdictions de construire en hauteur trop évident ?

  • Par ajm - 19/08/2018 - 22:18 - Signaler un abus Faux problème.

    L'immobilier detenu par des étrangers c'est surtout des biens de très grands prix dans les beaux quartiers de Paris et quelques centres touristiques sur les côtes et quelques stations de montagne ou des biens anciens de caractère dans la France profonde qu'ils restaurent . Les biens immobiliers "normaux" dans les métropoles actives que convoitent les ménages Français et qui représentent l'écrasante majorité du marché immobilier n'intéressent pas les étrangers.

  • Par edac44 - 20/08/2018 - 08:37 - Signaler un abus Les prix de l'immobilier Néo-Zélandais ont atteintS de nouveaux

    "Les prix de l'immobilier Néo-Zélandais ont atteintS de nouveaux records" et les fotes d'or tograffe aussi !...

  • Par zombikiller - 20/08/2018 - 08:45 - Signaler un abus les pays du golf

    n'ont pas besoin d'acheter de l'immobilier. Un green leur suffit...

  • Par ciara - 20/08/2018 - 12:51 - Signaler un abus Et surtout...

    Et surtout le droit européen l'interdit. Et alors. Nous avons un droit, français, qui est issu d'une longue tradition coutumière. Qu'avons nous besoin du droit européen?????? Non cette mesure serait idiote, je le concède. Mais par rapport à notre droit, le droit FRANCAIS. Rien à F... du droit européen. On s'en tape mais alors à un point....

  • Par moneo - 20/08/2018 - 17:14 - Signaler un abus Toujours les étrangers

    impossible de faire comprendre aux français que si l'immobilier grimpe c'est la faute aux gouvernants français pas aux étrangers réglementations absurdes multiplications de normes coûteuses ,raréfaction du foncier par décision administrative et notamment municipales; interdictions de construire en hauteur , normes subjectives ( sur le beau..), introduction de normes morales avec obligation de construire des pourcentages sociaux dans les zones tendues avec ignorance économique grave ne comprenant pas que cette obligation se répercutait obligatoirement dans le prix des constructions non sociales de projets, refus de beaucoup d'acquéreurs du devoir moral de cohabiter d'ou déplacement de clientèle dans des zones dépourvues d'habitats neufs ,multiplications et augmentation massive des impôts qui se retrouvent dans les prix ;défiscalisation permettant aux promoteurs d vendre plus facilement donc avec une meilleure marge raréfaction de l'offre locative par étranglement juridique et fiscaux des bailleurs bref que viennent faire les étrangers dans cette histoire? ils représentent peu de choses .... impossible à comprendre?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€