Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 30 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Inquiétude sur les Balkans : pourquoi la menace de l’implantation de l’Etat Islamique reste limitée

En Février 2015, le drapeau de l'Etat Islamique avait été dressé sur le fronton d'une maison du nord de la Bosnie. La région des Balkans, sinistrée économiquement, n'offre aucune perspective d'avenir à la jeunesse. D'après des universitaires anglais, plus de 600 Occidentaux en provenance des Balkans combattent désormais pour les extrémistes en Irak et en Syrie.

Infiltration

Publié le

Atlantico : A quelles menaces d'ordre sécuritaire font face les pays des Balkans aujourd'hui? Y a-t-il eu une mutation de la menace par rapport aux années 1990 ?

Florent Parmentier : La région des Balkans est marquée par sa diversité ethnique et religieuse, un décrochage économique par rapport à l’Europe de l’Ouest, ainsi que la faiblesse des institutions étatiques. Sur fond de désintégration de la fédération yougoslave, le début des années 1990 a vu l’émergence de guerres particulièrement dures pour l’indépendance des différentes Républiques, en Croatie (Serbes de la Krajina) et en Bosnie-Herzégovine (déchirement des communautés serbe, croate et musulmane). Le Kosovo est l’objet d’une intervention internationale de l’OTAN en 1999, et devient indépendant en 2008. 

Par contraste avec cette période de conflits armés, les menaces d’ordre sécuritaire ne sont plus liées aujourd’hui à des velléités d’indépendance, mais à des contextes mêlant criminalité organisée, déliquescence des Etats ou djihadisme, contribuant ainsi à saper l’Etat de droit et l’ordre social de la région. 

Quelles sont les origines de l'implantation de l'islam radical dans les Balkans?

D’une manière schématique – il existe en réalité plusieurs Islams des Balkans –  l’Islam  des Balkans est héritier de l’Empire ottoman, d’une tradition plutôt tolérante : les Chrétiens et Juifs devaient certes s’acquitter d’un impôt spécifique, la djizia, afin de protéger les dhimmi (citoyens non-musulmans d’un Etat musulman), mais ceux-ci n’étaient pas contraints à l’expulsion. L’implantation de l’Islam dans les Balkans (à l’exemple de la Bosnie) s’est effectuée par l’arrivée de colons ottomans et de Slaves islamisés, mais aussi par la conversion d’une partie de la population autochtone, au moins autant pour des raisons économiques et sociales que religieuses, notamment à partir du XVIIe siècle. 

L’Islam radical est d’importation beaucoup plus récente, il est consécutif à l’effondrement de la Yougoslavie, mettant au rebut la sécularisation poursuivie durant la période communiste, en Bosnie-Herzégovine mais également sous l’Albanie d’Enver Hodja, officiellement le « premier Etat athée du monde » en 1967. C’est durant le conflit des années 1992-1995 que les réseaux islamistes radicaux apparaissent en Bosnie avec des complicités locales, par le biais de combattants étrangers, et ils profitent depuis de l’instabilité régionale et des tensions existantes pour développer leur présence. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Texas - 27/01/2016 - 11:43 - Signaler un abus Conclusion

    " Pour l' heure , le terreau reste favorable pour les mouvements fondamentalistes qui trouvent en Bosnie et au Kosovo..." . Ceci explique donc l' Accord d' association entre l' U.E et le Kosovo qui vient d' être ratifié par 486 députés ....! . Le président Slovaque a raison de parler d' un suicide rituel de l' Europe

  • Par Deneziere - 27/01/2016 - 12:28 - Signaler un abus Musulmans mais pas arabes

    Les mudjahidines qui étaient venus combattre en Bosnie durant les guerres des années 90 n'ont pas pris racine. Le risque de partir en vrille est plus élevé en France qui a une population musulmane et arabe, et se définissant comme telle.

  • Par vangog - 27/01/2016 - 20:04 - Signaler un abus Absence de perspectives économiques en Bosnie...

    faudra-t-il enfin se rendre compte qu'un pays donné à des musulmans ( par l'OTAN et Kouchner) n'a strictement aucune chance de faire prospérer son économie, s'il n'a pas du pétrole, du gaz ou des subventions! Il se passe en Bosnie ce qui se passe dans les banlieues françaises livrées par la gauche aux zivas...elles perdent progressivement leurs industries, leurs commerces et se mettent sous assistance respiratoire de la France, via la péréquation des autres départements ( quasiment 70% du budget de la Seine-st-Denis!)

  • Par clint - 27/01/2016 - 21:00 - Signaler un abus La France ferait bien de comprendre les Balkans !

    Car on s'est mis depuis plus de 40 ans dans une situation qui transforme la France à une balkanisation galopante du fait du flux permanent de populations de culture musulmane qui n'ont fait que de croitre par le regroupement familiale et la naturalisation des sans papiers qui ont déjà tous, ou presque, leurs familles en France ! Ce sont nos banlieues qui deviendront de plus en plus des petits pays de type balkan !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Florent Parmentier

Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est le créateur avec Cyrille Bret du blog Eurasia Prospective.

Pour le suivre sur Twitter : @FlorentParmenti

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€