Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Inondations catastrophe en série : voilà comment construire des villes capables de résister au dérèglement climatique

Bangladesh, Népal, Inde, Etats-Unis... Les inondations de l'été 2017 ont fait des centaines de morts et affectées des millions de personnes, dans des mégalopoles transformées en piège liquide.

Apprendre à vivre avec l'eau

Publié le
Inondations catastrophe en série : voilà comment construire des villes capables de résister au dérèglement climatique

Inondations sans précédent causant plus de 1200 morts et affectant 40 millions de personnes au Bangladesh, en Inde, au Népal. Mégalopoles et métropoles paralysées par la montée des eaux, les dernières en date étant Mumbai et Houston qui dénombre le 1 er septembre plus de 38 morts, 35000 évacués et des milliers piégés chez eux en attente de secours. L’été 2017 frappe fort.

Alors que se passe-t-il ? Comment avons-nous construit ces enfers ? Pourquoi ne pas anticiper ces chocs quand la science du climat est claire sur les effets aggravants, prévisibles du dérèglement climatique et les urbanistes sur les conséquences des maux des territoires urbanisés ?

A l’heure du bilan de ces évènements meurtriers majeurs, et si nous abordions les vraies questions ?

Plusieurs facteurs accentuent l’exposition des villes aux risques. Pour construire des villes résilientes, il convient d’anticiper, de changer les modes de faire, de penser et de concevoir les villes viables, cela dit… comment ? Connaitre et comprendre les stress inhérents des systèmes urbains et les chocs possibles constituent une première étape indispensable. Mettre en place des protocoles de solutions adaptées localement pour baisser les émissions des gaz à effet de serre et s’adapter aux risques est nécessaire. Ensuite, transformer les modes de construire et les comportements en intégrant la société civile constitue une étape incontournable afin d’évoluer vers des communautés viables et résilientes.

Comme Marco Polo, expliquons «qu’il y a deux manières de se positionner face aux débats sur l’avenir de la ville et des territoires : «La première réussit aisément à la plupart : accepter l’enfer, en devenir une part au point de ne plus le voir. La seconde est risquée et elle demande une attention et un apprentissage continuel; chercher et savoir reconnaitre qui et quoi, au milieu de l’enfer, n’est pas l’enfer, et le faire durer, et lui faire de la place.»» (Thomas I., Da Cunha A., 2017, La ville résiliente, comment la construire?, PUM, p. 299).  Alors commençons par comprendre les enjeux et agissons!

Dérèglements, changements climatiques, quelles implications ?

Les dérèglements climatiques que nous accentuons par nos modes de consommation et de développement exposent de manière exponentielle les zones côtières et les bords de fleuves et de rivières. Ainsi, les évènements comme les inondations de ce printemps au Québec, l’ouragan Harvey, la mousson en Asie, les inondations au Niger et au Yemen confirment ce que les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) expliquent, à savoir le fait que nous devons nous attendre à des évènements climatiques extrêmes plus fréquents, parfois hybrides et surtout plus puissants. Il est d’ailleurs important d’intégrer l’incertitude dans notre manière de penser l’aménagement du territoire. Le risque zéro n’existant pas, aménageons nos communautés dans l’éventualité d’évènements sans précédents. Par exemple au Québec, de plus en plus, d’hydrologues, d’ingénieurs et d’urbanistes doivent prendre en compte dans leurs modélisations et conceptions les phénomènes d’embâcles et de frasil, qui complexifient beaucoup la production de cartes de zones inondables fiables.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par moneo - 02/09/2017 - 11:45 - Signaler un abus GIEC ?

    désolé je n'ai pas fini l'article

  • Par Deudeuche - 02/09/2017 - 15:09 - Signaler un abus Crue centenaire

    Et fin du Boboland, La Tour Eiffel devenant un phare. Non ce serait pas gentil! L'évacuation servirait de reality check!

  • Par Leucate - 03/09/2017 - 12:23 - Signaler un abus Il y a des cycles périodiques

    Il y a des cycles périodiques de plusieurs siècles alternant des des époques chaudes, tièdes ou froides. Pour être sur de ne pas être sur une zône inondable, construire sur une partie de la ville bâtie sous l'empereur Auguste, Philippe Auguste, Charles Quint (pour les EUA) ou Francois 1er chez nous et vérifier que le village où vous comptez construite n'a jamas été un port de pêche dans le passé ..Le centre de mon village date de l'empereur Louis Le Pieux, je suis tranquille :-))

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Isabelle Thomas

Isabelle Thomas est professeur d'urbanisme à l'Université de Montréal, spécialiste des zones exposées aux risques naturels, présente à la Nouvelle Orléans lors du passage de l'ouragan Katrina.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€