Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Arrêtons de croire béatement
aux chiffres de l'INSEE !
L’inflation est à 10 % en France

L'Insee a annoncé ce mardi une variation des prix à la consommation de +2.3% sur un an. Mais dans les faits il semblerait que l'inflation soit bien plus importante...

La vie (trop) chère

Publié le

Les journalistes de France 2 ont enquêté sur les prix alimentaires en grande surface en comparant les étiquettes sur un an : la hausse des prix s’établit à 9 % pour les grandes marques, 11 % pour les marques distributeurs (cf journal de 8h du 13 mars à partir de 4’). Les dépenses de consommation ne concernent pas que l’alimentation bien sûr, mais un autre poste important comme l’énergie (essence, électricité, gaz) augmente au même rythme, chacun peut le constater.

Le logement ? Les prix se calment, mais ils ont fortement augmenté ces dernières années. Des postes sont stables, c’est vrai, comme le textile.

Alors, comment l’Insee arrive à nous sortir une inflation annuelle à 2 % ?

1) Déjà l’immobilier ne figure pas dans l’indice, mais seulement les loyers (qui sont contrôlés par l’Etat, donc augmentent moins vite que la valeur des biens). En effet, un bien immobilier est considéré comme un investissement, alors que l’office statistique calcule un indice des prix à la consommation. Une belle entourloupe car l’acquisition d’un logement fait partie d’un « parcours de vie » normal, et que s’il s’agit d’un investissement, c’est aussi par essence un bien de consommation, et il pourrait tout à fait figurer dans l’indice.

2) Le « new iPad » coûte le même prix que l’ancien mais – attention – comme il est plus puissant que le modèle précédent, l’Insee considère que « vous en avez plus pour votre argent » et inscrit dans sa base un prix en baisse. C’est l’effet progrès technique. Une pure arnaque que personne ne dénonce. Ainsi les biens technologiques (téléphone, Internet, télé, etc) tirent vers le bas l’indice des prix.

3) L’effet pondération : vous aimez le poisson, vous en mangez deux fois par semaine. Le prix augmente, vous n’en prenez plus qu’une fois par semaine. Tout le monde fait de même, contraint par ce renchérissement. Résultat, l’Insee constate une baisse de la consommation de poisson et donc diminue sa part dans le calcul de l’indice. La hausse du prix du poisson s’en trouve d’autant diluée. Magique.

Et il y a certainement d’autres magouilles…

Cette hausse des prix est malheureusement « normale » : la monétisation des banques centrales (Europe, Etat-Unis, Japon) fait monter le prix des actifs réels (matières premières, énergie). Le producteur de pétrole, de cuivre, ou de blé, qui vend sa production en dollars, lorsqu’il voit la banque centrale américaine faire tourner la planche à billets, veut garder son pouvoir d’achat, et donc augmente ses prix. Ces hausses se retrouvent finalement dans le panier de la ménagère. C’est ce qu’on appelle « l’inflation de second tour », qui passe par le détour des matières premières.

Serait-ce trop demander à ceux qui nous gouvernent, ou le prétendent, d’arrêter de croire aveuglément aux sirènes de l’Insee et d’affronter ce qui va devenir un problème de plus en plus pressant : le retour de l’inflation ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par guigou - 14/03/2012 - 08:41 - Signaler un abus INSEE sous influence

    Comme tous les agents de la fonction publique, l'INSEE est "priée" de fournir des statistiques favorables. Dans l'éducation nationale par exemple, on a créé des fichiers pour recenser les actes violents et en sortir des statistiques (c'est tout ce qu'on peut se permettre en terme de dépenses...). Seulement, les chefs d'établissement sont sous pression pour que les statistiques s'améliorent d'anné en anné? Alors les profs agressés ou insultés s'entendent dire " on va rentrer l'incident dans le logiciel, ne vous en faites pas!", et puis plus rien...

  • Par laurentso - 14/03/2012 - 09:11 - Signaler un abus Donc, le "doigt mouillé"

    pour remplacer les "magouilles" ? Terme étrange sous la plume d'un enseignant du Cnam. Tout ce qui est décrit est finalement bien normal. Il y a une erreur sur "les biens technologiques" qui ne tirent pas l'indice vers le bas comme le suppose Philippe Herlin. En revanche, on peut considérer que le "panier de biens" retenu par l'Insee n'est pas assez représentatif de la consommation, notamment pour les classes populaires et moyennes. Pour ceux que cela intéresse, l'Insee met en ligne un indice des prix "à la carte", ludique et instructif. http://www.insee.fr/fr/indicateurs/indic_cons/sip/sip.htm

  • Par Ravidelacreche - 14/03/2012 - 09:19 - Signaler un abus Le « new iPad »

    Indispensable comme chacun le sait ! ;o)

  • Par Benvoyons - 14/03/2012 - 10:08 - Signaler un abus Herlin il faut qu'il arrête de remuer les mains dans ses poches

    pour chercher de la finance. Depuis quelques jours sur Atlantico il y a une avalanche de mémo sans aucun fondement, aucune recherche sérieuse que de la diarrhée de connerie. Hier un chercheur du Cnrs avec un texte sans référence chiffré sur le suicide . Bon si ils postulent pour faire des mémos sur Atlantico il est souhaitable qu'ils travaillent sérieusement leurs sujets. Donc les fainéants dehors.

  • Par Benvoyons - 14/03/2012 - 10:13 - Signaler un abus Merci à Laurentso qui a fait un meilleur papier que le chercheur

    en finance.

  • Par cesar 13 - 14/03/2012 - 10:55 - Signaler un abus @guigou

    Je confirme , et les chefs d etablissements n entrent plus les incidents sur la base de la centrale , car c est du boulot pour rien .

  • Par Equilibre - 14/03/2012 - 11:12 - Signaler un abus Pour les moyens de calculer, je ne sais pas trop...

    Pour le reste: œufs et produits contenants des œufs: http://www.agraalimentation.fr/craintes-d-une-p-nurie-d-ufs-en-france-et-en-allemagne-art328289-9.html 75% d'augmentation sur l’œuf. Merci l'europe. Toujours aussi inefficace et à côté de la plaque. . Timbre, cinéma, lait donc beurre, pain, essence et gasoil et gaz, cigarettes, liste à compléter. Ah péage, je la complète moi-même du coup. Et puis électricité. Encore complétée, mais si les plus grosses augmentations sont à venir. Comme dit dans le titre, je ne sais trop comment la calculer. Mais, à vue de nez, on est loin des 2% pour chacun des produits, en rythme annuel. Donc quelque chose doit bien pondérer puissamment cette indice. . Autre tactique, diminution de la quantité de produit pour tarif équivalent (yaourt, ...) Et ce n'est pas moi qui fait les courses... . Quant au deux derniers paragraphes, ceci est annoncé par tout le mode un peu partout depuis quelques mois. Dans ces conditions, je ne sais pas ce que le thermomètre mesure, ni comment, mais les indices synthétiques comme celui-là semblent complètement à côté de la plaque.

  • Par Rhytton - 14/03/2012 - 11:38 - Signaler un abus Arretons la monetisation alors...

    Bill Still, auteur de "The Money Masters", declare que la Federal Reserve n'est pas un organisme d'Etat: c'est une emanation d'un cartel de banquiers qui ont choisi en 1913 un nom destine a entourlouper l'Americain moyen, lui faisant croire que la Federal Reserve agit au nom de l'interet public. En realite, elle agit dans un but lucratif pour le compte d'interets prives. Pire: la Fed n'a jamais ete audite depuis sa creation; le seul candidat Republicain a reclamer cet audit, Ron Paul, est curieusement passe sous silence par les media. La Fed est-elle meme basee sur le modele de la Banque d'Angleterre, c'est a dire sur un systeme de reserves fractionnaires, systeme de reference dans tous les pays maintenant. Ce systeme est une arnaque geante: s'il y a plus de billets que l'an dernier pour la meme quantite de biens, on comprend que l'inflation fasse son retour. Quel interet de creer plus d'argent si c'est juste une commodite pour echanger des biens. La reponse est dans ce docu-fleuve en anglais http://video.google.com/videoplay?docid=-515319560256183936 Avec le script de la video http://mailstar.net/money-masters.html Les 35 premieres minutes sont les plus interessantes!

  • Par Harmaggedon - 14/03/2012 - 11:46 - Signaler un abus déçu après avoir lu un excellent article de Philippe Herlin

    Comment ne pas reconnaitre que les augmentations des salaires, des avantages catégoriels, les baisses de temps de travail, se répercutent systématiquement sur le coût de la vie et entrainent les prix à la hausse bien souvent de manière "multipliée" ? Qui profite de l'inflation ? En premier lieu l'Etat pour ses déficits et sa dette, et accessoirement les emprunteurs, les gens prenant des crédits à taux fixes. Par contre combien en font les frais (chômeurs, retraités, arrêts maladie justifiés...) C'est l'immense majorité, qui en font les frais. Voyez la Suisse, leur "franc suisse" prend de la valeur, mais leur inflation est quasi nulle. Ainsi, ils payent moins chères leur matières premières, leur pétrole... ils dépensent moins et gardent de très bons salaires permettant de vivre confortablement.

  • Par flogo - 14/03/2012 - 15:41 - Signaler un abus INSEE

    et le taux d'inflation en France...toute la France ! Il est vrai que le taux est égal pour tout le monde mais il y est parfois moins égal pour tous ... Les loyers de Paris, Lyon , Marseille et autres grandes villes sont plus elevés que dans le reste de la France. La baguette de pain est à 0,90 euro dans les grandes villes et à 0,27/0,35 ailleurs... Le Super 95 est à 1,59 en province et 2,02 à Paris ! Alors le ressenti du taux d'inflation n'est pas le même pour tous... Refaites vos calculs M'ame INSEE pour les gens du fond de la Corrèze, des Champs élysées , et de Trifouillé les oies... Ou alors, Atlantico, ne publiez pas ce genre de texte sans cet avertissement : Le taux d'inflation de l'INSEE est un TAUX MOYEN, ce qui fait que certains le trouvent juste, d'autres sur-évalué, d'autres sous-évalué ... Amen !

  • Par Benvoyons - 14/03/2012 - 16:19 - Signaler un abus Equilibre : vous avez un mauvais equilibre dans votre mémo

    Vous parlez de l'Europe concernant les œufs. oui il y a une décision de l’Europe sur les normes de productions des œufs. La nouvelle norme a été demandé par les verts de l'Europe dont les verts en France. Comme dit le dicton les conseilleurs ne sont pas les payeurs. En effet il est connu que tous les écologistes ont des poules chez eux dans moins de 1 m2 et ils mangent donc des œufs moins cher mais pas dans la norme. Solution de pas voter vert où alors mettre une crote de poule sur le bulletin de vote.

  • Par Méléagant - 14/03/2012 - 16:25 - Signaler un abus 10% ?

    Faut arrêter la drogue monsieur Herlin, ça fait raconter n'importe quoi.

  • Par Benvoyons - 14/03/2012 - 16:26 - Signaler un abus Concernant l'INSEE l'etude des prix est faite suivant une norme

    européenne. Car l’Europe et OCDE ne pourraient faire des statistiques si tous les pays utilisaient n'importe quoi comme support idem pour le chomage etc... Que monsieur financier main dans les poches parle de magouille je pense que la magouille et le tripatouillage existe dans sa tête. CNAM: C.. normalisé avec mention.

  • Par Sawatdee - 14/03/2012 - 17:03 - Signaler un abus Bzzzzz

    Encore un chercheur grassement payé à ... les mouches!

  • Par jp11 - 14/03/2012 - 18:25 - Signaler un abus jp11

    comment peut-on se prétendre économiste quand on est aussi incompétent ? toutes les pratiques que ce monsieur qualifie de magouilles sont tout à fait justifiées et pratiquées par tous les instituts de statistiques du monde. Avant de prendre sa plume, monsieur Herlin ferait bien d'aller à l'école apprendre l'économie. Pas étonnant que ce sinistre individu ait écrit un livre pour recommander "l'or, un placement d'avenir" !!!

  • Par Rhytton - 14/03/2012 - 18:53 - Signaler un abus La vraie magouille est ailleurs.

    Nous avons affaire à de l'argent-dette, et l'inflation que nous subissons est une taxe invisible qui affaiblit notre pouvoir d'achat. La monétisation de la dette fait monter les prix, mais en comparaison avec les autres devises (dollar canadien notamment), cette monétisation déprécie notre monnaie. Je ne peux que vous recommander FIAT EMPIRE, mais c'est en anglais. A la 34ème minute est donné une définition de l'inflation, par le pouvoir donné aux banques de créer de l'argent à partir de rien. C'est ainsi qu'on opère les transferts de richesses: si vous et moi recevez 1000E dans un environnement où la Banque Centrale a mis circulation 10 000 E, vous et moi possédons respectivement 10% des richesses. Si la Banque Centrale décide d'imprimer 40 000 E supplémentaires et de doubler votre avoir en vous donnant 1000E supplémentaire, on aura bien compris que la Banque Centrale détiendra dès lors plus de richesses qu'avant, et que pour la même quantité de biens, les richesses en notre possession nous permettront d'en acquérir moins. http://www.youtube.com/watch?v=8Xt5US8FUpw

  • Par Rhytton - 14/03/2012 - 19:08 - Signaler un abus Ceux qui créent l'argent se fichent de qui font les lois

    "Donnez-moi le pouvoir de créer la monnaie et je me moque de qui fait les lois !": cette phrase est attribuée à Nathan Rothschild. Le pouvoir suprême, ce n'est donc pas l'information, ce n'est pas l'or, ni l'eau, même pas deux cents wagons remplis de billets! "La main qui donne est au-dessus de celle qui reçoit": cette phrase est attribuée à Napoléon, qui a combattu l'Angleterre et son modèle de réserves fractionnaires (création de la Banque d'Angleterre: 1694. Créée suite à la Bataille du cap de Béveziers). La pouvoir suprême de créer de l'argent permet de recréer à tout instant un nouvel équilibre dans les pouvoirs. Voir également les travaux de Milton Friedman, expert dans ce domaine!

  • Par cqoiqéqon - 14/03/2012 - 19:33 - Signaler un abus @ Rython

    clair et net pas mieux sauf de rajouter que l'inflation est mondial et que rien n'indique que ça va s'améliorer.... sauf une bonne grosse correction... qui devrait venir des matières premières à mon sens... mais on s'en fou d’où ça vient, ce sont les conséquences sur six mois un an pour tout un chacun qui foutent la trouille. Adieu supermarchés bien remplis et trains trains quotidiens... il fera bon à se moment savoir vivre comme un papou de nouvelle guinée ou avoir une armée efficace.

  • Par Harmaggedon - 15/03/2012 - 04:09 - Signaler un abus une fois de plus, on peut faire dire n'importe quoi aux chiffres

    l'INSEE, pour ses calculs se réfère à un panier défini. Dans le coût de la vie, pour être tout à fait exact, il faudrait aussi tenir compte de variations ponctuelles. Imaginons, qu'en raison d'une gelée tardive, certains fruits ou légumes, par exemple, soient en pénurie totale. Leur prix va augmenter fortement. En se basant là-dessus, on peut demander une augmentation proportionnelle du SMIC. Mais l'année suivante, avec une surproduction de ces mêmes fruits et légumes, les prix chutent sous la moyenne, ne faudrait-il pas alors, rebaisser ce SMIC ? De même, en tenant compte du prix des téléviseurs, des ordinateurs, en baisse constante depuis 20 ans, pourrait-on vraiment en conclure à une baisse du coût de la vie ? On peut ergoter sur le choix du panier type, mais plus difficilement sur des constatations de prix à panier constant. De toute façon, quand comprendra-t-on que chaque augmentation de salaire, de charges, de fiscalité locale ou nationale entrainera, mécaniquement une augmentation du coût de la vie, aggravée d'autant par des facteurs extérieurs comme les taux de change, la pénurie mondiale, des conflits... et que seuls les emprunteurs publics ou privés en bénéficient ?

  • Par Rhytton - 15/03/2012 - 07:34 - Signaler un abus @cqoiqéqon: l'inflation est mondiale, mais pas uniforme

    Comme ecrit Herlin, la monetisation de la dette est faite aux USA, en Europe, au Japon... mais pas dans les memes proportions en Chine! Je m'explique. Supposons que l'Angleterre et la France aient la meme quantite X de biens et la meme quantite X d'argent. Les monnaies sont a parite un pour un. Si la France multiplie arbitrairement sa quantite d'argent par cinq (donc 5X) pour la meme quantite X de biens, il y aura non seulement inflation sur les prix, mais egalement depreciation de la monnaie face a la livre sterling. Maintenant, remplacons "France" par "Europe, USA, Japon" et "Angleterre" par "Chine": nous voici au XXIe siecle, la Chine ne monetisant pas sa dette, cela lui laisse plus de marge pour lancer une OPA organisee sur le bloc d'en face.

  • Par cqoiqéqon - 15/03/2012 - 08:00 - Signaler un abus l'OPA organisée est déja en

    l'OPA organisée est déja en place. Je ne pense pas qu'elle devienne hostile. Au niveau des État nations on ne parle plus de guerre des changes mais de guerre tout court ... et ni les chinois ni personne n'enverront la première ogive. Maintenant je vous rejoint sur le fait qu'il soient les mieux organisés et les mieux armés dans la fuite en avant ( et désorganisée) monétaire mondiale. Ceci étant même si leur politique actuelle plaide (ou impose comme on veut on fait pas de la diplomatie ici) pour un rééquilibrage des force, ils ne se gaveront pas de nos dettes jusqu’à en devenir dépendant et garderont leur libre arbitre: leur marché intérieur.

  • Par Rhytton - 15/03/2012 - 11:31 - Signaler un abus Strategie de conquete: plus on passe de temps...

    Plus on passe de temps a conquerir quelque chose, et plus cette conquete se doit d'etre eclatante. Cela semble etre un principe sorti tout droit de "L'Art de la Guerre" de Sun-Tzu, mais cela me semble coherent: le temps, c'est de l'argent alors le temps qu'on passe a s'impliquer sur une affaire doit se faire dans une idee de progression de la performance. Si l'OPA est possible depuis le depart, elle se doit d'etre de plus en plus majestueuse au fur et a mesure que le temps avance. Cela peut se traduire par une meilleure connaissance du marche occidental par ses rivaux (en rachetant la dette des pays occidentaux, il devient possible pour une personne bien renseignee de savoir quelle est la meilleure creance a reprendre), une methode de demantelement industriel voir culturel (usines et chateaux), etc. Ce ne sera pas une OPA dans le cadre d'une fusion, mais d'une acquisition, permettant de conserver le marche interieur chinois, indien ou russe, tout en ayant des antennes a l'etranger, afin d'amortir (a nos depens?) les possibles fluctuations de marche dans le futur.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Herlin

Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.

Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La révolution du Bitcoin et des monnaies complémentaires : une solution pour échapper au système bancaire et à l'euro ? chez Atlantico Editions.

Il tient le site www.philippeherlin.com

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€