Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 26 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'industrie du cancer : des molécules au prix exorbitant et à l'efficacité douteuse

Nicole Delépine explique que les laboratoires pharmaceutiques – dont les bénéfices (15 à 25 % du chiffre d'affaires) sont faramineux - imposent des prix scandaleux qu'aucun Etat ne devrait accepter. Extrait de "Le cancer, un fléau qui rapporte" (2/2).

Bonnes feuilles

Publié le
L'industrie du cancer : des molécules au prix exorbitant et à l'efficacité douteuse

Les labos pharmaceutiques imposent des prix très élevés qu'aucun Etat ne devrait accepter. Crédit Reuters

« Le but de la politique est de garder la population
inquiète et donc en demande d’être mise en sécurité,
en la menaçant d’une série ininterrompue de monstres,
tous étant imaginaires. »


Henry Louis Mencken (1880-1956)

[...]

Aujourd’hui, le coût du cancer s’élève seul à 14 milliards d’euros annuels pour 350 000 nouveaux patients et plus d’un million de malades cancéreux à 100 %. Sur plus de 65 millions d’habitants, le cancer représente 1 à 2 % des malades versus plus de 8 % des dépenses. D’autant plus que faire pleurer sur les pauvres cancéreux – prétendument privés de quelques mois de vie si on leur refuse les molécules toutes neuves, d’efficacité incertaine et plus chères que l’or – relève du jeu d’enfants. Les plans cancer successifs – initiés sous forme de mission cancer dès 1998 – imposèrent une nouvelle organisation de la cancérologie pour contrôler les modes de prise en charge du cancer en France et donner les traitements de leur choix.

Oublié l’acharnement thérapeutique et la qualité de vie de malades auxquels la prescription de traitements éprouvés – capables de leur offrir confort et survie appréciables – nous aurait quasiment conduits auparavant à la plainte à l’Ordre.

Le vice-président du Comité consultatif national d’éthique (6) souleva le problème à partir d’un exemple concret et biaisé. Était-il éthique de dépenser 54 000 dollars pour allonger une espérance de vie de quelques mois ? Pour prolonger de douze mois la vie des 550 000 Américains qui décèdent du cancer tous les ans, le journal précisait qu’il faudrait dépenser 440 milliards de dollars supplémentaires par an. En France, au nom de l’équité, il fut décidé de libérer la prescription de ces innovations à prix de luxe. De quelle équité, par rapport à qui ? Du bonheur des laboratoires et de leurs complices. Les Français, pendant le même temps, n’auraient ni lunettes ni dentisterie remboursées. L’idéologie aveuglante, comme le dit l’amie de Mme la Ministre dans sa lettre ouverte (7).

La question à se poser n’était-elle pas plutôt : pourquoi acceptons-nous sans discussion des prix aussi exorbitants pour ces nouvelles molécules, prix non discutés au prétexte d’une recherche onéreuse et de prix communs à toute l’Europe ? Si l’Europe délire, délirons ensemble (sauf les Anglais qui adoptent une autre attitude et se font diffamer !). Les banques imposent aux États des récessions qui ne pourront à terme que casser le système.

 

Les laboratoires pharmaceutiques – dont les bénéfices (15 à 25 % du chiffre d’affaires) sont indécents, particulièrement en temps de crise – imposent des prix scandaleux qu’aucun État responsable ne devrait accepter, sous aucun prétexte. À titre d’exemple, dix-huit semaines de traitement avec une molécule ciblée comme le cetuximab (Erbitux* du laboratoire Merck) coûtent en moyenne 80 000 dollars et n’améliorent la survie médiane que de 1,2 mois. Dans sa grande bonté, le groupe pharmaceutique allemand Merck ne livre plus ce médicament contre le cancer aux hôpitaux publics grecs en raison de factures impayées. « Cela n’affecte que la Grèce, où nous avons été confrontés à de nombreux problèmes. Cela ne concerne que ce produit », explique M. Zachert, directeur financier de Merck au Börsen-Zeitung le 3 novembre 2012. Cynique ou inconscient, il ajoute : « Les Grecs pourront toujours se procurer l’Erbitux* dans les pharmacies. » Avec quel argent ? L’anticancéreux Erbitux* est le deuxième médicament sur ordonnance de Merck le plus vendu. Il a représenté un chiffre d’affaires de 855 millions d’euros en 2011. Ne pleurez pas pour Merck : il publie un bénéfice trimestriel meilleur que prévu le 26 octobre 2012 quelques jours avant la « punition » infligée aux hôpitaux grecs. Le chiffre d’ affaires s’est établi à 11,5 milliards de dollars. Merck anticipe un chiffre d’affaires 2012 au même niveau ou proche de celui de 2011 sur la base de taux de change constants. Manifestement insuffisant pour continuer à livrer les hôpitaux grecs.

Médecine ou finances ? La réforme drastique de la santé va encadrer les prescriptions médicales en cancérologie et bientôt, dans la foulée, dans les autres spécialités pour qu’aucun malade n’échappe aux nouvelles drogues aux prix astronomiques « au nom de l’équité ! », leitmotiv des dirigeants qui ne parlent que de justice quand ils nous enferment dans un carcan administratif au service de la finance.

 

Selon le rapport de l’Institut national du cancer (INCa) en 2010, en France, les dépenses d’anticancéreux récents (8) s’élevaient, dans les établissements publics et Espic (hors secteur privé) à 1,04 milliard d’euros en 2009, soit 6,5 % de plus qu’en 2008. La progression des dépenses impliquées par ces molécules est, de loin, bien supérieure à celle de l’ensemble
des médicaments.

 

Continuerez-vous à croire que la prescription d’un mois de crizotinib (Xalkori*) à 13 000 euros par mois par Pfizer soit acceptable et que les pauvres laboratoires vont renoncer à la recherche si ces prix délirants ne sont pas acceptés ? Xalkori* a été approuvé par la FDA pour le traitement d’un type de cancer du poumon : un potentiel mondial de ventes de 540 millions de dollars.

 

6. Suite à un article du New York Times.

7. Lettre ouverte à Marisol Touraine, site Atlantico, novembre 2012.

8. De la « liste en sus » des nouvelles thérapies ciblées. 91 % des coûts des
anticancéreux de la liste en sus se répartissent entre 10 molécules qui
représentent 61 % des coûts, voir supra.
 

________________________________________________

 

Extrait de Le cancer : un fléau qui rapporte de Nicole Delépine, aux éditions Michalon

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par sicenetoi - 24/02/2013 - 12:00 - Signaler un abus Le cancer ?

    s'il n'y avait que cette maladie pour enrichir les labos, et aggraver le trou de la sécu, on pourrait presque le supporter ! mais beaucoup d'autres " maladies" bénignes comme le cholestérol donnent aussi lieu à des traitements coûteux et inutiles ! Les génériques ? avez vous vu l'émission " les infiltrés" sur la deux cette semaine ? Les combines parfois mafieuses qui y sont dévoilées ont de quoi faire"tomber de sa chaise" n'importe quel citoyen peu informé ! Les deux bouquins de MM Debré et Even deux sommités médicales , méritent d'être lus même si parfois, ils sont proches de la caricature !

  • Par léonard simon - 24/02/2013 - 14:15 - Signaler un abus Quand le public comprendra

    Quand le public comprendra les méfaits de la finance, des multinationales, des circuits alimentaires, dont un grand nombre de dirigeants sont des mafieux plus proche des barons de la drogue que d'entrepreneurs oeuvrant pour une humanité mieux satisfaite en besoins vitaux, en soins efficaces,en nourritures saines pour l'organisme humain. Tous les scandales et drames provoqués par les banques, les laboratoires pharmaceutiques, les circuits alimentaires démontrent sans équivoque la corruption généralisée de ces organisations dont les pouvoirs politiques ont donné le feu vert à la réalisation de leurs méfaits par abandon d'une morale axée sur le bien public et le respect du citoyen. Et encore, je suis convaincu que nous percevons seulement la partie visible de l'iceberg.

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 24/02/2013 - 15:03 - Signaler un abus Erreur de cible

    1 Mme Delepine s'insurge contre les labos... Mais pas contre la sécu qui rembourse bizarre... 2 Mme Delepine s'insurge contre les anticancéreux mais si elle a un cancer ce que je ne lui souhaite bien évidemment pas ne cherchera t elle pas aussi 6 mois de vie en plus? 3 Mme Delepine manque de lucidité. dans la dépense de soins il y a bp de ménage à faire mais certaienement pas dans le coeur du système c'est à dire pour les gens malades. 4 Mme Delepine ne s'insurge pas contre le remborsement des IJ dès le premier jour contre les transports remboursés larga manu contre les remboursements de cures thermales etc. Donc Mmme Delepine fait une croisade idéologique contre le capitalisme. Libre à elle mais surtout qu'elle ne se présente pas comme Zorro de la sécu. Et surtout qu'elle laisse les patients atteint de cancer avoir les meilleurs soins. Ces assertions sont scandaleuses.

  • Par Dr Guy-André Pelouze - 24/02/2013 - 15:08 - Signaler un abus Le cas Grec

    En citant le cas grec Mme delepine démonrte sa partialité. Si les grecs avaient des finaces publiques saines ils paieraient leur facture de médicaments. Au lieu de cela les autorités grecques ont laissé les gens ne pas payer d'impots et elles ont payé et paient encore des pensions imaginaires ou exonèrent l'Eglise d etaxes foncières... C'est un choix et il faut assumer ses choix comme nous allons devoir assumer nos choix en préférant payer des transports avec de la dette plutot que de laisser les patienst prendre les transports en commun....

  • Par jerem - 24/02/2013 - 15:38 - Signaler un abus XAvier Bertrand et Douste Blazy vont repondre

    "les laboratoires pharmaceutiques – dont les bénéfices (15 à 25 % du chiffre d'affaires) sont faramineux - imposent des prix scandaleux qu'aucun Etat ne devrait accepter." Mais il est vrai que la loi de 2004 sur l'assurance maladie laissaient le champ libre pour tous les nouveau medicaments . MAis ca on a su ne pas le dire trop fort pendant qu'on vendait le lundi de pentecote , le deremboursement et les generiques .... En gros pendant qu'on vantait des economies , on ouvrait grand le trou secu suivant .....

  • Par vangog - 24/02/2013 - 23:39 - Signaler un abus Minable et archaïque plaidoyer de Delepine!

    On ne sait pas très bien ce qu'elle défend, la sécu et son incapacité chronique a résoudre son déficit depuis plusieurs décennies ou les Grecs qui, pauvres victimes du capitalisme Pharmaceutique, ne peuvent plus se payer d'anti- cancéreux parceque Merck a cessé de le distribuer sans que ses factures soient payées? le méchant!... Mais, auparavant la même propagandiste de la pensée unique angélique et laxiste, nous avait affirmé que ces traitements anti-cancéreux étaient quasiment inutiles... Bref, on s'y perd dans toute cette phraséologie confuse dont il ressort surtout que les grands méchants sont les laboratoires Pharmaceutiques qui dégagent 15 a 25 % de bénéfice! Indécent, nous dit la grande prêtresse de ce tribunal du peuple post-ère communiste! On aurait souhaité qu'elle nous dise à combien sa morale fixait la "décence", mais on se doute que la seule décence pour ce genre de personnage, c'est quand le secteur privé fait aussi mal que le secteur public, soit un déficit qui va passer de 500 millions à 4 milliards cette année pour la Sécu, qui, si elle gérait intelligemment ses comptes, ne laisserait pas échapper 45 milliards de fraudes aux prestations et aux allocations...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicole Delépine

Nicole Delépine ancienne  responsable de l'unité de cancérologie pédiatrique de l'hôpital universitaire Raymond Poincaré à Garches( APHP ). Fille de l'un des fondateurs de la Sécurité Sociale, elle a récemment publié La face cachée des médicaments, Le cancer, un fléau qui rapporte et Neuf petits lits sur le trottoir, qui relate la fermeture musclée du dernier service indépendant de cancérologie pédiatrique. Retraitée, elle poursuit son combat pour la liberté de soigner et d’être soigné, le respect du serment d’Hippocrate et du code de Nuremberg en défendant le caractère absolu du consentement éclairé du patient.

Elle publiera le 4 mai 2016  un ouvrage coécrit avec le DR G Delepine chirurgien oncologue et statisticien « Cancer, les bonnes questions à poser à mon médecin » chez Michalon Ed.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€