Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Incontournable... ou pas ? Les espoirs de François Bayrou face à la réalité Macron

"Ceci n'est pas juste", "déséquilibré", François Bayrou, tout en maintenant son soutien à Emmanuel Macron , se veut critique à l'égard du projet fiscal du gouvernement.

Au bout de ses rêves

Publié le
Incontournable... ou pas ? Les espoirs de François Bayrou face à la réalité Macron

Atlantico : Selon un article publié par le Figaro le 26 septembre dernier, François Bayrou se "rêverait encore" en premier ministre. Un tel scénario est-il envisageable ? En quoi cette stratégie de l'ami "critique" peut-elle servir le chef de l'Etat ? 

Jean PETAUX : François Bayrou peut être qualifié de nombreux épithètes et a montré, dans tout son parcours politique, une capacité certaine à durer et perdurer quand nombre d’observateurs le donnaient à terre et politiquement foudroyé. Mais il est un qualificatif qui lui est sans doute totalement étranger : celui de « rêveur ». Surtout pas « doux rêveur ». Bayrou est un dur, un redoutable tacticien politique et, qualité supérieure à nombre d’autres, un acharné qui ne lâche jamais sa proie. Il est comme ces milans et autres vautours qui planent sur les sommets et au-dessus des vallées de ses chères Pyrénées.

Quand il a attrapé une proie dans ses serres il ne lâche pas facilement prise. Cela ce n’est pas du rêve, c’est un principe de réalisme politique. Il est donc peu probable que le président du MODEM se « rêve » à Matignon. Pour autant s’il peut « fondre » sur la rue de Varenne il ne laissera pas passer sa chance. Pour l’heure, tel Gulliver empêtré (pour parler comme Raymond Aron), Bayrou doit attendre que les rets de la justice se soient relâchés. Impossible de dire aujourd’hui s’il fera l’objet, lui et sa fidèle Marielle, d’une ordonnance de non-lieu ou s’il sera renvoyé devant le tribunal. Quand bien même cela serait, il est également bien trop prématuré pour pronostiquer un éventuel verdict du tribunal, en première instance, de la cour d’Appel ensuite. En d’autres termes le « cas Bayrou-de Sarnez-Goulard » ne va pas être réglé avant plusieurs mois voire années. Cette situation hypothèque durablement un retour rapide du maire de Pau sur la scène gouvernementale. Mais cela ne l’empêche ni d’exercer une forme de « ministère de la parole » ni de se rappeler au « bon souvenir » du président de la République et du premier ministre. En réalité ce que veut surtout Bayrou c’est continuer d’exister, d’apparaître comme une étoile vivante et brillante dans les télescopes médiatiques. Il est donc conduit tout naturellement à endosser le costume de « l’ami critique » comme vous le dites bien. Où, si l’on préfère prendre ses références du côté du fabuliste, jouer le rôle de « mouche du coche ». Endosser le costume de celui qui est d’autant plus libre pour faire des remarques qu’il n’est pas tenu par une quelconque solidarité gouvernementale, tout juste soucieux de montrer aux électeurs qu’il soutient pleinement le gouvernement. Il fait certes partie de la majorité présidentielle mais, tel Giscard et les siens entre 1969 et 1974, il peut aussi offrir quelques « cactus » à ses amis de LREM… Tout comme VGE et surtout Poniatowski le faisaient aux gaullistes de l’UDR à tendance hégémonique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par mymi - 03/10/2017 - 08:42 - Signaler un abus Pas gentil Atlantico

    Le choix de la photo est excellent, bayrou dans toute la splendeur de sa tête de ballot... Et s'il n'y avait que la tête (pardon pour le délit de faciès),le problème c'est ce qu'il y a dedans et c'est encore pire... Et ça rêve d'être Président !!! je rigole...

  • Par mymi - 03/10/2017 - 08:50 - Signaler un abus J'adore

    "une majorité parlementaire quantitativement en surcharge pondérale et qualitativement en carence intellectuelle et politique" très bien vu...

  • Par mymi - 03/10/2017 - 08:50 - Signaler un abus J'adore

    "une majorité parlementaire quantitativement en surcharge pondérale et qualitativement en carence intellectuelle et politique" très bien vu...

  • Par vangog - 03/10/2017 - 21:43 - Signaler un abus La comparaison avec un milan est osée...

    J'aurais plutôt dit un cafard inecrasable...

  • Par jc0206 - 03/10/2017 - 23:39 - Signaler un abus Bayrou en mort clinique ......

    Alors débranchez le ! Mettez vous d'accord entre médias pour ne plus jamais parler de lui, c'est le seul moyen de se débarrasser de cette tâche.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean Petaux

Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, grande école dont il est depuis 27 ans le directeur de la Communication et des Relations extérieures. Auteur d’une dizaine d’ouvrages,  il dirige aux éditions « Le Bord de l’Eau » la collection « Territoires du politique » et y a publié en avril 2017 un livre d’entretiens avec Michel Sainte-Marie, ancien député-maire de Mérignac  intitulé « Paroles politiques ».  Parmi ses publications antérieures il a  codirigé aux Editions Biotop, en 2010,  Figures et institutions de la vie politique française.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€