Jeudi 17 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Crise économique ou immigration ? Tour d’Europe des sujets
de campagne numéro 1

L’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas ont tous les trois connu une élection majeure ces derniers mois. Quels sont les thèmes qui ont marqué les campagnes électorales dans ces pays ?

Question de priorité

Publié le 10 mars 2012
 

Atlantico : L’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas ont vécu une élection majeure en période de crise économique. Quel thème a le plus été abordé, la crise économique et financière ou le thème des valeurs identitaires, et notamment le problème de l’immigration ?

Fabio Liberti : A aucun moment les Italiens ses sont intéressés aux questions migratoires ou aux questions de société. Le gouvernement Monti est un cabinet de crise qui a un mandat précis et limité à la réforme économique. Même pour l’opinion publique, la crise a tout mangé.

L’Italie, en termes d’immigration est un pays radicalement différent de la France. L’Italie a toujours été un pays d’émigration plutôt que d’immigration. Nous sommes devenus un pays d’immigration uniquement dans les années 90 avec l’arrivée massive des migrants albanais.

Je ne vais pas dire que les Italiens ont oublié du jour au lendemain la question migratoire mais lorsque l’Etat risque de faire faillite, les questions économiques passent clairement au premier plan.

Juan Pedro Quiñonero : En Espagne, le problème de l’immigration se pose là où il y a des « ghettos ». Il existe un micro parti d’extrême droite qui tient le même type de discours suranné et démagogique que le Front national en France. Mais il est vrai que, en ce qui concerne les grands leaders d’envergure nationale, José Luis Zapatero à gauche et Mariano Rajoy à droite, personne n’a voulu prendre le problème de l’immigration à bras les corps et en faire un débat national.

Le thème de la campagne espagnole de 2011 était clair : il fallait réduire la dette, le déficit, créer des emplois, libéraliser l’économie. L’Espagne était extrêmement fatiguée de l’expérience Zapatero.

La campagne Rajoy avait beaucoup de points communs avec la campagne Hollande. Il y avait aussi une sorte de non-dit du coté de Rajoy. Quand on lui demandait ce qu’il comptait faire sur telle ou telle question, M. Rajoy répondait : « Je ferai le nécessaire ». Cela a tout de même marché car personne ne croyait en Zapatero...

Marijn Kruk : Souvent les thèmes changent au fil de la campagne. Il est donc très difficile d’isoler un thème principal. Néanmoins, il est sûr que les questions économiques n’étaient pas très présentes pendant la campagne néerlandaise de 2010. A ce moment-là, la crise économique n’avait pas encore vraiment touché le pays. Le taux de chômage était à moins de 4% (il a augmenté depuis). Même si l’on avait connu une crise bancaire avec le rachat de l’ABN Amro, l'attention de l'opinion publique s'est plus concentrée sur l’ascension de Geert Wilders (chef du Parti pour la liberté, parti nationaliste néerlandais) et sur les problématiques d’identité et d’immigration, avec un focus assez important sur l’islam.

Cependant, en 2014, pour les prochaines élections, le thème de la crise devrait se retrouver plus sur le devant de la scène. Mais il ne faut pas oublier le politicien très habile qu’est Geert Wilders qui a une propension assez impressionnante à imposer son agenda dans le débat public.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Marianna - 16/03/2012 - 11:49 - Signaler un abus Europe : Politiques de durcissement de l’immigration

    La crise économique a en effet eu pour impact direct de renforcer l'immigration aux portes de l'Europe, le tout sur un fond de montée du populisme dans la grande majorité des pays européens. Pour en avoir un plus grand aperçu:
    http://www.immigration-news.fr/europe-politiques-de-durcissement-de-limmigration/

  • Par Harmaggedon - 11/03/2012 - 05:25 - Signaler un abus quoi de plus normal ?

    le système français basé sur une économie de la demande, a pris l'habitude de délivrer à tours de bras, des avantages sociaux "différenciés" selon que c'était la droite ou la gauche qui était au pouvoir.
    Sans une forte croissance, le maintien, ne serait-ce que partiel, de ce système oblige les dirigeants à reprendre aux uns ce qu'ils laissent aux autres... et comme, pour n'obérer aucune chance, ils ne veulent mécontenter personne, ils s'abstiennent autant que faire se peut, de parler de sujets "chauds".
    Même si la démocratie reste le meilleur des modèles, elle montre là, toutes ses limites : l'électoralisme et la démagogie.
    L'économie mondiale relève de lois qui lui sont propres et n'est malheureusement que peu influencée par des votes nationaux de pays représentant moins de 1% de la population mondiale !
    Quand les français en prendront conscience, il fera enfin jour.... et l'on pourra parler des vrais sujets, dont entre autres aussi, les flux migratoires, mais ce sera alors, sans passions ni invectives.

Fabio Liberti Juan Pedro Quinonero et Marijn Kruk

Fabio Liberti est Directeur de recherche à l’IRIS. Il est spécialiste des politiques de défense des principaux Etats membres de l’UE.

Juan Pedro Quinonero est journaliste. Il est correspondant en France du journal conservateur espagnol ABC.

Marijn Kruk est le correspondant en France du quotidien néerlandais Trouw et de l’hebdomadaire De Groene Amsterdammer.

Voir la bio en entier

Fermer